Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

La consommation électrique du four

D’après l’Ademe (Agence de la transition écologique), un four consomme, en moyenne, environ 100 kWh par an. D’ailleurs, en 2019, la catégorie « cuisson » représentait en moyenne 7,8 % de la consommation d’électricité des ménages français. Afin que l’utilisation du four ne pèse pas trop lourd sur la facture d’électricité, il est essentiel de comparer les différents modèles de four disponibles sur le marché. Comment connaître la consommation d’un four électrique ? Quels sont les modèles les moins énergivores ? Retrouvez toutes les réponses à ces questions dans notre article.

Consommation four

Comment fonctionne un four électrique ?

Il existe différents types de four. La première grande différence entre les fours est leur mode d’alimentation. En effet, il est possible de trouver sur le marché des fours électriques ou des fours fonctionnant au gaz. Le four électrique est le plus courant dans les foyers en France.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Par rapport à un four à gaz, le four électrique présente plusieurs avantages :

  • il est très simple à installer et ne nécessite pas de raccordement au réseau de gaz naturel ;
  • le choix des modes de cuisson est plus grand qu’avec le four à gaz ;
  • son entretien est moins contraignant.

Cependant, quelques inconvénients sont tout de même à relever pour le four électrique :

  • il est plus énergivore qu’un four à gaz, notamment pour les fours électriques se nettoyant avec le procédé de la pyrolyse ;
  • le coût de l’énergie est plus cher, puisque le prix du kWh d’électricité est plus important que celui du gaz naturel ;
  • le four électrique permet une cuisson moins précise que le four à gaz.

Le four électrique se compose de plusieurs éléments :

  • un moufle : correspondant à la cavité intérieure de l’appareil ;
  • les résistances : permettant de chauffer le four. Plusieurs résistances sont disposées dans la cavité du four :
    • une résistance de voûte : se trouvant en haut à l’intérieur du four ;
    • une résistance de sole : installée en bas à l’intérieur du four ;
    • une résistance circulaire : se trouvant au fond du four, uniquement pour les fours à chaleur tournante.
  • un grill : il est installé dans la partie supérieure de la cavité du four. Cet élément permet de griller ou gratiner des plats ;
  • un ventilateur : permettant de brasser l’air dans le four afin que l’air chauffé soit homogène ;
  • une turbine : elle n’est présente que dans les fours à chaleur tournante. Elle permet d’envoyer l’air chauffé en utilisant la résistance circulaire ;
  • un éclairage : permettant de voir à l’intérieur du four pendant la cuisson ;
  • des gradins : utiles pour positionner les grilles à différents niveaux ;
  • un réservoir d’eau et un générateur de vapeur : pour les fours à vapeur.

Quels sont les différents types de fours électriques ?

Actuellement, sur le marché, il existe des fours électriques aux fonctions variées. Chacun d’entre eux a leurs spécificités, leurs avantages et inconvénients. Les différents types de nettoyage disponibles jouent également un rôle important afin de comparer les fours électriques.

Les modèles de fours électriques : avantages et inconvénients

Suivant vos habitudes en cuisine, certains types de fours conviendront davantage que d’autres. En effet, le modèle de four électrique le plus adapté aux grands amateurs de cuisine ne sera pas le meilleur choix si vous ne vous mettez pas très souvent aux fourneaux :

  • le four à convection naturelle : également appelé four à chaleur statique ou four traditionnel, ce modèle de four chauffe grâce à deux résistances électriques. La résistance de voûte est placée dans la partie haute de la cavité du four, et la résistance de sole, dans sa partie basse. Son utilisation est très simple. Dans les fours à convection naturelle, il n’existe qu’un seul niveau. Il est donc impossible de faire cuire plusieurs plats au même moment. De plus, le temps de préchauffage à prévoir après l’avoir allumé est relativement long par rapport à d’autres modèles. Son prix peut varier et dépend notamment du type de nettoyage (pyrolyse, catalyse ou manuel) ;
  • le four à chaleur tournante : également nommée « convection forcée », ce type de four permet à l’air chaud d’être dispersé de manière homogène dans toute la cavité de l’appareil. Cette distribution de l’air est permise par le ventilateur installé au fond du four. Il est possible de choisir entre deux modes de chaleur tournante :
    • la chaleur brassée : les résistances placées dans la partie supérieure et inférieure du four fonctionnent en même temps que le ventilateur, permettant le brassage de l’air ;
    • la chaleur pulsée : la résistance a la forme d’un cercle et se trouve dans le fond du four.
  • le four multifonction : ce four électrique permet de profiter de différents modes de cuisson : « four traditionnel » ou « chaleur tournante ». Aujourd’hui, la plupart des fours électriques sur le marché permettent d’utiliser ces deux fonctions et de profiter des avantages des deux modes de cuisson ;
  • le four à vapeur : un réservoir d’eau et un générateur de vapeur permettent à ce four de produire de la vapeur pour la cuisson des plats. Le réservoir peut être rempli grâce à un système d’auto-remplissage. Ainsi, le réservoir d’eau du four est branché directement à l’arrivée d’eau, et vous n’avez pas à vous soucier de le remplir avant chaque utilisation. Il peut cuire, réchauffer, gratiner, décongeler, et il assure une cuisson sans assécher les plats même sans ajout de matière grasse. Il est donc idéal si vous êtes adepte d’une cuisine diététique. Sa fonction étuve permet également de faire lever les pâtes. Son mode détartrage est également très utile pour un nettoyage aisé de l’appareil. Il existe des fours à vapeur basse pression, fonctionnant entre 40 et 100 °C et des fours à vapeur haute pression, fonctionnant entre 40 et 120 °C . Les fours à vapeur combinés permettent de profiter des différents modes de cuisson, « four traditionnel », « chaleur tournante » et « vapeur » ;
  • le four à induction : ce type de four fonctionne de la même manière que les plaques de cuisson à induction. Une plaque à induction amovible est fournie avec ce type de four. Elle se place à l’intérieur de la cavité du four et se branche sur une prise électrique se trouvant au fond de l’appareil. Les électroaimants placés dans la plaque produisent un champ magnétique afin de chauffer le plat en métal posé dessus. La plaque chauffe donc uniquement le plat, évitant ainsi le risque de brûlure. Le four à induction nécessite d’être utilisé avec des plats métalliques. En effet, il est impossible de chauffer des aliments se trouvant dans des plats en céramique ou en faïence avec un four à induction. Ce type de four permet de réduire le temps de cuisson de 50 %. Ainsi, ils sont moins énergivores que les autres fours. Il permet également une cuisson douce des plats, sans les dessécher ;
  • le four haute température : la plupart des fours vendus sur le marché ont une puissance maximale de 270 °C. La température des fours à pyrolyse peut aller jusqu’à 500 °C lors du nettoyage. Celle des fours à haute-température peut aller jusqu’à 300 °C et plus. Ils peuvent être utiles pour la cuisson de certains aliments, comme le pain ou la viande, afin de les saisir en début de cuisson. La température élevée ne doit pas être utilisée tout au long de la cuisson au risque de retrouver son plat carbonisé ;
  • le four à pizza : il peut également être considéré comme un four haute température, dans son cas, la température peut monter jusqu’à 400 ou 450 °C. Toutefois, il a quelques particularités par rapport à un four haute température classique. Généralement, il est possible de placer 4 à 5 pizzas dans ce type de four. Le plus souvent, l’ensemble de l’appareil est composé d’acier, à l’exception de la sole (le plancher dans la cavité du four) qui est faite de briques réfractaires. Il existe également des fours à pizzas de table. Ces derniers ne sont pas encastrables et se posent directement sur une table ou un plan de travail. Toutefois, les températures maximales de ces modèles ne sont pas aussi élevées que celles des autres fours à pizzas puisqu’elles ne montent pas au-dessus de 350 °C ;
  • le four à micro-ondes : il permet de chauffer rapidement des plats grâce à des ondes électromagnétiques qui agitent les molécules d’eau. Les molécules d’eau deviennent alors chaudes. Ce fonctionnement, basé sur un champ électrique circulant dans le micro-ondes explique pourquoi il est important de ne pas placer d’objets métalliques dans l’appareil. En effet, l’objet métallique (par exemple, un plat en inox ou en aluminium) réfléchirait les ondes et créerait des étincelles. De plus, les aliments ne seraient jamais chauffés. Le four micro-ondes peut être encastrable, afin qu’il s’intègre harmonieusement dans la cuisine ou à poser. Il existe des micro-ondes avec option grill, permettant de gratiner des plats. Des micro-ondes combinés permettent également d’utiliser la chaleur tournante, afin de cuire des plats de la même manière que dans un four classique. Certains micro-ondes combinés ont également une option vapeur ;
  • le four combiné : ce type de four permet de profiter des avantages d’un four traditionnel, d’un four à micro-ondes ou d’un four à vapeur. Réunissant plusieurs appareils en un, il est idéal pour les petites cuisines. Deux types de fours combinés sont disponibles sur le marché (il est possible d’utiliser les deux modes de cuisson combinés ensemble ou séparément) :
    • le four combiné convection naturelle + micro-ondes : pour permettre une cuisson rapide. Avec certains modèles, le temps de cuisson peut être réduit de moitié par rapport à un four traditionnel ;
    • le four combiné convection naturelle + vapeur : les deux modes de cuisson, lorsqu’ils sont utilisés ensemble, peuvent permettre de rôtir un plat tout en contrôlant le taux d’humidité dans l’appareil. Ce type de four combiné est donc intéressant pour les cuissons lentes à basse température.

Installer son four sans perdre de place

Pour les petits espaces, il existe des fours adaptés qui permettent de gagner de la place :
• le four encastrable : ces fours peuvent être installés sous un plan de travail afin de s’intégrer parfaitement dans une cuisine. Les fours encastrables doivent impérativement être équipés d’un système de refroidissement. Le revêtement des meubles qui l’entourent doit également être résistant. Le four encastrable peut être intégré sous un plan de travail, ainsi qu’en hauteur dans une armoire conçue à cet effet. Les fours encastrables peuvent être des fours à convection naturelle, à chaleur tournante, à vapeur, micro-ondes, à haute température ou encore, des fours à pizza. Il est important de s’assurer des bonnes mesures du four afin que celui-ci s’intègre dans l’espace dédié. Les dimensions standards se situent généralement aux alentours de 60 cm de largeur, hauteur et profondeur. Toutefois, il existe des fours encastrables aux dimensions spéciales. Un espace de 5 mm est à prévoir entre l’appareil et la paroi des meubles qui l’entourent ;
• le mini four : ce type de four n’est pas encastrable. Il peut être posé directement sur une table, à proximité d’une prise électrique. Grâce à sa petite taille, il est possible de l’installer dans une petite cuisine. Il permet de cuire tous types de plats, de gratiner, rôtir ou de réchauffer. La majorité des mini fours sont des fours à convection naturelle avec une fonction grill. Néanmoins, il est également possible de trouver quelques mini fours à chaleur tournante, à vapeur ou équipés d’une fonction décongélation. La plupart des mini fours ont une capacité allant de 10 à 20 litres. Toutefois, certains d’entre eux ont des capacités plus importantes pouvant aller jusqu’à 60 litres. Du fait de sa taille réduite, le mini four consomme moins d’électricité que les plus grands modèles qui nécessitent davantage de puissance. Le prix d’un mini four varie selon les fonctions qu’il comporte.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous les différents modèles de fours, leurs avantages, inconvénients et leurs prix :

Type de four AvantagesInconvénientsPrix
Four à convection naturelle– Simple d’utilisation
– Peut convenir à tous types de cuisson (cuisson, réchauffage, gratin)
– Prix abordable.
– Préchauffage et temps de cuisson long
– La température n’est pas toujours homogène
– Seulement un niveau de cuisson.
De 250 à 600 €
Four à chaleur tournante– Cuisson plus homogène qu’avec un four à convection naturelle
– Temps de préchauffage et de cuisson plus courts
– Plusieurs niveaux de cuisson possibles.
Le ventilateur peut être bruyant selon les modèles.De 250 à 800 €
Four multifonction– Combine convection naturelle et chaleur tournante pour profiter de deux modes de cuisson
– Plusieurs niveaux de cuisson possibles
– Temps de préchauffage moins long qu’avec un four traditionnel
– Préprogrammation disponible sur la plupart des modèles.
Four à vapeur– Permet une cuisine saine et diététique
– Conserve les vitamines et minéraux des aliments
– Plusieurs niveaux de cuisson possibles
– Entretien facile car peu de projection sur les parois.
– Ne peut pas rôtir ou gratiner
– Ne permet pas la cuisson de plats nécessitant des températures plus élevées
– Cuisson lente du fait de la basse température
– Plus cher que les autres fours
– Risque de brûlure à l’ouverture de la porte à cause de la vapeur chaude, comme lors de l’ouverture d’une cocotte-minute, ou d’un lave-vaisselle venant de terminer son cycle de lavage
– Nécessite de vider le réservoir (si non relié à alimentation d’eau), de sécher les parois et la vitre après utilisation.
– De 800 à 1 500 € pour un four basse tension. – De 1 500 à 3 000 € pour un combiné
– Environ 4 000 € pour un four haute tension.
Four à induction– Cuisson rapide
– Très peu gourmand en énergie
– Cuisson homogène
– Pas de risques de brûlures
– Ne déshydrate pas les aliments.
– Peut être utilisé uniquement avec des plats en métal
– N’existe qu’en modèle encastrable
– Prix élevé.
De 1 100 à 1 600 €
Four haute température– Peut atteindre des températures plus élevées (300 °C)
– Permet de saisir les aliments en début de cuisson (pain, viande).
La température importante peut être difficile à maîtriser pour la cuisson des plats.De 600 à 1 000 €
Four à pizza– Permet de cuire rapidement des pizzas (2 à 4 à la fois suivant les modèles)
– Préchauffage très rapide
– Existe en four encastrable ou à poser.
Pas aussi puissant qu’un four à pizza traditionnel.– Moins de 100 € pour un four sur table.
– De 400 à 800 € pour un four encastrable.
Four à micro-ondes– Permet une cuisson rapide de plats déjà préparés
– Permet de réchauffer rapidement des aliments sans les dessécher
– Facile à installer
– Convient aux petits espaces.
– Ne permet pas de réaliser des gratins (sauf s’il est équipé d’une fonction grill)
– Ne convient pas pour cuisiner des plats élaborés.
– De 50 à 200 € pour un micro-ondes classique.
– De 150 à 300 € pour une fonction grill.
– De 250 à 600 € pour un combiné
– De 400 à 700 € avec fonction vapeur.
Four combiné– Réunit plusieurs types de fours en un (convection naturelle + micro-ondes ou convection naturelle + vapeur)
– Permet de combiner différents types de cuisson
– Préchauffage rapide
– Gain de place.
– Taille limitée dans les fours micro-ondes combinés. Souvent, les plats de grande taille ou carrés ne sont pas adaptés
– Ne dispose pas de plusieurs niveaux de grilles
– Nécessite d’être vigilant en sélectionnant le type de cuisson en fonction du type de récipient (pas de plastique en mode convection ou de plat métallique en mode micro-ondes).
De 100 à 2 000 €
Méthodes de pose
Four encastrable– Différents modes de cuisson disponibles suivant les modèles (convection naturelle, chaleur tournante, vapeur, haute température, à pizza)
– S’intègre dans un meuble de cuisine
– Gain de place
– Esthétique.
Nécessite un espace adapté.– De 250 à 600 € pour un four à convection naturelle
– De 250 à 800 € pour un four à chaleur tournante
– De 800 à 1 200 € pour un four à vapeur
– De 50 à 700 € pour un micro-ondes
– De 400 à 800 € pour un four à pizza.
Mini four– Convient aux petits espaces
– Consomme moins d’énergie que les grands fours (environ 30 % de moins).
– Ne permet pas de cuire plusieurs plats en même temps
– Les modèles les moins chers n’ont pas beaucoup de fonctions et ne permettent pas de réaliser des plats très élaborés.
– De 50 à 100 € pour des fonctions basiques
– De 100 à 1 200 € pour les fours multifonctions.

Catalyse, pyrolyse : quel nettoyage pour son four ?

Les différents fours sur le marché peuvent également être comparés par leur système de nettoyage. En effet, il en existe plusieurs plus ou moins contraignants. Si certains fours ont toujours un système de nettoyage manuel, la majorité d’entre eux bénéficient tout de même d’un système de nettoyage automatique avec lequel il n’est plus nécessaire de laver les parois intérieures du four à la main :

  • le nettoyage par pyrolyse : il permet de nettoyer les projections sur les parois de la cavité du four. Le nettoyage ne nécessite pas l’utilisation d’un produit détergeant. Avec la pyrolyse, la température du four monte jusqu’à 500 °C. Le nettoyage peut être mis en marche à tout moment. Il est nécessaire de prévoir une durée pouvant être comprise entre 1 et 3 heures pour cette phase de nettoyage. Différents modes peuvent être sélectionnés (rapide, normal ou intensif). Avec certains fours, la durée du programme est adaptée automatiquement en fonction de l’état du four. Il est important de penser à retirer les plaques, grilles et accessoires du four avant de lancer le nettoyage. Lorsque le programme est terminé, il ne vous reste plus qu’à essuyer les résidus transformés en cendre à l’aide d’un chiffon humide. Ce mode de nettoyage est le plus onéreux ;
  • le nettoyage par catalyse : un four catalyse est moins cher qu’un four pyrolyse. Avec ce système, les saletés sont absorbées et détruites au moment de la cuisson. Le nettoyage se met en marche dès lors que la température dépasse 200 °C. Une fois le four refroidi, il ne vous reste plus qu’à nettoyer les résidus à l’aide d’une éponge humide. Cependant, la catalyse peut nécessiter un nettoyage manuel supplémentaire. En effet, contrairement à la pyrolyse, la catalyse ne traite pas les projections de sucre.

Catalyse, pyrolyse : lequel est le plus énergivore ?

Le four à catalyse consomme moins d’énergie que le four à pyrolyse. En effet, le nettoyage se fait au même moment que la cuisson. Il n’est donc pas nécessaire de mettre le four en marche uniquement pour son nettoyage. Néanmoins, ce système est moins efficace que la pyrolyse. Avec le four à catalyse, les graisses ne sont pas entièrement détruites et il peut être nécessaire de nettoyer manuellement la cavité du four en complément.

Comment savoir combien d’électricité consomme son four ?

Un four est utilisé quotidiennement, il est donc important de prendre en considération sa consommation électrique afin de maîtriser le montant de ses factures d’énergie. La consommation électrique d’un four dépend de sa puissance. La puissance d’un four varie suivant le modèle. En effet, un mini four ne nécessite pas la même puissance qu’un four à haute température.

Vous pouvez réaliser un calcul très simple afin de connaître la consommation annuelle d’un four. Pour un four d’une puissance de 2 000 Watts, utilisé en moyenne 20 minutes par jour, soit environ 2 h 30 par semaine, le calcul à réaliser afin de connaître sa consommation d’électricité annuelle est le suivant :

  • Afin d’obtenir la consommation du four en kWh sur un an :

Puissance (W) x Nombre d’heures par semaine x 52 semaines/1 000 = Consommation annuelle (kWh)

Par exemple : 2 000 x 2,5 x 52/1 000 = 260 kWh.

  • Afin de connaître le coût de la consommation annuelle de son four, il est possible de faire le calcul suivant :

Prix du kWh x Consommation (W) = Consommation annuelle de l’appareil (€)

Par exemple, pour un four consommant 260 kWh/an avec le tarif réglementé de l’électricité en vigueur en novembre 2020 : 0,1557 x 260 = 40,5 €.

Le coût de la consommation annuelle de ce four est donc de 40,5 €.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Comment choisir son four électrique ?

Plusieurs éléments sont à prendre en compte au moment de l’achat d’un four afin que celui-ci corresponde à vos besoins :

  • le type de four : la puissance d’un four, et donc sa consommation, varie beaucoup selon les modèles. En effet, un four haute température, un four traditionnel et un mini four ne consomme pas la même quantité d’électricité. Si vous cuisinez peu, il n’est pas nécessaire d’opter pour un four avec de nombreuses fonctions et modes de cuisson. Il est donc essentiel de prendre en compte l’utilisation que vous comptez faire de ce four avant de vous lancer dans son achat ;
  • la capacité de four adaptée au foyer : plus le four est grand, plus il consomme d’énergie. Si vous ne cuisinez pas de plats très élaborés et que vous pouvez vous contenter de la capacité d’un mini four, n’achetez pas un modèle de four plus grand. Celui-ci consommerait inutilement beaucoup plus d’énergie. La capacité d’un four se mesure en litres. Cette information est indiquée dans la documentation fournie avec le four, ainsi que sur son étiquette énergie ;
  • le type de porte : il existe différents systèmes de porte de four :
    • les portes battantes : il s’agit du système le plus commun. L’ouverture se fait du haut vers le bas. Ce type d’ouverture ne convient pas pour un four placé en hauteur. Elle est à privilégier si le four est posé au sol ou installé sous un plan de travail ;
    • les portes latérales : l’ouverture se fait vers la gauche ou la droite. L’avantage des portes latérales est de permettre une grande ouverture et un accès aisé à l’intérieur du four ;
    • les portes escamotables : elles sont comparables aux portes battantes. Cependant, la porte escamotable peut être glissée sous le four lors de son ouverture. Avec les portes escamotables, il est possible de placer un four ayant ce type d’ouverture en hauteur puisque la porte ouverte de gêne plus la visibilité ;
    • les portes tiroir : ce type de porte, s’ouvrant comme un tiroir, n’est disponible que pour les fours encastrables installés sous un plan de travail. En effet, ce type d’ouverture ne convient pas pour les fours placés en hauteur, car la visibilité n’est possible que par le haut.
  • l’entretien du four : alors que certains fours se nettoient manuellement, d’autres ont des fonctions autonettoyantes. Si le nettoyage du four est manuel, il est conseillé de le nettoyer tous les trois mois à l’aide d’un produit adapté ou d’un mélange de bicarbonate de soude et de vinaigre blanc, pour une option naturelle. Les fours par catalyse ou pyrolyse permettent un nettoyage plus aisé. Il faut noter qu’un four à pyrolyse consomme plus d’énergie qu’un four à catalyse. Toutefois, il est plus efficace que ce dernier puisque le four à pyrolyse est capable de traiter le sucre et ne nécessite pas de nettoyage manuel complémentaire ;
  • les modes de cuisson : ils sont à prendre en considération en fonction du type de plats envisagés (gratins, viande, pain, etc.). Les fonctions grill, chaleur tournante ou vapeur sont-elles intéressantes pour les types de plats que vous comptez cuisiner ? ;
  • les fonctions : les fours comportent désormais de nombreuses options, comme la fonction « booster » qui permet de réduire le temps de préchauffage. Il existe également une fonction de préconisation de la température. Après avoir sélectionné un mode de cuisson, le four propose automatiquement une température adaptée au plat ;
  • les options de sécurité : les fours peuvent être équipés de différents systèmes de sécurité :
    • la porte froide : cette porte est composée de trois à quatre parois de verre. Elle est refroidie grâce à un système de circulation de l’air entre ces parois. La température de la porte froide est de 70 °C au maximum. Lors d’un nettoyage à pyrolyse, la température à l’intérieur du four atteint 500 °C. Tous les fours à pyrolyse sont équipés d’une porte froide afin d’éviter le risque de brûlure au contact de la porte de l’appareil ;
    • le verrouillage des commandes : avec cette fonction, il est impossible de modifier le programme sélectionné une fois qu’il est lancé ;
    • une grille anti-basculement : ce type de grille facilite l’accès aux plats dans le four en évitant que celui-ci bascule lorsque vous tirez la grille vers l’extérieur.
  • le niveau sonore : il varie beaucoup selon les modèles de four. En effet, les fours à chaleur tournante émettent un bruit bien plus important qu’un four à convection naturelle. Le niveau sonore s’exprime en décibels (dB) et est indiqué sur la documentation fournie avec le four et sur son étiquette énergie ;
  • les labels environnementaux : ils permettent aux consommateurs de choisir des appareils dont l’impact sur l’environnement est moindre. Pour les fours, il existe l’Ecolabel Européen et le label NF Environnement. Les produits comportant ces labels doivent répondre à une liste de critères permettant de juger de leur impact sur l’environnement et de leurs performances énergétiques ;
  • l’étiquette énergie : obligatoire depuis le 1er janvier 2015, cette étiquette indique la classe énergétique des appareils électroniques sur une échelle allant de D (en rouge) à A (en vert). La classe « D » est attribuée aux appareils les plus énergivores, alors que la « A+++ » correspond aux appareils les moins gourmands en énergie. La classe A est divisée en A+, A++ et A+++. Cette dernière est attribuée aux appareils ayant les meilleures performances énergétiques. Les informations mentionnées sur l’étiquette énergie d’un four sont les suivantes :
    • la classe d’efficacité énergétique ;
    • la marque ;
    • la référence de l’appareil ;
    • la consommation d’énergie, en kWh par cycle de fonctionnement selon les modes (convection naturelle, chaleur tournante, etc.) ;
    • le volume utile de la cavité en litres ;
    • la puissance de fonctionnement en Watts.

Changement d’étiquette énergie en 2021

Les étiquettes énergie sont amenées à être modifiées prochainement. En effet, il est prévu de revenir à un système plus ancien de l’échelle de classement de l’efficacité énergétique. Actuellement comprise entre D et A+++, l’échelle ira désormais de la classe G à la classe A. Les mentions A+, A++ et A+++ vont également disparaître. Ce changement est dû au fait que les performances des appareils évoluent et qu’ils se trouvent, pour beaucoup, dans la classe A. Les écarts entre les différentes classes sont donc difficiles à comprendre pour les consommateurs. D’ici mars 2021, les échelons doivent donc être revus afin qu’ils correspondent aux performances actuelles des appareils. Dans un premier temps, ce changement concernera les lave-vaisselle, lave-linge, sèche-linge, réfrigérateurs, lampes et dispositifs d’affichage électronique (téléviseurs et ordinateurs). D’ici 2030, les étiquettes de tous les produits électroménagers doivent être remplacées par cette nouvelle version.

Faire des économies avec son four électrique

Il est possible de réduire sa facture d’électricité en choisissant un four adapté à ses besoins, ainsi qu’en adoptant quelques gestes simples afin de consommer moins d’électricité. Vous pouvez également faire des économies en changeant tout simplement de fournisseur d’énergie et en profitant d’un prix du kWh d’électricité moins cher.

Consommer moins d’énergie avec son four

Le four électrique est un des appareils les plus énergivores de la cuisine. Il est possible de limiter son impact sur la facture d’électricité en adoptant quelques gestes simples au quotidien :

  • entretenez votre four régulièrement : le nettoyage régulier du four est essentiel à son bon fonctionnement et sa longévité. Il est recommandé de nettoyer son four environ tous les trois mois ;
  • surveillez les joints d’étanchéité : ils garantissent l’étanchéité du four en permettant à la chaleur de rester à l’intérieur. Ils sont essentiels au bon fonctionnement de l’appareil. En effet, si les joints ne sont pas en bon état, le temps de chauffe du four est plus long. De plus, s’ils ne sont plus étanches, le nettoyage par pyrolyse ou catalyse ne peut pas se mettre en marche car la porte ne se ferme plus correctement et ne peut pas être verrouillée. Il consomme donc plus d’énergie. Afin qu’ils ne s’abîment pas trop rapidement, il est déconseillé d’utiliser des produits détergeant pour leur nettoyage. Si le joint de votre four est défectueux, il est possible de le remplacer après avoir retiré l’ancien ;
  • évitez de placer le four près d’un réfrigérateur ou d’un congélateur : les parois d’un four sont très chaudes. Si elles sont trop proches d’un appareil à froid, celui-ci va consommer de l’énergie afin de conserver sa température. Dans le cas où il est impossible d’espacer suffisamment les deux appareils, il est possible d’isoler son four grâce à des anneaux isolants qui évitent que la chaleur du four ne touche le réfrigérateur ;
  • réchauffez au four micro-ondes plutôt qu’au four traditionnel : si vous avez un four micro-ondes et un four traditionnel, utilisez plutôt le micro-ondes pour le réchauffage des plats et pour la décongélation. En effet, le micro-ondes chauffe plus rapidement qu’un four traditionnel. L’appareil est donc sollicité moins longtemps et consomme moins d’électricité ;
  • cuisinez pendant les heures creuses si vous avez choisi l’option tarifaire HP/HC afin de profiter d’un prix du kWh moins élevé qu’en heures pleines ;
  • débranchez vos appareils avec des veilles cachées lors de vos absences ou utilisez des prises coupe-veille.

Changer de fournisseur d’énergie pour faire des économies d’énergie

En 2007, l’ouverture du marché de l’énergie a permis aux consommateurs de choisir leur fournisseur. En effet, il est désormais possible de changer de fournisseur d’énergie et de profiter de tarifs avantageux afin de payer son énergie moins chère.

Les fournisseurs alternatifs, concurrents des fournisseurs historiques d’électricité et de gaz naturel, EDF et Engie (ex-GDF Suez), proposent aux consommateurs des offres avec des réductions sur le prix du kWh et/ou de l’abonnement. Ces offres permettent de réaliser simplement des économies sur ses factures d’électricité et/ou de gaz.

Le changement de fournisseur d’électricité est une démarche rapide, simple et totalement gratuite. De plus, les contrats d’énergie en France sont sans engagement de durée. Vous pouvez donc changer de fournisseur d’énergie quand vous le souhaitez et sans aucun frais.

Découvrez dans le tableau ci-dessous le prix du kWh pour quelques offres d’électricité compétitives en 2020 :

Fournisseurs alternatifs VS fournisseur historique – Comparaison des prix du kWh en option Base selon la puissance souscrite (août 2020)
Puissance souscrite (en kVA) EDF – Tarif BleuTotalEnergies – Offre OnlineEngie – Offre Ajust fixe 1 anHapp-e by Engie – Offre Classique
30,1557 €0,1439 €0,1658 €0,1509 €
60,1474 €
90,1597 €0,1475 €0,1694 €0,1512 €
12
15
18
24
30
36

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?