Le gaz, une énergie difficile à délaisser

Le gaz est une énergie qui peut être remplacée par d’autres ressources, comme l’électricité ou encore le bois. Contrairement à l’électricité qui est indispensable pour alimenter les appareils électriques, il est possible de se passer de gaz, à condition d’avoir une installation électrique prévue pour le chauffage, la production d’eau chaude et/ou la cuisson. Malgré cela, le gaz est plébiscité par plus de 11 millions de clients. Plusieurs raisons expliquent cet intérêt pour le gaz naturel.

Une énergie confortable

Le gaz est apprécié pour le confort thermique qu’il procure. Il permet en effet de profiter d’une température homogène et d’une chaleur sur-mesure, à choisir selon vos besoins.

Avoir de l’eau chaude disponible en permanence est un autre atout du gaz (offert grâce aux chaudières à gaz). Les utilisateurs sont donc rarement confrontés à la pénurie d’eau chaude, ce qui peut arriver lorsque vous utilisez un ballon d’eau chaude électrique. Nous pouvons dire que grâce à une chaudière à gaz, l’eau chaude coule à volonté. Toutefois, faire des économies d’eau est préférable.

Une énergie disponible

Contrairement à l’électricité, le gaz naturel peut être stocké. Selon GRDF, distributeur de gaz naturel, les capacités de stockage actuelles représentent « 25 % de la consommation annuelle française » (source : Le gaz, une énergie confortable et disponible de GRDF). Les différents moyens de stockage du gaz, aériens ou souterrains, permettent notamment de prévoir et d’affronter les pics de consommation en hiver. Ils offrent également la possibilité de stocker un gaz acheté à un prix intéressant.

D’un autre côté, bien que la pénurie de gaz naturel ne soit pas imminente, les réserves mondiales de cet hydrocarbure fossile s’amenuisent. Une solution de remplacement devra être trouvée dans les décennies qui viennent. Elle devra bien entendu être plus propre et renouvelable, pour le bien de la planète.

Une énergie compétitive

Point fort du gaz : son prix. Comparé à l’électricité, le kWh de gaz est moins cher. Il suffit de comparer les grilles tarifaires de quelques fournisseurs d’énergie pour en avoir la preuve. Voici des exemples de tarifs appliqués au 15 septembre 2021, en prenant soin de retenir des offres équivalentes pour le gaz et l’électricité :

Fournisseur de gaz et d’électricitéPrix du kWh d’électricitéPrix du kWh de gaz
Nom de l’offre
(Option Base 6 kVA*)
Tarif TTC (en euros)Nom de l’offre
(Classe B1, zone 2*)
Tarif TTC (en euros)
EDFDIGIWATT0,1500 €Avantage Gaz0,0623 €
TotalEnergiesOffre Classique0,1499 €Offre Classique0,0728  €
ENIAstucio Éco0,1589 €Astucio Éco0,0781 €
EngieÉlec Référence 2 ans0,1213 €Gaz Référence 2 ans0,0670 €
*Option Base 6 kVA prise en exemple.
**Classe B1 prise en exemple. Correspond à une consommation entre 6 001 kWh et 30 000 kWh, soit pour le chauffage, l’eau chaude sanitaire et la cuisson.
***Zone 2 prise en exemple.

Le constat est sans appel, le prix du kWh de gaz est nettement moins cher que celui de l’électricité, et cela quel que soit le fournisseur d’énergie. Cependant, pour Engie, par exemple, les prix présentés sont un socle auquel s’ajoutent des « obligations » qui évoluent selon la consommation de chaque client.

De plus, pour que les économies soient réelles, il est primordial que la consommation de gaz et d’électricité soit équivalente. En effet, si par exemple une chaudière au gaz consomme le double d’énergie qu’un ballon d’eau chaude électrique, alors les économies ne seront pas au rendez-vous.

De ce fait, pour que le gaz reste une énergie compétitive, il est nécessaire que les appareils soient performants et consomment peu d’énergie. Les chaudières gaz à condensation sont par exemple des chaudières à très haute performance énergétique qui permettent de réduire significativement les besoins en gaz.

Fourniture, acheminement et obligations : la facture Engie en 3 parties

Le fournisseur historique de gaz, Engie, a la particularité de présenter une offre en trois parties qui comporte :

  • la part « fourniture », c’est-à-dire les coûts de commercialisation du gaz. Le prix du kWh de la part fourniture ne bouge pas pendant la durée du contrat (offre fixe) ;
  • la part « acheminement » qui correspond au tarif d’utilisation du réseau de gaz. Le prix du kWh de la part acheminent évolue selon les tarifs d’utilisation du réseau (à la hausse ou à la baisse) ;
  • la part « obligations » sert à couvrir les contraintes règlementaires appliquées à tous les fournisseurs afin de soutenir les économies d’énergie prévues par les articles L221-1 et suivants du Code de l’énergie. Le prix au kWh est révisé 3 fois par an.

La plupart des autres fournisseurs ne détaillent pas ces parties et les regroupent en un seul prix du kWh.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Une énergie facile à utiliser

Une fois puisé dans les sous-sols de la Terre, le gaz peut être immédiatement utilisé, sans avoir besoin d’être transformé. Ce qui n’est pas le cas du pétrole qui doit par exemple être distillé pour donner du carburant ou encore l’uranium qui doit subir la fission nucléaire pour générer de l’électricité. Cette absence de transformations majeures permet au gaz d’avoir un tarif concurrentiel sur le marché de l’énergie.

Cependant, pour pouvoir être distribué dans les foyers français, le gaz est odorisé. L’odeur du gaz n’est pas naturelle, il s’agit d’un ajout qui est fait au moment de la distribution de la ressource afin de garantir une utilisation sécurisée. L’odorisation est une tâche simple qui est effectuée sur les lieux de stockage du gaz ou dans les ports méthaniers, juste avant que le gaz naturel soit injecté dans le réseau de distribution.

D’autre part, le gaz peut être liquéfié (par cryogénisation) afin d’être transporté plus facilement par voies maritimes.

Ce sont les seules grandes transformations que l’hydrocarbure subit entre le moment où il est extrait (produit) et le moment où il est utilisé.

Une énergie majoritairement fossile

Malgré tous ses atouts, le gaz reste une ressource d’origine fossile et non renouvelable. Elle est puisée dans le sous-sol où se trouvent des réserves formées naturellement il y a plusieurs millions d’années.

Comparé au pétrole et au charbon, le gaz naturel est moins polluant. Il n’émet quasiment aucune particule fine durant sa combustion et rejette moins de gaz à effet de serre que le pétrole ou le charbon.

Le gaz, boudé par la RE 2020 ?

Plébiscité par la RT 2012, le gaz est un sujet brûlant pour la future réglementation environnementale RE 2020 qui n’a pas l’intention d’encourager les installations au gaz pour les constructions nouvelles. C’est la ressource fossile qui pose problème, à l’heure où les bâtiments sont contraints de se tourner vers les énergies renouvelables (bois, énergie solaire, etc.) et l’autosuffisance. Cette volonté gouvernementale de mettre fin aux installations au gaz ne concernera que les logements qui seront bâtis après l’entrée en vigueur de la RE 2020. Les rénovations ne sont pas concernées et peuvent profiter pleinement des atouts du gaz naturel.

Une énergie de plus en plus verte

Le gaz vert, biogaz ou biométhane, est la version propre et renouvelable du gaz naturel. Il est obtenu à partir de la méthanisation, un procédé qui consiste à récupérer le gaz généré par la dégradation de déchets organiques. Le tout se déroule dans des méthaniseurs, des unités de méthanisation reconnaissables grâce à leur gros dômes verts, blancs ou gris.

Grâce aux sites de production de biogaz, un gaz plus vert est injecté dans le réseau de distribution. Ce type de combustible est toutefois produit en quantités insuffisantes et ne peut pas, pour l’heure, servir à couvrir les besoins de tous les utilisateurs de gaz réunis.

Cependant, le gaz vert est sans nul doute l’avenir du gaz. Il permet par ailleurs de réutiliser les déchets organiques (déchets verts, sous-produits agricoles, restes alimentaires, sous-produits animaux, etc.) et de les revaloriser.

Les différents types de fournisseurs de gaz

Sur le marché du gaz, deux grands types de fournisseurs s’affrontent, ceux dits historiques et les alternatifs. Qui sont-ils, pourquoi sont-ils nommés ainsi et qui sont les moins chers ? On vous dit tout.

Le fournisseur historique de gaz

Il n’existe pas un, mais plusieurs fournisseurs historiques de gaz. Commençons par le plus connu : Engie. Les autres acteurs historiques sont des ELD, dont nous allons parler dans le point suivant.

Anciennement GDF Suez, Engie est le fournisseur historique de gaz qui était présent avant 2007 sur 95 % du territoire français. L’opérateur est né de la nationalisation de nombreuses régies privées en 1946. En 2021, l’État français détient environ un quart du capital d’Engie. Malgré les ventes de parts du capital opérées durant les dernières années, le groupe reste en partie la propriété de l’État.

Dès sa création, GDF (Gaz de France) a la charge la production de gaz (d’abord du gaz de ville, produit dans des usines à gaz, puis du gaz naturel trouvé sur le site de Lacq, dans les Pyrénées-Atlantiques), le stockage, le transport, la distribution et la fourniture.

Avec l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence en 2007, les multiples activités (qui cachent un certain monopole de la part de GDF Suez) doivent être séparées. Des filiales sont ainsi nées afin de distinguer les différentes activités du groupe :

  • GRDF, le gestionnaire du réseau de transport, voit le jour en 2008 ;
  • GRTgaz reprend les activités de transport du gaz de GDF en 2005 ;
  • Storengy devient en 2005 l’un des gestionnaires du stockage du gaz.

En 2015, le fournisseur de gaz change de nom et devient ENGIE.

Les ELD ou entreprises locales de distribution

Que ce soit pour la fourniture de gaz ou d’électricité, les ELD sont des acteurs majeurs sur le marché de l’énergie. Ces fournisseurs étaient présents sur le marché avant 2007, ils sont donc dits « historiques ». Plusieurs se démarquent, grâce à leur territoire et à leur nombre de clients. En voici quelques-uns :

  • Gaz de Bordeaux, opérateur historique en Gironde et alternatif dans le reste du pays ;
  • ES – Gaz de Strasbourg, présent à Strasbourg et ses environs, mais aussi sur tout le territoire depuis 2007 ;
  • Gaz de Barr, acteur majeur dans le nord-est du pays ;
  • Gaz-Electricité de Grenoble – GEG, présent en Isère, etc.

Certains de ces fournisseurs de gaz sont les seuls présents sur leur territoire, comme Gaz de Bordeaux. Toutefois, cette pratique va à l’encontre des exigences européennes concernant la dérégulation du marché du gaz. Sur les territoires des ELD, les clients gaz n’ont pas la liberté de choisir le fournisseur de gaz le moins cher. La CRE, Commission de régulation de l’énergie, a donc décidé de mettre en place certaines mesures pour mettre fin à ce monopole qui prive les clients de leur liberté de choisir.

Les fournisseurs alternatifs

En 2007, le marché de l’énergie s’ouvre à la concurrence. De nouveaux fournisseurs de gaz sont désormais autorisés à vendre la fourniture aux clients particuliers (les professionnels et entreprises ayant profité de la dérégulation du marché quelques années plus tôt).

C’est ainsi que certains fournisseurs historiques européens sont venus prendre place sur le marché français. C’est le cas d’ENI, fournisseur historique italien, ou encore du suédois Vattenfall.

D’autres fournisseurs, de nouvelles sociétés de fourniture de gaz ou encore des acteurs énergétiques qui se sont mis à vendre du gaz aux clients consommateurs, sont apparus sur le marché. Ce sont eux que l’on nomme les fournisseurs alternatifs.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Prix du gaz : comment faire baisser les prix ?

Le gaz acheté par tous les fournisseurs est le même à être injecté dans le réseau, quelles que soient sa composition et sa provenance. Il peut être vert ou d’origine fossile, il peut aussi provenir de Russie, de Norvège, des Pays-Bas, du Qatar et de bien d’autres pays lointains où les sous-sols sont riches en hydrocarbures. Mais alors, si le gaz acheminé vers la France est le même pour tous, comment les fournisseurs peuvent-ils casser les prix et proposer des offres moins chères que leurs concurrents ? La réponse est ci-dessous.

Suivre les cours du gaz pour l’acheter au meilleur prix

Ce sont les fournisseurs de gaz qui achètent la ressource énergétique auprès des producteurs. L’achat se déroule sur des plateformes boursières où les fournisseurs (leurs traders, plus exactement) scrutent chaque baisse pour profiter d’un prix bas. Cependant, tous les fournisseurs de gaz opèrent de la même manière, ils peuvent donc faire grimper les prix en quelques instants s’ils décident d’acheter tous en même temps. Lorsque la demande est forte, le cours du gaz grimpe inévitablement. La demande devient forte pour plusieurs raisons :

  • l’hiver s’annonce plus froid que prévu. Le besoin de gaz est grand, les producteurs savent que, quel que soit le prix, les fournisseurs seront obligés d’acheter l’hydrocarbure pour satisfaire la demande de leurs clients ;
  • une vague de froid inattendue fait son apparition, les besoins de gaz pour le chauffage augmentent considérablement ;
  • les stocks s’amenuisent et il est nécessaire de refaire des provisions de gaz, et donc d’importer de la ressource énergétique. Un besoin soudain de gaz pousse les producteurs à vendre plus cher.

Cependant, certaines circonstances font baisser le cours du gaz. C’est à ce moment-là qu’il devient particulièrement intéressant d’acheter la matière première. Les fournisseurs scrutent donc ces chutes du cours, qui peuvent arriver pour diverses raisons :

  • les demandes en gaz (des fournisseurs) sont inférieures à l’offre (des producteurs). Les producteurs sont obligés de vendre coûte que coûte les quantités de gaz qu’ils ont produit. Pour cela, ils cassent les prix ;
  • l’hiver s’annonce doux, les fournisseurs prédisent une faible demande et commandent moins d’hydrocarbure, etc.

Comment les fournisseurs réussissent à réduire leurs tarifs ?

Outre le prix d’achat du gaz qui détermine fortement le prix de revente, les fournisseurs doivent réduire au maximum leurs coûts de fonctionnement pour rester compétitifs. Cela passe par :

  • l’absence de boutique physique, tout a lieu en ligne ou par téléphone, ce qui réduit le coût des locaux à louer, leur entretien, etc. ;
  • un service client délocalisé à l’étranger, où la main-d’œuvre est moins chère (c’est pour cela que certains fournisseurs mettent en avant leur service client français) ;
  • l’absence de service client téléphonique, tout se passe par e-mail ou par messagerie instantanée (chat disponible sur le site en ligne du fournisseur) ;
  • des services payants, qui peuvent être gratuits chez des concurrents (exemple : la facture papier, le choix de la date de prélèvement, etc.).

Tout cela permet à certains fournisseurs de gagner quelques précieux centimes pour être moins chers que le concurrent.

Des taxes identiques à tous les fournisseurs

Tout comme pour l’électricité, il existe des taxes sur le gaz naturel. Elles sont récupérées par chaque fournisseur de gaz qui les reverse ensuite à l’État. Il s’agit de :

  • la Contribution tarifaire d’acheminement (CTA), équivalente à 3 % de la facture annuelle de gaz ;
  • la Taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel (TICGN) qui connait une flambée fulgurante ces dernières années. Elle équivaut à 11 % de votre facture annuelle ;
  • la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) qui est de 5,5 % sur la part fixe de l’abonnement et sur la CTA et de 20 % pour la fourniture (sur le kWh) et sur la TICGN.

Nous venons de le mentionner, les taxes que sont la CTA et la TICGN sont elle-même taxées et soumises à la TVA…

Attention, parfois, les fournisseurs incluent ces taxes dans leurs tarifs, tandis que d’autres les facturent en plus. Il convient donc de bien éplucher la grille tarifaire du fournisseur que vous aurez choisi pour ne pas avoir de mauvaise surprise !

Comment choisir le fournisseur de gaz le moins cher ?

Pour trouver un fournisseur de gaz pas cher, il est primordial de comparer les prix, mais aussi les différents services qu’ils proposent.

L’intérêt de comparer

Comparer les offres de gaz des différents opérateurs est la garantie de dénicher la moins chère, ou du moins la plus intéressante. Ainsi, il est nécessaire de vérifier et de comparer :

  • le prix du kilowattheure (kWh) de gaz ;
  • le coût de l’abonnement (mensuel ou annuel) ;
  • l’évolution possible des prix pendant le contrat ;
  • les frais des différents services ;
  • le montant des pénalités en cas de retard de paiement ;
  • les modes de paiement disponibles (et leur coût, si certains sont payants).

Parfois, un fournisseur peut proposer un coût du kWh attractif, mais dépasser ses concurrents avec le prix de son abonnement. Ces deux points sont à regarder en priorité.

Il peut aussi arriver que les tarifs du kWh et de l’abonnement soient intéressants, mais que les services en plus soient payants. Ces services peuvent être l’envoi d’une facture papier, le choix de la date de prélèvement des factures, la mise en place d’un moyen de paiement autre que le prélèvement automatique, etc.

Comparer les offres en quelques clics

Avec notre comparateur d’offres de gaz, trouvez la formule la plus intéressante en quelques minutes seulement. Le changement de fournisseur de gaz est gratuit, sans délai et sans coupure. Pensez-y et contactez l’un de nos conseillers pour vous faire aider dans vos démarches.

Les différents types d’offres de gaz

Il faut savoir que différents types d’offres de gaz existent et cohabitent. Il convient de bien comprendre leur fonctionnement pour être sûr de se tourner vers la plus pertinente selon son profil de consommateur :

  • les offres de gaz au tarif réglementé de vente (TRV) : elles sont proposées par le fournisseur historique et par les ELD, mais aussi par d’autres fournisseurs qui font le choix de suivre les TRV (sans en avoir l’obligation). Ces tarifs sont encore appliqués à certains clients qui n’ont pas encore migré vers une offre du marché ;
  • les offres à prix indexés, qui suivent le tarif réglementé du gaz fixé par la CRE et les pouvoirs publics. Ils sont proposés X % moins chers que les TRV ;
  • les offres à prix fixe : déterminés au moment de la souscription, les tarifs ne bougent pas pendant la durée du contrat (1 an, 2 ans, parfois 3 ans). Ils peuvent être plus élevés que les tarifs des concurrents au moment de la signature du contrat ;
  • les offres à prix fixe révisable à la baisse : le tarif est défini pour une durée précise et peut être revu à la baisse à la date anniversaire du contrat, seulement si les prix du gaz ont baissé.

La fin des tarifs réglementés pour 2023

Le 30 juin 2023, le tarif réglementé du gaz disparaîtra définitivement. Pour les nouveaux clients, il n’est plus possible de le choisir depuis novembre 2019. En revanche, de nombreux clients du fournisseur historique et des ELD, ayant souscrit avant cette date, bénéficient encore de cette formule. Les clients concernés sont encouragés à choisir une offre du marché avant juin 2023. Si vous êtes dans cette situation, vous pouvez effectuer le changement d’offre à tout moment. Ce peut être également l’occasion de changer de fournisseur pour vous tourner vers un opérateur moins cher. Rappelons-le, procédure est gratuite, sans délai et sans coupure de gaz !

Les zones tarifaires, ce détail qui fait bouger les tarifs

En matière de prix du gaz, tous les clients consommateurs ne sont pas égaux. En effet, le réseau de distribution du gaz est découpé en 6 « zones tarifaires ». Elles ont été déterminées par GRDF en fonction de la distance existante entre le site de stockage de gaz le plus proche et le lieu de consommation. Ce découpage tarifaire permet tout simplement de répercuter les coûts de transports vers les zones les plus éloignées.

Ainsi, les communes en zone 1 sont celles qui sont les plus proches d’un lieu de stockage du gaz. Les clients de cette zone bénéficient du kilowattheure de gaz le moins cher.

En revanche, les clients en zone 6 sont ceux qui paient le gaz le plus cher. Ils sont particulièrement éloignés du centre de stockage gazier le plus proche. Rassurez-vous la différence est de l’ordre de quelques centimes.

Le fournisseur de gaz Engie a la particularité d’utiliser ses propres zones tarifaires (nommées groupes A, B, C, D, E, F, G et H) qui obéit au même principe de découpage du territoire.

À chaque profil de consommateur son tarif de gaz

Outre les zones tarifaires, il existe un autre système de classification qui détermine le tarif du gaz pour chaque client. Il s’agit de la classe de consommation. Il en existe 4 :

  • le tarif de base gaz qui est appliqué à tous les clients dont les besoins en gaz n’excèdent pas 1 000 kWh par an. Cela correspond à l’utilisation d’une gazinière reliée au gaz naturel (et non à une bouteille), le chauffage et l’eau chaude étant électriques ;
  • le tarif B0 du gaz : il est réservé à ceux dont la consommation est comprise entre 1 001 et 6 000 kWh, ce qui correspond à l’utilisation du gaz pour la cuisson et l’eau chaude sanitaire uniquement, le chauffage n’étant pas alimenté au gaz ;
  • le tarif B1 est mis en place pour tous les clients consommant entre 6 001 et 30 000 kWh. Il s’agit de l’utilisation du gaz pour l’eau chaude sanitaire, la cuisson et le chauffage ;
  • le tarif B2i est une classe de consommation destinée aux usagers de gaz utilisant plus de 30 000 kWh par an. Ce tarif n’est plus appliqué, car un tel besoin en gaz est plutôt rare. Il a donc été regroupé avec le tarif B1.

Souvent, le tarif Base et le tarif B0 sont facturés au même prix, tout dépend du fournisseur que vous avez choisi.

La classe de consommation va déterminer le coût du kWh facturé par le fournisseur. Plus vous avez besoin de gaz, plus le tarif sera dégressif. En d’autres termes, plus vous consommez de gaz (chauffage, eau chaude et/ou cuisson), plus le prix du kilowattheure sera bas. Cependant, certains opérateurs facturent un abonnement plus cher aux plus gros consommateurs de gaz (tarifs B1 et B2i). Renseignez-vous !

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Qui sont les fournisseurs de gaz les moins chers ?

C’est la question que tout le monde se pose pour faire des économies sur la facture de gaz. Voyons dès à présent qui sont les fournisseurs de gaz les moins chers.

Historique ou alternatif, quel fournisseur de gaz est le moins cher ?

Les ELD et Engie, c’est-à-dire les fournisseurs de gaz historiques, sont soumis aux tarifs réglementés du gaz. Ce sont généralement les tarifs les plus hauts du marché. Les TRV sont fixés par la CRE et les pouvoirs publics (en fonction des cours du gaz, notamment), ils permettent d’encadrer les prix du gaz sur le marché et ainsi d’éviter toute dérive. Cependant, ces prix réglementés du gaz prendront fin le 30 juin 2023. En novembre 2019, les offres de gaz au tarif réglementés ont disparu, seuls les anciens clients les conservent (sauf s’ils décident de changer d’offre avant 2023, après cette date, ils basculeront automatiquement vers une offre de marché de l’opérateur).

Depuis 2007, les fournisseurs alternatifs de gaz proposent ce que l’on nomme des prix de marché. Étant donné que les offres sont mises en concurrence, le client peut choisir la moins chère, ce qui pousse les opérateurs à réduire leurs prix au maximum. Les prix du marché sont fixés librement par l’opérateur qui prend souvent les tarifs réglementés en référence et propose des offres X % moins chères par rapport aux tarifs réglementés.

Attention, les fournisseurs historiques proposent eux aussi des offres de marché. Dire que les fournisseurs alternatifs sont forcément les moins chers est donc faux.

Comparatif des fournisseurs de gaz et de leurs prix

Pour savoir quel fournisseur est le moins cher, nous avons élaboré un tableau qui compare les offres proposées par les principaux fournisseurs de gaz en France. Nous prenons comme référence la zone 2 pour un tarif B1 (chauffage, eau chaude et/ou cuisson) :

Fournisseur de gazNom et type d’offrePrix de l’abonnement TTC (en euros)Prix du kWh
TTC (en euros)
Caractéristiques sur la facturation
DyneffContrat Serein
Prix fixe 2 ans
290,88 €0,0695 €Facture papier gratuite.
Facturation annuelle (mensualisation) ou bimestrielle au choix.
EDFAvantage Gaz
Prix fixe 4 ans et 1 mois
257,16 €0,0623 €Facture papier gratuite.
Facturation annuelle (mensualisation) ou bimestrielle au choix.
ENIAstucio Éco
Prix fixe révisable à la baisse 3 ans
273,18 €0,0781 €Facturation annuelle (mensualisation) ou bimestrielle au choix.
EngieGaz Référence
Prix fixe 2 ans
236,06 €0,0670 €Facture papier gratuite.
Facturation annuelle (mensualisation) ou bimestrielle au choix.
SoweeOffre Gaz
Prix fixe 3 ans
249,84 €0,0761 €Facture papier gratuite.
Facturation annuelle (mensualisation) ou bimestrielle au choix.
TotalEnergiesOffre Classique
Prix indexé
249,72 €0,0728 €Facture uniquement en ligne.
Facturation annuelle (mensualisation) ou bimestrielle au choix.
VattenfallGaz Fixe 36 mois
Prix fixe 3 ans
261,78 €0,0695 €Factures en ligne uniquement.
Facturation annuelle.
Ces tarifs sont donnés par les différents fournisseurs de gaz au 15 septembre 2021.

Engie, le fournisseur historique de gaz, propose les tarifs les moins chers, que ce soit pour le kilowattheure et l’abonnement. Le fournisseur historique est donc moins cher que les fournisseurs alternatifs présentés dans ce tableau. Cependant, à ces tarifs s’ajoutent les « obligations » facturées par Engie. Elles sont facturées au kWh et le coût total dépend donc de la consommation du client.

Avec un prix du kWh le plus bas (à la date de l’article) et un abonnement parmi les moins chers, EDF peut également être considéré comme l’un des fournisseurs de gaz les moins chers. Ce qui est remarquable pour le fournisseur historique d’électricité !

Les fournisseurs de gaz vert les moins chers

Certains clients font le choix du biogaz, majoritairement produit sur le territoire français. Il s’agit donc d’un gaz vert et local, deux qualités importantes qui permettent d’encourager la filière française de biométhane. Peu de fournisseurs proposent à l’heure actuelle des contrats d’énergie avec du gaz vert. Quelques-uns se démarquent, bien que les tarifs soient majoritairement plus élevés que ceux constatés dans le tableau précédent.

TotalEnergies

TotalEnergies propose une offre verte qui inclue 10 % de biogaz, le reste étant du gaz naturel. Le gaz vert est issu de fermes de biométhane gérées par des producteurs français.

Le tarif de l’offre verte TotalEnergies est plus élevé que l’offre de gaz Classique, alors que seulement 10 % de gaz est renouvelable dans cette offre. Cependant, les clients désirant consommer du biogaz font avant tout un geste plus écologique que la consommation de gaz naturel.

Engie

Engie, le fournisseur de gaz historique présente quant à lui une option payante à ses clients souhaitant consommer un gaz vert. L’option est proposée à partir de 1,50 € et son prix varie selon la part de biogaz souhaitée. Ainsi, pour :

  • 5 % de biogaz, l’option est à 1,50 € TTC par mois ;
  • 100 % de biogaz, l’option est à 30 € TTC par mois.

Il est possible de choisir une part de gaz vert située entre 5 et 100 %, un conseiller du fournisseur pourra alors ajuster le tarif selon le taux de biogaz souhaité.

Planète OUI

Planète OUI est un fournisseur d’énergie verte qui propose lui aussi du gaz vert. Cependant, pour en bénéficier, il est nécessaire de souscrire l’offre duo qui inclut, en plus du biogaz, un contrat d’électricité verte.

Dans le tableau qui va suivre, il est important de noter que ce fournisseur propose un abonnement de gaz à un tarif compétitif par rapport aux autres opérateurs.

Quelle offre verte est la moins chère ?

Après avoir vu qui sont les principaux fournisseurs de biogaz en France, découvrons qui propose les meilleurs prix. Voici un comparatif des offres vertes pour trouver la moins chère, pour une classe de consommation B1 et une zone 2 (référence identique au tableau précédent, pour une comparaison équitable) :

FournisseurOffrePrix de l’abonnement annuel TTC (en euros)Prix du kWh de biogaz TTC (en euros)
EngieGaz Référence
Option Gaz Vert+
Abonnement et prix du kWh identiques à l’offre Gaz Référence + Option Gaz Vert+ payante à partir de 1,50 € TTC par mois
Planète OUIOffre Biogaz217,68 €0,07942 €
TotalEnergiesOffre Verte Fixe253,56 €0,0814 €

Rappelons que souscrire une offre de gaz vert pas chère ou à un tarif équivalent au TRV ne garantit pas une consommation de biogaz à 100 %. En effet, le gaz naturel et le gaz vert se mélangeant dans le réseau de distribution, il est pour l’heure impossible de le séparer jusqu’au consommateur, même si ce dernier a souscrit une offre de gaz 100 % vert. En revanche, souscrire une offre verte permet de soutenir la filière du biométhane en France. C’est donc une manière de participer au développement d’un gaz plus propre pour les générations futures.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre gaz trop cher ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture de gaz

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Comment changer de fournisseur de gaz ?

Votre fournisseur actuel ne figure pas parmi les moins chers du marché ? Il est sûrement temps de changer d’opérateur et de vous tourner vers le plus avantageux. Le changement de fournisseur de gaz est gratuit. La procédure est simple à réaliser, elle ne prend que quelques minutes et n’occasionnera aucune coupure de gaz.

Pour changer de fournisseur de gaz, vous devez :

  1. Contacter le fournisseur de gaz de votre choix ;
  2. Lui donner le numéro PCE de votre compteur de gaz ;
  3. Lui donner vos coordonnées (nom, prénom, adresse postale, e-mail, etc.) ;
  4. Préciser la date de changement de fournisseur souhaitée (pour la résiliation avec l’autre fournisseur) ;
  5. Communiquer l’index de consommation de votre compteur de gaz ;
  6. Fournir un RIB, pour les futurs prélèvements automatiques ;
  7. Préciser vos préférences pour la facturation (annuelle ou bimestrielle, facture électronique ou papier, etc.).

Une fois toutes les informations nécessaires en sa possession, le nouveau fournisseur de gaz contactera votre ancien opérateur et procédera à la résiliation gratuite du contrat de gaz.

Vous pouvez aussi vous faire aider par l’un des conseillers Choisir.com qui vous aiguillera dans vos démarches et qui pourra aussi vous aider à trouver le fournisseur de gaz le moins cher.

Quels gestes pour réduire la facture de gaz ?

Une fois le fournisseur de gaz le plus avantageux trouvé, vous pouvez aller plus loin et adopter des gestes qui vous permettront d’alléger vos factures de gaz. En voici quelques-uns.

Nettoyer les radiateurs

Des radiateurs encrassés seront moins performants et chaufferont moins vite votre pièce. Pour éviter la surchauffe sur votre facture, dépoussiérez les radiateurs en passant un plumeau sur toute la surface et entre chaque ailette, s’il en contient.

Grâce à ce geste effectué deux ou trois fois au cours de l’hiver, vous assurerez une meilleure fonctionnalité de vos appareils. Par ailleurs, cela sera bénéfique pour l’air ambiant qui sera plus sain.

L’importance d’un bon entretien de vos appareils

Il est obligatoire de faire entretenir la chaudière au gaz une fois par an. Cet entretien doit être réalisé par un plombier ou un chauffagiste professionnel. Lors de sa visite, il va vérifier tous les organes de la chaudière, comme le corps de chauffe ou encore le circuit d’eau. Il pourra alors vous recommander de changer certaines pièces s’il constate une usure particulière qui pourrait entraîner une panne au mauvais moment (en plein hiver notamment).

Il peut aussi purger vos radiateurs qui seront ensuite à nouveau remplis d’une eau propre (la chaudière se chargera de remplir le circuit hydraulique de votre installation, ne versez pas d’eau dans vos radiateurs !). Ce liquide renouvelé chauffera mieux et plus vite.

Le choix d’un appareil performant

Nous l’avons évoqué au cours de cet article, pour faire des économies de gaz, il est nécessaire d’installer un appareil de très haute performance. La chaudière est l’organe essentiel d’une installation au gaz. C’est elle qui chauffe l’eau pour vos sanitaires (douche, baignoire, lavabos, évier de la cuisine, etc.), c’est également elle qui alimente le circuit d’eau pour votre système de chauffage (radiateurs, plancher chauffant hydraulique, sèche-serviettes, etc.). Enfin, elle est aussi essentielle pour faire la cuisine, si votre table de cuisson et/ou votre four fonctionnent au gaz.

Pour ces raisons, il est primordial que votre chaudière soit la plus performante possible. À l’heure actuelle, la chaudière à condensation est considérée comme le modèle au gaz le plus énergétiquement performant du marché. C’est-à-dire qu’elle consomme un minimum de gaz pour une efficacité maximale. Pour être jugées très performantes, les chaudières doivent afficher une efficacité énergétique saisonnière (ETAS) supérieure ou égale à 92 % (pour un modèle de plus de 70 kW).

Des primes existent afin de faire remplacer votre ancienne chaudière par un modèle de très haute performance. N’hésitez pas à vous renseigner au sujet du dispositif d’aide MaPrimeRénov’ !

L’importance d’une bonne isolation

L’isolation est la garantie d’économies de chauffage. En effet, sans une isolation optimale, la chaleur va s’échapper :

Résultat, vous aurez tendance à pousser le chauffage un peu plus fort, ce qui se répercutera inévitablement sur votre facture d’énergie.

Grâce à une isolation performante, vous maintenez la chaleur de votre logement à l’intérieur. Ceci conduit à des besoins moindres en chauffage, et donc à des économies de gaz. Des aides à la rénovation énergétique sont également disponibles pour l’isolation. Elles vous aideront à rendre votre logement moins énergivore tout en améliorant le confort thermique.

Nous venons de voir qui sont les fournisseurs de gaz les moins chers et comment faire pour réduire vos factures de gaz. Avec tous ces éléments, vous pouvez changer de fournisseur et commencer à faire des économies.

D’autres questions sur ce sujet ?

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h