Petit rappel du fonctionnement d’une chaudière

Dans un système de chauffage, la chaudière est un des éléments essentiels. Sans elle, pas de production de chaleur. Pour ce faire :

  1. la chaudière brûle un combustible (gaz, bois, fioul) ;
  2. cette combustion produit une énergie calorifique qui va être transmise à l’eau ou au fluide caloporteur circulant dans les tuyaux proches du foyer de combustion ;
  3. le liquide arrivé à bonne température est ensuite conduit dans le circuit de chauffage par une pompe et vient alimenter les émetteurs de chaleur de la maison (radiateur, convecteur, sèche-serviettes, plancher chauffant…) ;
  4. le liquide caloporteur refroidi retourne par la suite à la chaudière avant d’être à nouveau chauffé.

Le rôle de la pression dans le fonctionnement d’une chaudière

Le circuit de chauffage d’une chaudière est en fait un circuit fermé. L’eau ou le fluide caloporteur ne s’en échappe qu’en cas de fuite. Pour que le liquide puisse circuler dans l’ensemble du circuit de chauffage, celui-ci est mis sous pression. La pression d’une chaudière désigne ainsi la pression du fluide dans les tuyaux du système de chauffage. C’est donc en exerçant une force sur le fluide que la chaudière va permettre la circulation du liquide chauffé et ainsi l’alimentation des radiateurs, du plancher chauffant ou encore des sanitaires en eau chaude.

Quelle est la pression idéale d’une chaudière ?

La pression à observer dans une chaudière peut sensiblement changer d’un modèle à l’autre ou d’une technologie à l’autre, mais globalement la pression d’une chaudière doit être comprise :

  • pour une maison de plain-pied entre 1 et 1,5 bar ;
  • pour une maison à étage, la pression doit être plus forte pour que celle-ci puisse faire circuler correctement la chaleur dans toute l’installation. Ainsi, si dans votre logement le radiateur installé le plus en hauteur est à 10 mètres de la chaudière, prévoyez plutôt de régler la pression de votre installation entre 1,2 et 1,5 bar. Pour les maisons très hautes (15 m) la pression doit osciller entre 2 et 2,5 bars.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

L’importance de conserver une pression correcte dans une chaudière

Les variations de pression à la hausse ou à la baisse fréquentes et surtout qui durent peuvent être dommageables à votre installation. Une tolérance de 0,3 bar en plus ou en moins est tout de même tolérée. Au-delà de cette valeur, il faut envisager l’éventualité d’un dysfonctionnement de l’appareil.

Une pression trop faible

Si la pression est trop faible, l’eau ne circulera pas correctement dans votre circuit de chauffage et cela se ressentira très vite dans les performances de votre installation qui chauffera moins bien. Une pression trop basse peut aussi à terme causer des dommages plus graves sur votre chaudière comme la détérioration du vase d’expansion dont l’un des rôles est de maintenir une pression constante dans la chaudière.

Une pression trop élevée

Trop de pression est tout aussi dommageable pour votre installation dans la mesure où une surpression continue peut causer l’usure prématurée de l’installation et plus particulièrement du vase d’expansion, mais également de la soupape de sécurité. Si celle-ci devait dépasser un certain niveau, la chaudière se mettrait tout simplement en sécurité provoquant l’arrêt de votre système de chauffage. Dans les cas extrêmes, une chaudière ne pouvant évacuer une surpression pourrait exploser.

Le manomètre pour lire la pression

La lecture de la pression d’une chaudière peut se faire aisément grâce au manomètre.

Où se trouve le manomètre ?

Toutes les chaudières doivent, en effet, être équipées d’un manomètre qui mesure la pression. Cet instrument fait d’ailleurs partie des organes de sécurité d’une chaudière. Il trouve sa place le plus souvent en façade de l’appareil ou sur une conduite à proximité des vannes de remplissage et du disconnecteur.

Comment lire un manomètre ?

Pour vous en faire une description rapide, il s’agit d’un cadran gradué et pourvu d’une aiguille qui indique en temps réel la pression de la chaudière. Sur certains modèles, une zone verte et une zone rouge sont matérialisées. Si l’aiguille est dans la partie verte, tout va bien, la pression est correcte. Si l’aiguille est dans le rouge, la situation est critique et demande toute votre attention. Il arrive aussi que certains manomètres soient équipés de deux aiguilles. Une rouge qui sert de repère et montre la pression idéale et une noire qui indique la pression à l’instant T. La superposition des deux aiguilles est signe du bon fonctionnement de la chaudière.

Il est à noter que sur les modèles récents de chaudière, la pression est également marquée sur le panneau de contrôle digital de la chaudière.

Les signes d’une chaudière qui monte en pression

La lecture régulière du manomètre ou du tableau de bord de la chaudière vous permettra de repérer une pression trop élevée. Mais avouons-le, nous ne pouvons pas avoir constamment les yeux rivés sur le manomètre. Dès lors, d’autres signes devraient attirer votre attention et vous amener à contrôler la pression de votre installation.

Une fuite

Vous remarquez des traces d’eau sous votre chaudière ou encore au niveau de vos radiateurs ? Cela peut être le signe d’une pression trop élevée. En effet, si la pression dépasse 3 bars, la soupape de sécurité, dont la fonction est de maintenir à bon niveau la pression du système va automatiquement se mettre en route pour relâcher la pression provoquant ainsi des fuites d’eau.

La chaudière s’arrête

Il arrive que si la pression dans la chaudière devient trop importante, celle-ci passe en mode sécurité. Elle s’arrête donc tout bonnement de fonctionner. Il vous faut alors attendre que la pression redescende à un niveau correct pour rallumer la chaudière. Si la même situation se reproduit, l’intervention d’un professionnel sera nécessaire.

Un sifflement

Si une chaudière se met à siffler, cela indique la plupart du temps que de l’air est entré dans le système en raison d’une pression trop élevée.

Du bruit au lancement du chauffage

Si, au moment de mettre le chauffage en marche dans votre maison, vous notez des bruits inhabituels émanant de votre chaudière. Vous pourrez là aussi vous inquiéter du niveau de pression de votre installation.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Pourquoi la pression monte-t-elle et comment la faire baisser ?

Vous avez remarqué que votre chaudière a tendance à monter en pression ? Cela peut être dû à deux phénomènes auxquels vous pouvez facilement remédier.

Un volume d’eau trop important dans le circuit de chauffage

Le volume d’eau présent dans le circuit influe sur la pression. Pas assez, d’eau la pression risque d’être trop basse. Trop d’eau, et la pression monte rapidement en flèche. Une chaudière fonctionnant en circuit fermé, il n’y a normalement aucune raison que de l’eau s’infiltre dans le système. Il arrive pourtant que le robinet de remplissage installé à proximité de votre installation reste ouvert par inadvertance. Le système se remplit alors d’eau et la pression monte.

La première chose à faire pour baisser le niveau d’eau est de vérifier la bonne fermeture du robinet de remplissage. Une fois bien fermé, il vous suffit d’attendre que la pression baisse. En effet, la soupape de sécurité va alors se mettre en action automatiquement et évacuer l’excès d’eau. Il arrive parfois que la vanne de remplissage soit défectueuse et fasse l’objet d’une microfuite qui laisse passer un filet continu d’eau. Si la resserrer ne règle pas le problème, il faudra alors envisager son changement.

Des radiateurs qui ne demandent qu’à être purgés

Les radiateurs sont bien souvent responsables de la montée en pression d’une chaudière. Il se peut en effet que des bulles d’air y soient emprisonnées. L’air empêche ainsi la bonne circulation de l’eau et peut faire augmenter la pression dans le circuit. Il convient alors de réaliser une purge des radiateurs. Purger les radiateurs vous permettra également d’évacuer le surplus d’eau dans le circuit si le travail de la soupape de sécurité n’a pas été suffisant.

Pour purger vos radiateurs, vous devez :

  1. éteindre votre installation de chauffage ;
  2. vérifier que la vanne de remplissage est bien fermée ;
  3. dévisser le purgeur situé en haut de ces derniers, de l’eau s’écoule et la pression redescend ;
  4. la pression stabilisée, vous pouvez refermer le purgeur. Rallumez alors la chaudière et contrôlez la pression.

En savoir plus sur la purge des radiateurs

Vous voulez tout savoir sur la purge des radiateurs, Nous vous expliquons tout étape par étape dans notre article Comment purger un radiateur.

La pression reste élevée ? Le problème est peut-être plus grave

Si malgré tout, la pression continue à être trop haute, il est absolument nécessaire de faire intervenir un professionnel pour réaliser un diagnostic précis de votre installation et déceler les raisons de la panne. En effet, une pression qui reste élevée peut être symptomatique de problèmes plus profonds.

Le vase d’expansion

Si la pression reste élevée dans votre circuit de chauffage, c’est peut-être que le vase d’expansion ne fait plus son travail. Il est, en effet, censé maintenir la pression constante dans votre installation en palliant les variations de volume du fluide caloporteur lorsque ce dernier chauffe. Augmentation du volume qui entraîne l’augmentation de la pression dans le circuit de chauffage. Le vase d’expansion recueille ainsi l’eau en trop ce qui favorise le maintien de la pression à un niveau correct. Le vase a donc un rôle primordial dans la gestion de la surpression d’un système de chauffe. Dès lors, si sa membrane est dégradée ou percée, il faudra le changer sans tarder.

La soupape de sécurité

En dernier recours, lorsque la pression est trop élevée dans une chaudière, c’est la soupape de sécurité qui entre en jeu. En effet, en cas de forte pression, celle-ci vient pousser sur le ressort présent à l’intérieur de la soupape. Cette dernière s’ouvre alors laissant s’échapper le surplus de pression. Les choses revenues à la normale, le clapet de la soupape se referme.

Si le ressort du clapet s’avérait défaillant, la soupape ne pourrait plus tenir son rôle. Un trop-plein de pression ne pouvant être évacué, la chaudière pourrait se mettre en sécurité ou pire exploser !

Contrôler et agir sur une surpression de votre chaudière permet donc d’assurer son bon fonctionnement et de prévenir de dommages importants qui pourraient vous coûter cher.

Chauffez moins cher en changeant de fournisseur d’énergie

Bien entretenir votre chaudière et contrôler sa pression vous permet donc de bénéficier d’un système de chauffe qui fonctionne de manière optimale. Et une chaudière qui marche bien, c’est aussi une chaudière qui consomme moins et qui vous coûte moins.

En parlant d’économies, savez-vous que vous pourriez faire encore plus d’économies en changeant de fournisseur énergétique ?

En effet, depuis l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, il est possible de choisir son fournisseur d’énergie. Les offres se sont ainsi multipliées permettant aux consommateurs de bénéficier de contrats plus avantageux offrant des réductions sur le prix du kWh et/ou de l’abonnement.

La migration de vos contrats vers un fournisseur alternatif moins cher est une démarche simple, rapide et gratuite. Il suffit de comparer les offres et de choisir celle qui convient le mieux à votre mode de consommation. Le nouveau fournisseur se charge ensuite de résilier votre ancien contrat sans que vous ayez à vivre de coupure de gaz ou d’électricité. Sans engagement, ces contrats peuvent être rompus à tout moment. Vous pouvez donc, à tout instant, souscrire à nouveau un contrat auprès de votre ancien fournisseur ou d’un autre fournisseur alternatif.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation