Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Problème compteur de gaz : pourquoi tourne t-il trop vite ?

Un compteur de gaz qui tourne trop vite peut avoir des conséquences sur les factures d’énergie des consommateurs. En effet, suite à un dysfonctionnement, le compteur de gaz peut rencontrer différents problèmes. Si vous pensez que votre compteur de gaz tourne trop vite, il est important de vérifier que l’appareil n’est pas défectueux. Le bon fonctionnement d’un compteur influe sur les factures de gaz puisque cet appareil sert à connaître les consommations d’un foyer. Retenez que la vitesse de défilement des chiffres sur le cadran correspond aux consommations du logement. Plus les consommations sont importantes, plus le compteur tourne vite et plus le montant des factures est élevé. Si le compteur tourne trop vite, les factures sont alors très élevées et ne correspondent probablement pas aux consommations réelles du foyer. Comment vérifier si son compteur tourne trop vite ? Qui contacter dans cette situation ? Qui paie pour le remplacement d’un compteur de gaz en panne ? Retrouvez toutes les réponses à ces questions dans notre article dédié.

Compteur de gaz qui tourne trop vite

Comment fonctionne un compteur de gaz naturel ?

Différents types de compteur de gaz équipent les logements des particuliers dans l’Hexagone : les compteurs de gaz traditionnels et les nouveaux compteurs communicants (Gazpar). Ces compteurs, notamment les plus anciens, peuvent être défectueux. Par exemple, il est possible de remarquer que son compteur de gaz tourne trop vite.

Les différents types de compteur de gaz naturel

Le rôle d’un compteur de gaz est de mesurer la quantité de gaz naturel consommée par un foyer. Cet appareil fait le lien entre le réseau de distribution et l’installation de gaz dans le logement des consommateurs. Tous les bâtiments raccordés au réseau doivent être équipés d’un compteur. Un relevé de compteur est nécessaire afin de connaître la quantité de gaz naturel consommée par un foyer. Le fournisseur d’énergie établit à son tour le montant des factures selon l’index de consommation (en mètres cube) relevé sur le compteur de son client.

Il existe différents types de compteur de gaz naturel :

  • les compteurs de gaz traditionnels : aussi appelés « compteurs secs ». Leur fonctionnement repose sur une chambre volumétrique déformable qui permet de mesurer la quantité de gaz consommée (en m³). De forme rectangulaire et de couleur blanche, ils sont équipés d’un écran sur lequel se trouve l’index de consommation ;
  • les nouveaux compteurs communicants : appelé Gazpar, ces compteurs nouvelles générations sont en cours de déploiement sur tout le territoire depuis 2016. D’ici 2022, tous les foyers doivent en être équipés. Ils se distinguent des anciens compteurs par leur couleur jaune et leur écran digital. Ils ont aussi l’avantage de transmettre les données de consommation instantanément au gestionnaire de réseau et au fournisseur d’énergie. Ainsi, les clients sont facturés par rapport à leurs consommations réelles et non par rapport à une estimation. Ces nouveaux compteurs intelligents doivent également permettre au client de suivre sa consommation avec davantage de précision, et ainsi de mieux la maîtriser pour réaliser des économies d’énergie. La relève du compteur de gaz se fait automatiquement. Il n’est donc plus nécessaire d’attendre l’intervention d’un technicien ou de procéder à une auto-relève avec Gazpar.

Qui est responsable des compteurs de gaz naturel ?

En France, GRDF est le gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel sur 95 % du territoire. Les 5 % restants dépendent d’ELD (entreprise locale de distribution), comme Strasbourg (Electricité de Strasbourg), Grenoble (Gaz et Electricité de Grenoble) ou Bordeaux (Gaz de Bordeaux).

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Les différentes pannes de compteurs de gaz

Le dysfonctionnement d’un compteur de gaz naturel peut se manifester de différentes manières :

  • le compteur de gaz tourne trop vite : cette panne peut être due à des rouages trop usés dans l’appareil qui entraînent une erreur d’affichage de l’index. Dans cette situation, l’index de consommation ne correspond plus aux consommations réelles et les factures adressées au consommateur sont trop élevées ;
  • un sous-comptage de la consommation est constaté : si les chiffres du compteur défilent trop lentement ou si le compteur est totalement bloqué, alors que du gaz est bien consommé dans le logement, il est très probable que le compteur soit défectueux. Il est possible de vérifier si les chiffres défilent normalement en notant l’index de consommation de son compteur le matin et en le comparant avec celui qui est affiché sur le compteur en fin de journée. S’il n’a pas augmenté ou très peu, il est important de signaler ce problème au gestionnaire de réseau ;
  • l’index est illisible ou le cadran cassé : il n’est donc plus possible de faire sa relève de compteur (en notant les chiffres blancs sur fond noir) ;
  • l’index ne tourne plus du tout.

Bloquer son compteur de gaz volontairement : une pratique illégale

Il est possible de bloquer son compteur de gaz grâce à différentes astuces. Elles consistent généralement à ralentir volontairement la vitesse de rotation de la roue du compteur. De cette manière, les consommations enregistrées sont moins importantes qu’en réalité. Trafiquer son compteur de gaz, comme son compteur d’électricité, est illégal. Par conséquent, ce type de pratique est passible de sanctions.

Pourquoi mon compteur de gaz tourne trop vite ?

Un problème de compteur qui tourne trop vite peut avoir différentes causes :

  • l’ancienneté du compteur de gaz : le dysfonctionnement vient alors du fait que l’appareil est trop vieux. La durée de vie d’un compteur de gaz est d’environ 20 ans. Au-delà, il est normal de rencontrer des problèmes avec le compteur qui devient vétuste. Dans ce cas, il suffit de demander à GRDF de le remplacer par un nouveau compteur. Il est aussi possible qu’un compteur de gaz soit défectueux avant 20 ans, notamment à cause d’un mauvais entretien ou de certaines conditions de conservation (humidité, poussière). Si le dysfonctionnement du compteur vient de son ancienneté, il est remplacé par GRDF, ou l’ELD dont vous dépendez, gratuitement. En revanche, si des dommages sont constatés sur l’appareil (comme des coups), les frais de changement de compteur sont à la charge du client ;
  • un dérèglement : une vérification de la part du gestionnaire de réseau s’impose donc, notamment s’il s’agit d’un nouveau compteur ;
  • une installation non-conforme aux normes en vigueur : si votre compteur tourne trop vite, vérifiez que l’installation de gaz naturel de votre logement est bien aux normes en vigueur. Si l’installation respecte bien ces normes, vous devez détenir un certificat Qualigaz. Il vous est remis suite aux travaux de raccordement. De plus, si vous avez souscrit un contrat de gaz avec un fournisseur d’énergie, vous devez être en possession de ce certificat car il est impossible de souscrire une offre de gaz sans cette preuve attestant que l’installation de gaz du logement respecte bien les normes ;
  • un changement dans vos habitudes, même si celui-ci vous semble minime ;
  • l’ajout d’un appareil. Les consommations de cet appareil peuvent suffire à accélérer la vitesse de rotation de votre compteur et donc à augmenter vos factures.

Si vous n’avez pas changé vos habitudes de consommation, ni vos équipements fonctionnant au gaz naturel, vous pouvez contacter le gestionnaire du réseau de distribution, GRDF ou l’ELD, afin de vérifier que votre nouveau compteur n’est pas défectueux. En effet, dans ce cas, il est possible que la hausse de vos consommations soit due à un problème lié à votre compteur qui tourne trop vite. Le technicien GRDF intervient au domicile du client afin de constater le problème de compteur et de le changer si nécessaire.

Quelles sont les conséquences d’un compteur de gaz qui tourne trop vite ?

Le fait qu’un compteur gaz tourne trop vite se répercute sur les factures d’énergie du client. En effet, plus le compteur tourne vite, plus le montant des factures est élevé. Un compteur doit tourner en fonction des consommations du foyer. Si votre compteur semble tourner plus rapidement que d’habitude et que vous n’avez pas modifié vos consommations, il est possible qu’il présente un dysfonctionnement.

En cas de doute, si vous êtes certains que rien a changé dans vos habitudes de consommation et votre équipement au gaz, il vous suffit de comparer une facture de gaz d’une même période des années précédentes. Si vos factures sont bien plus élevées depuis que vous avez remarqué que le compteur tourne plus vite, n’hésitez pas à faire appel au gestionnaire de réseau.

Qui contacter pour un problème de compteur de gaz défectueux ?

Les gestionnaires de réseau de distribution de gaz naturel sont en charge des compteurs de gaz. GRDF ou l’ELD (entreprise locale de distribution) dont le consommateur dépend doit donc intervenir en cas de problème sur le compteur. Cette intervention peut être gratuite ou payante selon les situations.

Contacter GRDF ou l’ELD pour un compteur qui tourne trop vite

En cas de compteur de gaz qui tourne trop vite, ce n’est pas au consommateur d’intervenir sur l’appareil. En effet, si vous pensez que votre compteur de gaz ne fonctionne pas correctement, n’essayez surtout pas de le réparer vous-même. En effet, les compteurs de gaz n’appartiennent pas aux consommateurs. Ils sont la propriété du gestionnaire de réseau, GRDF, ou de l’ELD dont vous dépendez.

Lorsqu’un compteur de gaz est défectueux, il convient donc de contacter rapidement le gestionnaire de réseau, GRDF, ou son ELD. Le service client de GRDF est joignable au 09 69 36 35 34, du lundi au vendredi de 8 h à 17 h. Il est également possible de faire une réclamation en ligne sur le site de GRDF.

Afin de n’avoir qu’un seul interlocuteur pour toutes ses démarches liées au gaz, il est aussi possible de contacter son fournisseur d’énergie afin de lui signaler le problème de compteur qui tourne trop vite. Ce dernier se charge alors de transmettre la demande à GRDF et de programmer l’intervention d’un technicien. Le gestionnaire de réseau informe ensuite le fournisseur du problème concernant le compteur qui tourne trop vite. S’il est avéré que le compteur présente une anomalie, le fournisseur procède à un remboursement pour le trop-perçu. En effet, lorsqu’un compteur de gaz est défectueux, les consommations facturées ne correspondent plus aux consommations réelles du client. Un redressement de la consommation doit alors être proposé par le gestionnaire de réseau. Cette procédure consiste en une estimation de la consommation du foyer sur la période de dysfonctionnement. Le montant à rembourser au consommateur est calculé en prenant en compte ses consommations sur des périodes antérieures, en se basant sur l’historique disponible. Cette procédure de redressement a été mise en place par la CRE (Commission de régulation de l’énergie) qui impose au gestionnaire de réseau de calculer la consommation annuelle de référence du client (CAR) à laquelle, il doit déduire 10 % pour l’incertitude de cette estimation.

Quand Gazpar sera t-il installé chez moi ?

Le nouveau compteur communicant Gazpar est installé progressivement dans toute la France. D’ici fin 2022, tous les foyers reliés au réseau de gaz naturel doivent en être équipés. Si votre ancien compteur est défectueux, vous pouvez néanmoins choisir entre son remplacement par Gazpar ou par un ancien modèle. En effet, à terme, l’installation de Gazpar sera obligatoire pour tous les consommateurs. Toutefois, GRDF laisse encore le temps à ses clients en leur donnant la possibilité de repousser la date de pose de Gazpar. Il est tout de même impératif de prévoir son installation avant la fin de l’année 2022. De plus, Gazpar présente de nombreux avantages. Ce compteur nouvelle génération permet notamment de réduire sa consommation de gaz et de faire des économies grâce aux données relatives aux consommations du foyer qui sont transmises quotidiennement au fournisseur.

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Combien coûte le remplacement d’un compteur gaz défectueux ?

Suivant la situation, les coûts liés à un problème de compteur de gaz qui tourne trop vite peuvent être à la charge du consommateur ou du gestionnaire de réseau :

  • si le dysfonctionnement du compteur de gaz vient de l’usure de l’appareil : les coûts liés au déplacement du technicien et à sa réparation sont intégralement pris en charge par GRDF ;
  • si le dysfonctionnement du compteur vient d’une mauvaise manipulation ou d’un problème d’entretien de la part du client : les frais de déplacement de l’agent GRDF et de changement de compteur sont à la charge du consommateur. Dans ce cas, il est possible de se rapprocher de son assurance habitation afin de demander une aide financière qui peut être accordée suivant la situation.

Compteur de gaz défectueux – prestations GRDF 2021 (tarifs et délais)

Prestation de GRDFSituation correspondant à la demandePrix (en € TTC)Délais d’intervention standard
Compteur de gaz défectueuxPas d’anomalie détectée sur le compteur de gaz
Vérification des données de comptage avec déplacementDoute sur le bon fonctionnement du compteur.Gratuit.55,13 € TTC.10 jours ouvrés.
Changement de compteur de gaz– Remplacer un compteur défectueux ;
– changer de compteur pour un nouveau modèle à la demande du client (l’ancien compteur n’est pas défectueux).
Gratuit.80,60 € TTC (Débit maximum < 16 m³/h) ;
484,18 € TTC (Débit maximum ≥ 16 m³/h).
5 jours ouvrés.

Surconsommation de gaz : comment faire des économies ?

Si votre compteur de gaz tourne vite, mais qu’aucun dysfonctionnement n’est constaté sur l’appareil par le technicien GRDF, la vitesse du compteur vient simplement de vos consommations. Il est possible de réduire votre consommation de gaz grâce à quelques astuces. Changer de fournisseur d’énergie peut également permettre de payer votre gaz moins cher et de faire des économies sur vos factures.

Quelles astuces peuvent permettre de réduire la consommation de gaz ?

Réduire sa consommation de gaz est possible tout simplement en surveillant sa consommation et en appliquant quelques astuces basiques :

  • entretenir régulièrement sa chaudière : si l’appareil est entretenu, sa durée de vie est allongée. De plus, les performances d’une chaudière bien entretenue sont aussi meilleures. Il est important de noter que l’entretien réalisé par un professionnel est obligatoire tous les ans ;
  • vérifier qu’il n’y a pas de fuite de gaz : si le compteur tourne toujours alors que tous les appareils fonctionnant au gaz sont coupés, il est important d’appeler rapidement le numéro d’urgence de GRDF. Le numéro Urgence sécurité gaz de GRDF est le 0 800 47 33 33 (7/7 j et 24/24 h) ;
  • entreprendre des travaux de rénovation énergétique : améliorer l’isolation de son logement, par exemple, peut permettre de réaliser d’importantes économies d’énergie. En effet, une mauvaise isolation entraîne des déperditions de chaleur importantes. En isolant davantage son habitation, la chaleur s’échappe moins vers l’extérieur. Il n’est donc pas nécessaire de chauffer autant. Les travaux de rénovation énergétique représentent un certain coût. Toutefois, de nombreuses aides financières sont disponibles pour les consommateurs souhaitant entreprendre ce type de travaux dans leur logement. Il existe par exemple, MaPrimeRénov’ (anciennement CITE), le chèque énergie, les CEE (Certificat d’économie d’énergie), l’aide « Habiter mieux sérénité » de l’Anah (l’Agence nationale de l’habitat) , la TVA à 5,5 %, etc. ;
  • adopter un comportement économe au quotidien :
    • ne pas chauffer plus que nécessaire : l’Ademe (l’Agence de la transition écologique) recommande de chauffer les chambres à 17 °C, les salles de bain à 22 °C quand elles sont utilisées, et les pièces à vivre (salon, salle à manger, etc.) entre 19 et 21°C. Diminuer son chauffage de 1 °C permet de faire baisser sa consommation de 7 %,
    • choisir ses appareils en fonction des étiquettes énergie : cette étiquette, obligatoire pour certains appareils, permet de donner des indications sur leurs performances énergétiques. Ces équipements sont alors classés sur une échelle allant de G en rouge (pour les moins bonnes performances) à A en vert (pour les meilleures performances énergétiques),
    • fermer ses volets la nuit : les fenêtres sont responsables de 10 à 15 % des déperditions de chaleur d’un logement. Fermer ses volets la nuit permet de conserver la chaleur à l’intérieur en améliorant l’isolation au niveau des fenêtres,
    • aérer régulièrement : en aérant 5 à 10 minutes par jour, l’humidité est évacuée du logement. Ainsi, la sensation de froid qu’elle engendre est moins importante,
    • couper les radiateurs lors des absences prolongées : avant un départ en vacances, par exemple, ou pour toute absence de plus de 2 jours, il est recommandé d’éteindre complètement ses radiateurs. S’ils sont équipés d’un mode « hors gel », il peut être intéressant de le sélectionner, notamment en période de grand froid afin de conserver un minimum de chauffage dans le logement,
    • bien régler la température de son chauffe-eau : il n’est pas nécessaire de trop chauffer l’eau de son chauffe-eau ou de son ballon d’eau chaude. L’Ademe recommande de régler sa température entre 50 et 60 °C,
    • laisser les mitigeurs sur la position froide : de cette manière, la chaudière au gaz n’est pas sollicitée à chaque usage, etc.

Changer de fournisseur d’énergie pour payer son gaz moins cher

La hausse du prix du gaz est de plus en plus importante. L’année 2021 a notamment été marquée par une augmentation de 57 %. La demande étant plus élevée que l’offre sur le marché international, le prix du gaz flambe sur les factures des consommateurs.

Pour faire face à cette augmentation du prix du gaz naturel, il est possible de choisir une offre à prix fixe. En effet, ce type d’offres que commercialisent plusieurs fournisseurs permet de bloquer le prix de l’énergie sur 1 à 4 ans selon les contrats. A l’inverse des offres à prix variable, le prix reste bloqué du moment de la souscription jusqu’à la date de fin du contrat. Souscrire une offre à prix bloqué permet donc de se protéger des fluctuations du prix du gaz sur les marchés.

Nos conseillers sont disponibles par téléphone pour vous apporter un accompagnement dans le choix de l’offre la plus économique pour votre profil. N’hésitez également pas à utiliser notre comparateur de gaz afin de retrouver les différents fournisseurs qui pourraient vous permettre de faire baisser vos factures de gaz.

Voici quelques offres de gaz à prix fixe commercialisées par différents fournisseurs de gaz :

Offres de gaz à prix fixes (en Tarif B1 et zone tarifaire 1) – Décembre 2021

FournisseurNom de l’offreCaractéristiquesPrix de l’abonnement annuel (en € TTC)Prix du kWh (en € TTC)
SoweeOffre gaz– Prix fixe bloqué pendant 3 ans ;
– 5 % de réduction sur l’abonnement en souscrivant un contrat gaz + électricité.
249,84 €0,0894 €
DyneffContrat SereinPrix fixe bloqué pendant 2 ans.290,88 €0,1112 €
TotalEnergiesOffre verte fixe– Prix fixe bloqué pendant 1 an ;
– 10 % de biogaz français.
244,32 €0,1182 €

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?