Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

Compteur Linky : un surcoût à payer pour les récalcitrants

Linky est le nom, bien connu, du compteur intelligent installé depuis 2015 par Enedis. Son déploiement était censé être complet en 2021 en France. Toutefois, force est de constater que ce compteur nouvelle génération ne fait pas encore l’unanimité dans notre pays. En effet, même si son installation est théoriquement obligatoire, certains Français refusent toujours d’équiper un compteur Linky à leur domicile. Pour ces récalcitrants, le passage à 2023 est désormais synonyme de risque de surfacturation. Car, depuis le 1er janvier, toutes les personnes qui ont refusé d’installer un compteur Linky devront payer plus cher pour faire relever leur consommation. Choisir.com revient sur cette mesure qui est loin de plaire à tout le monde.

Linky payant pour les réfractaires

Une indemnité supplémentaire à régler pour tous ceux qui n’ont pas de compteur Linky

Linky est le nom du compteur électrique jaune fluo qui permet de relever la consommation à distance. Aujourd’hui, 90 % des clients Enedis en sont équipés. Cela représente 35 millions de compteurs installés dans l’Hexagone. Sa pose est obligatoire « pour tenir compte des évolutions techniques et répondre aux enjeux présents et futurs de la transition énergétique » explique le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité français.

Reste que, encore en 2023, tous les ménages n’en ont pas installé un. Même s’il ne s’agit « que » de 10 % des clients, Enedis estime que cela représente malgré tout 4 millions de foyers français. Parmi eux :

  • certains n’ont pas de Linky par choix et refus volontaire ;
  • d’autres font face à une impossibilité technique qui empêche l’installation d’un compteur Linky.

« À partir de 2023, les ménages ayant refusé l’installation du compteur Linky […] devront payer une indemnité pour couvrir ce service, quel que soit leur fournisseur d’énergie » a ainsi fait savoir le gouvernement en 2022. Une décision qui a en réalité été prise par la Commission de régulation de l’Énergie (CRE) dès mars 2022 et qui ne concerne que les personnes récalcitrantes. Les clients se heurtant à une impossibilité technique ne seront donc évidemment pas concernés par cette surfacturation.

Cette indemnité prendra la forme d’un forfait supplémentaire à payer d’environ 50 € par an. Cette sanction visant les réfractaires au compteur Linky est justifiée par Enedis par le fait que le groupe doive envoyer un opérateur pour effectuer les relevés des compteurs ancienne génération.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Une mesure qui ne fait pas l’unanimité

Néanmoins, il faut malgré tout savoir qu’en 2023 et 2024, il sera encore possible pour les « anti-Linky » d’échapper au règlement de ce surcoût. En effet, tous les clients concernés ont alors la possibilité d’envoyer, au moins une fois par an, un auto-relevé de consommation d’électricité. Cela permettra donc d’éviter le paiement de cette indemnité supplémentaire.

En revanche, cette solution ne sera possible que pendant deux années, et ne le sera donc plus dès 2025. Le site d’information du service public fait ainsi savoir que « si en janvier 2025 vous n’êtes toujours pas équipé d’un compteur Linky, […] vous ne bénéficierez plus de la gratuité, que vous réalisiez ou non d’auto-relevés. »

Autant de points qui sont loin de passer auprès des clients qui refusent l’installation d’un Linky et montrent leur mécontentement face à ces nouvelles mesures. Interrogé par Europe 1, un habitant de Marseille confie : « Ça nous revient à peu près à 8,60 € tous les deux mois, donc de 50 à 60 € par an pour un relevé. C’est plus cher que le tarif du compteur. »

Si beaucoup de clients se rassurent pour l’instant avec l’envoi d’un auto-relevé, ils regrettent également grandement que cette possibilité ne soit déjà plus d’actualité dès 2025. C’est le cas, par exemple, d’Élisabeth Pelliccio, présidente du comité de quartier Saint-Antoine à Marseille : « D’ici deux ans, on avisera à ce moment-là. On ne le prend pas très bien, c’est le choix des gens de ne pas vouloir le compteur Linky et il faudrait que ce soit respecté. Ça fait quand même 60 euros. »

En réalité, cette indemnité supplémentaire devrait être fixée à 8,30 € tous les deux mois. Cela reviendrait donc, sur un an, à un surcoût de 49,80 € HT. De son côté, Enedis a également rappelé, concernant le Linky, que « son installation ne peut pas relever d’un choix personnel. » Pour le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité, le Linky « engage l’intérêt collectif » avec son objectif de répondre aux enjeux de la transition énergétique. Face à cela, l’argument de refus personnel n’est donc pas valable selon le groupe.

Reste que, dans ce contexte de crise énergétique qui frappe tant de foyers, c’est bien une nouvelle dépense supplémentaire que devront, à terme, prévoir beaucoup de Français sur leur budget. Pour essayer malgré tout de réaliser des économies, pourquoi ne pas réfléchir à changer de fournisseur d’énergie ? Le Comparateur de Choisir.com vous guide pas à pas pour vous aider à trouver la solution qui vous permettra de réduire vos factures.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation