Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

La consommation électrique d’une lampe halogène

La lampe halogène a séduit de nombreux consommateurs il y a quelques années. Cependant, ce type d’éclairage, apprécié pour la lumière naturelle qu’il émet, est très gourmand en énergie. En effet, si les lampes halogènes étaient très populaires il y a une dizaine d’années, elles disparaissent aujourd’hui progressivement du marché. En effet, depuis le 1er septembre 2018, les lampes halogènes ne sont plus fabriquées. Il est désormais possible de s’éclairer avec des ampoules bien plus économes. Quelles ampoules halogènes sont encore disponibles sur le marché ? Par quelle ampoule remplacer une lampe halogène ? Retrouvez toutes les réponses à ces questions dans cet article.

Consommation halogène

Qu’est-ce qu’une lampe halogène ?

Avant d’être détrônée par des modèles de lampes moins énergivores, la lampe halogène avait trouvé progressivement sa place dans les logements des particuliers :

  • en 1959 : invention de la lampe halogène. Celle-ci avait l’avantage de produire une très grande qualité de lumière de forte puissance. Au départ, ces lampes étaient très chères et étaient principalement utilisées dans le milieu professionnel, notamment pour l’éclairage des scènes de spectacle ou sur les plateaux de télévision ;
  • à partir des années 1980 : les lampes halogènes se sont démocratisées et sont arrivées dans les habitations des particuliers. Des lampadaires halogènes sont alors commercialisés ;
  • à partir du milieu des années 1990 : des petites lampes halogènes arrivent sur le marché. Il s’agit souvent de lampes TBT (Très basse tension). Elles sont notamment utilisées dans les lampes de chevet. Elles permettent également d’éclairer les pièces avec des spots lumineux. Ces spots sont intégrés dans le plafond ou fixés sur des rails. Les petites lampes halogènes sont aussi utilisées pour les phares des voitures.

Une ampoule halogène est constituée de plusieurs éléments, très similaires à ceux qui composent la lampe à incandescence classique :

  • une ampoule en verre de quartz : résistant aux hautes températures ;
  • un filament de tungstène (un métal très résistant) : permettant à la lampe d’émettre de la lumière lorsque de l’électricité la traverse ;
  • deux fils conducteurs : reliant les bouts du filament aux bornes électriques de l’ampoule ;
  • deux fils de support : servant à fixer le filament au centre de l’ampoule ;
  • une embase : avec un mono-culot ou un double culot ;
  • un gaz noble de remplissage : il s’agit souvent d’argon ou de krypton ;
  • un gaz halogéné à haute pression : il est introduit dans l’ampoule avec le gaz de remplissage. Il peut s’agir d’iode, de bromure de méthyle ou de dibromure de méthylène.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Le fonctionnement d’une lampe halogène est comparable à celui d’une lampe à incandescence classique. Pour ces deux types d’ampoules, un filament est porté à incandescence. Contrairement à une ampoule à incandescence classique, il ne s’agit pas d’un filament de carbone. Le filament de l’ampoule halogène est un filament de tungstène. De plus, avec la lampe halogène, les gaz halogénés permettent de ne pas atténuer la transparence de l’ampoule car ils empêchent l’évaporation du tungstène au moment où il est porté à incandescence. Les gaz permettent également à l’ampoule de supporter des températures plus hautes qu’une ampoule classique. La résistance d’une ampoule halogène peut alors supporter plus de 2 900 °C. De plus, l’ampoule des lampes à incandescence est composée de verre de quartz. Grâce à lui, la lumière est plus puissante et la durée de vie de l’ampoule est plus longue.

Lampe, ampoule, lampadaire : quelle différence ?

Communément, les lampes sont appelées « ampoules ». Cependant, l’ampoule ne correspond pas réellement à la lampe dans son ensemble. En effet, il s’agit seulement de la partie en verre de la lampe.
Le terme « lampe » désigne toute source de lumière artificielle.
Le luminaire, quant à lui, correspond au support de la lampe.

Lampe halogène : avantages et inconvénients

Si les lampes halogènes ont rencontré un succès si important dans le passé, c’est parce qu’elles présentent de nombreux avantages. Toutefois, elles ont également quelques points faibles par rapport aux nouvelles lampes arrivées sur le marché plus récemment.

Les avantages des lampes halogènes

Les avantages des ampoules halogènes sont les suivants :

  • elles ont un meilleur rendement lumineux qu’une ampoule à incandescence classique (environ 20 à 30 % supérieur) ;
  • leur allumage est immédiat : il n’est donc pas nécessaire d’attendre avant que la lampe atteigne son intensité lumineuse maximale ;
  • elles émettent une lumière intense du fait qu’elle résiste à des températures élevées ;
  • elles émettent une lumière chaude et naturelle ressemblant à celle du soleil ;
  • elles sont souvent équipées d’un variateur : celui-ci peut permettre de régler l’intensité de la lumière pour changer l’ambiance d’une pièce ;
  • elles ne contiennent pas de mercure.

Les inconvénients des lampes halogènes

Du côté des inconvénients des lampes halogènes, on retrouve le fait que :

  • elles sont très énergivores par rapport aux ampoules arrivées plus récemment sur le marché ;
  • leur lumière intense émet des ultraviolets nocifs pour la peau en cas d’exposition prolongée. Il est donc recommandé de placer un filtre anti-UV sur sa lampe si elle n’en possède pas déjà un ;
  • leur température très élevée émet une chaleur importante : il y a donc un risque de brûlure et d’incendie. Toutefois, il est possible de limiter ce risque en plaçant un cache en verre ou en plastique, conçu à cet effet, devant l’ampoule ;
  • elles sont composées de quartz : ce type de verre résiste mal aux chocs. Cependant, les spots halogènes sont équipés d’une double paroi qui les protège des chocs ;
  • leur durée de vie est inférieure à celle des lampes fluocompactes ou des LED : si la durée de vie d’une lampe halogène était 2 à 3 fois supérieure à celle d’une lampe à incandescence classique (800 heures contre 2 000 heures), les nouvelles ampoules affichent de meilleures performances sur ce point. En effet, la durée de vie d’une lampe LED est d’environ de 8 000 heures et celle d’une LFC de 40 000 heures.

Quelle est la consommation d’une lampe halogène ?

Selon l’Agence de la transition écologique (Ademe), l’éclairage représente 10 à 15 % de la facture d’électricité d’un ménage français. Cette consommation peut être diminuée grâce à quelques gestes simples au quotidien. Toutefois, le choix de ses ampoules est également essentiel afin de maîtriser sa consommation d’énergie.

Si la lampe halogène peut produire une lumière forte et avoir une durée de vie si importante, c’est grâce à sa puissance. Alors que la puissance d’une ampoule à incandescence classique est comprise entre 25 et 100 watts, celle de la lampe halogène va de 150 à 500 watts. Cette puissance se répercute sur la consommation d’électricité de la lampe. Plus la puissance est élevée, plus la consommation en énergie est importante.

Afin de connaître le coût de la consommation annuelle d’une ampoule halogène, il est possible de réaliser deux calculs très simples :

  • pour obtenir la consommation en kWh sur un an d’une lampe halogène :

Nombre d’heures d’utilisation x Nombre jours d’utilisation x (Puissance appareil (en watts)/1 000) = Nombre kWh

Par exemple, pour une ampoule halogène d’une puissance de 200 W, utilisée 3 heures par jour et pendant 365 jours : 3 x 365 x (200/1 000) = 219 kWh ;

  • pour connaître le coût de la consommation annuelle de cette lampe halogène, il est possible de faire le calcul suivant :

Prix du kWh x Consommation (en watts) = Consommation annuelle

Par exemple, pour une lampe halogène consommant 219 kWh/an avec le tarif réglementé de l’électricité en vigueur en janvier 2021 : 0,1558 x 219 = 34,12 €.Le coût de la consommation annuelle de cette ampoule halogène est donc de 34,12 €.

La consommation d’électricité d’une ampoule dépend de sa puissance. Les lampes halogènes étant plus puissantes que les autres, elles sont également plus gourmandes en énergie. À titre de comparaison, la consommation annuelle d’une lampe LED d’une puissance de 9 W, pour la même utilisation que dans l’exemple ci-dessus, serait de 9,9 kWh/an, soit 1,54 € (au tarif réglementé en vigueur en janvier 2021).

La diminution de l’intensité lumineuse ne fait pas baisser la consommation

Il est important de savoir que la diminution de l’intensité lumineuse de son éclairage avec un variateur, ne permet pas de faire baisser la consommation de la lampe halogène de manière proportionnelle. En effet, si l’intensité de l’ampoule est réduite de 50 %, la consommation ne baisserait que de 25 %.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Fin des ampoules halogènes : par quelles ampoules les remplacer ?

S’il est encore possible d’acheter des lampes halogènes dans certains commerces, selon les stocks restant, il est tout de même recommandé de se tourner vers d’autres choix. En effet, les lampes halogènes sont moins efficaces que les LED et les LFC (fluocompactes). Les lampes halogènes ont une durée de vie moins importante et sont beaucoup plus énergivores. Tous les luminaires existant, y compris les « halogènes », peuvent être équipés de lampes à LED ou LFC.

Les lampes LED

Après l’interdiction de la fabrication des ampoules à incandescence classiques en janvier 2013, le projet d’interdire celle des halogènes devait également prendre effet en 2016. Toutefois, la Commission européenne avait reporté cette date à septembre 2018. L’objectif de cette mesure est de remplacer les lampes halogènes par des lampes LED et LFC, moins énergivores. La décision de la Commission européenne se base notamment sur le fait que :

  • les lampes halogènes sont très énergivores : leur classe énergétique est souvent « D », alors que celle des lampes LED est « A » ;
  • les ampoules LED ne présentent pas de risques de brûlure ;
  • les lampes LED sont composées à 98 % de matériaux recyclables.

Depuis le 1er septembre 2018, la plupart des lampes halogènes ont donc été supprimées des rayons. Cependant, il est encore possible de trouver des ampoules halogènes de type R7s et G9. En effet, ces deux modèles n’ont pas encore d’alternatives avec un même niveau d’efficacité. Il est donc toujours possible de se procurer ces lampes halogènes dans le commerce.

L’ADEME recommande de se tourner vers les lampes LED pour remplacer ses lampes halogènes. Pour toutes les lampes halogènes supprimées du marché, il existe une lampe LED pour la remplacer. Quant à l’utilisation avec un variateur, qui est un des points forts des lampes halogènes, il existe des lampes LED dimmables (dont on peut faire varier l’intensité). Toutefois, elles ne sont pas toutes compatibles avec un variateur. Si c’est le cas, l’information doit être indiquée sur l’emballage de l’ampoule. Notez qu’il est vivement déconseillé d’utiliser une ampoule qui ne serait pas dimmable avec un variateur. En effet, cela provoquerait un clignotement permanent.

Les lampes fluocompactes

Les lampes LFC sont également appelées LBC (Lampe basse consommation). Il s’agit d’une lampe fluorescente beaucoup plus efficace et économe en énergie que la lampe halogène. Toutefois, les LFC ont une durée de vie moins importante que les lampes LED (environ 8 000 heures contre 20 000 heures pour les LED). Elles sont également plus gourmandes en électricité. Cependant, leur prix d’achat est moins élevé que celui des LED. Les LFC sont donc une bonne option économique pour remplacer ses lampes halogènes.

Comme les LED, les lampes fluocompactes ne sont pas toutes compatibles avec l’usage d’un variateur. Il est donc important de vérifier si elles sont dimmables avant de les utiliser avec un lampadaire équipé d’un variateur. Cette information est mentionnée sur l’emballage du produit.

Comment réaliser davantage d’économies d’électricité avec ses lampes ?

Les consommateurs peuvent faire baisser la consommation d’électricité de leur logement liée à l’éclairage en adoptant quelques gestes simples. Il est également possible de payer son électricité moins cher en changeant de fournisseur d’énergie.

Consommer moins d’électricité avec son éclairage

Vous pouvez réduire le montant de vos factures d’électricité en changeant certaines de vos habitudes et en adoptant quelques gestes simples. Faire baisser sa consommation d’électricité liée à l’éclairage de son logement est possible avec ces quelques astuces :

  • pensez à éteindre la lumière dès que vous sortez d’une pièce ;
  • supprimez les éclairages non essentiels, tels que les guirlandes lumineuses décoratives et les rubans LED intégrés dans certains meubles. Les enlever, s’ils ne sont pas nécessaires, peut permettre d’éviter le suréclairage ;
  • optez pour des abat-jour de couleur claire : la lumière produite par l’ampoule sera mieux diffusée dans la pièce ;
  • profitez au maximum de la lumière naturelle. Garder les rideaux et volets ouverts et choisir de peindre ses murs avec des couleurs claires peut permettre de gagner en luminosité, et de se passer d’éclairage artificiel le plus longtemps possible ;
  • dépoussiérez régulièrement vos lampes : la poussière pourrait empêcher la bonne diffusion de la lumière dans la pièce.

Changer de fournisseur d’énergie pour payer moins cher

Les consommateurs peuvent réaliser des économies sur leur facture d’électricité en payant un prix du kWh moins cher.

L’ouverture du marché de l’énergie en 2007 a permis aux consommateurs de faire le choix de leur fournisseur d’énergie. En effet, il est désormais possible de changer de fournisseur et de profiter de tarifs avantageux en choisissant les offres des fournisseurs alternatifs. Les fournisseurs alternatifs, concurrents des fournisseurs historiques d’électricité et de gaz naturel, EDF et Engie (ex-GDF Suez), commercialisent des offres avec des remises sur le prix du kWh et/ou de l’abonnement.

Le changement de fournisseur est une démarche simple, rapide et gratuite qui peut permettre de réduire significativement le montant de ses factures de gaz et/ou d’électricité. De plus, les contrats d’énergie sont sans engagement de durée. Le consommateur peut donc changer de fournisseur d’énergie à tout moment.

Le choix entre les différentes offres pouvant être difficile pour les consommateurs, il est possible de joindre un conseiller au 09 74 59 19 97 (appel gratuit) afin d’obtenir des conseils et d’être accompagné dans son choix et sa souscription. Un comparateur d’électricité en ligne peut également vous aider à comparer les offres et à trouver le fournisseur le plus adapté selon vos besoins.

Découvrez dans le tableau ci-dessous le prix du kWh pour quelques offres d’électricité compétitives en 2021 :

Fournisseurs alternatifs VS fournisseur historique – Comparaison des prix du kWh en option Base selon la puissance souscrite (janvier 2021)

Puissance souscrite (en kVA)

EDF – Tarif Bleu TotalEnergies – Offre Online Engie – Offre Elec Energie garantie 2 ans Happ-e by Engie – Offre Classique
30,1558 €0,1442 €0,1633 €0,1558 €
60,1453 €
90,1599 €0,1478 €0,1676 €0,1490 €
12
15
18
24
30
36

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?