Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

Que faire en cas d’odeur de gaz ?

Une odeur de gaz détectée dans votre logement est souvent le signe d’une fuite ou d’un dysfonctionnement de l’un de vos appareils fonctionnant au gaz. Dès qu’une odeur se fait sentir, des mesures sont à prendre pour assurer la sécurité des habitants de la maison, mais aussi du voisinage. Voyons ensemble d’où peut provenir une odeur de gaz et comment réagir lorsque vous découvrez que du gaz s’échappe de l’un de vos appareils.

Odeur gaz fuite

Comment détecter une fuite de gaz ?

Avant toute chose, il est utile de préciser que le gaz naturel tel qu’il est extrait n’a aucune odeur. Inodore donc, il est également incolore, ce qui le rend particulièrement difficile à détecter en cas de fuite. Mais pourquoi arrive-t-il que le gaz sente ?

L’odeur, un précieux indice en cas de fuite de gaz

Très souvent, il est possible de détecter une fuite de gaz grâce à l’odorat. Explications.

Un gaz odorisé

En France, le gaz est odorisé depuis 1946, date à partir de laquelle est commercialisé le gaz naturel domestique.

Lorsqu’il est injecté dans le réseau de distribution, le gaz naturel est complété par un additif chimique à base de soufre. Ce composé, tétrahydrothiophène (THT), a une odeur soufrée qui se rapproche de celle d’un œuf pourri ou d’un chou en décomposition. Cela le rend particulièrement nauséabond et incommodant, alors qu’une odeur agréable pourrait ne pas déranger et alerter les utilisateurs.

La puissance olfactive du composé soufré rend le gaz détectable dès qu’il est dans l’air ambiant et cela même lorsque sa concentration est minime (1 %). De cette manière, il est possible pour les utilisateurs de suspecter une fuite ou un dysfonctionnement grâce à leur odorat.

Le tétrahydrothiophène n’a pas toujours été utilisé pour odoriser le gaz. Historiquement, c’était le EthylMercaptan (aussi appelé éthanethiol, mercaptan éthylique ou SultanT) qui servait d’odorant chimique. Cependant, son pouvoir corrosif sur les conduites de gaz et les gazoducs lui a valu d’être délaissé au profit du THT. De nos jours, le mercaptan sert encore à donner une odeur au gaz stocké en bouteilles. Le Vigileak® est, quant à lui, un mélange odorisant pour le GNL (Gaz Naturel Liquéfié) commercialisé par le groupe français Arkema. Sa meilleure stabilité chimique par rapport au THT et au Mercaptan, ainsi que son aspect plus économique sont particulièrement appréciés.

Une odeur pas toujours désagréable

En 1932, au début de la commercialisation de son gaz propane en bouteille, la société Butagaz utilisait un additif chimique dont l’odeur se rapprochait de celle du jasmin. Particulièrement agréable, cette senteur rendait difficile la détection olfactive d’une fuite de gaz. Pour des raisons de sécurité, l’additif a rapidement été abandonné.

Pourquoi odoriser le gaz ?

Utiliser du gaz sans odeur serait particulièrement risqué, notamment en cas de fuite. Il serait alors impossible de le détecter sans un appareil adapté. En effet, lorsque le gaz atteint une concentration dans l’air de l’ordre de 5,3 à 15 %, il devient dangereux et peut conduire à :

  • une forte intoxication ;
  • un incendie occasionnant des brûlures ;
  • une explosion avec la projection de débris.

Mais le gaz n’a pas toujours été odorisé à travers le monde. En 1937, une grave explosion due à une fuite de gaz inodore a causé la mort de plusieurs centaines de personnes au Texas. Cet incident dramatique a démontré l’utilité de rendre toute fuite de gaz détectable.

L’odorisation du gaz

En France, le gaz est odorisé dès son injection sur le réseau de distribution, au niveau des :

  • gazoducs d’entrée servant à transporter le gaz importé. L’odorisation se fait aux frontières ;
  • usines de regazéification, lorsque le GNL est acheminé par des méthaniers ;
  • unités de méthanisation où est produit le biométhane. La France en compte plusieurs.

Le gaz étant odorisé avant qu’il soit distribué, le réseau tout entier bénéficie donc d’un gaz à l’odeur soufrée.

En France, le THT qui sert à odoriser le gaz est injecté à hauteur de 15 à 40 mg par m3 de gaz. Cette quantité permet de détecter le gaz dès que sa concentration dans l’air atteint 1 %, ce qui représente 20 % de la limite inférieure d’inflammabilité (qui est de 5,3 %, comme nous l’avons vu précédemment).

Qu’en est-il pour les bouteilles de gaz ?

Le gaz en bouteille, butane ou propane, reçoit lui aussi un ajout de composé soufré. Les utilisateurs peuvent donc facilement détecter une éventuelle fuite due à un détendeur mal enclenché, par exemple.

Lorsque vous utilisez à la fois du gaz naturel et du gaz en bouteille (pour alimenter une plancha extérieure, par exemple), et que vous détectez une odeur de gaz, il est primordial d’en identifier la provenance.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Autres signes évocateurs d’une fuite de gaz

Certaines fois, d’autres signes peuvent signaler la présence de gaz dans l’air ambiant. Voyons cela.

Sur votre corps

L’odeur de gaz est le signe le plus connu qui évoque une fuite de gaz. Cependant, ce n’est pas le seul. En effet, d’un point de vue physiologique, une fuite de gaz peut aussi causer :

  • des maux de tête ;
  • une fatigue soudaine ;
  • des nausées.

Respirer un mélange gaz-air n’est pas toxique et provoque des maux bénins qui disparaissent rapidement une fois que le gaz s’est dissipé. Cependant, il est important de prendre en compte ces signes qui indiqueraient une fuite de gaz. En effet, si la fuite n’est pas traitée, une trop forte concentration de gaz peut conduire à une explosion si une étincelle est créée.

Sur votre facture

Une facture anormalement élevée alors que vos habitudes de consommation n’ont pas changé peut également indiquer une fuite de gaz. Si elle se trouve à l’extérieur (au niveau des canalisations ou du compteur, par exemple), il est possible de ne pas vous en rendre compte immédiatement.

Dans le cas où vous jugez que vos consommations ont bondi, il peut être judicieux de rechercher une éventuelle fuite. Cependant, d’autres causes peuvent expliquer une facture de gaz élevée, comme des appareils énergivores ou un mauvais entretien de votre installation.

Les différentes possibilités de provenance des odeurs de gaz

Une odeur de gaz provient d’une fuite de gaz qui peut être plus ou moins importante et plus ou moins dangereuse. Identifier rapidement cette fuite permet de prévenir tout accident. Voici d’où peuvent venir les odeurs de gaz.

Le cas d’une installation au gaz naturel

Les logements raccordés au gaz naturel bénéficient d’une installation qui permet d’alimenter les différents appareils raccordés au gaz, comme :

  • une chaudière qui sert au chauffage et à la production d’eau chaude ;
  • des appareils de cuisson (table de cuisson avec des foyers au gaz, four, plancha ou autre).

L’odeur de gaz peut provenir d’une fuite causée par :

  • un appareil défectueux, usé ou mal entretenu, telle que la chaudière, par exemple ;
  • un branchement mal effectué ou défectueux.

Dans tous les cas, il est nécessaire et même impératif de localiser la fuite pour pouvoir, si possible, couper le robinet de gaz qui alimente le matériel. Toutefois, une fuite sur un appareil peut en cacher une autre ailleurs. Pour ne pas « rater » une éventuelle fuite, il est préférable de couper tous les robinets de gaz de la maison.

Sur ce schéma, vous pouvez voir que les robinets de votre installation sont présents après le compteur de gaz, dans votre domicile :

odeur de gaz robinet compteur
Source : Le médiateur national de l’énergie.

Le robinet d’arrivée de gaz situé avant votre compteur est quant à lui géré par le gestionnaire de réseau de distribution du gaz, GRDF.

Bon à savoir

En cas de fuite, le compteur dispose d’un dispositif de sécurité qui permet de le « désarmer » et de couper l’arrivée de gaz. Ce dispositif peut être comparé au disjoncteur présent sur un tableau électrique. Lorsque le compteur reçoit une trop forte demande de gaz (souvent assimilée à une fuite), il se désarme tout seul et se met en sécurité, la fourniture de gaz est alors coupée.

La présence de bouteilles de gaz

Nous l’avons vu, les bouteilles de gaz ou les citernes (enterrées, semi-enterrées ou aériennes) reçoivent elles aussi un ajout chimique pour rendre toute fuite détectable. Sur une bouteille, l’odeur peut avoir différentes provenances :

  • le tuyau de raccordement est défectueux et peut avoir des micro-fissures difficiles à voir à l’œil nu. Respecter la date de péremption présente sur le tuyau assure une utilisation optimale de cet accessoire indispensable pour relier la bouteille de gaz à l’un de vos appareils (plaque de cuisson, plancha, etc.) ;
  • le détendeur est abîmé, encrassé ou inadapté à la bouteille (pour une bouteille contenant du butane, il faut un détendeur 28 mbar, tandis qu’un détendeur 37 mbar est nécessaire pour une bouteille propane). Si la fuite provient du détendeur, il faut impérativement le changer ;
  • la bouteille est vide ou contient trop peu de gaz pour être utilisée, dans ce cas, il est préférable de ne pas la garder et de la ramener où vous l’avez achetée (supermarché, station-service, etc.).

Quelle que soit la provenance de la fuite, il est impératif de fermer l’arrivée de gaz de la bouteille. Pour cela, vous devez orienter le robinet de votre bouteille sur la position « F » ou « fermé ».

Odeur émanant du compteur de gaz

Un compteur de gaz défectueux peut aussi être responsable d’une fuite de gaz au niveau de votre coffret de gaz. Dès lors que vous constatez une odeur s’échapper du compteur, il est urgent de prévenir les secours en faisant le 112 et de vous éloigner du compteur. Les secours vont immédiatement contacter le gestionnaire du réseau de gaz pour une intervention d’urgence, tandis que pompiers, gendarmes ou policiers vont procéder à l’évacuation du voisinage.

Toutes ces précautions vont servir à stopper la fuite de gaz et à mettre à l’abri les personnes situées à proximité. Dans le cas d’un compteur de gaz défectueux et présentant une fuite, le remplacement du boîtier est immédiat et gratuit, dès lors que la détérioration ne résulte pas d’un acte volontaire.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Les bons gestes en cas d’odeur de gaz

Lorsque vous détectez une odeur de gaz dans votre logement, plusieurs précautions sont à prendre. Garder son calme est la meilleure façon de maîtriser ses gestes face à une odeur de gaz. En effet, sous l’effet de la panique, de mauvaises décisions pourraient être prises.

1. Aérer au maximum la pièce

Dès la moindre odeur suspecte, il est nécessaire d’ouvrir les fenêtres et les portes en grand afin que le gaz se dissipe rapidement et que l’air se renouvelle. Un renouvellement d’air est important pour faire baisser la concentration de gaz dans l’air et ainsi éviter les risques d’incendie ou d’explosion.

Toutefois, lorsque vous ouvrez vos portes et fenêtres, assurez-vous de n’utiliser aucun système électrique. Ainsi, si vos volets sont électriques et qu’ils sont fermés, ne les ouvrez pas. Ouvrez simplement les fenêtres sans toucher aux volets, ouvrez aussi toute autre fenêtre sans volet et les portes.

2. Éviter toute source de chaleur

Le gaz est inflammable au-delà de 650 °C. Dès qu’une odeur de gaz est détectée, il est impératif de ne pas utiliser les appareils électriques pouvant produire une flamme qui sont présents dans le logement. En cas de forte concentration de gaz dans l’air, la moindre étincelle peut occasionner une explosion. Voici une liste non-exhaustive de produits ou d’équipements qui pourraient provoquer des étincelles :

  • le téléphone ;
  • les interrupteurs des luminaires ou pour les volets électriques ;
  • une lampe de poche ;
  • un briquet ou des allumettes ;
  • une cigarette ;
  • tout appareil branché sur une prise électrique ;
  • l’ascenseur ;
  • un ordinateur portable ;
  • la sonnette de la maison, etc.

3. Sortir du logement et avertir les voisins

Une fois les fenêtres ouvertes, quittez les lieux pour éviter tout risque d’intoxication. C’est une fois dehors que vous pourrez prévenir les secours qui vous donneront les consignes à suivre et lanceront la procédure d’intervention d’urgence.

Après avoir prévenu les secours, avertissez vos voisins, sans sonner à la porte, en particulier si vous résidez dans un immeuble collectif ou dans une maison mitoyenne.

4. Contacter les secours

  • Si vous sentez une odeur de gaz : une fois dehors, contactez depuis votre téléphone portable ou depuis la ligne fixe des voisins : Urgence Sécurité Gaz au 0 800 47 33 33 (appel gratuit depuis un poste fixe ou un téléphone mobile, 24 h/24 et 7 j/7).
  • Si un incendie s’est déclenché ou que le gaz brûle, ne tentez pas de l’éteindre et appelez directement : les pompiers au 18 ou au 112.

Rappelons qu’il est primordial de ne pas utiliser votre téléphone, portable ou fixe, dans le logement où l’odeur de gaz est détectée.

Par ailleurs, il est inutile de contacter votre fournisseur de gaz qui, non seulement pourrait mettre de précieuses minutes à répondre à votre appel, mais qui en plus ne serait pas en mesure de vous aider dans l’urgence.

5. Si possible, désarmer le compteur de gaz

Si votre compteur est accessible et se trouve dans un endroit éclairé par la lumière naturelle, vous avez la possibilité de le désarmer afin de le mettre en sécurité et de couper l’arrivée de gaz. Dans le cas où le compteur se trouve dans une pièce plongée dans l’obscurité et qu’une lampe est nécessaire pour vous éclairer, ne tentez pas de désarmer le compteur.

Cette procédure n’est pas toujours possible, en particulier si votre boîtier est inaccessible ou que vous n’êtes pas à l’aise avec le fait de manipuler votre compteur. Cependant, il peut être utile de savoir que cette option est possible.

Pour désarmer votre compteur, vous devez ouvrir le coffret de gaz pour trouver le dispositif de mise en sécurité qui peut être, selon le type de compteur :

  • un levier ;
  • une valve ;
  • un bouton rouge.

En cas de doute, il est préférable de ne pas toucher à votre compteur, les techniciens d’Urgence Sécurité Gaz interviennent généralement très rapidement et procèdent eux-mêmes au désarmement du compteur.

6. Attendre avant de regagner votre logement

Une fois l’arrivée de gaz coupée, les techniciens vont chercher à identifier la fuite. Si elle provient de l’un de vos appareils, vous devrez le faire réparer ou le changer.

Une fois tout danger écarté et avec l’autorisation des différents intervenants, vous pourrez enfin regagner votre domicile en toute sécurité.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Comment éviter les fuites de gaz et s’en prémunir ?

Nous l’avons vu, les fuites de gaz sont souvent la conséquence d’un appareil défectueux ou mal entretenu. Nous vous livrons quelques conseils afin d’éviter des fuites.

Faire entretenir votre chaudière

Le décret n°2009-649 du 9 juin 2009 a rendu obligatoire l’entretien des chaudières au gaz dont la puissance nominale est comprise entre 4 et 400 kilowatts. Cette règlementation s’applique aux chaudières à gaz, mais aussi aux chaudières fonctionnant avec du fioul, du bois, du charbon ou celles qui sont multicombustibles. Les pompes à chaleur et les appareils de chauffage avec ventilation sont également concernés.

Que comprend l’entretien de la chaudière ?

La vérification de la chaudière et de l’installation de gaz doit être faite par un Professionnel du Gaz (PG) agréé Qualigaz, qui peut être un plombier-chauffagiste.

Un fois par an, le professionnel agréé :

  • vérifie l’état de la chaudière ;
  • nettoie les différents organes de votre matériel et procède aux réglages nécessaires (purge, etc.) ;
  • contrôle les émissions de polluants atmosphériques et vérifie les performances énergétiques de la chaudière ;
  • mesure le taux de monoxyde de carbone dans l’air ambiant.

Votre contrat d’entretien peut aussi prévoir :

  • la purge les radiateurs (le plombier vide l’eau présente dans l’installation puis la remplit depuis les robinets de la chaudière) ;
  • la vérification des raccordements en gaz au niveau de la plaque de cuisson, du four ou de la gazinière.

Ces mesures vous assurent que vos appareils au gaz et votre installation sont en accord avec la règlementation et qu’ils peuvent être utilisés en toute sécurité.

Quel contrat d’entretien pour la chaudière ?

Il est utile de savoir que certains fournisseurs de gaz, comme TotalEnergies, Engie, Gaz de Bordeaux ou encore Eni, proposent un service d’entretien pour votre chaudière. Ce service peut être ajouté à votre contrat pour seulement quelques euros par mois.

Par ailleurs, pour trouver les meilleurs tarifs de gaz, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur d’offres de gaz. Vous avez également la possibilité de contacter gratuitement par téléphone l’un des conseillers Choisir.com pour demander conseil et obtenir de l’aide dans vos démarches.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Bien utiliser vos bouteilles de gaz

Faire contrôler votre installation une fois par an est utile pour vos appareils raccordés au gaz naturel. En ce qui concerne les bouteilles de butane ou de propane, il convient aussi de les utiliser correctement afin d’éviter tout accident. Pour cela, vous devez :

  • vérifier la date de péremption du tuyau de raccordement entre la bouteille et votre appareil (le tuyau est généralement blanc). Remplacez-le si la date est dépassée ;
  • toujours stocker la bouteille de gaz debout (ne pas la coucher, même si cela vous fait gagner de la place) ;
  • vous assurer que vous utilisez le bon détendeur pour votre bouteille de gaz ;
  • ne pas garder de bouteilles vides.

Faire installer une alarme de détection de gaz

Moins connue et répandue que le détecteur de fumée rendu obligatoire depuis le 8 mars 2015, l’alarme de détection pour le gaz est un petit appareil qui est capable de vous prévenir lorsque le taux de gaz dans l’air est anormal.

Les détecteurs de gaz standards sont capables d’identifier le gaz naturel, le propane et le butane. L’emplacement du détecteur varie selon le type de gaz utilisé. Pour le gaz naturel domestique, l’installation se fait au plafond, à l’instar du détecteur de fumée. Cependant, pour le propane et le butane, ce type d’alarme doit être placé au sol.

Une alarme de détection de gaz ne peut se substituer à un détecteur de fumée qui est obligatoire dans tous les logements. Ces deux appareils sont complémentaires et permettent d’assurer une sécurité optimale en cas d’incendie ou de fuite de gaz. Son installation doit être faite, de préférence, par un chauffagiste ou un plombier.

Vous savez désormais tout ce qu’il faut connaître sur les odeurs de gaz, d’où elles peuvent provenir, pourquoi le gaz a ce parfum si particulier et comment faire dès que vous sentez le gaz. Grâce à nos conseils, vous êtes maintenant en mesure de prendre les bonnes décisions, sans paniquer, dès qu’une fuite de gaz est suspectée dans votre logement.

Rassurez-vous, le gaz naturel est une source d’énergie sans danger. En effet, les accidents sont rares et sont souvent la conséquence de mauvais traitements des conduites de gaz au cours de travaux ou encore d’installations intérieurs mal entretenues, mal utilisées ou non conformes.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?