Depuis le 17 mars, la France est en déficit climatique

Comme le rappelle Greenpeace dans un communiqué de presse, le Jour du dérèglement correspond au jour où « la France a émis […] l’intégralité des gaz à effet de serre qu’elle devra émettre en une année en 2050 pour respecter son objectif de neutralité carbone ». En termes simples, cela signifie qu’à partir du 17 mars, « la France va creuser sa dette climatique ».

Comment est déterminée la date du Jour du dérèglement climatique ?

Pour déterminer la date du jour du dérèglement, les membres de l’Affaire du Siècle ont fait appel au cabinet de conseil indépendant Carbone 4.

Ce dernier s’est appuyé sur les objectifs fixés par la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC), instaurée par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte. Il s’agit de la « feuille de route de la France pour lutter contre le changement climatique » et atteindre à la neutralité carbone à horizon 2050. Cet objectif a été confirmé par le Plan Climat en juillet 2017. Il est également au cœur de la Loi Energie Climat de 2019.

Bon à savoir

La Stratégie Nationale Bas Carbone a été adoptée en 2015. Elle prévoyait alors une réduction de 75 % des émissions de gaz à effet de serre françaises d’ici 2050. La SNBC a ensuite été révisée. Cette révision a donné lieu à une augmentation de l’objectif climatique français. Il devient alors celui que l’on connait aujourd’hui : atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.

Pour atteindre cette neutralité carbone, la Stratégie Nationale Bas Carbone a déterminé la quantité maximale d’émissions de GES que peut émettre la France en un an. On peut ainsi lire dans la synthèse de la SNBC mise en ligne par le Ministère de la Transition Ecologique que « à l’horizon 2050, la France atteindra un niveau d’émission que l’on pourra considérer comme incompressible, en particulier dans les secteurs non énergétiques (agriculture et procédés industriels): environ 80 mégatonnes équivalent CO2 (Mt CO2eq) ». Cela implique de diviser par 6 les émissions de GES françaises par rapport aux niveaux de 1990.

Selon les prévisions de Carbone 4, les émissions de gaz à effet de serre françaises devraient atteindre 389 mégatonnes équivalent CO2 en 2021. A ce rythme, le pays ne devrait alors atteindre la neutralité carbone qu’à partir de 2084.

Bon à savoir

En 2020, le jour du dérèglement a eu lieu le 5 mars, soit 12 jours plus tôt qu’en 2021. Loin de se féliciter de ce recul, les membres de l’Affaire du Siècle l’imputent directement aux mesures sanitaires ayant entraîné le ralentissement ou l’arrêt de certains secteurs très polluants. Greenpeace ira même jusqu’à affirmer qu’il s’agit « d’une évolution totalement conjoncturelle, d’une situation subie, et qui ne résulte pas de nouvelles mesures politiques climatiques ambitieuses et durables. »

Le Jour du dérèglement 2021 intervient dans un dans un contexte où le travail parlementaire sur la loi Climat et Résilience a commencé le 8 mars, en vue d’un examen en plénière le 29 mars. Il vient donc appuyer l’appel des membres de l’Affaire du Siècle et d’autres associations environnementales à rehausser les ambitions de ce projet de loi ne cessant de susciter la controverse depuis plusieurs mois.

Quelle est la différence entre le Jour du dérèglement et le Jour de dépassement ?

Le jour du dérèglement fait écho à une autre journée tristement célèbre : le jour du dépassement. Ces journées renvoient toutes deux directement à la notion de dette climatique. Ils n’ont cependant pas la même signification ni la même portée.

Le jour du dépassement s’appuie sur la mesure de l’empreinte écologique humaine à l’échelle mondiale. Il correspond au jour où « l’Homme prélève davantage de ressources que ce que la planète produit en une année ». Il a donc une portée mondiale, et ne concerne pas uniquement les émissions de gaz à effet de serre.

Le jour du dérèglement est déterminé uniquement en fonction des émissions de gaz à effet de serre. Il a également une portée nationale et non mondiale, puisqu’il ne concerne que la France.

Bon à savoir

En 2020, le Jour du dépassement a eu lieu le 20 août.

Comment réduire et limiter ses émissions de gaz à effet de serre ?

Saviez-vous qu’un Français émet en moyenne plus de 9 tonnes de dioxyde de carbone par an, d’après l’Agence de la Transition Ecologique (ADEME) ? Chaque personne peut agir contre le dérèglement climatique à son échelle. Cela passe à la fois par la mise en place d’éco-gestes au quotidien et par des choix de consommation plus respectueux de l’environnement.

Limiter sa consommation d’énergie grâce à des écogestes

L’ADEME est formelle : « les principales sources d’émissions de gaz à effet de serre « domestiques » sont le chauffage de l’habitation et les déplacements en voiture ».

Pour limiter les émissions de gaz à effet de serre de votre logement, commencez par éviter de le surchauffer ! L’ADEME recommande chauffer à 19 degrés les pièces de vie comme le salon, à 17 degrés les chambres, et à 22 degrés la salle de bain. Une augmentation de 1 degré entraîne une hausse de 7 % de la consommation d’énergie liée au chauffage !

En ce qui concerne vos déplacements, privilégiez les transports en commun pour vos déplacements quotidiens. Pour vos vacances, privilégiez le train à l’avion ou à la voiture.

Enfin, limitez la consommation d’énergie globale de votre logement grâce à de petits gestes simples comme :

  • éteindre la lumière dans les pièces inoccupées ;
  • privilégier les lessives à basse température ;
  • privilégier les appareils électroménagers bénéficiant d’une haute classe énergétique.

Bon à savoir

Si vous êtes propriétaire, ne négligez pas la réalisation de travaux de rénovation énergétique afin d’améliorer l’efficacité énergétique de votre logement ! Ces travaux sont éligibles à plusieurs aides financières comme MaPrimeRénov’ ou l’éco-prêt à taux zéro, dit éco-PTZ.

Réduire l’impact climatique de sa consommation d’énergie grâce à une offre de fourniture plus verte

Différentes offres de fournitures vous permettent également de réduire l’impact écologique de votre consommation d’énergie.

Les offres vertes

Les offres vertes sont proposées à la fois par les fournisseurs d’électricité et les fournisseurs de gaz. Elles vous permettent de vous assurer que l’équivalent d’un certain pourcentage de votre consommation d’énergie défini dans les modalités de votre contrat est réinjecté dans le réseau de distribution sous forme d’énergie issue d’énergies renouvelables. Pour le gaz naturel, il s’agit de biométhane, un gaz vert issu de la biomasse. Pour l’électricité, il s’agit d’électricité verte produite grâce à des éoliennes, des panneaux photovoltaïques (énergie solaire), des centrales hydrauliques, des centrales biomasse, et plus rarement des centrales géothermiques. Avant de choisir votre offre, assurez-vous que le fournisseur est en mesure de vous présenter des Garanties d’Origine, qui attestent du caractère renouvelable de l’énergie qu’il commercialise.

Bon à savoir

Pour choisir votre offre verte, vous pouvez vous appuyer sur notre comparateur des fournisseurs de gaz et d’électricité. Vous pouvez également faire appel à nos experts, qui vous renseigneront gratuitement.

La compensation carbone volontaire

Vous pouvez également choisir de mener des projets de compensation carbone volontaire. Ils vous permettent de compenser les émissions de gaz à effet de serre incompressibles liées à vos activités quotidiennes. Cette compensation s’opère grâce à la conduite de projets de réduction ou d’émissions de gaz à effet de serre partout dans le monde. Ils peuvent être de natures très différentes, allant d’opérations de reforestation et d’agroforesterie à la construction de méthaniseurs.

Bon à savoir

Attention, ne vous méprenez pas. Mener un projet de compensation carbone volontaire ne vous exempte pas de faire des efforts au quotidien pour réduire votre consommation d’énergie. Ces projets ont uniquement vocation à compenser les émissions de GES incompressibles. Il ne s’agit en aucun cas de compenser les émissions de gaz à effet de serre entraînée par des comportements inutilement énergivores, comme une ouverture prolongée des fenêtres en plein hiver alors que le chauffage est allumé par exemple.

Les contrats compensés carbone sont une forme particulière de projet de compensation carbone volontaire. Ils sont proposés par les fournisseurs de gaz. En fonction des modalités de votre contrat, votre fournisseur vous assure les émissions de GES d’un certain pourcentage de votre consommation d’énergie sont compensées par des projets de compensation carbone volontaire. Ces projets sont directement menés par le fournisseur.

Bon à savoir

Tous les fournisseurs ne font pas preuve de la même éthique. Certains n’hésitent pas à faire preuve de greenwashing. Assurez-vous du sérieux des professionnels que vous avez choisis avant de souscrire à ce type de contrat.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h