Choisir.com - Comparez, économisez.

Comment se prémunir contre les hausses du gaz ?

En France, 10,7 millions de particuliers ont souscrit un contrat de gaz naturel. Près des trois quarts d’entre eux consomment cette énergie pour se chauffer. Dès l’été 2020, l’envolée des prix sur le marché du gaz a fortement impacté le budget énergétique de ces foyers, notamment lorsqu’ils avaient opté pour une offre à prix variable. Pour les protéger, l’État a donc décidé de mettre en place un bouclier tarifaire sur les tarifs réglementés de vente du gaz d’Engie (TRVG). Mais cette mesure reste temporaire et surtout, ne concerne pas l’ensemble des consommateurs. Alors, comment se prémunir contre les augmentations du gaz et adoucir la facture ? Choisir.com fait le point pour vous.

Se prémunir contre les augmentations du gaz

Focus sur l’évolution du prix du gaz naturel en France

Au préalable, il est important de bien comprendre le fonctionnement du marché du gaz naturel en France et les raisons de l’évolution des prix.

Pourquoi observe-t-on une hausse des prix du gaz ?

Notre pays ne dispose pas de réserves de gaz naturel sur son territoire : 99 % de la consommation française est importée, principalement depuis la Norvège (40,6 % des importations) et la Russie (16,8 %).

Conséquence logique : les tarifs nationaux du gaz sont fortement corrélés à ceux des marchés européens et internationaux.

Depuis 2020, les prix observés sur le marché du gaz naturel sont en forte hausse, pour des raisons à la fois structurelles et conjoncturelles :

  • après la pandémie de Covid-19, la reprise de l’économie à l’échelle mondiale (et notamment en Chine) a conduit à une forte augmentation de la demande, tirant naturellement les prix à la hausse ;
  • l’augmentation importante du prix des quotas d’émission de CO2 sur le marché du carbone européen a incité les industriels à recourir davantage au gaz pour la production d’électricité, en remplacement du charbon, devenu particulièrement coûteux en termes de « droit à polluer » ;
  • l’hiver 2020/2021 a été long et globalement froid, conduisant à une hausse de la consommation de chauffage des ménages français (+15 % par rapport à l’année précédente, selon le principal gestionnaire du réseau de transport de gaz naturel en France, GRTgaz) ;
  • il a résulté de cette hausse de la consommation, combinée à une hausse de la demande, une baisse significative des stocks européens de gaz naturel ;
  • à cet état de fait, s’est ajouté le ralentissement de la production norvégienne en raison d’arrêts techniques sur les infrastructures, rendant la France plus dépendante de la Russie pour ses importations ;
  • enfin, la guerre en Ukraine débutée en février 2022 a rebattu les cartes du marché du gaz européen. Le gaz russe représente en temps normal 45 % des importations en Europe (16,8 % en France). Le conflit russo-ukrainien a engendré une interruption partielle des livraisons de gaz russe (Moscou a d’ailleurs choisi de ne plus livrer un kilowattheure de gaz à au fournisseur français Engie depuis le 1er septembre 2022). Conséquence : des difficultés d’approvisionnement, donc de nouvelles hausses des prix.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

calculez vos économies

De quelles augmentations parle-t-on ?

La hausse historique des prix observée sur le marché mondial du gaz naturel s’est répercutée sur les coûts d’approvisionnement supportés par Engie, fournisseur historique, et donc sur les TRVG, ou Tarifs réglementés de vente du gaz, que celui-ci est le seul autorisé à commercialiser.

La loi prévoit en effet l’ajustement des tarifs réglementés à la hausse ou à la baisse, afin qu’Engie ne soit pas directement impacté par l’évolution des coûts d’approvisionnement. Ici, le fournisseur ne perçoit donc aucun bénéfice lié à l’augmentation de ses prix.

Les TRVG révisés chaque mois

Les prix de l’offre de gaz naturel TRVG proposée par Engie sont construits par empilement des différents postes de coûts :

  • ceux liés à l’approvisionnement sont révisés mensuellement depuis le décret n°2013-400 du 16 mai 2013 (ils étaient auparavant révisés chaque trimestre) ;
  • ceux hors approvisionnement (coûts liés au réseau de transport et de distribution, coûts de stockage et de commercialisation, notamment) sont révisés une fois par an, à chaque 1er juillet.

C’est la Commission de régulation de l’énergie (CRE) qui détermine les évolutions du TRVG, au même titre qu’elle le fait pour le TRV de l’électricité (ou « Tarif Bleu ») commercialisé par EDF.

Depuis l’été 2021, le prix du gaz a augmenté de façon conséquente pour les consommateurs résidentiels.

Concrètement, le 1er octobre 2021, le tarif réglementé de vente du gaz naturel a subi une hausse de 13,9 % HT (soit 12,6 % TTC) par rapport au tarif en vigueur au 1er septembre 2021 – une augmentation des prix variable selon le type de consommation du foyer :

  • +4,5 % HT pour les ménages équipés du gaz pour la cuisson ;
  • +9,1 % HT pour les ménages équipés du gaz pour la cuisson et l’eau chaude sanitaire ;
  • +14,3 % HT pour les ménages équipés du gaz pour le chauffage.

Ce sont donc ceux pour lesquels la facture de gaz est un poste de dépense particulièrement important (puisque cette énergie leur sert à se chauffer) qui ont subi la hausse des prix le plus fortement.

Notons que l’augmentation du TRVG en octobre 2021 s’est inscrite dans la continuité de la tendance observée depuis mai 2021, comme le démontrent les données ci-dessous :

PériodeÉvolution du TRVG par rapport au mois précédent
(données en  % HT)
Avril 2021-4,1 %
Mai 2021+1,1 %
Juin 2021+4,4 %
Juillet 2021+10,0 %
Août 2021+5,3 %
Septembre 2021+8,7 %
Octobre 2021+13,9 %
Novembre 2021
Mise en place du bouclier tarifaire
0 %
Évolution du tarif réglementé de vente de gaz naturel
Source : CRE

Afin de limiter l’impact de l’envolée des prix sur le budget des ménages, le gouvernement a décidé la mise en place d’une série de mesures, et notamment d’un bouclier tarifaire sur le TRVG : dès novembre 2021, les tarifs réglementés du gaz domestique ont été bloqués à leur niveau d’octobre 2021.

Initialement, ce gel temporaire des tarifs – dont l’objectif était de lisser l’impact de la crise de l’énergie sur le pouvoir d’achat des Français – devait prendre fin dès le printemps 2022. Il était donc prévu que la hausse des prix du gaz soit répercutée sur le TRVG à partir du mois d’avril 2022, lorsque le cours du gaz entamerait sa baisse. En effet, le scénario envisagé par la Commission de régulation de l’énergie était alors plutôt optimiste, puisque celle-ci prévoyait un maintien du prix du gaz sur le marché de gros à un niveau très élevé pendant l’automne et l’hiver, avant une baisse progressive à partir du printemps 2022 et un retour des prix à la normale l’année suivante.

Depuis, le conflit russo-ukrainien est venu chambouler ces prévisions, et l’État a décidé de prolonger le bouclier tarifaire sur les prix du gaz jusqu’au 31 décembre 2022. D’autres mesures pour limiter la hausse des tarifs devraient suivre en 2023 (il s’agirait, a priori, d’un nouveau bouclier tarifaire dans un format amoindri, qui permettrait de contenir la hausse des prix à +15 % au lieu des +120 % attendus en l’absence d’une intervention de l’État).

La fin du TRVG au 1er juillet 2023

Le tarif réglementé de vente du gaz naturel n’est d’ores et déjà plus proposé à la souscription et disparaîtra définitivement le 1er juillet 2023, conformément à la loi du 8 novembre 2019 relative à l’énergie et au climat.

Toutefois, pour les 2,78 millions de foyers qui y sont encore abonnés, rien ne presse : le TRVG bénéficie à l’heure actuelle de tarifs compétitifs grâce au bouclier tarifaire, il est donc conseillé pour l’instant de conserver son contrat et de patienter avant de souscrire une offre de marché.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Consommateurs particuliers : qui est concerné par la hausse du gaz naturel ?

En règle générale, les clients gaz ayant opté pour l’offre aux tarifs réglementés de vente subissent (ou profitent) de façon directe les fluctuations du marché, que celui-ci soit à la hausse comme à la baisse. Dans le cas d’une envolée durable des prix, le montant de la facture peut considérablement grimper, comme le démontre ce graphique présentant l’évolution de la facture de gaz naturel jusqu’en octobre 2021 pour un client en tarification B1, avec une consommation annuelle de 14 000 kWh (kilowattheures).

Graphique évolution de la facture de gaz naturel
Source : CRE

Le gel tarifaire mis en place par les pouvoirs publics a permis de contenir le montant de la facture moyenne de gaz pour les abonnés au TRV. D’après la Commission de régulation de l’énergie, sans cette mesure, celle-ci serait passée de 1 482 € à 1 791 € dès le quatrième trimestre 2021, et à 2 206 € au premier trimestre 2022 (soit une hausse de +49 % par rapport à son montant avant bouclier tarifaire).

Depuis novembre 2021, les ménages ayant souscrit l’offre Engie aux tarifs réglementés de vente sont donc protégés par le bouclier tarifaire : ils ne sont pas impactés par les nouvelles hausses sur le prix du gaz observées depuis cette date.

Pour les 7,94 millions de particuliers ayant opté pour une offre de marché auprès de l’opérateur historique ou d’un fournisseur alternatif, la situation diffère selon le type d’offre souscrite :

  • ceux ayant souscrit une offre indexée sur le TRVG bénéficient, par ricochet, du blocage des prix du gaz ;
  • pour les consommateurs ayant choisi une offre de marché à prix fixe, la situation est plus nuancée. Si l’abonnement a été souscrit avant l’envolée des prix, le prix du kilowattheure restera compétitif jusqu’à l’échéance du contrat. La CRE conseille d’ailleurs aux clients concernés de conserver leur contrat pendant toute la durée de la crise sur les prix du gaz naturel. En revanche, si la souscription est plus récente, une offre à prix fixe ne peut être avantageuse, puisque les fournisseurs ont été contraints d’augmenter fortement leurs tarifs ces derniers mois afin de se protéger financièrement ;
  • enfin, les consommateurs ayant choisi une offre indexée sur les marchés de gros sont directement impactés par l’envolée des prix du gaz.

La pré-affectation du chèque énergie pour adoucir la facture

Pour les 6 millions de ménages les plus modestes bénéficiant du chèque énergie, il est possible d’attribuer celui-ci de façon automatique à son fournisseur, afin que le montant soit directement déduit de la facture d’énergie : cette démarche est appelée « pré-affectation » et peut s’effectuer en ligne, directement depuis le site officiel du chèque énergie, ou par mail ou téléphone. Ainsi, il n’y a aucun frais à avancer.

Par ailleurs, la Première ministre Élisabeth Borne a annoncé en septembre 2022 l’octroi d’un chèque énergie exceptionnel d’un montant de 100 € à 200 €, en complément de l’aide annuelle. Celui-ci sera versé à la fin de l’année 2022 à 12 millions de foyers.

Limiter l’impact de la hausse des prix du gaz sur la facture : nos conseils

Pour se préserver de l’explosion des prix du gaz, le consommateur particulier peut agir sur deux leviers : l’offre tarifaire souscrite et l’optimisation de sa consommation d’énergie. Explications.

Bien choisir son contrat gaz

Face à l’envolée des prix de l’énergie, quelle offre choisir ? Nous l’avons évoqué précédemment : si vous envisagez de changer d’offre, souscrire un contrat gaz indexé sur les tarifs réglementés de vente est, en période de bouclier tarifaire, le meilleur choix (pour rappel, le TRV est fermé à la souscription depuis novembre 2019).

Les offres de marché à prix fixe ainsi que celles à prix indexé sur les marchés de gros sont, en revanche, à proscrire – les tarifs étant actuellement jusqu’à 2,5 fois plus cher, comme on peut le constater à la lecture du tableau ci-dessous :

TarificationType de gaz fourniFournisseurNom de l’offrePrix du kWh TTCPrécisions
Offres indexées sur le TRVGaz standardEDFAvantage Gaz Optimisé0,0880 €Tarif du kWh HT identique au TRV
ÉnergemAgilo gaz
EniOffre Indexée Eco Gaz
EngieOffre Gaz Energie Tranquillité 1 an
Happ-eOffre Gaz happ-e 2 ans
Ohm EnergieBouclier Gaz (1)
SoweeOffre Gaz Éco
TotalEnergiesOffre Essentielle0,0844 €Indexé sur le TRV avec 3 € de remise sur le prix du MWh HT
VattenfallGaz Eco Plus (2)0,0840 €Indexé sur le TRV avec 5 % de remise sur le prix du kWh HT
Offres à prix fixeGaz standardAlternaGaz Zen 4 ans (2)0,1031 €Tarif du kWh HT fixe pendant 4 ans
EDFAvantage Gaz0,1271 €Tarif du kWh HT fixe pendant 4 ans et 1 mois
Gaz standard 100 % compensé carboneEDFAvantage Gaz Durable0,1305 €
Gaz hybride
(90 % gaz standard / 10 % biogaz)
TotalEnergiesOffre Verte Fixe0,2119 €Tarif du kWh HT fixe pendant 1 an
BiogazDyneffMon Contrat Serein Vert0,2207 €Tarif du kWh HT fixe pendant 2 ans
ekWateurGaz naturel 100 % biométhane prix fixe0,1450 €Tarif du kWh HT fixe pendant 1 an
Offres indexées sur les marchés de grosGaz standardButagazButagaz par Mega0,2076 €Tarif indexé sur l’indice PEG Powernext
Mega EnergieGaz naturel Offre Flexy
Ohm EnergieClassique Gaz (1)0,2155 €Tarif indexé sur les indices PEG Powernext et TTF
AutreBiogazIlekMon producteur local de gaz vert0,2005 €Tarif indexé sur les barèmes de la CRE (hors gel tarifaire)
(1) Les souscriptions chez Ohm Energie sont actuellement possibles, toutefois l’activation du contrat ne sera effective que le 31 mars 2023.
(2) Les souscriptions sont temporairement suspendues.

Tarifs du gaz pour un consommateur résidentiel en vigueur en septembre 2022 (liste non exhaustive)
Classe de consommation B1 – Zone tarifaire 2

À noter : parmi les offres à prix fixe, seule celle d’Alterna est intéressante, avec un prix du kWh TTC affiché à 0,1031 € (contre 0,0880 € pour les offres indexées sur le TRV). Au regard de l’évolution probable du prix du gaz dans les mois à venir, on peut supposer que ce tarif sera avantageux sur le long terme (le prix étant fixe pendant 4 ans). Malheureusement pour les consommateurs, le fournisseur n’accepte plus de nouveaux clients pour le moment.

Changer de fournisseur d’énergie, c’est simple et sans frais !

Rappelons que tout contrat d’énergie (gaz ou électricité) est obligatoirement sans engagement de durée : la résiliation est possible à tout moment, sans justificatif et est totalement gratuite. Il est donc très simple de changer de fournisseur régulièrement au gré de l’évolution des offres et tarifs afin d’optimiser réellement son budget énergie. Grâce à son comparateur de gaz, Choisir.com vous accompagne dans la souscription du contrat gaz naturel le plus avantageux et adapté à votre besoin. Vous avez besoin d’un conseil personnalisé ? Nos conseillers experts en énergie sont à votre écoute par téléphone 6 jours sur 7, au 09 74 59 19 97 (service gratuit).

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

calculez vos économies

Optimiser sa consommation de gaz naturel

Plusieurs solutions existent pour réduire sa consommation de gaz naturel, et ainsi adoucir la facture.

Adopter les écogestes

Il s’agit de bonnes pratiques à appliquer au quotidien pour limiter la consommation d’énergie. Ces gestes simples peuvent être facilement mis en œuvre. Ils concernent notamment l’optimisation du chauffage au gaz :

  • fermer les rideaux, stores ou volets dès la tombée de la nuit ;
  • à l’inverse, les ouvrir en journée, afin de profiter de la chaleur apportée par les rayons du soleil ;
  • fermer en permanence les accès menant aux pièces peu ou pas chauffées ;
  • limiter les courants d’air, notamment grâce à l’utilisation de boudins de porte ;
  • couper les radiateurs avant d’aérer une pièce ;
  • respecter les recommandations de température de l’ADEME (l’Agence de la transition écologique) : entre 19 °C et 21 °C dans les pièces occupées en journée, 17 °C dans les pièces de passage ou rarement occupées et 17 °C la nuit.

Un entretien régulier de la chaudière gaz est également primordial.

Piloter sa consommation

D’ici la fin de l’année 2022, tous les foyers raccordés au gaz seront équipés du compteur communicant Gazpar, déployé sur tout le territoire depuis 2016. Grâce à ce compteur de gaz nouvelle génération, le client a accès à ses données de consommation deux fois par jour : un véritable atout si l’on souhaite contrôler de près les kilowattheures consommés et détecter les appareils et les usages les plus énergivores.

Comment suivre facilement sa consommation de gaz naturel en ligne ?

Sur le site du gestionnaire de réseau GRDF, tout client gaz équipé du compteur Gazpar peut se créer gratuitement un espace personnel. Celui-ci permet d’accéder à ses données de consommation et de les comparer avec celles d’un foyer similaire. Il est également possible de déterminer des seuils de consommation mensuelle et annuelle maximaux, afin d’être alerté par sms ou email en cas de dépassement.

Selon GRDF, l’installation d’un compteur Gazpar permettrait de réaliser jusqu’à 1,5 % d’économies d’énergie.

Si cela n’est pas déjà fait, installer un thermostat d’ambiance sur votre chaudière au gaz ou des robinets thermostatiques directement sur vos radiateurs peut également s’avérer très efficace pour faire baisser votre facture d’énergie, mais également améliorer le confort thermique de votre habitation. À la clé : plusieurs dizaines d’euros d’économies par an.

Certains fournisseurs ont intégré ce service dans leurs offres d’énergie. C’est le cas, par exemple, d‘EDF et Engie :

  • EDF propose l’offre « Avantage Gaz Connecté », qui inclut l’achat du thermostat connecté Netatmo à tarif préférentiel (89 € TTC au lieu de 179 € TTC, prix public) ;
  • Engie propose, quant à lui, le service optionnel « Mon Pilotage Gaz », comprenant la location du même thermostat, pour 5,99 € TTC par mois.

Investir dans un dispositif de chauffage additionnel

La facture de chauffage pèse lourd dans le budget des ménages : le chauffage représente, en effet, 66 % des consommations énergétiques d’un foyer selon l’ADEME.

Pour se préserver des fortes variations du prix du gaz, il peut être intéressant d’opter pour un autre système de chauffage en complément du chauffage au gaz, tel qu’un poêle à granulés, dont les performances sont en constante amélioration. Ce type d’appareil permet, en outre, une programmation précise, pour une optimisation optimale de la consommation en fonction de votre temps de présence et de vos besoins.

Pour aller plus loin : isoler son habitation

Enfin, rappelons que, toujours selon l’ADEME, le moyen le plus efficace pour réduire sensiblement sa facture de chauffage est d’effectuer des travaux de rénovation énergétique, et notamment d’isoler son habitation. D’après la Fondation Abbé Pierre, cela permettrait d’économiser jusqu’à 900 € chaque année ! Un choix judicieux, donc, d’autant que de nombreuses aides publiques et privées à la rénovation énergétique sont disponibles pour les particuliers.

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

calculez vos économies