Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

Gaz de climatisation : quel gaz et quel prix pour une recharge ?

Les différents équipements de chauffe ou de refroidissement présents dans nos logements fonctionnent généralement avec un gaz frigorigène. Appelé gaz de climatisation, ce type de gaz permet de produire de la chaleur et du froid nécessaires au fonctionnement de son réfrigérateur, climatiseur ou même de sa pompe à chaleur. Quels sont les différents types de gaz de climatisation ? Comment recharger son équipement avec un gaz de climatisation ? Et à quel prix ? Focus de Choisir.com.

Gaz de climatisation

Le gaz de climatisation : qu’est-ce que c’est ?

Le gaz de climatisation est un composant indispensable à la production de froid ou de chaleur de certains appareils domestiques (climatiseur réversible, split, congélateur, pompe à chaleur, etc.). Ce terme générique de gaz de climatisation désigne un fluide frigorigène ou réfrigérant utilisé pour ses propriétés physiques indispensables au fonctionnement d’un cycle frigorifique.

La famille des fluides frigorigènes qui servent en tant que gaz de climatisation, est assez diversifiée. Utilisés purs ou mélangés à d’autres fluides, certains types de fluide réfrigérant détiennent des propriétés physiques de transfert d’énergie différentes :

  • d’absorption la chaleur ambiante (calories) dans les systèmes de production de froid ;
  • de restitution de la chaleur pour les systèmes de production de chaud.

Dans un cycle de production frigorifique ou thermodynamique, le type de fluide frigorigène est choisi en fonction de deux autres composants : le compresseur et le détenteur.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Le gaz de climatisation ou fluide frigorigène : comment ça marche ?

Le cycle frigorifique fonctionne sur le principe illustré sur le schéma suivant :

schéma cycle frigorifique
  1. Le gaz de climatisation est aspiré à basse pression et basse température par un compresseur.
  2. Le compresseur crée une élévation de la pression et de la température du fluide via une énergie mécanique. Cette différence de pression va permettre la circulation du gaz réfrigérant dans le circuit frigorifique.
  3. Le gaz de climatisation à haute température arrive au condensateur, où il va de changer d’état (gaz vers liquide) via une phase de condensation.
  4. Le fluide est abaissé en température, puis en pression lors de son passage par un détendeur.
  5. Le fluide frigorigène en basse pression va passer par un évaporateur et monter en ébullition via l’absorption de la chaleur d’un fluide extérieur (air, eau, etc.). Le fluide passe de l’état liquide au gazeux.
  6. À la sortie de l’évaporateur, le gaz de climatisation (à l’état gazeux) recommence le cycle frigorifique en entrant dans le compresseur.

Quels sont les types de gaz de climatisation ?

Il existe différents types de fluides frigorigènes, dont l’utilisation a jalonné le marché de la climatisation et de la réfrigération durant tout le 20e siècle :

  • les hydrocarbures (gaz propane, gaz butane, gaz isobutane) reconnus pour leur fort pouvoir énergétique et calorifique. En revanche en raison de leur haute inflammabilité, ils ne sont pas employés à grande échelle. On peut les retrouver dans certaines installations frigorifiques dans l’industrie ou des petits réfrigérateurs à usage domestique ;
  • la famille des hydrocarbures halogénés est composée des :
    • CFC ou chlorofluorocarbures, qui sont principalement composés d’atomes de chlore et de fluor. Dotés de nombreuses qualités (inertie, non inflammables, non toxiques), les CFC furent les gaz de climatisation les plus utilisés par le secteur industriel (industrie du froid, mousses isolantes, propulseurs, nettoyants industriels) pendant des décennies. Le Protocole de Montréal de 1987 vint acter la fin de leur utilisation à grande échelle. En cause, leur impact important sur la dégradation de la couche d’ozone ;
    • HCFC ou hydrochlorofluorocarbures composés d’atomes de chlore, de carbone, de fluor et d’hydrogène. Au même titre que les CFC, les hydrochlorofluorocarbures ont été utilisés en tant que gaz réfrigérant dans les systèmes de refroidissement (climatiseur, réfrigérateur, congélateur, etc.), mais également pour leur propriété d’agent propulseur dans les aérosols. Depuis le Protocole de Copenhague de 1996, les HCFC sont considérés comme des gaz à effet de serre. Leur déprogrammation progressive est échelonnée jusqu’à une interdiction totale pour 2030 ;
    • HFC ou hydrofluorocarbures sont des hydrocarbures hydrogénés, des gaz de synthèse composés d’atomes d’hydrogène, de carbone et de fluor. Prenant la suite des CFC, ils constituent les principaux gaz de climatisation injectés dans les réseaux de refroidissement ou de chaleur en France et dans le monde. Moins nocifs pour l’environnement que les CFC, les HFC sont de plus reconnus pour leur meilleur rendement énergétique ;
  • la dernière génération, les HFO ou hydrofluoro-olefines sont des gaz de climatisation de 4e génération. Ces gaz frigorigènes sont des fluides de synthèse ayant un taux de GWP (Global Warning Potentiel ou Potentiel de réchauffement global PRG, soit l’indice de mesure de la nocivité d’un gaz dans l’atmosphère) inférieur aux hydrocarbures halogénés. En revanche, en raison de leur inflammabilité, les HFO sont à manipuler avec précaution, notamment pour les risques d’émission d’acide fluorhydrique en cas d’incendie.

Du R410A au R32, quels sont les gaz de climatisation les plus utilisés ?

Le marché de la climatisation et de la réfrigération évolue au gré des réglementations techniques, mais également des réglementations environnementales. Ainsi, l’emploi d’un type particulier de fluide réfrigérant peut obéir autant à des questions de sécurité (inflammabilité, toxicité), que de lutte contre le réchauffement climatique. La question environnementale est désormais centrale dans la majorité des décisions prises sur l’emploi de tel ou tel type de gaz de climatisation. Certains d’entre eux sont en effet considérés comme de puissants gaz à effet de serre, responsables de dommages sur la couche d’ozone (le fameux « trou de la couche d’ozone »).

En Europe, la réglementation F-Gaz (Règlement Européen n°517/2014) entrée en vigueur le 1er janvier 2015 a pour objectif de réduire l’impact des gaz à effet de serre et de fait, vise à une déprogrammation progressive des gaz de climatisation HFC dont le PRG est supérieur à différents quotas (2 500, 1 500 et 150). Le Potentiel de réchauffement global (PRG) est une unité de mesure visant à évaluer l’impact d’un gaz sur le réchauffement climatique comparativement au dioxyde de carbone.

Voyons quelques-uns des gaz de climatisation actuellement utilisés en France avec leur fin progressive programmée :

Type de gaz de climatisationType d’utilisation courantePotentiel de réchauffement global (PRG)Fin programmée
R410AClimatisation domestique (PAC, réversible et split), réfrigérateur, congélateur1 0882022-2025
R407CClimatisation domestique et commerciale1 774
R404ACentrale frigorifique (supermarchés et hypermarchés), entrepôts frigorifiques, installations de surgélation alimentaire, transport frigorifique3 9222020
R32Climatisation domestique6752030

Pendant des décennies, le R410A fut un des gaz de climatisation les plus couramment utilisés en France. Depuis 2015, les professionnels de la climatisation emploient le R32 en remplacement du R410A, conformément à la réglementation F-Gaz. Doté d’un impact environnemental moindre (PRP de 675 contre 2 088 pour le R410A), le gaz de climatisation R32 est beaucoup utilisé dans la fabrication de climatiseurs mono et multisplit. Toutefois, le R32 a une durée d’utilisation à moyen terme, puisque la réglementation F-Gaz vise sa déprogrammation pour 2030. Seuls les gaz de climatisation avec un PRG inférieur à 150 sont conservés.

Ainsi, des solutions plus « naturelles » sont en voie de mise sur le marché avec l’arrivée de fluides réfrigérants du type HFO dont le HFO1234ze (PRG = 6) et le HFO1234zd (PRG = 7), ainsi que d’autres fluides tels que le R290 (le propane, PRG = 3), le CO2 (PRG = 1) et le R717 (l’ammoniaque avec un PRG = 0). À noter que ces trois gaz de climatisation ne sont pas encore utilisés sur le marché des climatiseurs à usage domestique. En cause, leur toxicité (ammoniaque), leur instabilité (CO2), leur forte inflammabilité (propane).

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Quand et comment recharger le gaz de climatisation de son logement ?

L’installation et le remplacement du gaz de climatisation de son climatiseur ou de sa pompe à chaleur sont des démarches réglementées.

Comment savoir si le gaz de climatisation est à changer ?

Le gaz de climatisation est un élément indispensable pour le fonctionnement du système frigorifique de sa climatisation. En cas de perte de puissance ou de dysfonctionnement, une climatisation peut souffler moins d’air froid ou au contraire, dans le cas d’une climatisation réversible, moins d’air chaud. La panne de la climatisation peut alors se situer du côté d’une fuite de gaz réfrigérant. En effet, quelle que soit l’installation de climatisation, dans une maison ou une voiture, l’étanchéité n’est jamais garantie à 100 %. Avec des fuites de climatisation plus ou moins importantes, le niveau du fluide frigorigène peut baisser dangereusement, jusqu’à impacter le rendement énergétique de l’appareil.

De ce fait, il est recommandé de procéder à une recharge de clim afin de bénéficier d’une température ambiante fraîche :

  • tous les 10 à 15 ans pour une recharge de gaz de climatisation maison ;
  • tous les 3 à 5 ans pour une recharge de gaz de climatisation automobile.

Attention, il est impératif de faire contrôler son appareil de climatisation par un professionnel frigoriste ou un garage agréé, afin d’exclure toute panne de composants tels que le détendeur ou le compresseur, etc.

Réglementation d’installation de la recharge de gaz de climatisation

Tout fluide frigorigène en tant que gaz de climatisation est à manipuler avec précaution. Si le R410A est un gaz frigorigène classé ininflammable, le R32 devenu le gaz de climatisation de référence est classé A2L. La classification A2L qui signifie faible toxicité (A) et légère inflammabilité (2L) impose ainsi une réglementation sur l’installation du gaz de climatisation dans les différents équipements de refroidissement.

Cette réglementation caractérisée par la norme NF EN 378 détermine des niveaux de charge maximale de gaz réfrigérant installable dans un logement, en fonction de la configuration des pièces et de la base d’inflammabilité du gaz de climatisation. Reconnu peu inflammable, le risque de combustion du R32 n’est en effet pas totalement à exclure ; ce gaz de climatisation peut donc participer activement au développement d’un incendie. À titre d’exemple, une unité intérieure de climatisation alimentée par le fluide R32, doit être installée dans une pièce d’un minimum de 10 m2.

Recharger le gaz de climatisation soi-même, ou faire appel à un professionnel ?

Tout équipement de refroidissement équipé d’une charge maximale de gaz de climatisation inférieure ou égale à 2 kg, peut être manipulé par des particuliers aguerris au bricolage. Toutefois, au vu de la dangerosité du produit, il est recommandé de faire appel à un professionnel certifié. À ce sujet, la réglementation sur la manipulation des gaz de climatisation (décret n°2007-737 du 7 mai 2007), impose de faire appel à un professionnel frigoriste ou garagiste agréé doté de l’attestation d’aptitude, et de l’attestation de capacité, à la manipulation des fluides frigorigènes.

Ce professionnel qualifié peut ainsi intervenir dans votre logement et mettre en place une recharge de gaz de climatisation en respectant les normes en vigueur. En règle générale, l’entreprise en charge de la maintenance de la climatisation inclut cette prestation dans le contrat d’entretien de la climatisation ou de la pompe à chaleur. À défaut, vous pouvez vous tourner vers un professionnel certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement), garant du respect des dernières réglementations et de la performance énergétique de votre équipement. Pour ce faire, vous pouvez sélectionner le professionnel RGE dans l’annuaire FAIRE mis en place par les pouvoirs publics.

Quel est le prix d’une recharge de gaz de climatisation ?

Le coût moyen pour recharger le gaz de climatisation par un professionnel qualifié varie en fonction de différents paramètres :

  • le type de fluide frigorigène ou gaz de climatisation en question. À titre d’exemple, le prix d’une unité de fluide varie entre 60 € et 80 €. Sachant qu’une recharge de climatisation maison est d’environ 3 kg, le coût global de la recharge varie entre 180 € et 240 €. Quant au coût d’une recharge de climatisation pour voiture, celui-ci varie en fonction du type de gaz de climatisation, du garagiste et du modèle de voiture. Il faut compter sur un prix moyen de 59 €, main-d’œuvre comprise ;
  • le coût de l’intervention du professionnel, sachant que la durée de l’intervention varie entre 2 h et 4 h en fonction de la nature des travaux (recherche de pannes éventuelles, remplacement de pièces, mise en place de la recharge de gaz de climatisation, etc.), et que le tarif horaire moyen d’un professionnel se situe entre 40 € et 55 € (selon la zone géographique). Le prix d’intervention moyen d’un frigoriste peut être de 80 € et monter jusqu’à 220 €.

En fonction de ces différents facteurs, on peut estimer le prix global d’une recharge de clim maison entre 300 € à 500 €.

Quid de la consommation d’énergie ?

Un appareil de climatisation dans une maison est une source de dépense énergétique conséquente. Pour le particulier, cette dépense se concrétise fatalement sur la facture d’électricité. Afin d’éviter une facture d’énergie qui flambe en même temps que les températures extérieures, nous vous recommandons de changer de fournisseur d’énergie et de profiter de tarifs compétitifs sur le prix de l’électricité. À partir d’un simple appel téléphonique, vous êtes mis en relation avec un conseiller énergie de Choisir.com. Vous recevez par la suite les meilleures offres d’électricité, sélectionnées en fonction de votre profil de consommation. Sans engagement et gratuit, n’hésitez plus à faire appel aux services de Choisir.com !

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation