Interventions pour impayés : une baisse de 18% en 2020

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de comprendre ce que sont les interventions pour impayés. Il peut s’agir :

  • D’une coupure de gaz ou d’électricité ;
  • D’une réduction de puissance du compteur électrique (Passage de 6 kVA à 3 kVA, par exemple). La puissance de votre compteur vous permet de consommer une certaine quantité d’électricité à un instant T. Avec une puissance de compteur de 6 kVA, vous pouvez utiliser 6000 W de puissance en même temps. Si la puissance est bridée à 3 kVA, vous pourrez moins consommer (3000 W maximum). En cas de dépassement de puissance, le compteur disjonctera. Pour faire un parallèle, c’est un peu comme si l’on baissait votre plafond bancaire.

Les interventions pour impayés ont eu tendance à augmenter ces dernières années. Comme le met en avant le réseau RAPPEL, spécialisé dans la lutte contre la précarité énergétique, « en 2019, alors que la crise sanitaire n’avait pas encore frappé les ménages français, une hausse de 17% des interventions pour impayés a été enregistrée (672 400 interventions pour impayés en 2019, contre 572 440 en 2018) ».

Et contrairement à toute attente, les interventions pour impayés sont portées à 551 721 l’an dernier. Elles ont donc baissé de 18% en 2020. Plus spécifiquement, on compte :

  • 467 201 interventions pour impayés en électricité, dont 252 077 réductions de puissance, soit un recul de 16 % par rapport à 2019 ;
  • 84 520 interventions pour le gaz, soit 29 % de moins qu’en 2019.

Cette année, les coupures ont particulièrement touché les populations jeunes. « La précarité liée à l’énergie est plus forte chez les 18-34 ans : 20 % des ont connu une coupure suite à des difficultés de paiement. » fait savoir le Médiateur de l’Énergie.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Trêve hivernale et baisse des coupures d’énergie

Ces chiffres s’expliquent par une prolongation de la trêve hivernale. En temps normal, la trêve hivernale dure du 1er novembre au 31 mars de l’année qui suit. Mais, du fait de l’épidémie de Covid-19, les pouvoirs publics ont prolongé la trêve hivernale jusqu’au 10 juillet 2020, l’an dernier.

Pendant cette période, les coupures de courant et de gaz sont interdites. Des réductions de puissance peuvent avoir lieu sauf chez les ménages bénéficiaires du chèque énergie.

Cette diminution des impayés est donc une baisse en « trompe-l’œil ». Elles sont dues à une impossibilité juridique pour les fournisseurs de demander

  • à Enedis, le gestionnaire de réseau d’électricité, de procéder à des coupures d’électricité ou des réductions de puissance ;
  • à GRDF, le gestionnaire de réseau de gaz, d’effectuer des suspensions d’alimentation en gaz.

Pour autant, cela ne signifie pas une baisse des impayés. L’Anode, l’association qui représente les fournisseurs alternatifs, avaient indiqué que dès le mois de mai 2020, la prolongation de la trêve hivernale se chiffrait « déjà en dizaines de millions d’euros » d’impayés.

Vers une hausse des impayés en 2021 ?

L’année 2021 marquera-t-elle une nouvelle hausse des interventions pour factures d’énergie impayées ? C’est en tout cas, ce que craint le Médiateur de l’Énergie. En effet, les ménages restent redevables de leur facture auprès de leurs fournisseurs. « Pour ceux dont les dettes s’accumulent, ce n’est qu’un sursis qui laisse craindre une reprise importante des coupures d’énergie dès la fin de la trêve, à partir du 1er juin prochain. » explique le Médiateur National de l’Énergie.

Une angoisse partagée par de nombreux consommateurs. Selon le Baromètre Énergie-info 2020, pour 71 % des ménages, les factures d’énergies constituent un poste de dépense important. À tel point que certains n’hésitent pas à brider leur consommation pour faire baisser leur facture. 53 % des ménages ont indiqué avoir limité le chauffage de leur logement pour des raisons économiques.

Bon à savoir

Cette année encore, la trêve hivernale est prolongée. Elle a débuté au 1er novembre 2020 et se terminera au 1er juin 2021. Les ménages sont donc protégés jusqu’à cette date.

Facture d’électricité ou de gaz impayée : que faire ?

Si vous faites face à une facture d’énergie impayée, il est important de ne pas laisser le litige avec votre fournisseur s’aggraver. Comment réagir ?

Prendre contact avec son fournisseur

En cas de difficultés de paiement, la première chose à faire est de contacter son fournisseur d’énergie. Demandez à être mis en lien avec le « correspondant solidarité-précarité » de votre opérateur. Ainsi, vous pourrez exposer votre situation et voir comment mettre en place un échéancier de paiement.

Se tourner vers le fonds de solidarité pour le logement (FSL) 

Si les négociations avec le fournisseur n’aboutissent pas ou si les difficultés perdurent, vous pouvez demander à bénéficier du Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL).

Il s’agit d’une aide d’État octroyée aux ménages sous forme de prêt ou de subvention. Elle permet de prendre en charge des dépenses liées au logement (facture d’électricité, de gaz, d’eau, loyers, etc.).

Pour demander cette aide, il faudra contacter les services sociaux :

  • de votre mairie ;
  • présents dans le point budget conseil le plus proche de chez vous. Il s’agit de structures d’accueil et d’orientation pour les ménages précaires.

Pendant l’instruction de votre demande de FSL, l’énergie ne pourra pas être coupée.

Bon à savoir

Pour faire baisser vos factures d’électricité et de gaz, vous pouvez changer de fournisseur d’énergie. C’est gratuit et garanti sans coupure. Pour trouver le fournisseur le moins cher, pensez à comparer les offres d’énergie. Notez que le changement de fournisseur n’est pas possible si vous avez une dette auprès d’un autre opérateur. Vous devrez d’abord régler l’impayé afin de souscrire une nouvelle offre.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation