La consommation des appareils électriques en veille

Le saviez-vous ? Un appareil en veille n’est pas un appareil éteint. Il génère une consommation résiduelle qui, dans la durée, peut vite faire grimper la facture d’électricité.

Même en veille, les appareils électriques consomment de l’énergie

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME), 15 à 50 appareils électriques par foyer sont laissés continuellement en veille, c’est-à-dire qu’ils ne sont jamais complètement éteints. Dès lors qu’ils restent branchés, et bien qu’ils ne soient pas utilisés, ils continuent à consommer de l’énergie.

Pourquoi ? Les petits équipements électroménagers (robots de cuisine, bouilloires, machines à café, grille-pain, etc.) ainsi que les consoles de jeux, lecteurs DVD, décodeurs TV ou encore les lampes avec variateurs sont tous dotés d’un petit transformateur. Celui-ci a pour fonction de convertir le courant alternatif 220 volts en courant continu 12 volts. Il est situé avant l’interrupteur : c’est pourquoi, une fois branché, l’appareil génère la circulation d’un courant résiduel, qu’il soit allumé ou non.

En outre, certains appareils sont dotés d’un mode veille, afin d’offrir à l’utilisateur une fonctionnalité avancée ou de faciliter leur usage :

  • parmi les plus énergivores, la télévision, qui reste continuellement en alerte afin de capter tout nouveau signal provenant de la télécommande ;
  • en cuisine, les fours et les micro-ondes, lorsqu’ils ne sont pas en fonctionnement, restent pour la plupart en mode veille, afin d’afficher en permanence une information peu indispensable (l’heure) ;
  • enfin, les équipements connectés, tels que les imprimantes Wi-Fi, nécessitent également de ne jamais être totalement éteints.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Veilles cumulées, facture énergétique gonflée

Cette consommation cachée est un véritable gaspillage énergétique. Chaque année, en France, un réacteur nucléaire fonctionnerait en permanence pour assurer le maintien en veille de nos appareils électriques. Une consommation fantôme qui, selon l’ADEME, représente environ 10 % de notre facture d’électricité annuelle, soit plus de 80 € en moyenne par foyer.

Ces chiffres s’expliquent notamment par la démultiplication des équipements : bien que nos appareils soient de moins en moins énergivores (les fabricants ayant été incités par une directive européenne applicable depuis 2010 à limiter l’impact énergétique de leurs produits), ils sont de plus en plus nombreux au sein des foyers. Appareils de cuisine, équipements multimédias, outils bureautiques, jeux et jouets dont l’alimentation par piles a été remplacée par le chargement USB… Au quotidien, chacun utilise, sans même y penser, plusieurs dizaines d’appareils électriques.

Par ailleurs, certains équipements sont particulièrement coûteux en mode veille : le téléviseur, par exemple, se hisse dans les premiers rangs des appareils très consommateurs en veille (une donnée variable cependant selon l’année de fabrication, la technologie utilisée et la taille de l’écran). Un téléviseur allumé 1 h 30 par jour, affichant 75 watts en fonctionnement et 5 watts en veille, consommera quotidiennement 0,11 kWh en état de marche et autant en étant éteint !

L’ordinateur, la box internet et tous les équipements connectés sont également particulièrement énergivores.

Comment couper la consommation énergétique de ses appareils en veille ?

Pour réduire ses factures d’électricité, il est donc essentiel de supprimer toutes les consommations inutiles. Plusieurs solutions sont possibles :

  • débrancher systématiquement chaque appareil après utilisation : si cette méthode est efficace, elle est aussi fastidieuse et peut, à terme, détériorer la prise de l’appareil ainsi que la prise murale. Mieux vaut donc fonctionner ainsi uniquement pour les produits peu utilisés, qui nécessitent ponctuellement d’être rechargés, tels qu’un jouet électronique ;
  • s’équiper de prises ou multiprises avec interrupteur (parfois appelées « coupes-veille manuels ») : une solution particulièrement judicieuse pour les ensembles bureautiques, puisqu’elle permet d’éteindre complètement, et en un seul geste, l’ensemble des équipements (ordinateur, scanner, imprimante, etc.), une fois le travail terminé. La prise avec interrupteur est également adaptée pour les petits appareils de cuisine utilisés quotidiennement, tels que la bouilloire et la machine à café (en cas de difficultés d’accès, des modèles avec interrupteur déporté existent) ;
  • utiliser des coupes-veille intelligents : aussi appelé coupe-veille automatique, le coupe-veille intelligent est la solution idéale pour automatiser les bons gestes. Grâce à ce simple outil, plus besoin de penser à stopper la veille de vos appareils.

Le coupe-veille intelligent : principe de fonctionnement

Très facile à installer et simple d’utilisation, ce petit appareil est une solution efficace pour stopper les consommations inutiles de vos appareils en veille.

Qu’est-ce qu’une prise coupe-veille intelligente ?

Un coupe-veille intelligent est un boîtier placé entre l’appareil électrique et la prise de courant, permettant de couper sa mise en veille lorsque celui-ci est éteint. Ainsi, aucune énergie inutile n’est consommée.

Le principe est simple : lorsque l’appareil électrique est éteint, le coupe-veille intelligent détecte une chute importante de tension, indiquant une mise en veille, et stoppe alors toute circulation de courant résiduel.

Bon à savoir

Lorsque l’appareil est en fonctionnement, la présence d’un coupe-veille ne modifie pas la tension électrique et donc l’alimentation en énergie : ce matériel est, par conséquent, sans risque pour vos équipements.

Les différents types de coupes-veille intelligents

De nombreux modèles existent sur le marché, en prise individuelle ou en multiprise. Ils répondent à des besoins différents :

  • les coupes-veille programmables (grâce à un minuteur ou un compte à rebours intégré) sont utiles, par exemple, pour couper complètement le sèche-linge la nuit, lorsque celui-ci a terminé son cycle ;
  • les coupes-veille avec télécommande offrent un contrôle à distance ;
  • enfin, certains coupes-veille sont particulièrement adaptés à l’équipement multimédia du salon : il s’agit de multiprises proposant une prise « maître » et des prises « esclaves ». Lorsque l’écran TV, branché sur la prise maître, est éteint, les autres équipements (décodeur TV, lecteur Blu-ray, console vidéo…), raccordés aux prises « esclaves », le sont également. La plupart de ces modèles offrent une dernière prise standard, non contrôlée, sur laquelle il peut être judicieux de brancher la box internet, par exemple.

En fonction des fonctionnalités souhaitées, les prix varient et peuvent grimper jusqu’à 80 € l’unité.

Installer un coupe-veille intelligent : de multiples avantages

Outre son objectif principal (diminuer significativement la facture énergétique), la prise coupe-veille automatique présente un triple intérêt :

  • elle offre une très grande simplicité d’utilisation ;
  • elle est généralement équipée d’une protection contre les surtensions (fonction parafoudre) ;
  • elle permet ainsi de prolonger la durée de vie des appareils.

Autant d’arguments en faveur de ce petit outil, sous réserve, bien sûr, d’en avoir une utilisation adaptée.

Bon à savoir

Certains appareils ne permettent pas l’utilisation de coupes-veille. Le réfrigérateur, le congélateur, mais également le lave-linge (qui possède un système de détection de fuite), la box internet (si celle-ci est rattachée à une ligne de téléphone fixe) ou encore les alarmes de sécurité ne peuvent être totalement débranchés.

Équiper sa maison de coupes-veille intelligents : de réelles économies sur la facture ?

A priori, aucune raison de ne pas se laisser convaincre par les nombreux arguments en faveur du coupe-veille. Et pourtant, avant d’équiper chacun de ses appareils électriques, une analyse au cas par cas est nécessaire.

Les nouveaux appareils de moins en moins énergivores en mode veille

Depuis 10 ans, les nouveaux appareils électriques affichent une consommation en veille bien inférieure aux modèles antérieurs. Ce constat est la résultante de deux éléments clés :

  • d’une part, la loi impose désormais aux fabricants d’informer les consommateurs de la puissance de leurs produits en fonctionnement, mais également en veille. Selon la performance énergétique de l’appareil, cette information peut alors devenir pour les marques un argument marketing ou un véritable handicap ;
  • d’autre part, une directive européenne, applicable depuis le 1er janvier 2010, a fixé de nouvelles obligations en matière d’écoconception des produits liés à l’énergie. Elle a, notamment, imposé aux fabricants une limite de puissance en veille à 0,5 watt pour la grande majorité des appareils électriques, et à 6 watts (puis 3 watts en 2017) pour ceux connectés à un réseau de données ou à internet.

Ainsi, les appareils actuellement sur le marché sont beaucoup moins énergivores. Il y a 20 ans, un téléviseur consommait généralement 15 watts en veille, soit 30 fois plus qu’aujourd’hui !

Diagnostiquer la consommation énergétique de ses appareils en veille

Malgré ce constat positif, la consommation de nos appareils en veille reste un levier important dans la lutte contre le gaspillage énergétique – d’autant qu’au sein des foyers, nombreux sont les appareils qui affichent quelques années d’ancienneté. Parmi ceux-ci, comment détecter les plus coûteux en énergie ?

Établir un diagnostic à l’aide d’un wattmètre est alors indispensable. Appelé également consomètre, ce petit outil, branché entre la prise murale et l’appareil électrique, mesure l’énergie consommée par celui-ci en fonctionnement et à l’arrêt. Pour une vingtaine d’euros environ, il est aisé de tester un par un l’ensemble de ses équipements et de repérer les plus énergivores d’entre eux.

Évaluer la rentabilité avant d’opter pour le coupe-veille automatique

Une fois le diagnostic énergétique établi, il est ainsi possible d’évaluer, pour chaque appareil (ou groupement d’appareils) la pertinence de s’équiper ou non d’un coupe-veille.

Par exemple, un équipement multimédia composé d’un écran plasma récent, d’une console de jeux familiale, d’un lecteur DVD et d’une enceinte hi-fi, totalisant une puissance en veille de 25 watts, consommera 219 kWh par an. Cela représente une dépense annuelle inutile d’environ 30 €. Dans ce cas, l’achat d’un coupe-veille intelligent sera relativement rapidement rentabilisé.

En revanche, pour un ensemble bouilloire et machine expresso dont la consommation en veille reste limitée, l’achat d’un bloc multiprise avec interrupteur (ou coupe-veille manuel) sera plus judicieux.

Les autres astuces pour réduire la facture énergétique générée par les appareils électriques

Pour baisser drastiquement la facture énergétique, d’autres réflexes peuvent être adoptés.

Opter pour des équipements peu énergivores

Il est essentiel de remplacer peu à peu ses anciens équipements défectueux par de nouveaux produits moins gourmands en énergie. Pour faciliter cette démarche, les étiquettes énergie affichent désormais sur tous les appareils électroménagers une classification de performance énergétique, sur une échelle de A à D ou E, selon le type d’appareil.

Le programme international Energy Star, lancé dès 1992 par l’Agence américaine pour la protection de l’environnement, auquel l’Union européenne participe, labellise les équipements de bureau peu énergivores : ce label est donc la garantie d’un matériel économe en énergie (en moyenne, 20 % à 30 % d’économie par rapport à un appareil similaire non labellisé).

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Adopter de bonnes pratiques d’utilisation

Au quotidien, adopter les bons gestes est aussi un excellent moyen de faire baisser la note. Quelques exemples :

  • privilégier les programmes « éco » du lave-linge, du sèche-linge et du lave-vaisselle ;
  • veiller à effectuer des tournées de linge avec le tambour rempli ;
  • entretenir régulièrement tous ses appareils pour prévenir une usure qui générerait une surconsommation (par exemple, dégivrer son congélateur dès que la couche de givre dépasse 2 mm d’épaisseur) ;
  • favoriser une utilisation en heures creuses, si l’abonnement d’électricité inclut cette option ;
  • etc.

Changer de fournisseur d’électricité

Baisser sa consommation électrique ne suffit pas : encore faut-il s’assurer de ne pas payer trop cher son énergie ! Depuis 2007 et l’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie en France, le marché de l’électricité a subi une forte mutation. EDF ayant perdu son monopole en matière de fourniture d’électricité, de nouveaux prestataires ont développé leurs offres et se sont engagés dans une guerre des prix, multipliant les formules… au risque de perdre, parfois, les consommateurs.

Pourtant, comparer les prix présente un réel intérêt, les tarifs des fournisseurs alternatifs étant, le plus souvent, inférieurs aux tarifs réglementés proposés par le fournisseur historique.

Pour vous aider à vous y retrouver, Choisir.com a mis en place un comparateur d’électricité, afin de vous permettre d’économiser jusqu’à 200 € chaque année. Il prend en compte de nombreux critères : les prix d’abonnement et du kWh d’électricité, les options tarifaires, la provenance de l’énergie (électricité verte, nucléaire ou fossile), le service client, la possibilité de suivre sa consommation, etc. L’objectif : vous proposer les offres les plus adaptées à vos habitudes de consommation, afin de vous faire réaliser d’importantes économies.

N’hésitez pas à nous contacter pour faire le bon choix !

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h