Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Quelle est la consommation électrique d’un climatiseur ?

Installer un climatiseur chez soi est une bonne solution pour rafraîchir efficacement le logement lors des mois les plus chauds. Cependant, climatiser son logement a un impact conséquent sur la consommation d’énergie, ce qui se répercute inévitablement sur les factures d’électricité. Toutefois, tous les modèles de climatisation n’ont pas le même niveau de consommation. C’est pour cela, et pour des raisons économiques et environnementales qu’il est important de bien sélectionner son climatiseur. Si certains appareils servent uniquement à refroidir, d’autres sont réversibles et peuvent être utilisés pour chauffer le logement en hiver. Pour y voir plus clair, découvrez quels sont les différents modèles de climatiseurs, quels sont ceux qui consomment le plus et comment réaliser des économies tout en utilisant cet appareil réputé énergivore.

Climatiseur fixe

Comment fonctionne un climatiseur ?

Le fonctionnement d’un climatiseur peut être comparé à celui d’un réfrigérateur. En effet, dans les deux appareils circule un fluide frigorigène en circuit fermé. Dans le cas de la climatisation, la chaleur (les calories) de la pièce est absorbée par ce liquide frigorigène, avant d’être rejetée à l’extérieur du logement.

Les modèles de climatiseurs réversibles fonctionnent de la même manière. Toutefois, lorsqu’ils sont utilisés pour chauffer le logement en hiver, le cycle de fonctionnement est inversé. Les calories sont alors récupérées à l’extérieur et la chaleur est rejetée à l’intérieur du logement.

Un climatiseur fonctionne grâce à différents éléments :

  • le compresseur : le fluide frigorigène arrive dans le compresseur sous la forme d’un gaz à basse pression et froid. Le compresseur permet d’augmenter la pression et la température du gaz. Il est ensuite envoyé vers le condenseur ;
  • le condenseur : le gaz y libère une partie de sa chaleur qui est envoyée vers l’extérieur. Ce gaz repasse alors à l’état liquide en atteignant une température de condensation (10 à 15 °C plus chaud que l’air). C’est grâce à cette condensation, en passant de l’état gazeux à l’état liquide, que le fluide évacue sa chaleur ;
  • le détendeur : le liquide arrive à haute pression, et c’est lors de cette étape que la pression baisse et la température du fluide frigorigène, qui est redevenu liquide, diminue. Il passe donc à un état liquide à basse pression. La température du fluide est alors moins élevée que celle de l’air dans le détendeur ;
  • l’évaporateur : il s’agit de la dernière étape, lors de laquelle l’évaporateur absorbe la chaleur du logement à refroidir. En arrivant dans l’évaporateur, le fluide passe d’un état liquide, à basse pression et à basse température, à un état gazeux. Ainsi, la chaleur de l’air est absorbée par le fluide qui s’évapore. Le fluide, sous sa forme gazeuse à basse pression et froide, est ensuite renvoyé vers le compresseur pour débuter un nouveau cycle.

L’impact des fluides frigorigènes sur l’environnement

Les climatisateurs fonctionnent grâce à des fluides frigorigènes qui peuvent être très nocifs pour l’environnement si une fuite se produit (lors d’une panne ou d’un démontage). En effet, ces fluides sont des gaz à effet de serre. Il est donc très important de faire appel à un professionnel qualifié pour le démontage d’un climatiseur. De plus, lorsque l’appareil ne fonctionne plus et qu’il doit être jeté, il est impératif de le déposer dans une déchetterie afin que le fluide frigorigène soit récupéré et recyclé.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Les différents modèles de climatisation

Il existe différents systèmes de climatisation, plus ou moins performants. Leurs prix peuvent varier et il est conseillé de comparer leurs avantages et inconvénients avant un achat. En effet, de nombreux consommateurs se précipitent souvent sur les modèles les plus simples à installer et les moins chers avant une vague de chaud. Cependant, chaque climatiseur correspond à des besoins différents, et certains sont bien plus gourmands en énergie que d’autres.

Quels sont les différents systèmes de climatisation ?

Selon l’Ademe (l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), les climatiseurs ne sont pas aussi répandus dans les foyers français qu’ailleurs dans le monde. En effet, au Japon 91 % et aux États-Unis 90 % des ménages en sont équipés. Alors qu’en France, 961 000 logements ont une climatisation, soit 3,1 %. Toutefois, les prix des climatiseurs étant de plus en plus abordables, cet équipement devient aussi plus présent dans les logements français. Si, dans certains cas, la climatisation n’est pas nécessaire, elle peut l’être pour les personnes fragiles et dans les régions où les mois d’été sont très chauds. Avant d’équiper son logement d’une climatisation, il est important de comparer les différents modèles qui existent sur le marché.

Les systèmes de climatiseurs individuels unitaires

Composés d’une seule unité, ils permettent de rafraîchir une pièce individuelle et prennent peu de place. Ils ne nécessitent pas un très gros investissement :

  • le climatiseur mobile monobloc : ce modèle est simple à installer et il est le plus abordable à l’achat. En revanche, il s’agit du climatiseur le moins efficace. En effet, il peut être déplacé d’une pièce à l’autre, mais il nécessite une ouverture vers l’extérieur. Son tuyau d’évacuation doit être placé vers l’extérieur, généralement dans l’ouverture d’une fenêtre entrebâillée. Par conséquent, de l’air chaud s’infiltre dans le logement. Il ne s’agit donc pas du système le plus économique puisque le climatiseur doit fonctionner davantage afin de rafraîchir l’air alors que la chaleur continue d’entrer à l’intérieur,
  • le climatiseur mobile split : avec ce système, deux blocs sont reliés : le condenseur extérieur, par lequel l’air chaud est évacué, et l’unité installée dans le logement qui permet de délivrer l’air frais. Cette unité, placée au sol, est mobile et peut être déplacée facilement,
  • le climatiseur fixe split : il est également composé de deux parties séparées, une à l’intérieur et l’autre à l’extérieur. Les deux unités sont reliées par une gaine. L’unité qui se trouve à l’intérieur du logement peut être fixée au sol, au mur ou en plafonnier. Son installation n’est pas aussi simple que pour les deux modèles précédents. En effet, un trou doit être réalisé dans le mur afin d’y faire passer la gaine d’air chaud reliant les deux unités.

Les systèmes de climatiseurs centralisés pour un logement

Avec eux, plusieurs pièces peuvent être rafraîchies en même temps. Ces systèmes centralisés peuvent également climatiser un immeuble entier. Leur installation nécessite l’intervention de professionnels qualifiés. Il en existe différentes sortes :

  • le multisplit : plusieurs unités intérieures de climatisation sont reliées à un dispositif extérieur. Il se compose généralement de deux à quatre unités intérieures, une dans chaque pièce de vie ;
  • la pompe à chaleur réversible : ce système peut être relié à des ventilo-convecteurs, un plancher chauffant/rafraîchissant ou un réseau de gaines (climatisation centralisée à air). Cette dernière installation est très coûteuse. Son prix peut varier en fonction de différents critères, comme la surface à chauffer/rafraîchir, la qualité du matériel, les performances thermiques et acoustiques, la difficulté d’installation, ainsi que les différentes options et fonctionnalités. Néanmoins, elle est très performante et permet également de ventiler le logement. La majorité des PAC air-air sont réversibles. Elles permettent donc de chauffer et de climatiser un logement grâce à l’installation de split dans les pièces. Les PAC air-eau peuvent également être réversibles. Dans ce cas, l’eau injectée dans les émetteurs (par exemple, dans le plancher chauffant) n’est pas chaude, mais froide ;
  • le climatiseur cassette encastrable : aussi appelé « climatiseur plafonnier », ce modèle est principalement installé dans les bâtiments du secteur tertiaire. En effet, il est peu encombrant et est idéal pour refroidir des surfaces importantes pouvant aller de 50 à plus de 150 m². Le climatiseur plafonnier est entièrement intégré dans de faux plafonds. L’ensemble des conduits de distribution d’air qui constituent le réseau est donc invisible. Il s’agit également d’un climatiseur très performant qui permet non seulement de refroidir une pièce, mais aussi de déshumidifier et de purifier l’air. Il existe aussi des modèles de climatiseurs cassettes conçus pour l’habitat. Ils possèdent une à quatre sorties d’air et peuvent être installés dans des pièces allant de 60 à 70 m². Ces climatiseurs peuvent être dotés de la technologie Inverter qui permet de moduler la puissance selon les besoins et la température extérieure.

La climatisation réversible pour refroidir et chauffer

Le système de clim réversible permet de rafraîchir son logement en été, mais aussi de le chauffer durant les mois les plus froids. De nombreux climatiseurs proposent cette option. Cependant, ils sont loin d’afficher les mêmes performances qu’une pompe à chaleur dont le principe est le même : refroidir l’air l’été et le réchauffer l’hiver. En effet, les climatiseurs individuels ayant une fonction chauffage sont souvent très énergivores et ne correspondent pas aux besoins en chauffage du logement.

Pour faire des économies, il convient donc de choisir un appareil performant ou d’utiliser la climatisation réversible uniquement comme chauffage d’appoint, en complément d’un autre système (poêle, etc.).

Quels sont les avantages et les inconvénients des différents climatiseurs ?

Les différents systèmes de climatisation présentent tous des avantages et inconvénients. Chacun de ces modèles convient à différents usages et à des budgets variés.

Modèles de climatiseur : avantages, inconvénients et prix

Modèle de climatiseurAvantagesInconvénientsPrix (en €)
Systèmes individuels unitaires
Mobile monobloc– Facile à installer ;
– simple à déplacer ;
– peu cher à l’achat.
– Très énergivore car nécessite une ouverture vers l’extérieur qui laisse entrer l’air chaud ;
– pas très puissant (adapté aux petits espaces) ;
– bruyant ;
– doit être installé près d’une ouverture (fenêtre) pour le tuyau d’évacuation ;
– peu esthétique ;
– imposant, cet appareil prend de la place.
De 400 à 800 €.
Mobile split– Facile à installer ;
– simple à déplacer ;
– peu bruyant (la partie bruyante de l’appareil est dehors).
– Énergivore (moins que les monoblocs) ;
– nécessite d’être placé près d’une ouverture ;
– l’ouverture (fenêtre entre-ouverte) laisse entrer la chaleur ;
– peut être bruyant pour les voisins ;
– peu esthétique.
De 1 000 à 1 400 €.
Fixe split– Moins énergivore que les autres modèles ;
– permet de garder les fenêtres fermées ;
– peu encombrant ;
– esthétique ;
– silencieux.
– Installation plus complexe (nécessite l’intervention d’un professionnel).De 1 000 à  2 000 €.
Systèmes centralisés pour un logement
Multi-split– Performant ;
– convient dans le neuf et en rénovation ;
– moins onéreux que la PAC réversible ;
– peut être télécommandé.
– Nécessite des travaux importants.De 1 500 à 4 500 €.
Pompe à chaleur (PAC) réversible– Très performant ;
– assure la ventilation du logement ;
– sert à chauffer le logement (mode réversible).
– Nécessite des travaux importants ;
– ne convient que dans le neuf ou dans des rénovations lourdes (pour le plancher chauffant et le réseau de gaines) ;
– nécessite un entretien par un professionnel (par exemple, tous les 3 ans pour le nettoyage des gaines).
De 8 000 à 16 000 € (matériel et pose inclus).
Climatiseur cassette encastrable– Permet de refroidir de grands volumes ;
– répartition homogène de l’air ;
– peu encombrant ;
– silencieux.
– Très énergivore ;
– son installation nécessite l’intervention d’un professionnel.
De 2 000 à 4 000 € (hors coût d’installation).

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Quelle est la consommation électrique d’un climatiseur ?

Si le climatiseur n’est pas l’appareil le plus gourmand en énergie dans un logement, son utilisation peut tout de même se faire sentir sur les factures d’électricité. En effet, d’après l’Ademe, même les climatisations les moins énergivores ont une consommation d’électricité plus importante que les réfrigérateurs et les congélateurs, alors que ceux-ci sont branchés toute l’année.

Comment évaluer la consommation d’un climatiseur ?

Vous pouvez estimer le coût annuel de la consommation électrique de votre climatiseur grâce à quelques éléments :

  • le prix du kWh d’électricité (qui varie selon le contrat que vous avez souscrit) ;
  • la puissance de l’appareil ;
  • la durée d’utilisation du climatiseur au cours de la journée ;
  • le nombre de jours pendant lesquels est utilisé le climatiseur (s’il s’agit d’une climatisation non réversible, l’utilisation sera uniquement pendant les périodes de chaleur).

A partir de ces informations, il est possible de réaliser deux calculs simples afin de connaître la consommation d’une climatisation. Par exemple, avec un appareil d’une puissance de 2 600 watts et un compteur d’une puissance de 6 kVA en tarif Base chez EDF (en juin 2022) :

  1. Afin d’obtenir la consommation en kWh d’un climatiseur :
    nombre d’heures d’utilisation x nombre jours d’utilisation x (puissance appareil en watts / 1 000) = nombre kWh
    Par exemple, pour un climatiseur d’une puissance de 2 600 W, utilisée 15 heures par jour et pendant 60 jours au cours de l’année (l’été, par exemple) : 15 x 60 x (2 600 / 1 000) = 2 340 kWh ;
  2. Afin de connaître le coût de la consommation annuelle de cette climatisation, il est possible de faire le calcul suivant :
    prix du kWh x consommation en watts = consommation annuelle en euros
    Donc, pour ce climatiseur consommant 2 340 kWh/an avec le tarif réglementé de l’électricité en vigueur en juin 2022 : 0,1740 x 2 340 = 407,16 €.
    Le coût de la climatisation pour 60 jours d’utilisation est donc de 407,16 €.

Quel type de climatiseur consomme le moins d’électricité ?

En matière de refroidissement de l’air intérieur, tous les climatiseurs ne se valent pas. Le tableau présenté dans le chapitre précédent permet de se rendre compte que chaque modèle a ses avantages et ses inconvénients.

Si le climatiseur monobloc ou encore la cassette encastrable ont besoin d’une grande quantité d’électricité pour fonctionner, d’autres appareils sont plus économes. Voici quels sont les climatiseurs qui consomment le moins d’énergie :

  • la pompe à chaleur (PAC) réversible. Économe en électricité, cet appareil très performant est cependant le plus coûteux à installer ;
  • le climatiseur multisplit. Énergétiquement performant, il coûte moins cher à l’achat que la PAC.

Les points à prendre en compte pour l’achat d’un climatiseur

Avant de se lancer dans l’achat d’un climatiseur pour son logement, il est essentiel de s’intéresser à différents points.

La puissance du climatiseur

Choisir une puissance adaptée à la taille de la pièce dans laquelle sera installé le climatiseur est essentiel. En effet, la puissance de la climatisation va déterminer sa consommation d’énergie. Il est donc important de ne pas choisir un appareil avec une puissance trop importante. Les appareils les plus puissants sont ceux qui utilisent le plus d’électricité. En surdimensionnant votre appareil (c’est-à-dire en choisissant un modèle plus puissant que ce dont vous avez réellement besoin), il consommera plus d’électricité que nécessaire.

Le bruit émit lors du fonctionnement du climatiseur

Certains modèles sont plus bruyants que d’autres. Les modèles monoblocs émettent un bruit équivalent au fonctionnement d’un lave-linge (environ 55 décibels). Cela peut rapidement devenir gênant pour les utilisateurs. Il n’est donc pas conseillé de les placer dans une chambre.

Le climatiseur mobile split émet quant à lui moins de 30 décibels (dB) au niveau de l’unité intérieure. Cependant, il peut être gênant pour les voisins du fait de son unité placée à l’extérieur qui est plus bruyante que la partie disposée dans le logement. Ce climatiseur n’est donc pas le modèle le plus adapté si vous vivez en immeuble.

Le système de climatiseur multisplit a un niveau sonore situé entre 45 et 55 dB en plein fonctionnement. Selon le modèle et la marque, le bruit émis pendant l’utilisation peut devenir gênant.

Le nombre de décibels d’un climatiseur est précisé sur l’étiquette énergie de l’appareil. Il suffit de la consulter pour savoir si l’appareil sera bruyant ou silencieux.

L’étiquette énergie de la climatisation

Plus vous utilisez votre climatisation, plus il est important de choisir un modèle performant. En ce sens, l’étiquette énergie qui figure obligatoirement sur les appareils en vente vous permettra d’obtenir des renseignements précieux sur le climatiseur convoité. Elle répond à des normes européennes, afin de permettre aux consommateurs de choisir les appareils d’électroménager les plus économes en énergie.

Ce document mentionne différents points :

  • la classe énergétique du climatiseur (entre A et G) en mode froid et en mode chaud si l’appareil est réversible ;
  • l’émission acoustique (niveau sonore) en décibels ;
  • la puissance frigorifique en kilowatts ;
  • la consommation d’électricité en kWh pour une durée donnée (60 minutes, en général) ;
  • le taux EER (Energy Efficiency Rating) ;
  • le type de refroidissement (air ou eau) ;
  • le SCOP (Seasonal Coefficient of Performance) ;

La classe énergétique de l’appareil permet notamment de se renseigner sur ses performances. Les climatiseurs de classe A sont les plus performants, alors que ceux de classe G sont ceux qui consomment le plus d’électricité.

De nouvelles étiquettes énergie depuis 2021

Depuis le 1er mars 2021, l’étiquette énergie des produits d’électroménager a évolué. En effet, dans l’objectif de rendre leur lecture plus claire pour les consommateurs, les classes énergétiques A+++, A++ et A+ ont été remplacées par A, B et C. L’échelle va donc désormais de G, pour les appareils les plus énergivores, à A pour les plus performants. Les appareils classés auparavant en A+ peuvent donc désormais être classés en C. Cette nouvelle étiquette s’adapte également aux évolutions des équipements qui affichent toujours de meilleures performances. La nouvelle classe A est donc réservée aux futurs appareils qui seront encore moins gourmands en énergie. Un QR code y est également présent afin que les consommateurs puissent accéder à d’autres informations concernant le produit.

Le label éco-conception accordé aux climatiseurs performants

Mis en œuvre par une directive européenne, ce label impose aux fabricants le respect de certaines normes. Grâce à lui, la conception d’équipements présentant de meilleures performances énergétiques est encouragée.

Pour respecter cette norme, les fabricants doivent proposer des climatiseurs ayant une performance énergétique minimale et un niveau sonore maximal (58 décibels pour l’unité extérieure, 35 dB pour le bloc intérieur).

Notez qu’un climatiseur qui fait un bruit anormal ou qui est plus bruyant que d’habitude peut cacher un dysfonctionnement ou un encrassement. Il convient alors de le faire vérifier par un professionnel.

Le label NF PAC

Ce label délivré par l’AFAQ-AFNOR permet de certifier que les modèles de pompes à chaleur répondent à certaines normes en vigueur concernant :

  • le COP (coefficient de performance) ;
  • la puissance thermique ;
  • le niveau de puissance acoustique ;
  • les performances saisonnières, etc.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Comment choisir le bon climatiseur pour chez soi ?

Différents critères de choix permettent de sélectionner le modèle de climatiseur le plus adapté à vos besoins. En vous tournant vers un appareil qui convient aux caractéristiques de votre habitation, vous maîtriserez votre budget énergétique lorsque vous utiliserez votre climatisation.

Les critères de choix à retenir pour l’achat d’un climatiseur

La sélection d’un appareil pour climatiser votre logement va dépendre de différents éléments :

  • la superficie de la pièce à refroidir ;
  • la hauteur sous-plafond ;
  • l’orientation de votre pièce : si elle est exposée plein sud, les besoins en rafraîchissement seront plus importants ;
  • le nombre de personnes occupant le logement : l’activité humaine réchauffe l’air ambiant ;
  • le nombre d’appareils électriques en marche dans la pièce ;
  • la quantité et les dimensions des ouvertures vitrées (fenêtres, baies, portes, etc.) : la réverbération du soleil sur les vitres peut réchauffer l’intérieur ;
  • la présence ou non de volets à vos fenêtres ;
  • votre région ;
  • l’année durant laquelle votre demeure a été bâtie. Cela va déterminer quelle norme de construction a été utilisée et donc quelles performances énergétiques offre le bien.

Tous ces critères vont vous permettre de choisir la bonne puissance pour votre climatiseur.

Choisir son climatiseur en fonction de la surface à rafraîchir

Lorsque vous achetez un climatiseur réversible, mobile ou autre, il est primordial de prendre en considération la surface de votre pièce. Ici, on ne retiendra pas seulement la superficie au sol, mais également la hauteur sous-plafond qui permettra de déterminer le volume de la pièce où va être installé le climatiseur.

Plus la pièce est volumineuse, plus la puissance de l’appareil devra être élevée. Cela permettra de répondre aux besoins de rafraîchissement sans sursolliciter l’appareil. En effet, un climatiseur qui n’est pas assez puissant ne va pas refroidir l’air suffisamment. Vous aurez donc tendance à lui en demander un peu plus que ses capacités, ce qui entraînera une surconsommation.

Pour une grande pièce de vie, le climatiseur avec cassette encastrable est tout indiqué. Installé dans un faux plafond, il peut rafraîchir une pièce de 40 à 150 m².

Quel appareil choisir selon sa région ?

La localisation de l’habitation à climatiser a une importance primordiale lors de votre achat. Cela va notamment déterminer la fréquence à laquelle vous utiliserez le climatiseur.

Dans le sud de la France, qui sont généralement les zones les plus chaudes, les besoins de climatiser peuvent être plus importants que dans la partie nord du pays. Dans ces zones-là, où les chaleurs sont les plus importantes, le climatiseur peut fonctionner jour et nuit (notamment en périodes de canicule).

Si vous avez des besoins importants, l’installation d’un climatiseur fixe est préférable. Dans le cas contraire, si l’utilisation n’est que ponctuelle, vous pouvez vous tourner vers une climatisation mobile que vous utiliserez seulement quelques jours par an.

Grande famille, quel climatiseur choisir ?

La taille du foyer entre en considération lors de la sélection d’un climatiseur. Avec une grande famille (ou colocation), la superficie du logement est généralement plus élevée afin de répondre aux besoins d’espace de chacun.

Le nombre de personnes vivant dans le logement et la superficie des lieux vont faire évoluer la puissance de l’appareil nécessaire pour refroidir l’habitation. Il faut compter environ 100 à 200 Watts supplémentaires par occupant de la maison.

À ce stade-là, les calculs pour trouver la bonne puissance de l’appareil ainsi que le modèle, deviennent plus compliqués. C’est pourquoi un bilan thermique peut être utile pour déterminer quel climatiseur choisir.

Comment réaliser des économies d’énergie avec son climatiseur ?

C’est un fait, rafraîchir son logement grâce à un climatiseur consomme de l’énergie. Si cet appareil permet d’améliorer le confort des occupants d’un logement, il est aussi important de limiter son utilisation afin de ne pas faire grimper les factures d’électricité. Plusieurs solutions existent afin de réaliser des économies d’énergie et d’abaisser le montant de ses factures..

Comment rafraîchir son logement sans consommer trop d’électricité ?

Si un climatiseur réversible, mobile ou split peut être nécessaire et permettre un meilleur confort dans son logement lors des fortes chaleurs, il est important de limiter son utilisation. En effet, les coûts énergétiques liés à l’usage de la climatisation peuvent rapidement être élevés, et les risques pour l’environnement sont également importants. Il existe donc quelques solutions simples pour rafraîchir au mieux son intérieur de manière adaptée, avec ou sans climatiseur.

Comment rafraîchir son logement sans climatisation ?

Dans certains cas, il n’est pas nécessaire d’équiper son logement d’une climatisation et quelques astuces simples et économiques peuvent suffire :

Empêcher la chaleur d’entrer dans le logement 

  • en créant de l’ombre : en fermant les volets et les fenêtres durant la journée, lorsque la température extérieure dépasse la température intérieure ;
  • grâce à une bonne isolation : un logement bien isolé peut stocker la chaleur dans les murs et les planchers. Il s’agit de l’inertie thermique du bâtiment. Plus l’inertie est importante, plus le logement reste frais longtemps en été, et mieux il garde la chaleur à l’intérieur en hiver. Pour faire le point sur les performances d’isolation de votre logement, il est possible de réaliser un bilan énergétique. Cela peut aider à identifier les travaux de rénovation énergétique les plus pertinents à mettre en œuvre afin de réduire sa consommation d’énergie. Ces bilans sont réalisés par des bureaux d’études thermiques certifiés ;

Aérer la nuit pour se passer de climatiseur

S’il est recommandé de garder les fenêtres fermées lorsque la température extérieure est supérieure à celle de l’intérieur du logement, dès que la fraîcheur de la nuit s’installe, il faut en profiter pour aérer le logement. En soirée ou à une heure tardive, dès que l’air extérieur perd plusieurs degrés, n’hésitez pas à faire circuler l’air frais dans vos pièces. Cela permettra de refroidir les murs et les planchers. La fraîcheur est alors stockée et peut être restituée durant la journée.

Utiliser un ventilateur à la place du climatiseur

La consommation du ventilateur est vingt fois inférieure à celle d’un climatiseur. Cela est vrai dès lors que l’appareil est énergétiquement performant.

Contrairement à un climatiseur, le ventilateur ne rafraîchit pas réellement l’air. Néanmoins, en le brassant, il permet d’apporter une sensation de frais et améliore le confort des utilisateurs. Il est important de noter qu’il est inutile de laisser un ventilateur en marche dans une pièce si personne n’y est puisque, comme indiqué, il ne rafraîchit pas l’air.

Comment réduire la consommation électrique de son climatiseur ?

Si vous vivez dans une région où les températures peuvent être particulièrement élevées à certains moments de l’année ou que le logement est habité par des personnes fragiles, la climatisation peut représenter un confort important, voire une nécessité. Quelques gestes simples à adopter peuvent vous permettre de limiter la consommation d’énergie de cet équipement :

Choisir un climatiseur adapté à ses besoins

Certains appareils sont plus gourmands que d’autres en énergie. La classe énergétique permet de se renseigner sur les performances du climatiseur. Sa puissance a également un impact sur sa consommation ;

Augmenter la température d’1 °C

Lorsqu’il fait chaud, 1 degré de plus dans le logement est à peine perceptible. Toutefois, cette infime différence de température peut permettre de réduire la consommation annuelle du climatiseur de 5 à 10 %.

Attention aux chocs thermiques !

La température à laquelle vous souhaitez rafraîchir une pièce n’a pas seulement un impact sur vos factures d’électricité. En effet, une température trop basse par rapport à la température extérieure peut avoir des effets néfastes sur la santé et provoquer des chocs thermiques. L’Ademe recommande donc de ne pas sélectionner une température inférieure à 26 °C, et de garder une différence maximale de 5 à 7 °C entre l’intérieur et l’extérieur.

Choisir un climatiseur « inverter »

La technologie Inverter permet à l’appareil de moduler la vitesse de l’appareil selon la température ambiante. Cela évite au compresseur de redémarrer successivement, ce qui réduit ses besoins en énergie. Par ailleurs, cette technologie permet également d’atteindre la température désirée plus rapidement.

Avec un climatiseur « inverter » de classe A, les économies peuvent aller jusqu’à 30 % par rapport à un modèle classique ayant un cycle marche/arrêt.

Entretenir régulièrement sa climatisation

Un bon entretien du climatiseur assure le maintien des performances énergétiques de l’appareil. En effet, des poussières peuvent s’accumuler dans les filtres et gêner son fonctionnement, le poussant à consommer plus d’énergie que nécessaire. Cet entretien est également essentiel afin de conserver un air sain à l’intérieur de son logement et éviter les fuites du climatiseur.

En plus de la poussière, des moisissures et des bactéries peuvent se développer dans les filtres. Il n’y a pas de règles précises pour entretenir sa climatisation. Il est recommandé de se reporter à la notice de l’appareil afin de retrouver les conseils du fabricant. Néanmoins, différents éléments du climatiseur peuvent être nettoyés facilement :

  • les filtres : il s’agit de l’entretien à réaliser le plus souvent. Tous les modèles de climatiseur en sont équipés. Il suffit de les retirer et de les nettoyer à l’aide d’un aspirateur, puis avec de l’eau savonneuse et une éponge. Certains modèles de climatiseurs sont équipés de voyants lumineux qui indiquent quand il est temps de nettoyer les filtres ;
  • le bac à condensats : il s’agit d’un bac dans lequel l’eau venant de la condensation se retrouve. Si cette eau stagne trop longtemps dans le bac, il peut y avoir des problèmes de mauvaises odeurs ou d’apparition de bactéries ;
  • la turbine de soufflage : ce nettoyage se fait avec une brosse à poils durs. Il est important de procéder délicatement afin de ne pas abîmer les pales. La poussière qui s’y accroche peut notamment augmenter le bruit émis par l’appareil ;
  • les grilles du ventilateur de l’unité extérieure : il suffit de les débarrasser des végétaux et de tous les éléments qui peuvent les obstruer (feuilles mortes, insectes, etc.).

Installer le climatiseur au bon endroit

L’installation d’un climatiseur ne doit pas être réalisée au hasard. Que ce soit pour l’unité intérieure ou celle placée à l’extérieur, il convient de respecter certaines règles afin d’optimiser les performances de votre appareil.

Pour l’unité extérieure, assurez-vous qu’elle est :

  • totalement dégagée. Pour cela, il ne faut pas la placer derrière un buisson, de la végétation ou trop près d’une autre construction. Si elle n’est pas suffisamment dégagée, le condenseur utilisera plus d’énergie que nécessaire pour fonctionner ;
  • à l’abri du soleil direct. Évitez donc de placer votre unité extérieure sur la surface sud de votre logement. L’idéal est de l’installer au nord ou le soleil « tape » le moins durant la journée ;
  • placée à l’écart du vent. Votre unité ne doit pas faire face à des vents violents qui pourraient l’endommager ;
  • assez éloignée d’un autre groupe extérieur (dans le cas où vous en avez plusieurs). En effet, pour rafraîchir l’air intérieur, les groupes rejettent de l’air chaud à l’extérieur. Dans l’éventualité où votre climatiseur se trouvait trop près d’une autre unité extérieure, il serait contraint de traiter un air plus chaud. Cela ferait inévitablement augmenter les besoins en énergie et donc votre facture.

Concernant l’unité placée à l’intérieur du logement, il est nécessaire de la placer :

  • à l’écart d’une cheminée ou d’un radiateur. En particulier si vous avez opté pour un climatiseur réversible ;
  • loin d’une porte donnant sur l’extérieur. En effet, en ouvrant cette porte pour entrer ou sortir du logement, cela fait rentrer de l’air chaud que votre climatiseur devra traiter pour refroidir ;
  • dans une pièce autre qu’une véranda, une cuisine et une salle de bain. Ces endroits de la maison génèrent de la chaleur (vapeur d’eau de la douche, cuisson, réchauffement par effet de serre dans la véranda), ce qui peut demander plus d’efforts que nécessaire à la climatisation ;
  • en hauteur, sans pour autant la coller au plafond. Pour bien faire, disposez votre unité à une dizaine de centimètres sous le plafond ;

Par ailleurs, les splits d’une climatisation fixe ou les bouches d’un climatiseur gainable (de type cassette encastrable) ne doivent pas être orientés vers les espaces de vie de votre pièce. Ainsi, tenez-les à l’écart du canapé, de la table à manger, de votre bureau ou encore du lit si vous décidez d’installer un climatiseur dans la chambre.

Comment faire des économies en changeant de fournisseur d’énergie ?

l est également possible de réaliser des économies sur ses factures d’énergie très simplement et rapidement. Pour cela, il suffit de se tourner vers l’offre d’électricité la plus intéressante. Depuis l’ouverture du marché en 2007, les consommateurs peuvent changer de fournisseur d’électricité dès qu’ils le souhaitent. Ce changement permet de souscrire un contrat avec un prix du kilowattheure et de l’abonnement moins cher ou avec des services ou des options qui conviennent le mieux à vos besoins.

Changer de fournisseur d’énergie est très simple, totalement gratuit et sans engagement de durée. Si vous êtes insatisfait des services de votre compagnie d’électricité, il vous est donc possible de résilier gratuitement votre contrat à tout moment.

Les offres sont très nombreuses sur le marché et il peut être difficile de s’y retrouver afin de sélectionner celle étant la plus adaptée à ses habitudes de consommation. Les conseillers Choisir.com sont joignables par téléphone (appel gratuit) afin de vous accompagner dans votre choix et vos démarches de souscription. N’hésitez également pas à consulter notre comparateur d’électricité en ligne pour découvrir les différentes offres disponibles.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous le prix du kWh pour quelques offres d’électricité compétitives en 2022 :

Fournisseurs alternatifs – Comparaison des prix du TTC (en €) en option Base selon la puissance souscrite
(juin 2022)

Puissance souscrite (en kVA)EDF – Tarif BleuTotalEnergies – Offre EssentielleHapp-e – Offre Happ-e 2 ans
3 kVA0,1740 €0,1680 €0,1806 €
6 kVA
9 kVA
12 kVA
15 kVA
18 kVA
24 kVA
30 kVA
36 kVA

En plus d’un appareil performant, choisir le fournisseur d’électricité le moins cher vous aidera à alléger votre facture d’énergie. Pour cela, il est essentiel de comparer les tarifs et les services afin de vous tourner vers celui qui vous correspondra le mieux.

Par ailleurs, il est essentiel de choisir un climatiseur adapté aux caractéristiques de votre logement (surface, taille des ouvertures vitrées, année de construction, etc.). Cela vous permettra de cibler un modèle selon vos besoins.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?