L’éolienne domestique : une alimentation en électricité intéressante ?

L’éolienne domestique permet de consommer de l’électricité produite par une source d’énergie renouvelable directement chez soi. Elle fait partie de ces différents de moyens d’autoconsommation qui se sont développés ces dernières années. Bien répandu sur le territoire français à l’échelle industrielle, l’éolien possède-t-il les mêmes avantages dans un usage domestique ? Choisir.com vous apporte la réponse.

éolienne domestique

Qu’est-ce que l’éolien ?

L’éolien est un moyen de production qui permet d’obtenir de l’énergie renouvelable grâce à une source naturelle : le vent. Ce type de production énergétique est segmenté en 4 grandes familles.

Les grandes familles de l’éolien

Les éoliennes sont les structures permettant de capter la force du vent, grâce à des pales. On les nomme aussi aérogénérateurs. Elles se distinguent grâce à leur taille et à leur puissance.

L’éolien se regroupe en 4 familles réparties selon la puissance de l’appareil utilisé :

FamillePuissancePérimètre d’utilisation
Micro-éolien< 1 kWSert à produire de faibles quantités d’électricité afin d’alimenter quelques appareils de faire puissance. Ce type d’éolienne peut être couplée à un système de production d’énergie solaire ou à une batterie afin d’optimiser ses capacités. On en trouve sur les voiliers, les camping-cars, les caravanes ou dans des annexes agricoles qui nécessitent peu de courant.
Petit éolien1 kW à 36 kWAdapté aux utilisations domestiques, que ce soit pour une habitation, des bureaux ou une exploitation agricole, entre autres.
Moyen éolien36 kW à 350 kWUtile sur des sites industriels ou pour répondre aux besoins de plusieurs habitations.
Grand éolien2 à 3 MWUtilisé à grande échelle afin d’alimenter le réseau d’électricité d’une ville ou d’une région.

La place de l’éolien dans le mix énergétique français

À l’échelle nationale, la production d’électricité créée à partir du parc éolien est très importante. En 2022, elle occupait en effet la deuxième position parmi les moyens de production d’électricité renouvelable, derrière l’hydraulique. Cette même année, les aérogénérateurs industriels (moyen et grand éolien) ont généré 37,9 TWh de courant. Cela a représenté 8,3 % de la consommation électrique française.

Le parc éolien industriel concerne le moyen et le grand éolien. Ce sont par exemple ces aérogénérateurs géants que l’on retrouve dans les champs, le long de nos autoroutes ou encore celles au milieu de la mer ou de l’océan. Et le moins que l’on puisse dire, ce qu’il est en constante évolution depuis près de 2 décennies.

Ce parc éolien industriel concerne le moyen et le grand éolien. Ce sont par exemple ces fameuses éoliennes géantes que l’on retrouve dans les champs le long de nos autoroutes ou encore celles au milieu de la mer ou de l’océan. Et le moins que l’on puisse dire, ce qu’il est en constante évolution depuis près de 2 décennies.

evolution_parc_eolien_francais_2000_2021_source_transition_energetique
Source : Transition Energétique.eco : Quelle place occupe l’énergie éolienne en France en 2023 ?

Ces gros moyens de générer du courant grâce au vent se distinguent des installations domestiques. Ces dernières sont notamment plus petites et d’une puissance bien inférieure par rapport aux grosses structures. En effet, le « petit éolien », ou éolien domestique, est limité lui à 36 kW. Et c’est celui-ci sur lequel nous allons nous pencher.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

L’éolien domestique : un moyen de produire son électricité grâce au vent

Ce qu’on appelle « petit éolien » ou « éolien domestique », ce sont des aérogénérateurs de tailles réduites, avec des puissances pouvant aller de 1 kW à 36 kW.

Le fonctionnement de ces installations est simple et le même pour tous les types d’éoliennes :

  1. Le souffle du vent arrive sur les pales et les fait tourner, créant de l’énergie mécanique.
  2. Le générateur, situé dans la nacelle, transforme cette énergie mécanique en énergie électrique (à très basse tension).
  3. Le transformateur, situé en bas du mât, récupère le courant généré et l’envoie sur le réseau électrique ou dans des batteries de stockages via des câbles adaptés.
composition d'une éolienne
Source : ADEME, L’éolien en 10 questions, édition avril 2019

À la différence du moyen éolien, qui est réservé à un usage industriel, l’éolienne domestique est quant à elle destinée à un usage exclusivement privé. Un particulier peut l’utiliser de deux façons différentes :

  • pour faire de l’autoconsommation ;
  • pour revendre son électricité à un fournisseur.

Il existe deux types d’éoliennes. Chacune ayant ses caractéristiques propres, elles peuvent plus facilement correspondre à de l’autoconsommation ou à de la revente.

Les différents types d’éoliennes domestiques

On trouve donc deux types d’éoliennes domestiques : les éoliennes à axe horizontal et les éoliennes à axe vertical.

L’éolienne domestique à axe horizontal

C’est le type d’éolienne domestique le plus répandu en France. Vous en trouverez de toutes les tailles, et de toutes les puissances. Leur principal avantage est de faire peu de bruit. Cependant, elles sont plus chères que celles à axe vertical.

Munie de 3 à 6 pales, l’éolienne domestique à axe horizontal fonctionne selon l’intensité du vent. Elle est parfaite dans un milieu rural. Son rendement dépend essentiellement de l’endroit où elle va être installée. Ainsi, la meilleure façon d’optimiser les capacités de l’éolienne domestique à axe horizontal est de la placer sur un terrain dégagé (pas de buisson ou d’obstacle à proximité), au sommet d’un mât de 20 mètres. Cette configuration lui permet de faire face à un vent régulier, avec peu de turbulences.

Mais, comme nous le verrons plus loin, ce type d’installation est soumis à une certaine réglementation qui peut lui faire perdre en rendement.

L’éolienne domestique à axe vertical

L’éolienne à axe vertical est plus compacte, moins répandue et moins chère que sa sœur à axe horizontal. Elle peut être placée sur un mât ou sur la toiture afin de profiter d’un maximum de hauteur. Ce modèle utilise la traînée du vent pour produire de l’électricité (comme les moulins à vent). La vitesse de rotation des pales varie en fonction de la force du vent, ce qui la rend moins efficace.

Il existe trois principaux modèles d’éoliennes domestiques à axe vertical :

  • Darrieus : elle se déclenche avec un vent moyen pour offrir un rendement tout aussi moyen. Elle convient particulièrement aux zones urbaines et dégagées ;
  • Savonius : elle nécessite peu de vent pour se mettre en route, ce qui promet un bon rendement. Elle a l’inconvénient d’être lourde, ce qui limite les possibilités d’installations sur les toitures les plus fragiles ;
  • à voilures tournantes : cette éolienne détecte les vents de faible puissance, ce qui lui permet d’offrir un bon rendement. Grâce à sa taille réduite, elle peut être disposée sur tous types de toits.

L’éolienne domestique à axe vertical démontre son côté pratique en milieu urbain puisqu’elle fait moins de bruit et est plus facile à installer. Elle est très utile pour de l’autoconsommation et/ou en système d’appoint.

Synthèse des deux types d’éoliennes domestiques

Pour vous aider à y voir plus clair, voici un tableau synthétique qui récapitule les différents types d’éoliennes domestiques :

Éolienne à axe horizontalÉolienne à axe vertical
Type de ventsRéguliersTous types de vents (faibles, réguliers, forts, etc.)
RendementPerformantAssez faible à bon
BruitPlutôt bruyanteTrès peu bruyante
CommercialisationBeaucoup de produits sur le marchéQuelques modèles efficaces
Type d’utilisationAutoconsommation et reventeAutoconsommation et système d’appoint
Type d’installationSur un mâtSur un mât ou sur un toit
Comparatif éoliennes domestiques à axe horizontal et à axe vertical

L’installation d’un aérogénérateur domestique n’est pas la même pour une éolienne à axe horizontal ou à axe vertical. Selon le type d’équipement et votre projet, cette opération devra respecter certains points, que nous allons vous énoncer.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

Les avantages et les inconvénients d’une éolienne domestique

Avant d’installer une éolienne domestique chez soi, il convient de peser les pour et les contre d’un tel système. Un aérogénérateur dédié à l’autoconsommation peut en effet avoir de nombreux avantages, mais aussi des inconvénients.

Produire sa propre électricité, un atout majeur de l’éolien domestique

Avoir une installation de petit éolien chez soi permet de profiter d’une électricité gratuite produite directement par la structure disposée dans le jardin. C’est ce que l’on nomme l’autoconsommation.

Grâce à cela, vous réduisez vos factures d’électricité, dès lors que vous restez client d’un fournisseur énergétique (notamment quand l’éolienne ne permet pas de couvrir l’entièreté des besoins en courant du logement). Lorsque la structure est capable de générer l’énergie nécessaire au foyer, vous devenez autonome en électricité. Cela permet de vous passer d’un contrat EDF ou chez un autre opérateur.

Notez que des panneaux photovoltaïques peuvent prendre le relais d’une éolienne domestique lorsque le vent est insuffisant. Cela permet de compter sur deux moyens de production aussi propres que complémentaires.

Utiliser une énergie propre et renouvelable grâce à l’éolienne domestique

Sur un plan écologique, l’énergie éolienne est propre et non polluante. En effet, lorsque les pales tournent pour produire du courant, aucun CO2 ou gaz néfaste pour l’environnement n’est dégagé. Par ailleurs, la source énergétique utilisée, le vent, est elle aussi propre. Ce n’est par exemple pas le cas de l’uranium utilisé dans les centrales nucléaires, bien que la production d’électricité soit bas carbone (rejette très peu de dioxyde de carbone dans l’atmosphère).

Se tourner vers une éolienne domestique permet donc d’utiliser un courant généré de manière propre grâce à une ressource renouvelable.

Le stockage, un avantage de l’éolien domestique

Lorsque les conditions météorologiques sont les plus favorables, la production d’électricité par l’éolienne domestique est optimale. Bonne nouvelle, cette énergie peut être stockée sur des batteries afin d’être utilisée ultérieurement. Ces batteries jouent le rôle de « stock tampon » (ou « stock de sécurité ») entre l’éolienne domestique et l’installation électrique du logement. C’est là l’un des grands avantages de ce type d’équipement énergétique pour particuliers.

Le stockage de l’électricité éolienne se fait à l’aide de batterie à charge profonde (plus stables et durables que celles à charge constante). Ces versions supportent facilement les multiples phases de charge et de décharge auxquelles elles sont confrontées. Il existe deux types de batteries à charge profonde. Elles peuvent être constituées de :

  • plomb : ce sont les versions les plus abordables. Elles ont cependant l’inconvénient de se décharger rapidement lorsqu’elles sont inutilisées. Par ailleurs, elles représentent un risque de fuite d’acides ou de gaz.
  • gel : plus chères à l’achat que les versions au plomb, les batteries à charge profonde au gel sont aussi efficaces en charge lente que rapide. Elles sont par ailleurs étanches, ce qui limite considérablement les fuites d’acides. Par ailleurs, grâce à leur composition, elles ne dégagent aucun gaz néfaste pour l’environnement.

Tous inégaux face aux vents : l’un des inconvénients d’une éolienne domestique

L’éolien domestique a cependant des limites. En effet, ce type de production énergétique pour particulier ne convient pas à tout le monde. Outre la possession d’un espace suffisant pour installer une telle structure, il faut également prendre en considération l’exposition au vent. Cette dernière n’est pas équitable d’une région à l’autre. Certaines zones sont en effet plus propices à l’éolien domestique que d’autres, comme le montre cette carte proposée par l’ADEME :

zones_france_densite_du_vent_force_source_ADEME

Les zones 3, 4 et 5 sont les plus propices à l’installation d’éoliennes domestiques. La vitesse du vent y est élevée, et cela de manière fréquente. Opter pour du petit éolien dans le Massif central, par exemple, ne sera pas le plus rentable. En revanche, la Bretagne et toute la côte Nord-Ouest se prêtent particulièrement à ces installations domestiques.

L’inconvénient de structures pas toujours esthétiques

L’aspect esthétique d’une éolienne domestique peut être considéré comme une nuisance visuelle. Cependant, les mâts sont bien plus courts que les structures utilisées pour la production d’électricité à grande échelle. Ainsi, les versions utilisées par les particuliers mesurent souvent autour de 12 mètres de haut, alors que les éoliennes industrielles s’élèvent à plus de 100 mètres, parfois 150 mètres de hauteur.

Le bruit généré par les aérogénérateurs peuvent être un frein à l’installation

Le bruit des pales tournant sous l’effet du vent peut rapidement être gênant, en particulier pour le voisinage. Pour réduire au maximum ces nuisances sonores inévitables, les éoliennes à axe vertical sont particulièrement recommandées pour une utilisation domestique.

Si vos voisins sont très éloignés, aucun dérangement n’est à craindre, les éoliennes domestiques étant relativement silencieuses par rapport aux structures industrielles.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

L’installation d’une éolienne domestique : quelles règles suivre ?

Vous voulez faire installer une éolienne domestique chez vous ? Commencez avant tout par mesurer l’exposition au vent. Vous pourrez ensuite estimer le rendement de l’équipement souhaité et savoir s’il est vraiment bénéfique pour vous d’opter pour ce système. Ensuite, pour être conforme à la législation, vous allez devoir suivre la loi en fonction de la hauteur, mais aussi de l’utilisation que vous allez en faire.

L’exposition au vent : un critère important pour l’installation d’une éolienne domestique

Première règle d’or pour bien placer une éolienne domestique : trouver une zone dégagée et exposée au vent. Aussi puissant soit-il, un aérogénérateur vous sera inutile s’il n’est pas bien installé. Il est donc primordial de mesurer la qualité du vent en retenant plusieurs critères. Ainsi, vitesse, stabilité en direction ou encore turbulences sont à prendre en compte.

Mesurer la qualité du vent ne s’improvise pas. Si vous habitez une maison avec jardin, il convient de faire appel à un professionnel. Il installera un mât de mesure dans la zone la plus haute de votre terrain. Si le sol est plat, ce sera l’endroit le plus dégagé qui sera retenu. La hauteur idéale se situe autour de 12 mètres. Au-dessous de 10 mètres, l’éolienne ne sera pas assez efficace.

Ensuite, le professionnel fixera un anémomètre (pour relever la vitesse et la pression du vent) au sommet du mât de mesure. Il y placera aussi une girouette (pour déterminer la direction du vent) et une centrale d’acquisition (ou un data logger) afin d’enregistrer les données. Tout ce dispositif permettra de mesurer l’exposition au vent et de connaître le « potentiel d’énergie productible ». Il s’agit là de la puissance, en Watts, que votre éolienne pourra produire. Cette installation restera en place environ un mois afin d’effectuer des relevés de données chaque jour.

Au bout de 4 semaines environ, il sera nécessaire de coupler les informations obtenues au cours du mois écoulé avec les données de la Rose des vents de Météo France. Cela servira à calculer le potentiel de votre installation éolienne. La rose des vents est vendue à partir de 40 € HT. Un faible investissement qui vous apportera un lot d’informations intéressantes sur la rentabilité d’une éventuelle éolienne domestique.

Vous habitez un appartement ? À moins d’avoir accès au toit de votre immeuble et de fixer une éolienne de pignon (avec l’accord de la copropriété), il vous est impossible d’installer un aérogénérateur domestique chez vous.

Quid des éoliennes de toit ?

Beaucoup de personnes cherchent à installer une éolienne de toit par manque de place ou de budget. Seulement, au vu des tarifs et de son rendement, l’éolienne de toit est souvent une perte d’argent. L’avenir réserve peut-être des innovations qui permettront d’améliorer ses performances.

Que dit la loi sur les éoliennes domestiques ?

Deux choses comptent aux yeux de la loi : la hauteur et l’utilisation de l’éolienne domestique.

La hauteur de l’éolienne domestique

Concernant la hauteur, si votre éolienne est sur un toit, sur un pignon ou un mât de moins de 12 mètres, vous n’avez aucune formalité à remplir. Cependant, une déclaration préalable est obligatoire dès lors que le terrain se situe sur un site classé ou en instance de classement, sur un site patrimonial remarquable ou aux abords d’un monument historique. Pour être sûr des formalités à accomplir, rapprochez-vous de votre mairie ou renseignez-vous sur son site internet pour voir si vous respectez les dispositions fixées par votre commune (notamment en ce qui concerne le Plan local d’urbanisme, PLU). Retenez que « Le propriétaire de petit éolien qui ne respecte pas les règles d’urbanisme encourt une amende d’au moins 1 200 € » (source : Entreprendre.Service-Public.fr)

Dès lors que la hauteur du mât se situe entre 12 et 50 mètres, un permis de construire est obligatoire. Dans ce cas, les travaux devront obligatoirement se conformer aux règles fixées dans le PLU (utilisation des sols, implantation, destination, nature, architecture, dimensions, etc.). Sur un site Natura 2000, une évaluation des incidences d’une telle structure sur les espèces animales ou végétales sera également nécessaire. La loi précise qu’« une fois installé, un petit éolien d’au moins 12 m doit faire l’objet d’un contrôle technique obligatoire ». Cette mesure est nécessaire pour vérifier la conformité de la structure, mais aussi son raccordement au réseau électrique domestique.

Votre mât dépasse les 50 mètres de hauteur ?

Vous devez impérativement réaliser une étude d’impact qui prendra notamment en compte le survol des oiseaux sur votre parcelle.

La hauteur du mât est sujette à une autre réglementation : l’article R 421-2 c du Code de l’urbanisme. Cette loi impose de respecter une distance minimale entre le point de fixation de votre mât et votre logement. L’écart doit être supérieur à la moitié de la hauteur du mât. La même distance minimale est à respecter par rapport à la limite de propriété (délimitations de votre terrain).

Exemple : Si votre mât fait 12 mètres de haut, vous devez l’installer à une distance minimum de 6 mètres de votre logement, mais aussi de la limite de propriété. En l’absence de clôtures physiques, ce sont les limites cadastrales qui doivent être prises en compte. Un géomètre peut être mandaté pour définir clairement où le terrain s’arrête si vous n’avez pas d’idée précise (c’est souvent le cas lorsque les parcelles ne sont pas clôturées et que les bornes cadastrales sont enfouies et/ou introuvables).

Enfin, n’oubliez pas d’en informer votre assureur. Un avenant à votre contrat d’habitation ou la souscription d’un contrat spécifique pourrait être nécessaire. Cela permettra d’étendre votre responsabilité civile et vous couvrir en cas d’incident (une chute de votre éolienne domestique chez un voisin par exemple).

N’oubliez pas vos voisins !

Une éolienne domestique peut être silencieuse mais aussi bruyante. Afin de garder une bonne entente avec le voisinage, entretenez-vous avec eux avant d’en installer une et demandez-leur s’ils n’y voient pas d’inconvénients.

Les cas où l’installation d’une éolienne domestique est interdite

Afin de vous éviter quelques démarches inutiles, sachez que l’installation d’une éolienne domestique est formellement interdite dans les endroits suivants :

  • en zones protégées (parcs nationaux et réserves naturelles) ;
  • sur des terrains ou des zones militaires ;
  • sur les immeubles ;
  • sur les sites classés ou inscrits au titre des monuments historiques, mais également dans les zones de protection qui les entourent (rayon de 500 mètres) ;
  • dans les communes où le PLU interdit les éoliennes domestiques.

Si vous êtes concerné par l’un de ces points, la mise en place d’un aérogénérateur à des fins d’autoconsommation ou de revente du courant est formellement interdite. Vous devrez trouver un autre système pour produire votre propre électricité verte.

L’utilisation de l’éolienne domestique

L’utilisation d’une éolienne domestique chez soi est également réglementée, dès lors que la hauteur du mât est supérieure à 12 mètres. En dessous, vous n’êtes soumis à aucune obligation légale. Seule une déclaration de travaux peut être nécessaire, selon votre commune et son PLU.

Si le mât de l’éolienne domestique fait plus de 12 mètres, deux cas de figure sont à prendre en compte pour la demande de permis de construire :

  • vous voulez faire de l’autoconsommation ? C’est au maire de délivrer un permis de construire ;
  • vous voulez revendre votre électricité à un fournisseur ? C’est le préfet qui est habilité à accorder le permis de construire une éolienne domestique.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

Quel est le rendement d’une éolienne domestique ?

Le rendement d’une éolienne domestique dépend de deux types de facteurs :

  • les facteurs « internes » et propres à l’éolienne :
    • sa puissance nominale ;
    • la dimension de ses pales ;
    • la hauteur de son mât ;
    • etc.
  • les facteurs « extérieurs » :
    • les conditions météorologiques (vitesse du vent, par exemple) ;
    • les conditions géographiques (emplacement de l’éolienne, etc.), qui vont permettre d’exploiter la puissance nominale de l’aérogénérateur à un certain pourcentage.

Mais alors, qu’est-ce que la puissance nominale d’une éolienne ?

La puissance nominale d’une éolienne domestique

La puissance nominale consiste en la puissance électrique que va générer l’éolienne en fonction de la vitesse du vent. Elle s’exprime en kilowattheure (kWh).

Prenons l’exemple d’une éolienne avec une puissance nominale de 1 kWh. Avec cette capacité, elle peut produire 1 kW d’électricité en 1 heure.

Une éolienne produit de l’énergie à partir et jusqu’à une certaine vitesse :

  • à partir de 3,5 m/s, l’éolienne commence à tourner, et donc, à produire de l’électricité ;
  • entre 10 et 17 m/s, c’est là où l’éolienne déploie le maximum de sa puissance ;
  • dès 25 m/s, un système de freinage s’enclenche pour assurer la sécurité de l’appareil.

Quels rendements espérer avec une éolienne domestique ?

On vient de le voir, le rendement d’une éolienne dépend avant tout de l’appareil en soi. Si les facteurs extérieurs ne sont pas propices à une installation, inutile d’aller plus loin. Mais si les chiffres sont bons et que le potentiel est intéressant, alors il convient de réussir son opération en choisissant une éolienne adaptée à vos besoins.

Une éolienne peut produire entre 100 W et 20 kW. Sa puissance nominale dépend notamment du diamètre de ses hélices. Plus il est grand, plus le rendement est élevé. Par exemple :

  • pour des hélices d’1 mètre de diamètre, vous produirez entre 0,4 et 0,6 kW/jour. Un faible rendement qui peut alimenter une caravane par exemple ;
  • avec un diamètre de 5 mètres, vous pouvez produire entre 10 et 15 kW/jour. Un rendement intéressant pour vous fournir en eau chaude et en électricité votre résidence principale.

Dans l’éolien domestique, il n’est pas question de produire plus d’électricité avec des vents record. Comme toute exploitation d’énergies renouvelables, il est avant tout question de juste équilibre entre ce qu’offre la nature et la capacité des éoliennes. Le rendement d’une éolienne reste avant tout une donnée qui change en permanence selon différents facteurs extérieurs et qui est propre à chacune d’entre elles.

L’éolien domestique, une affaire dans le vent ?

La rentabilité de votre installation ne dépend pas que de ses rendements. Le coût de votre investissement ainsi que des aides que vous pouvez bénéficier influent aussi sur la viabilité de votre projet éolien. Rendez-vous en fin d’article pour plus de détails.

Quelle est l’utilité d’une éolienne domestique ?

Installer une éolienne domestique chez soi a deux utilités : l’autoconsommation ou la revente à un fournisseur.

L’autoconsommation, pour produire sa propre électricité d’origine éolienne

L’autoconsommation consiste à produire sa propre électricité et à l’utiliser directement chez soi. Le courant ainsi généré permet de couvrir les besoins en énergie du foyer ou bien d’en satisfaire une certaine partie.

Ce mode de production d’énergie pour soi est encadré par l’ordonnance n°2016-1019 qui a pour but de « faciliter le développement de l’autoconsommation et de définir notamment la notion d’autoconsommation collective » selon le ministère de la Transition écologique et solidaire.

Qu’est-ce que l’autoconsommation collective ?

L’autoconsommation collective se définit ainsi : « lorsque les producteurs ou les consommateurs finaux sont multiples ; ils doivent dans ce cas se regrouper au sein d’une entité juridique (association, coopérative…) » (source : Ministère de la Transition écologique et solidaire).

Si tel est votre but, estimez donc avant tout vos besoins. L’avantage du petit éolien est qu’il peut aussi bien servir comme seule et unique source d’énergie (même si, nous le verrons plus tard, le faible rendement ne le permet que rarement) ou être utilisé en appoint.

Si vous avez du surplus d’électricité ou que vous souhaitez tout bonnement installer une ou des éoliennes chez vous dans un autre but que de la consommer, une autre possibilité s’offre à vous. En effet, vous pouvez tout simplement la revendre à EDF ou à un autre fournisseur.

Revendre de l’électricité à EDF ou à un autre fournisseur grâce à l’éolien domestique

Certains utilisateurs d’éoliennes ont fait le choix de la revente de leur électricité à EDF. Car oui, le fournisseur historique a l’obligation de vous la racheter si vous êtes situé en Zone de développement éolien (ZDE). Pour cela, vous devez respecter les conditions indiquées dans l’arrêté du 6 mai 2017.

Voici quelques exemples de conditions pour revendre votre électricité d’origine éolienne :

  • il est nécessaire d’opter pour un aménagement qui soit « dans la limite de 6 aérogénérateurs par installation et de 3 MW de puissance nominale pour chaque aérogénérateur au maximum » ;
  • l’éolienne doit être placée à « une distance minimale de 1 500 m avec toute autre installation ou projet d’installation de production d’électricité utilisant l’énergie mécanique du vent ».

En dehors d’une ZDE, EDF n’a aucune obligation de vous racheter votre électricité. Vous devrez donc faire appel à un autre organisme pour revendre le courant généré par votre éolienne domestique. Là aussi il y a des conditions. Par exemple, l’aérogénérateur doit être installé à plus de 18 m du sol si vous voulez espérer céder votre électricité à un autre fournisseur.

Qu’est-ce qu’une zone de développement éolien (ZDE) ?

Selon le site du gouvernement, « Les zones de développement de l’éolien (ZDE) sont définies, sur proposition des communes concernées, en fonction des vents (« potentiel éolien »), des possibilités de raccordement aux réseaux électriques, de la sécurité publique, de la protection des paysages, de la biodiversité, des monuments historiques, du patrimoine archéologique et des sites remarquables et protégés ». Après avoir été mises en place en 2005 par la loi Pope du 13 juillet 2005, ces zones ont par la suite été remplacées par le schéma régional de l’éolien (SRE) de la loi Brottes en 2013. Elles permettent de définir les zones où des projets éoliens ont été accordés.

Désormais, si votre logement est situé dans une zone « accordée » et que vous avez un surplus d’électricité, EDF doit signer un contrat de rachat avec vous. Ce document, aussi appelé Obligation d’achat (OA), comme pour le photovoltaïque, est valable pendant 15 ans. Mais attention, vous ne pouvez pas vendre votre électricité à un prix que vous aurez vous-même fixé, car le coût d’achat est le suivant :

Période de validitéPrix du kWh
(en € TTC)
Les 10 premières années0,082 €/kWh
De la 10e à la 15e année0,028 €/kWh

À titre de comparaison, voici le prix de rachat de l’électricité photovoltaïque :

Puissance de l’installation
(en kWc)
Type de rachatPrix du kWh
(en € TTC)
Montant de la prime à l’autoconsommation*
≤ 3 kWcTotalité0,2022 €/kWh430€ / kWc
Surplus0,10 €/kWh
Entre 3 et 9 kWcTotalité0,1718 €/kWh320 € / kWc
Surplus0,10 €/kWh
Entre 9 et 36 kWcTotalité0,1231 € /kWh180 € / kWc
Surplus0,06 €/kWh
Entre 36 et 100 kWcTotalité0,1070 € /kWh90 € / kWc
Surplus0,06 €/kWh
Tarifs d’achat et primes en vigueur au 1er trimestre 2023
Source : CRE

La revente de l’énergie photovoltaïque est nettement plus intéressante que celle provenant de l’éolien : seule la revente du surplus d’électricité pour une installation photovoltaïque avec une puissance inférieure ou égale ≤ 36 kWc est à un tarif inférieur : 0,06 € kWh. Alors, la question à se poser est : est-ce financièrement intéressant d’installer une éolienne domestique chez soi ?

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

Est-ce vraiment rentable d’avoir une éolienne domestique chez soi ?

À vrai dire, pas vraiment. Comme dans le cas d’une installation photovoltaïque, plusieurs facteurs rentrent en compte pour estimer la rentabilité de son installation. Dans le cas de l’éolienne domestique, on trouve :

  • la configuration du terrain ;
  • l’exposition au vent ;
  • la vitesse du vent ;
  • la hauteur du mât ;
  • la puissance nominale de l’éolienne ;
  • le diamètre des pales ;
  • le nombre des pales ;
  • etc.

Prenons par exemple un paramètre : celui de la vitesse du vent (relatif à l’exposition au vent). Pour produire de l’électricité avec une éolienne :

  • la vitesse minimale doit être de 3,5 m/s (12,6 km/h), en-dessous, le rotor qui maintient les pales ne tourne pas ;
  • entre 3,5 m/s et 10 m/s (soit entre 12,6 km/h et 36 km/h), elle n’est que très peu efficace et donc pas très rentable. Cela conduit à une perte d’argent si l’on considère le coût de l’installation ;
  • là où la production est optimale, c’est entre 10 m/s (36 km/h) et 17 m/s (61,2 km/h). C’est à cette vitesse que l’éolienne devient vraiment rentable ;
  • l’éolienne s’arrête de fonctionner dès que le vent atteint 25 m/s (soit 90 km/h), cela pour des questions de sécurité. En pleine tempête ou lors de fortes bourrasques, les pales sont à l’arrêt, la production électrique s’arrête.

Une éolienne domestique peut produire entre 100 W et 20 kW. Pour bien illustrer nos propos, prenons plusieurs cas de figure :

Puissance nominale de l’éolienne
(en kW)
Heures de production annuelleProduction d’électricité annuelle
(en kWh)
Prix à la revente
(en € TTC)
0,1 kW1 000100 kWh0,82 €
5 kW5 000 kWh410 €
8,5 kW8 500 kWh697 €
10 kW10 000 kWh820 €
15 kW15 000 kWh1 230 €
20 kW20 000 kWh1 640 €

Selon l’ADEME, « la consommation électrique moyenne d’une maison individuelle récente, chauffée à l’électricité est de 8 500 kWh/an ». Idéalement, il faudra donc une éolienne avec une puissance nominale de 8,5 kW qui produit de l’électricité pendant 1 000 heures/an, soit 2 h 30 par jour. Un pari plutôt hasardeux tant les conditions optimales sont rares tout au long de l’année.

D’un autre côté, si vous revendez toute votre électricité à EDF, vous ne gagnerez que 697 €, soit seulement 58 €/mois. Au vu des prix pratiqués sur le marché, il peut paraître difficile de rentabiliser votre installation.

Combien coûte l’installation d’une éolienne domestique ?

Installer une éolienne domestique chez soi demande un certain budget qui peut débuter entre 500 et 2 000 € pour des petits modèles de 2 kW à installer vous-même. Ces derniers ne sont pas les plus rentables et nécessitent la présence d’une autre source d’électricité (grâce à des panneaux photovoltaïques ou depuis le réseau Enedis).

H3 Le prix de l’installation d’une éolienne domestique

Dans le cas d’une éolienne domestique performante raccordée au réseau de distribution d’électricité, comptez plutôt plusieurs dizaines de milliers d’euros :

  • 25 000 € pour une éolienne de qualité (tout compris) : production entre 4 et 5 kWh ;
  • 50 000 € pour une éolienne de 10 kW.

Ce qui importe, c’est à la fois le type d’éolienne que vous allez acheter, mais aussi les autres frais qui vont s’ajouter. Par exemple, si vous décidez de faire de la revente à un fournisseur, vous allez devoir raccorder votre installation au réseau d’électricité. Ces frais de raccordement peuvent alors doubler, voire tripler le budget.

Le prix peut même monter jusqu’à 90 000 € en comprenant l’installation. Difficile donc de réaliser des économies comparées à celles que proposent d’autres moyens de production, et notamment l’énergie solaire.

Le petit éolien : pour quelles économies ?

Une éolienne domestique peut vous rapporter environ 1 000 €/an pendant 15 ans (l’équivalent de sa durée de vie), soit 83 €/mois. À titre de comparaison, les panneaux solaires peuvent vous faire bénéficier de 1 800 € de revenus par an sur une durée de 20 ans. Voici un tableau comparatif :

Type d’installationÉconomies
(en €)
MensuellesAnnuellesTotale
Éolien83 €1 000 €15 000 €
Photovoltaïque150 €1 800 €36 000 €

Avec un coût d’investissement bien plus cher que pour du solaire et étant amorti entre 15 à 20 ans après l’achat, il est logique de se demander si l’éolienne domestique permet réellement de faire des économies d’énergie. D’autant plus que le photovoltaïque est deux fois plus rentable que le petit éolien et que le prix de rachat est nettement plus intéressant.

Le financement d’une éolienne domestique

Si l’éolienne domestique est moins présente dans nos jardins que d’autres systèmes de production d’électricité verte, c’est aussi parce que les aides pour son financement sont maigres.

MaPrimeRénov’, Primes Énergie, éco-prêt à taux zéro, etc. le petit éolien n’en bénéficie pas. Seules quelques aides peuvent être possibles, comme : la TVA réduite à 10 % et les aides de l’Anah.

TVA à taux réduit à 10 %

Toute installation de petit éolien dans un logement dont les travaux sont terminés depuis plus de 2 ans est éligible à la TVA à 10 %.

Concrètement, cette aide vous permet de bénéficier d’une TVA à taux réduit sur l’ensemble de vos factures. Cela est valable pour l’achat du matériel (éolienne, mât, batteries de stockage, etc.), mais aussi pour la main-d’œuvre (installation).

Les aides de l’Anah

Votre résidence principale a plus de 15 ans ? Vous pouvez peut-être bénéficier des aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat).

Comme le précise le site du gouvernement : « Le montant de l’aide dépend de nombreux facteurs comme la nature des travaux envisagés, leur montant, vos ressources. » Pour savoir si votre installation d’éolienne domestique est éligible à ces soutiens financiers, faites la demande directement auprès de l’organisme.

Les autres types d’aides

Il peut exister d’autres aides provenant des collectivités territoriales ou des conseils généraux.

Si vous vivez sur un « territoire en régime rural d’électrification », des aides du Fonds d’Amortissement des Charges d’Électrification (FACE) ou de l’ADEME peuvent vous être accordées. Le montant peut représenter jusqu’à 95 % des dépenses.

Il existe également des aides complémentaires locales proposées dans certaines régions. Ces coups de pouce financier peuvent être accordés par l’Union européenne (grâce aux FEDER, Fonds européens de Développement régional) ou encore par les conseils régionaux. Par exemple, le Languedoc-Roussillon a subventionné à hauteur de 25 % l’installation des petites éoliennes raccordées au réseau d’électricité (avec un plafond d’investissement à 60 000 €).

Pour savoir si votre région propose ce type d’aide financière, n’hésitez pas à contacter votre conseil régional.

Pour conclure, au regard des rendements qu’il propose, de ses prix élevés et des faibles économies qu’il permet, le petit éolien ne semble pas être la solution la plus intéressante. Et ce, que ce soit pour de l’autoconsommation ou la revente de votre électricité. Elle peut néanmoins être envisagée en appui d’un contrat d’électricité.

D’ailleurs, est-ce que votre contrat d’électricité est réellement adapté à vos besoins ? Pour le savoir, rendez-vous sur notre comparateur en ligne et faites un tour d’horizon de ce que les fournisseurs d’énergie ont à vous proposer selon votre consommation et votre logement. Autrement, appelez-nous, un conseiller vous répondra avec plaisir. Dans les deux cas, c’est gratuit !

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation