Les constats de la CRE sur le tarif réglementé de l’électricité 

Dans son rapport, la CRE dresse un état des lieux des tarifs réglementés de l’électricité. Elle indique les augmentations de ce tarif et les alternatives existantes.

Une hausse du Tarif Bleu d’EDF

C’est l’un des premiers constats de la CRE. Le dossier montre que le tarif réglementé de l’électricité a subi de fortes hausses ces dernières années. Les chiffres sont parlants.

La facture annuelle en euros constants d’un client au Tarif Bleu en option Base avec un compteur de 6 kVA est passée de 348 € en 2010 à 506 € en 2021.

Ces hausses s’expliquent par :

  • Le programme de maintenance des centrales nucléaires, le grand carénage. En effet, selon RTE, le gestionnaire de transport d’électricité le nucléaire représentait 70,6% du mix énergétique de la France en 2019 ;
  • L’écrêtement de l’ARENH. Par le biais de l’Accès Régulé à l’Énergie Nucléaire Historique (ARENH), les fournisseurs alternatifs peuvent acheter à un prix stable et économique, le MWh d’électricité nucléaire à 42 € à EDF. Ce système est limité à la vente totale de 100 TWh. Lorsque la demande d’ARENH est supérieure à 100 TWh, les fournisseurs alternatifs sont obligés d’aller se fournir sur les marchés de gros plus cher, ce qui fait monter le prix de l’énergie ;
  • Les hausses des taxes. Principale taxe sur l’électricité, la Contribution au Service Public de l’Électricité (CSPE) est passée de 3,3 € le MWh en 2003 à 22,50 € en 2020.

Toutefois, la CRE invite les ménages à prendre ces chiffres avec du recul. « Il faut néanmoins relativiser cette hausse des TRVE : en euros constants 2020, les TRVE bleus résidentiels hors taxe sont toujours inférieurs aujourd’hui à ceux de 1996. » affirme-t-elle.

Malgré ses hausses, la CRE fait savoir que les consommateurs français disposent d’un prix de l’électricité relativement bas. En effet, il demeure inférieur aux tarifs de nombreux pays d’Europe de l’Ouest (Allemagne, Espagne, Portugal, etc.).

Électricité : des offres de marché moins chères que le tarif réglementé

Alors même qu’un grand nombre de clients (69% au 31 décembre 2020) continue à souscrire au Tarif Bleu d’EDF, les offres de marché apparaissent comme plus avantageuses.

Comme l’explique l’institution, en faisant le choix d’une offre de marché, les consommateurs économisent « 6% en moyenne sur la facture globale ». D’un point de vue du prix, la concurrence est donc souvent bénéfique pour le consommateur.

Sachez que ce chiffre reste une moyenne. Il existe des offres d’électricité proposant parfois jusqu’à 15% de réduction sur le prix du kWh par rapport aux tarifs réglementés de vente (TRV) de l’électricité. Pour trouver la meilleure offre, pensez à utiliser notre comparateur d’électricité.

Quid des tarifs réglementés du gaz ?

La CRE s’étend moins sur le marché du gaz. Elle montre avant tout les évolutions du tarif réglementé et rappelle la fin à venir du TRV.

Quelles évolutions des prix du gaz ?

Le TRV du gaz a baissé depuis quelques années. Son niveau est inférieur à l’année 2015. Mais, il tend à remonter depuis l’été 2020. À titre d’exemple, la CRE met en exergue la dernière augmentation en date « au 1er juin 2021, les tarifs réglementés hors taxe d’Engie augmentent de 4,4 % par rapport au barème en vigueur applicable depuis le 1er mai 2021. »

Plusieurs phénomènes peuvent expliquer cette remontée des prix :

  • Une hausse de la demande, notamment en Asie mais aussi en Europe puisque « le mois d’avril 2021 a été le plus froid depuis 20 ans en France » ;
  • Un accident ayant bloqué le Canal de Suez ;
  • Une augmentation des prix du carbone. Sur le marché du carbone, les entreprises achètent des crédits carbone, un droit à polluer selon le principe du « pollueur-payeur ». La combustion du gaz entraîne la production de CO2, un gaz responsable du réchauffement climatique. Le secteur gazier est donc touché par les hausses des tarifs du CO2.

La fin du TRV du gaz

Sur le marché du gaz, le tarif réglementé n’est plus commercialisé depuis 2019 pour les particuliers. Il est impossible d’y souscrire suite à un déménagement ou au moment de changer de fournisseur. On ne peut plus non plus y revenir lorsque l’on décide de quitter le tarif réglementé pour un fournisseur alternatif.

Cela étant, l’offre existe encore. Le TRV reste pratiqué pour les ménages anciennement clients. Cela signifie qu’il n’a pas été supprimé pour les consommateurs n’ayant pas changé de fournisseur. Aujourd’hui, « 2,94 millions auprès d’Engie et 280 000 auprès d’une entreprise locale de distribution (ELD) » continuent à disposer des tarifs réglementés du gaz naturel, fait savoir la CRE.

Pour rappel, Engie est le fournisseur historique de gaz (ex-GDF) sur 95% du territoire. Les ELD de leur côté sont des petits fournisseurs historiques locaux. Elles œuvrent sur 5% du territoire. Dans ces zones, la concurrence n’est que peu développée.

Bon à savoir

Les TRV du gaz disparaitront en juillet 2023 et ne sont pas les plus économiques. Il existe des offres de gaz moins chères. Afin de déterminer le fournisseur le plus adapté à votre budget, pensez à comparer les offres de gaz.