Pourquoi refaire l’installation électrique de votre maison ?

Selon l’ONSE, on estime qu’environ 7 millions d’habitations en France, maison ou appartement, présentent une installation électrique intérieure vieillissante et mal adaptée à la multiplication des appareils électriques. Cela peut se traduire concrètement par un nombre de prises insuffisant, par des circuits mal adaptés à la puissance des appareils qu’ils alimentent en électricité ou par des problèmes liés à la sécurité des biens et des personnes, comme :

  • une absence de mise à la terre ;
  • des disjoncteurs mal calibrés ;
  • la présence de fils dénudés apparents ;
  • des prises électriques en quantité insuffisante ;
  • etc.

Les désagréments causés par une installation électrique vétuste ou sous-dimensionnée par rapport aux besoins du logement peuvent relever :

  • du confort : manque de prises électriques, disjoncteur qui se déclenche de manière intempestive, interrupteurs endommagés, etc. ;
  • ou représenter un péril : surcharges régulières pouvant provoquer des courts-circuits, fils dénudés, etc. On compte chaque année en France plus de 4 000 électrisations graves et environ 50 000 incendies d’origine électrique.

Refaire l’installation électrique de votre maison ou de votre appartement peut donc répondre à différents objectifs complémentaires, à savoir :

  • augmenter la capacité de l’installation ;
  • améliorer le confort des usagers ;
  • résoudre les problèmes liés à la sécurité des biens et des personnes.

Sachez qu’il n’y a aucune obligation légale à refaire l’installation électrique d’un logement. En revanche, tout propriétaire, à plus fort titre lorsqu’il loue son logement, est tenu de maintenir son bien en bon état d’usage et de réparation. Concrètement, en cas de sinistre, la responsabilité d’un propriétaire ou d’un bailleur peut être engagée s’il s’est montré négligent dans l’entretien de l’installation électrique du logement concerné en ne procédant pas a minima à sa mise en sécurité.

Est-il nécessaire de refaire l’installation d’un logement avant de le mettre en vente ?

Non, quel que soit l’état de l’installation électrique d’un logement il n’est pas nécessaire de la refaire ni même de la mettre aux normes pour pouvoir mettre ce dernier en vente.

En revanche, si l’installation a plus de 15 ans, vous devrez faire établir un diagnostic électrique qui sera présenté à l’acquéreur avant la signature de la promesse de vente. Si ce diagnostic fait état de défauts plus ou moins importants, cela peut offrir un argument à l’acquéreur pour négocier le prix de vente à la baisse. Il peut donc être judicieux de procéder à un contrôle et/ou à une réfection électrique juste avant la mise en vente d’un logement afin que le diagnostic ne fasse état d’aucun défaut majeur.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Quelles sont les principales composantes d’une rénovation électrique ?

Une installation électrique est constituée de trois principaux éléments :

  • l’espace technique électrique du logement ou ETEL ;
  • le réseau de distribution de l’électricité ;
  • les prises et les interrupteurs.

En fonction de leur état ou de vos attentes, la réfection de votre installation électrique de votre logement pourra concerner l’ensemble de ces différents éléments ou seulement une partie.

L’espace technique électrique du logement (ETEL)

Cet espace clos, situé le plus souvent à proximité de la porte d’entrée de votre maison ou de votre appartement est le centre névralgique de votre installation électrique. Il comprend notamment :

La réfection de l’ETEL peut vous permettre de créer de nouveaux circuits à partir du tableau électrique ou de remplacer les dispositifs de coupure automatiques ou manuels qu’il accueille s’ils sont défectueux ou obsolètes afin de renforcer la sécurité de votre installation. Vous pouvez également choisir de remplacer l’intégralité du tableau électrique ou simplement de lui adjoindre un coffret de communication tel que le préconise la dernière mise à jour de la norme NF C 15-100, la norme qui réglemente la conception et la création d’une installation électrique dans le neuf.

Notez en revanche que vous ne pouvez pas déplacer ni le compteur d’électricité ni le disjoncteur général sans en faire la demande à Enedis ou à l’entreprise locale de distribution (ELD) qui opère le réseau électrique sur votre territoire. Pour de tels travaux, l’alimentation en électricité de votre logement doit être coupée par le gestionnaire du réseau. Vous devrez également faire vérifier la conformité de votre nouvelle installation avant la mise en service de l’électricité.

Le réseau de distribution de l’électricité

Dissimulé dans des plinthes ou des goulottes ou directement encastré dans les murs, le réseau de distribution de l’électricité permet d’amener le courant dans chaque pièce du logement. Il est composé de différents circuits directement reliés au tableau de répartition, chacun étant protégé par un disjoncteur divisionnaire et un disjoncteur différentiel permettant de couper automatiquement le courant en cas d’une surcharge, d’un court-circuit ou d’une fuite de courant.

Un circuit est constitué :

  • d’un fil rouge : la phase ;
  • d’un fil bleu, le neutre ;
  • et éventuellement d’un fil jaune et vert : la terre.

Le diamètre de ces fils dépend de la puissance des appareils qu’ils sont censés alimenter et du calibre du disjoncteur qui le protège. Si un circuit n’est plus adapté à l’usage que vous en faites, vous devez le remplacer en partant du tableau électrique. En fonction de vos besoins, vous pouvez remplacer un ou plusieurs circuits ou refaire l’intégralité du réseau de distribution à partir du tableau électrique.

Notez que certains circuits, comme ceux alimentant les pièces d’eau, doivent être équipés d’une mise à la terre raccordée au tableau électrique. Dans les logements anciens, la rénovation d’une installation électrique nécessite souvent ce type d’amélioration.

Les prises et les interrupteurs

Placés à l’extrémité de votre réseau électrique, les prises et les interrupteurs sont des appareils auxquels il faut apporter un soin particulier dans la mesure où ils sont l’interface entre vous et le réseau. S’ils sont endommagés, ils peuvent causer une électrisation ou un court-circuit. Selon leur état, vous pouvez ou bien tous les remplacer ou bien uniquement changer ceux qui sont défectueux.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Quelles normes appliquer pour la réfection de votre installation électrique ?

Deux normes distinctes peuvent s’appliquer lors de la réfection d’une installation électrique :

  • la norme NF C 15-100, qui prévaut notamment pour la création des nouvelles installations ;
  • la norme NF C 16-600, qui prévaut lors de la mise en sécurité d’une installation existante.

La norme NF C 15-100

Cette norme étant très complète et régulièrement mise à jour, « mettre en conformité » une ancienne installation électrique nécessite souvent de tout refaire depuis le compteur électrique. Néanmoins, sa stricte application n’est obligatoire que pour les constructions neuves ou pour la rénovation totale d’une installation, c’est-à-dire à partir du moment où elle implique de remplacer le disjoncteur d’abonné. Vous n’êtes pas donc obligé de respecter la norme NF C 15-100 à la lettre pour une rénovation partielle, même s’il est fortement recommandé de s’en inspirer.

La norme NF C 15-100 regroupe une série d’indications portant sur la protection de l’installation et de ses usagers et sur le confort d’usage de l’installation. Elle précise notamment :

  • le nombre minimal d’équipements (prises, interrupteurs, points lumineux, etc.) à prévoir par pièce en fonction de leur destination et de leur surface ;
  • le calibre et les caractéristiques techniques des dispositifs de coupure et de protection (disjoncteur principal, disjoncteurs différentiels et disjoncteurs divisionnaires) ;
  • la section des conducteurs en fonction de la destination de chaque circuit ;
  • les conditions de mise à la terre de l’installation et notamment des pièces d’eau ;
  • le type de protection contre la foudre dont doit bénéficier le logement en fonction de sa localisation géographique ;
  • les dimensions et la composition de l’espace technique accueillant notamment le disjoncteur principal, le tableau électrique de répartition et le coffret de communication ;
  • la hauteur des prises et des interrupteurs ;
  • les recommandations issues de la RT 2020 s’appliquant à l’installation électrique, comme la pose d’un éco-compteur dans le tableau électrique.

L’édition complète de la norme NF C 15-100 est payante et disponible en version papier, CD ou électronique sur la boutique en ligne du site Internet de l’AFNOR.

Notez que même si vous n’êtes pas légalement obligé de mettre votre installation aux normes dans le cadre d’une rénovation partielle, il est cependant fortement recommandé de suivre les préconisations de la norme NF C 15-100, même pour la réalisation de petits travaux d’électricité comme la création d’un nouveau circuit, la création d’une mise à la terre ou le remplacement du tableau électrique.

L’attestation de conformité CONSUEL

Lorsque vous faites la rénovation totale de votre installation électrique, c’est-à-dire en partant de zéro depuis le compteur, vous devrez en faire vérifier la conformité par le CONSUEL une fois les travaux terminés pour pouvoir ouvrir le compteur et mettre en service l’électricité. Vous devez pour cela remplir une attestation disponible sur le site du CONSUEL (choisissez le formulaire « Jaune » pour les particuliers), la renvoyer et payer la somme demandée (124,28 € TTC pour la version électronique). Si vous confiez les travaux à un professionnel, ce dernier s’occupera de ces démarches pour vous.

Après vérification de votre dossier et une éventuelle visite de contrôle, votre attestation vous est renvoyée « visée », c’est-à-dire « déclaré conforme », pour que vous puissiez souscrire une offre auprès du fournisseur de votre choix et demander la mise en service de l’électricité à votre domicile.

La norme NF C 16-600

La norme NF C 16-600 est relative au contrôle de l’état des installations électriques existantes. C’est elle qui sert notamment de référence pour établir un diagnostic électrique immobilier et s’assurer qu’une installation ne présente aucun danger pour ses utilisateurs. Elle liste 6 points de sécurité à respecter pour que l’installation électrique soit considérée comme « mise en sécurité », à savoir :

  1. l’accessibilité et le bon état de fonctionnement du disjoncteur général ;
  2. la présence d’un dispositif différentiel de mise à la terre ;
  3. la présence d’un dispositif de protection différentiel pour chaque circuit ;
  4. la présence d’une liaison équipotentielle des pièces contenant une baignoire ou une douche ;
  5. l’absence de matériels électriques inadaptés pouvant causer des courts-circuits ;
  6. l’absence de conducteurs non protégés d’un contact direct par un isolant.

Si l’application de la norme NF C 16-600 n’est pas obligatoire et si cette dernière ne sert pas de « mode d’emploi » pour tels ou tels travaux de rénovation, elle fixe néanmoins des prérequis minimums à respecter dans le cadre de la réfection partielle d’une installation électrique. Si l’une des conditions évoquées plus haut n’est pas remplie à la suite de travaux, votre installation est susceptible de présenter un danger et votre responsabilité pourra être engagée en cas de sinistre.

L’édition complète de la norme NF C 16-600 est disponible sur la boutique en ligne du site de l’AFNOR.

Est-il possible de refaire son installation électrique soi-même ?

Tout dépend de l’ampleur des travaux à réaliser. Si changer un luminaire ou un interrupteur est à la portée de n’importe quel bricoleur, se lancer dans la rénovation totale d’une installation électrique à partir du compteur est une autre paire de manches. Les travaux d’électricité sont délicats. Une erreur de connexion ou le choix d’un équipement mal adapté peut avoir de fâcheuses conséquences.

Avant de vous lancer, prenez le temps de la réflexion et interrogez-vous sur l’ampleur des travaux à réaliser et sur votre capacité à les entreprendre en toute sécurité. Il est impératif de faire le point sur deux aspects en particulier :

  • vos connaissances techniques : on ne s’improvise pas électricien. Si les termes intensité, puissance, tension électrique, mise à la terre ou protection différentielle ne vous sont pas familiers, c’est que vous n’êtes tout simplement pas apte à vous lancer dans des travaux importants. Assurez-vous toujours de posséder les compétences requises avant d’entreprendre des travaux d’électricité ;
  • votre connaissance des normes en vigueur : si l’application de la norme NF C 16-600 n’est pas très compliquée (elle s’attache uniquement à quelques règles de base), la norme NF C 15-100 est beaucoup plus difficile à appréhender dans son ensemble, même pour un bon bricoleur. Notez aussi que si vous réalisez vous-même la rénovation totale de votre installation, vous devrez obligatoirement recevoir la visite d’un agent du CONSUEL pour vérifier sa conformité, ce qui n’est pas nécessaire en faisant appel à un électricien professionnel pour vos travaux.

Si vous avez le moindre doute sur vos compétences ou sur votre connaissance des normes à respecter, n’hésitez pas à vous adresser à un artisan qualifié qui pourra vous conseiller sur le type de rénovation le plus approprié à vos besoins ou sur le choix des bons équipements.

Quelques règles de sécurité de base

Avant d’entreprendre tous travaux ou toute réparation, pensez à couper systématiquement l’alimentation électrique au niveau du disjoncteur général et pas seulement le circuit concerné. Travaillez proprement en utilisant des outils adaptés. Avant de remettre le courant, assurez-vous qu’aucun fil ne reste apparent. Il en va de votre sécurité et de celle des occupants de votre logement.

Confier la réfection de son installation électrique à un professionnel

Réflexion faite vous préférez confier vos travaux d’électricité à un électricien ? C’est sans doute une sage décision si vous doutez de votre capacité à pouvoir les mener à leur terme en toute sécurité. Reste à trouver un professionnel de confiance et compétent. Pour cela, n’hésitez pas à suivre les conseils suivants :

  • faites fonctionner le bouche-à-oreille : demandez à vos proches s’ils ont déjà fait travailler un électricien et s’ils en ont été satisfaits. C’est sans doute le meilleur moyen d’éviter les mauvaises surprises : retard de chantier, travaux mal réalisés, tarifs trop élevés, etc. ;
  • utilisez des annuaires de référence : des sites Internet, comme Faire ou celui de l’organisme de certification QualifElec, répertorient les professionnels situés près de chez vous. Ces annuaires sont un excellent moyen de trouver un bon électricien et de vérifier ces références ;
  • demandez plusieurs devis : c’est indispensable, notamment si vous souhaitez entreprendre des travaux d’ampleur. Cela vous permettra de comparer les tarifs et d’éliminer les professionnels pratiquant des prix trop élevés ou même trop bas, ce qui peut être suspect ;
  • enquérez-vous du matériel utilisé : exigez de votre électricien qu’il n’utilise que du matériel conforme à la réglementation française et affichant la Norme Française (NF). En matière d’électricité, la qualité des composants et du matériel utilisé est non négociable ;
  • assurez-vous de sa connaissance des normes : un électricien digne de ce nom doit connaître la norme NF C 15-100 sur le bout des doigts et l’appliquer systématiquement, même lorsqu’il n’y est pas obligé comme dans le cadre d’une rénovation partielle ;
  • vérifiez son assurance décennale : cette garantie professionnelle couvre l’électricien contre les malfaçons et les défauts qui pourraient subvenir après la fin du chantier. Vous pouvez exiger qu’il vous en communique une copie avant le début des travaux.

Combien coûte une rénovation électrique ?

Le prix d’une rénovation électrique varie en fonction de trois principales composantes :

  • le coût de la main-d’œuvre ;
  • la méthode choisie (apparente ou encastrée) ;
  • la qualité du matériel.

Les électriciens sont souvent placés tout en haut de la hiérarchie des corps de métier du bâtiment. Leur niveau de compétence est élevé, leur tarif aussi. Comptez généralement entre 30 et 60 euros de l’heure HT. Notez que les tarifs des électriciens sont souvent plus élevés dans les grandes villes.

La méthode choisie pour dissimiler les câbles électriques peut impacter de façon assez significative le prix total des travaux :

  • la méthode apparente : elle consiste à faire passer les câbles dans des plinthes, des baguettes ou des moulures prévues à cet effet. Cette méthode est la plus simple et la moins coûteuse ;
  • la méthode encastrée : elle consiste à réaliser des saignées dans les murs pour faire passer les câbles. Plus esthétique que la méthode apparente en ne laissant rien apparaître une fois les travaux terminés, elle est aussi plus coûteuse car elle ajoute au coût des travaux d’électricité celui des travaux de peinture qui seront nécessaires pour remettre les murs en état.

Enfin, le matériel utilisé représentera toujours un coût important. Les équipements électriques sont coûteux et leur prix peut varier du simple au triple, voire davantage, en fonction notamment de la qualité des finitions ou de la marque choisie. Un interrupteur design en acier brossé peut ainsi coûter jusqu’à plus de 50 euros contre moins de 10 euros pour un interrupteur standard. Il en va de même pour la plupart des équipements électriques. Prenez le temps de lister l’ensemble du matériel nécessaire et de bien comparer les prix pour ne pas faire exploser le montant de la facture totale.

Retrouvez dans le tableau ci-dessous le prix moyen des travaux d’électricité les plus courants :

Type de travauxCoût en € TTC
(matériel et main-d’œuvre compris)
Remplacement d’une prise ou d’un interrupteurDe 50 à 120 € TTC
Remplacement d’un disjoncteurDe 30 à 250 € TTC
Remplacement du tableau électriqueDe 700 à 1 500 € TTC
Mise en sécurité de l’ensemble de l’installation en conformité avec la norme NF C 16-600De 30 à 100 € TTC/m2
Rénovation ou création de l’installation électrique d’une pièceDe 80 à 120 € TTC/m2
rénovation totale de l’installation électrique et mise en conformité avec la norme NF C 15-100De 120 à 200 € TTC/m2

À titre indicatif, vous devrez débourser en moyenne entre 10 000 et 20 000 euros TTC (matériel et main-d’œuvre comprise) pour refaire totalement l’installation électrique d’un appartement de 4 pièces en suivant les recommandations de la norme NF C 15-100.

Notez que si vous choisissez d’encastrer les câbles dans les murs au lieu de les faire passer dans des plinthes ou des baguettes, vous devrez également prévoir des travaux d’enduit et de peinture, voire de maçonnerie pour le montage des contre-cloisons qui permettront de dissimuler l’installation électrique si le perçage de saignées est rendu impossible par la nature des murs. Ces travaux supplémentaires peuvent alourdir de manière significative le montant total de la facture.

Changez de fournisseur pour amortir plus rapidement le coût des travaux

Refaire l’installation électrique de son logement peut nécessiter un budget important. Et si vous changiez de fournisseur d’électricité pour amortir au moins en partie le coût des travaux ?

En optant pour un fournisseur alternatif, vous pouvez faire baisser vos factures de 10 à 15 % et économiser plusieurs dizaines d’euros chaque année pour la même qualité de service. Pour trouver le fournisseur et l’offre qui correspondent le mieux à vos besoins, utilisez notre comparateur des fournisseurs d’électricité. Cet outil en ligne gratuit vous permet de calculer en quelques clics le montant des économies que vous pourriez réaliser en changeant de fournisseur.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h