Choisir.com - Comparez, économisez.

La consommation électrique des ampoules

Les lampes sont indispensables pour éclairer son logement. D’après l’Agence de la transition écologique (ADEME), les Français auraient en moyenne 25 points lumineux dans leur habitation, achèteraient 3 lampes et consommeraient entre 325 et 450 kWh par an pour l’éclairage. La consommation d’électricité des ampoules occupe donc 10 à 15 % de la facture d’électricité des ménages français. Toutefois, le choix de ses ampoules peut permettre de faire des économies d’énergie. Quelles lampes consomment le moins d’électricité ? Quelles informations prendre en compte pour faire son choix ? Existe-t-il des astuces pour réduire la consommation d’énergie liée à l’éclairage dans son logement ? Choisir.com répond à toutes vos questions.

Consommation ampoule

Quels sont les différents type d’ampoules ?

Il existe actuellement plusieurs types de lampes sur le marché. Si certains modèles ne sont plus fabriqués depuis plusieurs années, ils peuvent encore être trouvés dans le commerce ou équiper vos logements.

Les tubes néon ou tubes fluorescents

Les tubes néon (ou fluorescents) se présentent sous la forme de tube en verre. Ce dernier est rempli d’un mélange de gaz (de l’argon, du mercure et parfois du néon). Sous l’effet d’une décharge électrique, le mélange s’ionise et produit de la lumière.

Les néons présentent plusieurs avantages. Ils se déclinent dans différentes couleurs, ont une bonne durée de vie, une bonne efficacité lumineuse et ne dégagent pas de chaleur, limitant ainsi les risques de brûlures ou d’incendies. En revanche, contenant du mercure, ils ne sont pas écologiques et peuvent être dangereux pour la santé en cas de bris du tube.

Quelle est la différence entre une lampe et une ampoule ?

Communément, les lampes sont appelées « ampoules ». Toutefois, l’ampoule ne correspond pas réellement à la lampe dans son ensemble, mais uniquement à la partie en verre. Le terme « lampe » est utilisé pour désigner toute source de lumière artificielle.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

calculez vos économies

Les ampoules à incandescence

La lampe à incandescence est la lampe traditionnelle, constituée d’une ampoule, contenant un gaz (argon ou azote), ainsi qu’un filament de tungstène. Une fois que ce dernier est traversé par le courant électrique, il est porté à haute température et émet de la lumière.

Si elle a l’avantage de produire une lumière très naturelle et de s’allumer rapidement, sa durée de vie est très courte (1 000 heures environ). Elle se casse également très facilement en cas de chocs. Son rendement est aussi mauvais, puisque 5 % de l’électricité qu’elle consomme est transformée en lumière. Les 95 % restant partent en chaleur.

Les ampoules halogènes

Le fonctionnement des lampes halogènes est similaire à celui des ampoules à incandescence. Les gaz que ces ampoules contiennent les différencient néanmoins (iode et brome). Sous l’effet du courant, les molécules de gaz se détachent du filament de tungstène et entrent en suspension. Elles s’y recollent ensuite pour le régénérer. Grâce à ce fonctionnement, les ampoules halogènes bénéficient d’une meilleure durée de vie que celles à incandescence. Elles restent tout de même fragiles, avec une durée de vie généralement comprise entre 1 et 2 ans.

Les lampes halogènes ont également l’avantage de permettre un éclairage immédiat et intense. Toutefois, elles sont très gourmandes en électricité. En effet, seulement 10 % de l’énergie consommée est transformée en luminosité, et 90 % en chaleur. Il existe des lampes halogènes « éco » qui permettraient une économie d’énergie de 30 % par rapport à une halogène classique.

Lampes à incandescence et ampoules halogènes interdites à la vente

Depuis 2013 et 2018, la fabrication et la vente de lampes à incandescence et de lampes halogènes ont été interdites. Toutefois, il est toujours possible d’en trouver dans le commerce, puisque les distributeurs sont encore autorisés à écouler leurs stocks. Elles sont, néanmoins, amenées à disparaître totalement du fait de leur très mauvais rendement. Si les points lumineux de votre logement sont équipés de ce type d’ampoules, il est recommandé de les remplacer par des options plus économes en électricité.

Les lampes fluocompactes (LFC) ou lampes basse consommation (LBC)

Les LFC (lampe fluocompacte), aussi appelées LBC (lampe basse consommation), sont beaucoup moins gourmandes en énergie que les lampes à incandescence et les lampes halogènes. Les LFC ont été inspirées par la technologie des tubes néon. Des tubes fluorescents sont placés dans un petit volume en étant pliés plusieurs fois. Du mercure y est introduit afin de produire une lumière ultraviolette. Invisible à l’œil nu, elle est ensuite absorbée par la paroi des tubes couverts de matériaux fluorescents, afin de produire un éclairage.

Si les lampes basse consommation affichent une bonne durée de vie (environ 8 000 heures) et chauffent peu, elles ont également quelques points faibles. Ces ampoules résistent notamment assez mal au froid, elles sont sensibles aux chocs, sont parfois incompatibles avec les variateurs, et émettent des UV et ondes électromagnétiques pouvant gêner les personnes électrosensibles. Elles se voient généralement attribuer une moins bonne classe énergétique que les LED. De plus, la présence de mercure, et parfois de plomb, en fait une option peu écologique. Les lampes basse consommation sont également plus lentes au démarrage que les ampoules halogènes, à incandescence ou les LED, du fait de la composition des tubes fluorescents.

Plus gourmandes en électricité que les LED, il est aussi nécessaire de remplacer les ampoules LBC plus souvent. Toutefois, leur prix est moins élevé que celui des lampes LED. Il s’agit donc d’une bonne option économique.

Pensez à recycler vos lampes usagées

Les ampoules sont composées de déchets dangereux. Les LFC contiennent notamment du mercure et sont recyclables à 93 %. Les lampes LED renferment également des déchets dangereux, ainsi que certains matériaux rares qu’il est important de recycler. Il est donc essentiel de penser à rapporter ses ampoules usagées à la déchetterie ou dans un point de collecte. Le verre et les éléments en métal sont alors recyclés, ainsi que le mercure qui est régénéré.

Les LED (light-emitting diode ou diode électroluminescente)

Les LED (light-emitting diode ou diode électroluminescente) sont des lampes fonctionnant grâce à un composant électronique qui peut émettre de la lumière lorsqu’il est traversé par un courant électrique. Une lampe LED est composée de plusieurs LED. Sa durée de vie peut aller jusqu’à 40 000 heures, et elle résiste également très bien aux allumages répétés, aux chocs et au froid. Elle présente aussi l’avantage de s’allumer instantanément et chauffe très peu.

En rechange, le prix des LED est plus élevé que celui des autres ampoules. Il est donc indispensable que leur durée de vie soit au moins de 20 000 heures afin de s’assurer de leur rentabilité. Aujourd’hui, leur classe énergétique est toujours « A », indiquant de faibles consommations d’électricité. Cette information est à retrouver sur l’étiquette énergie de la lampe. Si vous souhaitez les utiliser avec un variateur, pensez à vérifier la compatibilité de l’ampoule avant achat. En effet, les LED ne permettent pas toujours de profiter de cette option.

Il existe également des modèles de lampes LED innovantes :

  • les lampes LED « à filament » ou « rétro »: dotées d’une très bonne efficacité, elles imitent la lumière traditionnelle d’une ampoule à incandescence ;
  • les smartlamps : elles disposent de différentes fonctionnalités, comme la diffusion de musique, le changement de couleur et d’intensité de la lumière. Il est possible de les contrôler depuis un smartphone. Certains de ces luminaires permettent également de diffuser du LiFi, de la WiFi par la lumière. Cependant, ces lampes ne sont pas aussi performantes que des LED classiques ;
  • les OLED (Organic LED) : elles fonctionnent de la même manière que des LED classiques. La lumière est créée grâce à un rayonnement de matériaux semi-conducteurs. Cependant, contrairement au LED, il ne s’agit pas de cristaux, mais d’une chaîne carbonée. La lumière produite est également différente, plus diffuse et étendue.

LED : les recommandations de l’ANSES

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) alerte sur le risque potentiel des LED pour les yeux, et recommande de les éviter dans les lampes utilisées directement par des enfants (veilleuses, jouets, etc.). En effet, les ampoules LED peuvent représenter un danger pour les yeux lorsque le cristallin ne remplit pas encore son rôle de filtre. Un éblouissement lumineux est donc possible.

Quelles ampoules sont les plus économes en énergie ?

Comme indiqué plus haut, les ampoules qui consomment le moins d’électricité aujourd’hui sont les LED. Durables, recyclables et économes en énergie, ils s’agit de la meilleure solution pour éclairer son logement, selon l’ADEME.

Les LFC représentent également une bonne alternative à moindre coût. Toutefois, leur durée de vie et leurs performances énergétiques sont moins bonnes que celles des LED. Il est donc nécessaire de les remplacer plus souvent.

Vous pouvez retrouver ci-dessous les performances énergétiques des différentes lampes :

Type de lampePuissance (en Watts)Performances énergétiques
Tube néon50 à 1 000 WTrès énergivore
Ampoule à incandescence7 à 300 WÉnergivore
Ampoule halogène5 à 500 WÉnergivore
LFC (lampe fluocompacte) ou LBC (lampe basse consommation)5 à 120 WBasse consommation
LED (diode électroluminescente) Classique1 à 18 W :
• ≤ à 1 W : pour la majorité des LED ;
• ≥ à 1 : pour les LED de puissance. Par exemple, sur les lampes de smartphone, rarement présentes dans les éclairages des logements.
Très basse consommation
Performances énergétiques des différents types d’ampoule

Quelle est la consommation électrique d’une ampoule ?

Afin de savoir ce que représente le montant de votre consommation d’électricité liée à l’éclairage dans votre logement, il est possible de réaliser un calcul simple :

  • pour obtenir la consommation en kWh sur un an d’une ampoule :

Nombre d’heures d’utilisation x Nombre jours d’utilisation x (Puissance appareil (en Watts)/1 000) = Nombre kWh

Par exemple, pour une ampoule LED d’une puissance de 9 W, utilisée 3 heures par jour et pendant 365 jours : 3 x 365 x (9/1 000) = 9,9 kWh.

  • de manière à connaître le coût de la consommation annuelle de cette ampoule, il est possible de faire le calcul suivant :

Prix du kWh x Consommation (en Watts) = Consommation annuelle

Par exemple, pour une lampe consommant 9,9 kWh/an avec le tarif réglementé de l’électricité en vigueur en septembre 2022 : 0,1740 x 9,9 = 1,72 €..

Le coût de la consommation annuelle de cette ampoule LED est donc de 1,72 €. Afin de connaître le coût de la consommation électrique de l’ensemble de son logement pour l’éclairage, il suffit de réaliser ce calcul pour les différents points lumineux en fonction de leur utilisation, et d’additionner les résultats obtenus.

Comment choisir une ampoule économe en énergie ?

Diverses informations sont présentes sur les emballages des ampoules. Il n’est pas toujours simple de s’y retrouver, notamment du fait des innovations qui impliquent parfois d’introduire de nouvelles références. Sur quels indicateurs se baser pour choisir une ampoule et réduire sa consommation d’électricité ?

Quelles informations prendre en compte avant l’achat d’une ampoule ?

Il existe de nombreux modèles d’ampoules en magasin et il peut être difficile de faire son choix. Pour comparer les différentes lampes, vous pouvez vous reporter aux informations présentes sur l’emballage du produit :

  • la puissance : exprimée en watts ;
  • l’équivalence en watts avec une lampe à incandescence ;
  • le flux lumineux : exprimé en lumens par watts. Plus le nombre de lumens est élevé, plus l’efficacité lumineuse est importante ;
  • l’efficacité lumineuse : exprimée en lumen/watt. Ce rapport entre la puissance et le flux lumineux permet de connaître les performances d’une ampoule ;
  • la température de couleur : exprimée en kelvins ;
  • la durée de vie en heures ;
  • le nombre de cycles d’allumage et d’extinction possible ;
  • le temps nécessaire pour obtenir 60 % du flux lumineux ;
  • les dimensions de l’ampoule en mm ;
  • le type de douille ;
  • la comptabilité ou non avec un variateur ;
  • la quantité de mercure (Hg) : dans le cas où la lampe en contient ;
  • l’étiquette énergie : elle indique la classe énergétique de la lampe sur une échelle allant de G (pour les plus énergivores) à A pour les plus performantes.
  • l’Écolabel européen : il est attribué aux ampoules qui garantissent leur qualité d’usage et leurs caractéristiques écologiques, notamment via de meilleures performances énergétiques.

Ces informations permettent de savoir si le type d’ampoule est compatible avec la lampe sur laquelle elle doit être installée, ainsi que de se renseigner sur son impact sur l’environnement. Il est également important de considérer sa durée de vie et le nombre de cycles d’allumage possibles afin d’évaluer sa rentabilité. Plusieurs informations sont aussi essentielles pour connaître ses performances énergétiques.

Une nouvelle étiquette énergie depuis mars 2021

Comme vous l’avez peut-être constaté, l’étiquette énergie a été modifiée depuis le 1er mars 2021. Ce changement avait pour objectif de donner des informations plus claires aux consommateurs. L’ancienne échelle comprise entre E et A, a été remplacée par une échelle allant de G à A. De plus, les mentions A+, A++ et A+++ ont été supprimées. Cette nouvelle étiquette ne concerne pour le moment que les lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, réfrigérateurs, lampes et dispositifs d’affichage électronique (téléviseurs et ordinateurs). Elle sera étendue à tous les produits électroménagers d’ici 2030.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Watts et lumens : quel indicateur permet de connaître la consommation d’une ampoule ?

Parmi les informations essentielles présentes sur l’emballage des ampoules se trouvent les Watts et les lumens. Comment les utiliser pour bien choisir son éclairage et moins consommer ?

Watt (W) : la puissance électrique de l’ampoule

La puissance électrique, exprimée en Watts (W), est un indicateur souvent pris en compte lors de l’achat d’une ampoule. Elle permet de renseigner les acheteurs sur sa consommation d’énergie. Plus le nombre de Watts est important, plus l’ampoule est énergivore.

Il est important de noter que depuis l’interdiction des lampes à incandescence sur le marché, la valeur des Watts ne désigne plus le même niveau de puissance. En effet, à luminosité égale, le nombre de Watts des ampoules à économies d’énergie est moins élevé que celui des ampoules standards.

Lumen : l’indicateur de l’intensité lumineuse d’une lampe

Le lumen (lm) permet de désigner la quantité de lumière émise par une lampe et de mesurer le flux lumineux perçu par l’œil. Il est donc l’indicateur de l’intensité lumineuse ou du pouvoir éclairant. Il s’agit du principal critère à prendre en compte lors de l’achat d’une ampoule fluocompacte ou LED.

Si le nombre de Watts permet toujours de connaître la consommation de ces nouvelles ampoules, il ne renseigne plus sur le flux lumineux de celles-ci, comme c’était le cas avec les modèles à incandescence. Un nombre de Watts élevé ne signifie donc plus que la lampe produira une forte intensité lumineuse. Un nombre de lumens important indique une bonne capacité de l’ampoule à éclairer une surface (en mètre carré).

Pour une même puissance électrique (en W), le flux lumineux n’est pas toujours le même. Il est donc essentiel de déterminer la quantité de lumière souhaitée dans la pièce au préalable. Il est notamment important de prendre en considération, la couleur des murs, la hauteur de plafond et la surface à éclairer.

Les lumens n’impactent donc pas réellement la consommation d’électricité d’une ampoule. Toutefois, il est important de bien comprendre le rôle de cet indicateur pour choisir un éclairage qui convient à l’usage prévu. En vous basant uniquement sur les Watts pour acheter une ampoule basse consommation ou LED, vous risqueriez de vous tourner vers un éclairage inutilement énergivore, surtout si vous prenez en référence les Watts de vos vieilles ampoules.

Puisque le Watt était pendant longtemps une référence pour choisir une ampoule, des correspondances avec les lumens ont été établies afin de permettre aux consommateurs de s’y retrouver. Le tableau ci-dessous reprend les équivalences entre la puissance d’une lampe à incandescence et le flux lumineux des LED et LFC. N’hésitez pas à l’utiliser pour remplacer vos vieilles ampoules si vous souhaitez conserver le même flux lumineux :

Puissance d’une lampe à incandescence (en watts)1525406075100150200

Flux lumineux indicatif (en lumens) pour obtenir une lumière équivalente

1302404407509901 4202 2903 220
Équivalence entre la puissance d’une lampe à incandescence et le flux lumineux des LED ou des LFC

Sources : Ademe

Vous pouvez également trouver vous-même la correspondance approximative entre l’indicateur en Watts d’une lampe à incandescence et celui en lumens d’une LED ou LFC :

  • en multipliant par 10 le nombre de Watts : vous obtenez la valeur approximative en lumens ;
  • en divisant par 10 le nombre de lumens : vous obtenez une estimation du nombre de Watts équivalent.

Lumen / Watt : l’efficacité lumineuse d’une ampoule

Le rapport entre la puissance absorbée et le flux lumineux émis permet également d’obtenir l’efficacité lumineuse de l’ampoule. Exprimée en lumen par Watt (lm/W), elle permet de connaître les performances d’une source lumineuse.

Il est courant de trouver cet indicateur sur l’emballage des ampoules. L’efficacité lumineuse (aussi appelée rendement lumineux) varie notamment en fonction du type de lampe. Plus l’indicateur est élevé, plus l’efficacité lumineuse est importante :

Efficacité lumineuse des différents types de lampes
Lampe à LED et Spot à LED *Lampe fluocompacte (LFC)Lampe halogène
75 à 140 lm/W
56 à 86 lm/W
50 à 70 lm/W15 à 27 lm/W
*Moins efficace qu’une lampe LED, il représente tout de même une solution de remplacement pour les spots halogènes.
Sources : ADEME

La lampe LED permet de bénéficier d’un meilleur rendement lumineux qu’une LFC. Cette dernière est également bien plus efficace qu’une lampe halogène.

Éclairage chaud ou froid : quel est son impact sur la consommation électrique de l’ampoule ?

Les ampoules se différencient également par leur température de couleur, exprimée en kelvin (K). Plus la température est basse, plus la lumière est chaude :

  • blanc chaud : de 2 700 à 3 300 K ;
  • blanc neutre : de 3 300 à 5 300 K ;
  • blanc lumière du jour : au-dessus de 5 300 K.

La couleur de l’éclairage n’a pas réellement d’incidence sur la consommation. Toutefois, pour une puissance similaire (en Watts), l’efficacité lumineuse d’une ampoule à teinte froide sera meilleure que celle d’une ampoule à teinte chaude. Si vous souhaitez une forte intensité lumineuse dans votre pièce, il est donc plus intéressant d’opter pour une teinte froide plutôt qu’une chaude avec une puissance plus élevée. La consommation d’électricité de cette dernière serait plus importante pour un résultat similaire au niveau de la luminosité.

Selon le type de pièce, il est recommandé de s’éclairer avec une lumière plus ou moins chaude :

  • lumière chaude : pour les séjours et chambres à coucher ;
  • lumière dynamique (froide) : pour les cuisines, bureaux et salles de bain.

Comment réduire la consommation d’électricité de ses ampoules ?

Les consommateurs peuvent faire baisser la consommation d’électricité liée à l’éclairage de leur logement de deux manières : en réduisant leur consommation d’énergie et en choisissant une offre d’électricité adaptée à leurs besoins.

Comment consommer moins d’électricité avec son éclairage

De simples gestes au quotidien peuvent permettre de réduire de manière significative le montant de ses factures d’électricité. Vous pouvez faire baisser la consommation liée à votre éclairage grâce à quelques astuces :

  • changez vos ampoules : pour des lampes basse consommation ou des LED ;
  • pensez à éteindre la lumière quand vous sortez d’une pièce ;
  • utilisez la lumière naturelle au maximum : en gardant les rideaux et volets ouverts et en optant pour des peintures claires pour vos murs, il est possible de gagner en luminosité. Ainsi, vous pouvez profiter d’une lumière gratuite plus longtemps ;
  • supprimez les éclairages non essentiels : des LED décoratives sont, parfois, intégrées dans certains meubles. Il peut être intéressant de les retirer afin d’éviter le suréclairage ;
  • choisissez des abat-jour de couleur claire : la lumière produite par l’ampoule sera mieux diffusée dans la pièce ;
  • pensez à dépoussiérer régulièrement vos lampes : afin que la poussière ne gêne pas la bonne diffusion de la lumière dans la pièce ;
  • installez des interrupteurs minuteurs : ils permettent d’éteindre automatiquement la lumière au bout d’un temps imparti. Ce type d’équipement peut notamment être installé dans les lieux de passage du logement, comme le couloir ou la cage d’escalier ;
  • optez pour des lampes solaires à l’extérieur : pour les jardins, terrasses et balcons, il est possible d’utiliser l’énergie du soleil grâce à des lampes équipées de petits panneaux solaires.

Comment choisir son fournisseur d’énergie ?

Trouver la bonne offre d’électricité peut s’avérer difficile. N’hésitez pas à appeler les conseillers Choisir.com afin d’être accompagné dans la sélection de votre nouveau contrat. Vous bénéficierez ainsi d’un accompagnement dans toutes vos démarches de souscription. Si vous souhaitez découvrir les différentes offres qui pourraient vous convenir, n’hésitez pas à consulter notre comparateur de fournisseurs d’électricité en ligne.

Sujets liés :

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

calculez vos économies