Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

Les fournisseurs d’énergie verte en france

En France, de plus en plus d’acteurs se partagent la fourniture de l’énergie verte, que ce soit pour l’électricité ou le biogaz. Ce marché est strictement encadré afin d’éviter les dérives et notamment les promesses trop alléchantes. À l’heure actuelle, plusieurs questions se posent face à tant de fournisseurs : qui sont les meilleurs et ceux qui sont moins vertueux que leurs confrères. Choisir.com fait le point.

fournisseur-energie-verte-maison-mousse-plante

Qu’est-ce qu’un fournisseur d’énergie verte ou renouvelable ?

Un fournisseur d’électricité verte est celui qui propose une offre d’électricité renouvelable. Il peut également présenter des formules classiques, c’est-à-dire utilisant de l’énergie nucléaire.

En ce qui concerne le gaz, le fournisseur de biogaz est celui qui met à disposition une offre de gaz comprenant une partie ou la totalité de gaz vert.

Le cadre légal qui entoure la fourniture d’énergie verte

De plus en plus nombreux à proposer de l’électricité verte, les fournisseurs d’énergie doivent prouver aux consommateurs finaux que l’électricité vendue est bel et bien issue de ressources renouvelables. Il en est de même pour les fournisseurs de biogaz qui sont moins nombreux sur le marché.

Pour éviter les dérives, la vente de l’électricité et de gaz produits à partir de ressources renouvelables est encadrée par la directive européenne 2018/2001. En France, elle a donné lieu à plusieurs articles de loi ou décrets visant à intégrer ce texte européen dans le droit de notre pays. C’est ce cadre légal qui a permis d’instaurer les fameux certificats « Garantie d’Origine » évoqués par beaucoup de fournisseurs d’électricité verte et de biogaz.

Selon le décret n°2006-1118 du 5 septembre 2006, « une garantie d’origine est un document électronique servant uniquement à prouver au client final qu’une part ou une quantité déterminée d’énergie a été produite à partir de sources renouvelables ou par cogénération. »

Un certificat de Garantie d’Origine (GO) atteste donc que l’électricité produite est issue d’une ressource renouvelable (énergie éolienne, solaire, hydraulique, géothermique, biomasse, etc.). Pour commercialiser de l’électricité verte, un fournisseur doit acheter autant de certificats Garantie d’Origine qu’il vend de mégawatt-heure (MWh, avec 1 MWh = 1 000 kWh). S’il en achète moins, alors il ne peut pas proposer d’offres 100 % renouvelables. Ces certificats concernent aussi le biométhane (gaz vert).

Cependant, les Garanties d’Origines sont vivement critiquées, car elles offrent la possibilité à un fournisseur d’acheter de l’électricité et/ou du gaz à un producteur d’énergie et les GO à un autre. Cela a permis à certains groupes ne produisant que de l’énergie fossile de proposer aussi des offres vertes, car ils rachètent des GO à des petits producteurs d’énergie renouvelable. Cette pratique manque de transparence, notamment en ce qui concerne la traçabilité de l’énergie verte.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

L’arrivée des fournisseurs d’énergie verte en France

Pour les clients particuliers, le marché de l’énergie a été dérégulé en 2007, car les entreprises ont pu bénéficier d’offres du marché bien plus tôt. À cette date, de nombreux fournisseurs d’électricité et/ou de gaz sont venus proposer des contrats aux consommateurs qui étaient jusqu’alors clients d’EDF et/ou de GDF Suez, devenu Engie. Les clients des entreprises locales de distribution (ELD), comme ÉS Strasbourg, Gaz de Bordeaux ou UEM, Usine d’Électricité de Metz, n’ont cependant pas pu bénéficier des offres proposées par les fournisseurs alternatifs. Installées sur des territoires complexes qui leur sont dédiés, certaines ELD exercent encore aujourd’hui un monopole territorial où les fournisseurs alternatifs sont peu nombreux ou inexistants.

Des offres vertes pour consommer une énergie propre

L’émergence de ces nouveaux acteurs énergétiques, combinée à la volonté de produire une énergie plus propre, a conduit certains fournisseurs à se démarquer grâce à des offres vertes. Ces contrats dits « verts » sont ceux dont l’énergie vendue est 100 % d’origine renouvelable.

Aujourd’hui, une grande majorité des fournisseurs d’électricité proposent au moins une offre de ce genre. Pour le client consommateur, cela permet d’avoir le choix entre une électricité issue de la production nucléaire et une électricité générée grâce aux installations alimentées par une source renouvelable (vent, eau, solaire, biomasse, etc.). Particuliers, mais aussi professionnels et entreprises peuvent désormais faire le choix de consommer une électricité issue de ressource renouvelable.

En ce qui concerne la facturation, ces offres peuvent être proposées avec un prix du kWh :

  • indexé au tarif réglementé en vigueur au moment de la signature du contrat ;
  • fixe, c’est-à-dire que le prix du kilowattheure (hors abonnement) est bloqué pendant une durée définie dans le contrat (2 ou 3 ans, en général) ;
  • révisable à la baisse, si les tarifs règlementés ont diminués. La révision a généralement lieu à la date d’anniversaire du contrat.

Par ailleurs, certains fournisseurs alternatifs d’électricité verte proposent des offres avec les heures creuses et les heures pleines. Ce système permet de payer l’électricité moins chères à certaines heures de la journée.

Pour le gaz, les fournisseurs sont confrontés à un manque de ressource énergétique. En effet, le biogaz actuellement produit sur le territoire n’est pas suffisant pour couvrir les besoins en gaz. Les offres se font donc rares et sont proposées par quelques opérateurs seulement, comme nous le verrons au cours de cet article.

Un classement des fournisseurs les plus vertueux fait par Greenpeace

Tous les fournisseurs d’énergie n’ont pas le même engagement vis-à-vis des énergies vertes. Certains sont particulièrement engagés dans le développement des énergies renouvelables, privilégiant les ressources locales et propres, tandis que d’autres fournisseurs proposent à la fois des offres vertes et fossiles. Pour vous y retrouver, sachez que Greenpeace effectue chaque année un classement qui permet de savoir quels fournisseurs sont « vraiment verts » et quels sont ceux qui proposent des offres tournées vers les énergies renouvelables.

Pour l’année 2020 (les résultats de 2021 seront donnés courant 2022), voici les fournisseurs d’électricité verte les plus vertueux selon Greenpeace :

  • 1 : Enercoop exaquo avec Planète Oui qui a depuis suspendu son activité en raison du contexte actuel ;
  • 3 : Urban Solar Energy ;
  • 4 : Ilek ;
  • 5 : Plüm Energie

Une qualification des offres pour l’électricité verte par l’ADEME

Les fournisseurs sont dans l’obligation d’acheter une quantité de certificats de Garantie d’Origine (GO) égale à la consommation d’électricité verte faite par leurs clients. C’est une condition pour pouvoir commercialiser une offre avec l’appellation « 100 % verte »..

Les certificats de Garantie d’Origine (GO) attestent qu’un fournisseur achète bel et bien de l’énergie renouvelable (EnR) à un producteur. Cependant, les GO et l’électricité verte peuvent actuellement être achetés séparément (essentiellement par intérêt financier). Certains fournisseurs optent pour cette option (plus lucrative), tandis que d’autres choisissent la voie vertueuse en achetant l’énergie et les Garanties d’Origine au même producteur d’énergie renouvelable, souvent implanté en France.

Face à ce constat, l’ADEME a décidé de classer les offres d’électricité verte. Les clients peuvent ainsi choisir :

  • une offre Standard (ou Classique) : l’énergie et les Garanties d’Origine sont achetées séparément, c’est-à-dire qu’elles ne proviennent pas du même producteur. Cette pratique est souvent dénoncée car il est dit que les grands groupes énergétiques les plus pollueurs arrivent à proposer des offres vertes par ce biais (ces derniers, sans produire d’énergie verte, rachètent des GO à des producteurs d’énergie renouvelable afin de proposer des offres vertes). Cependant, de l’énergie verte est injectée dans le réseau et c’est ce qui importe le plus ;
  • une offre Premium : l’énergie et les Garanties d’Origine sont achetées au même moment auprès du même fournisseur d’électricité renouvelable.

Grâce au label « Premium » présenté par l’ADEME, le fournisseur peut prouver qu’il achète son électricité, mais aussi les GO auprès du même producteur d’EnR. Le consommateur profiterait alors d’une plus grande transparence et pourrait alors choisir de consommer une énergie vraiment verte !

Leçon de linguistique

Dans le domaine de la linguistique (qui se rapporte à la langue française), la dénomination « électricité verte » est incorrecte, c’est-à-dire qu’il est inexact d’employer ce terme, car l’électricité n’a de toute évidence aucune couleur. Lorsque l’on parle d’électricité produite à partie d’une ressource renouvelable, il est plus juste de dire « électricité renouvelable ».
Toutefois, les fournisseurs d’énergie utilisent beaucoup l’expression « électricité verte » qui est comprise de tous. C’est avant tout un choix marketing qui permet de rapporter la couleur verte à la nature ou à ce qui est bio.

Par ailleurs, dire que l’énergie est verte, propre et issue d’une ou plusieurs ressources renouvelables, permet de l’opposer à de l’énergie dite « grise » qui provient de ressources fossiles (nucléaire, charbon, pétrole ou gaz naturel).

VertVolt : un label pour aller encore plus loin

Pour l’ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie), dire qu’une offre est Standard ou Premium ne suffit pas.

Dès 2018, l’Agence a émis le souhait de mettre en place un label pour l’électricité verte. Sans cesse retardée, son instauration vise à améliorer la transparence du marché de l’électricité issue de ressources renouvelables. Ce label a enfin vu le jour, il se nomme VertVolt et s’impose face aux Garanties d’Origines qui ont montré leurs limites.

Ce label est délivré par l’ADEME aux fournisseurs qui en font la demande. Son attribution donne droit à deux niveaux d’engagement.

infographie-ADEME-label-VertVolt-fournisseur-energie-renouvelable-engagements
Source : infographie ADEME, « Quels engagements pour être labellisé VertVolt ? ».

L’offre verte d’un fournisseur peut donc obtenir le :

  • niveau 1 « Choix engagé » : le fournisseur achète 100 % de l’énergie à des installations renouvelables situées en France ;
  • niveau 2 « Choix très engagé » : l’énergie provient d’installation d’énergies renouvelables françaises et au moins 25 % de cette électricité répond à des exigences supplémentaires.

Les exigences supplémentaires pour un Choix très engagé sont les suivantes :

  • l’énergie provient d’installations d’énergies renouvelables sous gouvernance partagée. Cela signifie que les citoyens consommateurs et les collectivités locales investissent et participent au développement des installations servant à produire de l’électricité verte ;
  • la construction de structures de production d’énergie renouvelable a été réalisée sans le soutien public (c’est-à-dire sans aide de l’État).

Une telle labellisation certifie au client consommateur que l’électricité qu’il achète est 100 % verte, produite en France et sert à soutenir la construction d’installation d’énergies renouvelables (fermes éoliennes, parcs solaires, centrales hydroélectriques, etc.). Peu de fournisseurs ont actuellement obtenu ce label. Il est important de le maintenir afin d’encourager le développement de la filière énergétique verte.

Quelles sont les énergies vertes utilisées pour produire de l’électricité en France ?

Il serait impossible d’alimenter le réseau d’électricité avec une seule source d’énergie renouvelable. Ainsi, en France, nous avons la chance d’en compter plusieurs. Cette variété de types d’énergies est due à la configuration de notre territoire sur lequel eau, soleil et vent sont abondants, en fonction des régions.

L’énergie hydroélectrique, une ressource utilisant l’eau

Occupant la seconde part du mix énergétique en France, l’énergie hydroélectrique est la première ressource renouvelable, en termes de quantité, à être exploitée sur notre territoire. Elle utilise la force de l’eau, c’est-à-dire les courants marins, les chutes d’eau ou encore le débit d’un fleuve.

L’hydroélectricité est un véritable trésor vert pour la France dont le parc installé (c’est-à-dire la capacité de production) s’élevait à 25 732 MW (mégawatts) à la fin de 2020. Les centrales sont cependant tributaires des conditions climatiques et peuvent souffrir des périodes de sécheresse ou d’un manque de neige sur les massifs (neiges qui, en fondant, alimentent les rivières et les fleuves dans les régions montagneuses).

Une partie de l’électricité verte consommée en France provient donc des centrales hydroélectriques que l’on trouve principalement dans les Alpes, les Pyrénées, le Massif central ou en Alsace.

L’énergie solaire pour produire de l’électricité grâce au soleil

L’énergie solaire est obtenue à partir du rayonnement solaire. L’énergie du soleil est captée par des cellules photovoltaïques qui la transforment en électricité.

Abondante, inépuisable, gratuite, l’énergie provenant du soleil présente un potentiel particulièrement intéressant. Face à ce constat, les sites de production se multiplient. On les appelle les parcs solaires. Ils peuvent s’étendre sur plusieurs hectares et alimenter des villes entières.

L’électricité solaire injectée dans le réseau de distribution est également produite à petite échelle, par des producteurs particuliers qui sont aussi des consommateurs. En effet, les particuliers ont la possibilité de faire installer des panneaux photovoltaïques chez eux afin de consommer leur propre électricité. Le surplus qui n’est pas utilisé est, selon la volonté du consommateur, revendu à un fournisseur (généralement EDF ou Engie) afin que cette énergie non consommée soit injectée dans le réseau de distribution de l’électricité.

L’énergie éolienne pour une électricité issue du vent

L’énergie éolienne doit son appellation à Éole, le dieu et maître des vents dans la mythologie grecque. Elle est obtenue grâce à la force des vents qui fait tourner les hélices d’un aérogénérateur afin de produire de l’énergie électrique.

Les aérogénérateurs, autre nom des éoliennes, sont des structures composées de pales et d’un mât s’élevant à une centaine de mètres dans les airs. Elles sont souvent installées dans des champs où elles ont la possibilité de cohabiter avec une exploitation agricole (même si une telle cohabitation n’est pas systématique). Certaines éoliennes sont placées en mer, où la force du vent est plus intense.

Le territoire français profite de plusieurs gisements éoliens, comme le montre la carte ci-dessous.

Carte des gisements éoliens en France
Source : Wiki Éolienne.

*Vitesse du vent prise à 50 mètres du sol selon la typographie.

Les zones plus foncées sont celles dont les gisements éoliens sont les plus importants.

Pour qu’un gisement soit exploitable, il doit réunir plusieurs conditions :

  • bénéficier d’une grande exposition au vent ;
  • ne pas être protégé par des massifs qui bloqueraient les vents ;
  • être éloigné des zones habitées.

Le coût des éoliennes est élevé, les projets sont donc minutieusement étudiés et toutes les contraintes prises en compte. Par exemple, des éoliennes ne sont pas les bienvenues dans un couloir de migration d’oiseaux (comme ce fut le cas d’un projet avorté dans le Médoc, en Gironde) ou encore dans une zone militaire où l’armée s’entraîne à des vols de basse altitude et où les mâts brouillent les signaux radars militaires.

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

L’énergie biomasse pour produire de l’électricité grâce aux déchets

La biomasse-énergie ou énergie biomasse provient de différentes matières organiques comme :

  • le bois ;
  • les déchets verts ;
  • les boues d’épuration ;
  • les déchets alimentaires, etc.

Produire de l’électricité à partir de la biomasse est doublement vertueux. En effet, cela permet non seulement de profiter d’une électricité renouvelable, mais aussi de participer au recyclage et à la valorisation de certains déchets.

Selon l’ADEME, la biomasse, en particulier le bois, est la première source d’énergie renouvelable en France. C’est l’une des ressources les plus utilisées sur le territoire, mais aussi l’une des plus abondantes. Elle permet essentiellement de produire de la chaleur, notamment pour se chauffer. Les poêles et les cheminées sont les installations à biomasse les plus utilisées. Alimentés en bois-bûches ou granules, ils servent de moyens de chauffage.

La production d’électricité issue de l’énergie biomasse a lieu dans les centrales thermiques biomasse. On parle souvent de « cogénération », car ce type de centrale thermique à flamme brûlant du bois (et autres déchets) produit de l’électricité, mais aussi de la chaleur.

Ainsi, l’électricité obtenue est envoyée dans le réseau de distribution électrique. La chaleur produite sert quant à elle à alimenter le réseau de chaleur d’un site proche, comme un écoquartier, un hôpital ou autre.

L’énergie marémotrice pour une électricité issue des marées

L’énergie marémotrice est obtenue grâce au phénomène des marées océaniques. Constantes et prévisibles, les marées déplacent de gros volumes d’eau lorsqu’elles sont montantes, mais aussi lorsqu’elles sont descendantes.

Ce sont ces masses d’eau qui sont utilisées pour alimenter les turbines d’un barrage, qui sont souvent réversibles afin d’utiliser la force de la marée montante et celle de la marée descendante. Ce barrage est généralement posé sur un estuaire (embouchure d’un fleuve se jetant dans la mer ou dans l’océan).

Le barrage de la Rance, en Bretagne, est la seule usine marémotrice française. Elle se trouve entre Dinard et Saint-Malo et sert également de pont pour relier les deux villes portuaires.

Cette centrale électrique a une capacité installée de 240 MW (mégawatts) qui lui permet de produire environ 500 GWh (gigawattheures) par an. Cela représente un quart de l’électricité produite en Bretagne et près de 2,5 % des besoins de la région.

L’énergie géothermique : quand la chaleur des sols sert à produire de l’électricité

La géothermie consiste à utiliser la chaleur de la Terre pour différents usages (réseaux de chaleur, de frais et d’électricité). Intéressons-nous à l’électricité géothermique, une énergie renouvelable.

La France compte très peu de structures capables d’injecter de l’électricité géothermique dans le réseau de distribution.

Seule la Guadeloupe est à ce jour équipée d’une centrale géothermique, la centrale de Bouillante. Avec sa puissance installée de 15,5 MWe (mégawatt électrique), elle a été capable de générer 110 GWh (gigawattheure) en 2019, ce qui a représenté 6 % des besoins en électricité de l’île.

Dans le Bas-Rhin, la centrale géothermique de Soultz-Sous-Forêts est en activité depuis 2008. Elle puise une eau géothermale à 165 °C grâce à trois forages qui s’enfoncent à 5 000 mètres de profondeur. Cette centrale dispose d’une puissance installée de 1,65 MW qui lui permet de produire 10 GWhe (gigawattheures électriques) en une année. Cela sert à alimenter 2 400 foyers autour de la centrale.

Le potentiel géothermique en France permet de croire que ce type d’électricité verte sera probablement développé dans les décennies à venir.

Notons que certains fournisseurs d’électricité verte précisent sur leur offre qu’une partie de l’énergie vendue provient de la géothermie. Ce type d’électricité est généralement importée des pays voisins, d’Italie notamment.

Quelle électricité circule dans le réseau de distribution ?

À l’heure actuelle, il est impossible de garantir une consommation d’électricité exclusivement verte. En effet, l’électricité issue d’énergies renouvelables et celle produite par les centrales nucléaires sont toute deux injectées dans le même réseau où elles se mélangent. Les électrons étant tous les mêmes, il est donc impossible de distinguer ceux provenant d’une éolienne et ceux provenant d’une centrale nucléaire, par exemple.

Cependant, lorsque vous consommez de l’électricité verte, le fournisseur d’énergie a pour obligation d’acheter à un producteur la quantité d’électricité renouvelable qu’il a vendu. Cette électricité est ensuite injectée dans le réseau de distribution. Vous êtes ainsi sûr que les X kWh d’énergie verte consommés seront envoyés dans le réseau d’électricité.

De ce fait, plus les offres d’électricité vertes se développeront, plus la production d’énergie renouvelable sera encouragée. Et un jour, cette électricité issue des parcs solaires, éoliens ou hydroélectriques composera peut-être entièrement le mix énergétique français.

Le gaz vert en France : une énergie propre à développer

Il ne faut pas confondre gaz naturel avec le biogaz. Le gaz naturel est une ressource fossile non renouvelable, tandis que le biogaz est un gaz propre issu de ressources renouvelables.

Du gaz vert injecté dans le réseau de distribution

En France, du gaz vert (aussi nommé biogaz ou encore biométhane) est injecté dans le réseau de distribution, en complément du gaz naturel. Ce biogaz permet aux clients consommateurs de profiter d’une énergie produite à partir d’une ressource 100 % renouvelable, contrairement au gaz naturel.

Le biogaz, un combustible produit en France

La France compte près de 200 sites d’injection de biogaz. Il peut s’agir de petites structures ou de sites plus importants qui produisent du biométhane destiné à être envoyé dans le réseau de distribution géré par GRDF. Cependant, ils ne sont pas assez nombreux pour permettent de consommer une quantité importante de biométhane. À l’heure actuelle, le réseau de distribution de gaz est majoritairement alimenté en gaz naturel, une ressource fossile puisée dans le sous-sol de la Terre et importée en quasi-totalité de l’étranger.

Pour produire du gaz vert, différentes matières organiques sont utilisées. Il peut s’agir de :

  • déchets agricoles et ménagers ;
  • déchets récupérés sur les sites de restauration collective ;
  • déchets provenant des usines agro-alimentaires ;
  • résidus de cultures ;
  • boues issues des stations d’épuration ;
  • cultures intermédiaires à vocation énergétique (CIVE : des espèces végétales qui sont cultivée uniquement pour une valorisation énergétique).

La transformation de ces matières organiques en biométhane ou gaz vert est effectuée dans des méthaniseurs. Privés d’oxygène, les déchets se décomposent et fermentent pour devenir du gaz vert (explication simplifiée du processus).

Sur le marché de l’énergie, le biométhane obtenu est utilisé comme le gaz naturel et sert pour alimenter les systèmes de chauffage, de production d’eau chaude ou des appareils de cuisson.

Actuellement, peu de fournisseurs d’énergie proposent du gaz vert. TotalEnergies ou encore Planète OUI comptent parmi les fournisseurs de biogaz en France.

Le gaz naturel compensé carbone n’est pas du biogaz

Certains fournisseurs de gaz tentent de « verdir » leurs offres en proposant un gaz naturel compensé carbone. Bien que l’effort soit louable, un gaz naturel compensé carbone reste une ressource d’énergie fossile et ne deviendra jamais un gaz vert non polluant. La compensation carbone permet de couvrir une infime partie de la pollution engendrée par l’hydrocarbure utilisé comme combustible. En effet, il ne suffit pas de mesurer la quantité de gaz rejeté lors de son utilisation, il faut aussi prendre en compte :

  • la production même de l’hydrocarbure qui nécessite des techniques polluantes, que ce soit sur terre ou en mer ;
  • le transport et l’acheminement du gaz du point de production jusqu’au pays de consommation. Les méthaniers ont un impact climatique important lorsqu’ils circulent sur les mers et les océans. Les gazoducs terrestres laissent eux aussi une empreinte écologique néfaste pour l’environnement ;
  • le stockage du gaz qui demande des techniques particulières et notamment l’utilisation de torchères servant à brûler les résidus gazeux qui s’échappent des cuves ou des réservoirs.

Bien que la compensation carbone soit une alternative pour contrebalancer la pollution engendrée par l’utilisation de gaz naturel, elle ne permet pas de le rendre plus propre.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Fournisseurs d’énergie renouvelable : des bons et des moins bons

Soucieux de consommer une énergie plus propre, les Français se tournent de plus en plus vers de l’électricité et du gaz issus de ressources renouvelables. Cette tendance a permis l’essor de nouveaux fournisseurs et a également entraîné la diversification des activités de certains acteurs historiques. Mais ces différents fournisseurs sont-ils pour autant tous vertueux ?

Qu’est-ce qu’un bon fournisseur d’énergie verte ?

Qu’il revende du biogaz ou de l’électricité verte, un bon fournisseur est celui qui va réellement acheter de l’énergie propre à des producteurs transparents sur leurs activités. Quelques critères servent à définir un bon fournisseur d’énergie verte :

  • un approvisionnement en énergie auprès de producteurs utilisant uniquement des ressources renouvelables ;
  • une traçabilité claire et transparente (il est important de savoir d’où vient l’énergie produite et comment elle a été générée) ;
  • une production locale, et pas à des milliers de kilomètres.

En France, il est possible de produire de l’électricité verte et du biogaz car les ressources sont nombreuses et variées. Cependant, les structures actuellement construites ne permettent pas de couvrir la demande grandissante, notamment en ce qui concerne le biométhane. Pour l’électricité, les producteurs restent tributaires des conditions météorologiques.

Pourquoi certains fournisseurs d’énergie verte sont « moins bons » ?

L’ADEME estime qu’actuellement 70 % des fournisseurs d’énergie proposent une ou plusieurs offres vertes. Mais selon l’Agence, « toutes [les offres] ne garantissent pas en réalité que l’électricité achetée provienne d’énergies renouvelables comme le terme « vert » pourrait le laisser penser » (Source : ADEME, « VertVolt, un label pour choisir son électricité verte »).

Cela signifie que certains fournisseurs déclarent vendre une électricité verte qui ne l’est pas totalement. La question est « pourquoi ? ». Pour attirer de nouveaux clients, pour vendre de l’énergie plus chère, les réponses sont floues.

Face à un marché manquant de transparence, les clients consommateurs ne savent pas toujours ce qu’ils achètent. C’est de ce constat qu’est né le label VertVolt présenté dans le premier chapitre de cet article.

L’ARENH, un indice probant sur la virtuosité d’un fournisseur vert

L’ARENH (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique) permet aux fournisseurs alternatifs qui en font la demande de bénéficier d’une électricité d’origine nucléaire à un tarif préférentiel. Ce dispositif est inscrit dans le Code de l’énergie et est accessible à tous les fournisseurs présents sur le territoire français (à condition d’en faire la demande dans les délais impartis). Une certaine quantité d’électricité nucléaire est ainsi vendue par EDF (gestionnaire des centrales nucléaires en France) aux fournisseurs qui peuvent ainsi profiter de tarifs compétitifs.

C’est la CRE (Commission de régulation de l’énergie) qui reçoit les demandes d’ARENH déposées chaque année par les fournisseurs d’électricité. De ce fait, l’organisme sait précisément qui demande de l’électricité nucléaire afin de la revendre aux clients consommateurs.

Parmi les candidats à l’ARENH figurent un grand nombre de fournisseur d’électricité verte. Ces derniers ont la possibilité de proposer à la fois une offre classique utilisant de l’énergie nucléaire et une offre 100 % verte certifiée par les Garanties d’Origines. Dans ce cas, la demande en électricité nucléaire sert à couvrir les besoins pour une électricité d’origine fossile, et non verte.

Actuellement, un seul fournisseur d’énergie verte ayant reçu le label VertVolt ne fait pas appel à l’ARENH. Il s’agit d’Enercoop, une coopérative d’électricité locale gérée par des citoyens et des collectivités.

Qui sont les 5 meilleurs fournisseurs d’énergie verte en France ?

Quels critères servent à définir un bon fournisseur d’énergie verte ?

Parmi les critères pour déterminer si un fournisseur d’énergie verte est bon ou moins bon, nous pouvons citer ceux relatifs à l’approvisionnement qui sont énumérés plus haut. Un fournisseur valorisant une production locale compte donc parmi les plus vertueux du marché. Ensuite, il faut s’attarder sur :

  • la labellisation VertVolt de l’ADEME : les fournisseurs d’électricité verte récompensés par ce label sont considérés comme les plus « verts » du marché ;
  • la préférence pour les circuits courts ;
  • le recours ou non à une électricité nucléaire ;
  • les outils proposés pour aider à maîtriser sa consommation énergétique.

Par ailleurs, un fournisseur de biogaz ou d’électricité verte qui liste le nom de ses partenaires producteurs fait preuve d’une grande transparence. Il s’agit là d’un indice qui prouve que cet acteur est fortement engagé dans la transition énergétique.

Le top 5 des meilleurs fournisseurs d’électricité verte en France

Pour déterminer qui sont les 5 meilleurs fournisseurs d’électricité verte en France, il suffit de vérifier s’il a oui ou non obtenu le label VertVolt.

Selon le Médiateur national de l’énergie, 5 fournisseurs ont obtenu le label VertVolt délivré par l’ADEME. Il s’agit de :

  • Enercoop : niveau 2 Choix très engagé. Ce fournisseur ne fait pas appel à l’ARENH ;
  • Planète Oui : niveau 2 Choix très engagé – L’offre n’existe plus, le label a été retiré. Planète Oui a temporairement suspendu ses activités au 1er semestre 2022, en raison du contexte ;
  • Plüm Énergie : niveau 2 Choix très engagé pour son Offre Verte ;
  • Happ-e : niveau 1 Choix engagé pour l’offre VertElec+ ;
  • EDF : niveau 1 Choix engagé pour son offre Vert Électrique Régional.

Sur le site de l’ADEME, nous pouvons constater que d’autres fournisseurs ont obtenu le label VertVolt de niveau 2 « Choix très engagé » :

  • Yeli (filiale du groupe GEG Gaz et Électricité de Grenoble) : niveau 2 Choix très engagé grâce à son offre Yeli Circuit Court ;
  • Alterna : niveau 2 Choix très engagé avec son offre Électricité Verte 100 % locale.

Cette liste des meilleurs fournisseurs d’énergie verte selon l’ADEME ou le Médiateur national de l’énergie prend seulement en compte le type d’électricité (ou de gaz) utilisé. Elle ne fait pas état de ce qui doit être étudié de près lorsque l’on souscrit une offre, à savoir :

  • le prix du kWh hors taxes ;
  • le coût de l’abonnement annuel ;
  • le prix des options et des services.

Si l’on prenait cela en compte, la liste des meilleurs fournisseurs d’énergie verte serait bouleversée.

Un label à conserver précieusement

Il est important de noter qu’un fournisseur d’électricité verte qui supprime l’offre qui a fait l’objet d’une labellisation VertVolt perdra automatiquement le label qui lui a été décerné. C’est pour cela que la liste citée précédemment est susceptible de changer régulièrement.

Des fournisseurs d’énergie qui vous aident à faire des économies d’énergie

Un fournisseur pleinement engagé dans la transition écologique est celui qui va vous encourager à réduire votre consommation d’énergie au dépend de profits juteux. Différents outils peuvent être proposés pour réduire les besoins en électricité.

Il peut s’agir de thermostats connectés ou encore d’une application comme EcoWatt qui sert à voir en temps réel dans quel état se trouve le système électrique français. Cet outil a été développé par RTE (Réseau transport de l’électricité) et l’ADEME pour inciter les consommateurs à réduire leurs besoins à des moments critiques (pendant les pics de consommation).

Qui sont les fournisseurs d’énergie verte les « moins bons » ?

Une liste qui récompense les meilleurs fournisseurs d’énergie verte comporte évidemment de mauvais élèves. Ceux en bas de tableau peuvent être considérés comme « vraiment mauvais » pour la planète (ce terme fort est employé par Greenpeace).

Qu’est-ce qui définit un fournisseur d’énergie verte de « vraiment mauvais » ?

Pour Greenpeace, les fournisseurs d’énergie verte les moins vertueux sont tout simplement ceux qui encouragent la production d’énergies fossiles. Cela peut être des fournisseurs/producteurs qui ont une activité double, mais aussi des fournisseurs alternatifs qui proposent uniquement de l’énergie grise (par opposition à l’énergie verte).

Sans surprise, les fournisseurs de gaz naturel sont les moins vertueux.

Liste des fournisseurs les moins vertueux

Parmi les fournisseurs les moins bons, il y a ceux qui ne proposent aucune offre verte (ils deviennent rares) et ceux dont l’origine de l’électricité verte est controversée (la provenance n’est pas claire et les GO ne sont pas achetés aux mêmes producteurs).

Voici la liste de Greenpeace des fournisseurs qui sont également des producteurs d’énergie au niveau mondial :

  • Iberdrola : le géant espagnol investit dans l’énergie nucléaire, bien qu’il soit aussi un producteur d’énergie verte (solaire et éolien) présent à travers le monde ;
  • Vattenfall : le groupe suédois est fort d’un parc de production éolienne et solaire, mais il investit aussi dans l’électricité nucléaire ainsi que dans celle produite à partir de charbon et de gaz ;
  • Engie (et ses filiales) : le fournisseur historique de gaz français propose majoritairement de l’électricité nucléaire et du gaz naturel ;
  • TotalEnergies : le géant français investit massivement dans les énergies d’origines fossiles, que ce soit le gaz, le charbon, le pétrole ou le nucléaire. Cela le classe parmi les plus mauvais élèves ;
  • EDF (et ses filiales) : roi du nucléaire en France, EDF produit une part majoritaire d’électricité d’origine fossile ;
  • ENI : selon Greenpeace, c’est le fournisseur/producteur d’énergie le plus pollueur, cela en raison de projets gaziers et pétroliers développés en Arctique.

Ces fournisseurs jugés de « moins bons » par rapport aux plus vertueux sont de gros groupes, contrairement aux coopératives d’électricité engagées pour une production plus verte et plus locale. Leurs activités sont mondiales et ne se concentrent pas uniquement sur le territoire français. Cette présence à travers de nombreux pays les pénalise.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

Comment choisir son fournisseur d’énergie renouvelable ?

Pour pouvoir bénéficier d’énergie verte, les fournisseurs sont l’un des maillons les plus importants de la chaîne énergétique.

Comparatif des fournisseurs d’électricité verte

Pour rester compétitifs, garder leurs clients et en attirer de nouveaux, les fournisseurs d’énergie renouvelable doivent faire des efforts au niveau :

  • du prix du kWh ;
  • du coût de l’abonnement ;
  • de l’offre de services ;
  • de la provenance de l’énergie vendue ;
  • des actions qu’ils mènent pour soutenir la transition énergétique ;
  • des labels qu’ils peuvent obtenir.

Grâce au tableau qui suit, vous pouvez voir quels sont les principaux fournisseurs d’électricité verte en France. Cette liste non exhaustive prend en compte uniquement les offres vertes de ces fournisseurs qui, pour certains, proposent également des contrats d’électricité d’origine fossile :

FournisseurOrigine de l’énergie verte :CaractéristiquesLabel obtenu pour l’une des offres proposées
AlternaÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
Électricité 100 % verte et locale.
Gestionnaire d’un parc de production d’énergie renouvelable de 800 GWh (Gigawattheures).
VertVolt niveau 2 Choix très engagé.
ButagazÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire.
Fourniture d’électricité verte confiée au fournisseur Méga Energie.Garanties d’Origines.
Cdiscount énergieÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
L’électricité verte provient de toute l’Europe.Garanties d’Origines.
EDFÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
4 offres différentes.VertVolt niveau 1 Choix engagé.
EnercoopÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique ;
– biomasse.
Alliance de producteurs locauxVertVolt niveau 2 Choix très engagé.
ENGIEÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
Offre à prix fixe.Garanties d’Origines.
Happ-e100 % éolienneÉlectricité verte 100 % française.
Option Vertelec+
VertVolt niveau 1 Choix engagé.
IlekÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
Gaz bio.
Électricité produite localement.VertVolt niveau 1 Choix engagé.
Mint EnergieÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire.
Fournisseur 100 % vert.
3 offres vertes différentes.
Projet de reforestation.
Transparence sur la liste des producteurs partenaires.
Garanties d’Origines.
Plüm énergieÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire.
Cagnotte qui récompense les économies d’énergie (l’argent cumulé peut servir à réduire les prochaines mensualisations).VertVolt niveau 2 Choix très engagé.
TotalEnergiesÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire.
Prix HT fixe pendant 1 an.
Électricité française.
Garanties d’Origines.
VattenfallÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
Prix du kWh inférieur au TRV.Garanties d’Origines.
Yeli by GEGÉlectricité :
– éolienne ;
– solaire ;
– hydraulique.
Valorisation des circuits courts pour consommer une électricité produite proche de chez soi.VertVolt niveau 2 Choix très engagé.

Les offres listées dans le précédent tableau sont dédiées aux clients particuliers. Les professionnels et les entreprises peuvent eux aussi souscrire une offre verte auprès d’un fournisseur historique ou alternatif. EDF, Alterna, Ilek, TotalEnergies ou encore Plüm énergie proposent au moins une offre d’électricité verte pour les entreprises et les clients professionnels.

Les offres des fournisseurs de gaz vert

Les fournisseurs de gaz vert en France sont peu nombreux. Souscrire une offre verte permet non seulement de consommer un gaz propre, mais aussi d’encourager les structures qui valorisent les déchets en les transformant en biométhane.

Voici quelques fournisseurs de biogaz et leurs avantages :

FournisseurOrigine du gaz vertCaractéristiques
EkWateurBiométhane françaisGaz renouvelable.
Soutien aux producteurs locaux et français.
IlekBiométhane françaisGaz renouvelable.
Soutien aux producteurs locaux et français.
TotalEnergies10 % de biométhane français (le reste est du gaz naturel)Seulement 10 % de biogaz.
Soutien aux producteurs locaux et français.

Si les offres de biogaz sont actuellement peu abondantes sur le marché, sachez que de nombreux fournisseurs de gaz naturel proposent des offres « compensées carbone ». La compensation CO2 est une démarche volontaire des fournisseurs de gaz. Elle consiste à compenser la quantité de CO2 qui est rejetée dans l’atmosphère lorsque nous consommons du gaz naturel. La compensation se fait grâce à des « crédits carbone » qui permettent de financer les projets séquestration de carbone (comme la plantation de forêts).

Pourquoi utiliser un comparateur d’offre d’électricité et de gaz ?

Comparer les contrats d’électricité verte et de gaz vert proposés par les fournisseurs historiques et alternatifs est une manière de trouver l’offre qui vous convient. Pour découvrir rapidement quel fournisseur propose les tarifs les plus avantageux, n’hésitez pas à utiliser notre comparateur d’énergie.

Le changement de fournisseur est une procédure 100 % gratuite qui est réalisable à tout moment, même en cours de contrat. Aucun frais de résiliation ne seront appliqués et vous continuerez à profiter de l’électricité et du gaz, sans aucune coupure d’énergie.

Les avantages d’une offre d’électricité ou de gaz renouvelable ?

Plusieurs raisons peuvent vous motiver à choisir une offre verte plutôt qu’une offre classique.

L’énergie verte, un geste pour le climat

Afin de réduire sa part d’émission de gaz à effet de serre, l’État s’est engagé dans une politique énergétique prônant le développement des énergies renouvelables. Cet engagement a été pris dans le cadre du « paquet climat-énergie ». Cette directive instiguée par l’Union européenne en décembre 2008 a instauré un objectif commun à tous les pays membres. Cet objectif porte le nom de « 3 x 20 » ou « 20-20-20 ». Fixé pour l’année 2020, il visait :

  • 20 % d’énergies renouvelables en plus intégrées au mix énergétique européen ;
  • 20 % d’émissions de CO2 en moins dans les pays membres de l’Union européenne ;
  • 20 % d’efficacité énergétique en plus en 2020.

Consommer une énergie provenant de sites utilisant des énergies renouvelables contribue donc à lutter contre le réchauffement climatique.

Le nucléaire, une énergie propre ?

L’activité des centrales nucléaires génère peu de gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique. Pour autant, il serait faux de dire que l’énergie nucléaire est propre. En effet, le combustible utilisé est d’origine fossile, non renouvelable et les stocks sont épuisables. Extrait dans le sous-sol terrestre, l’uranium a mis des centaines de millions d’années (uranium 235) pour devenir le métal radioactif qui est utilisé de nos jours.

Par ailleurs, le traitement des déchets radioactifs provenant de la fission nucléaire pose de sérieux problèmes écologiques. Impossibles à recycler, ces déchets sont tout simplement enfouis en attendant que des générations futures trouvent des moyens pour les réexploiter ou les rendre moins polluants.

Encourager la production d’énergie verte en la consommant

Consommer une électricité verte et/ou du biogaz, c’est participer à la transition énergétique et soutenir la production d’énergie renouvelable. Ainsi, plus les besoins en énergie propre seront élevés, plus les producteurs développeront les sites afin de répondre à la demande.

C’est pour cette raison que différents projets de sites éoliens ou encore solaires sont à l’étude. Nous l’avons vu, les centrales géothermiques présentent un grand intérêt et permettrait d’utiliser la chaleur emmagasiner dans le sol (à des profondeurs variables). En ce qui concerne l’énergie hydraulique, les capacités du territoire français semblent pleinement exploitées à l’heure actuelle.

Le biométhane présente quant à lui un grand intérêt. Permettant à la fois de traiter certains déchets et de couvrir une partie des besoins énergétiques, ce gaz 100 % vert issu de ressources renouvelables a un avenir prometteur devant lui. La construction de nouveaux sites de méthanisation permettrait d’augmenter la part de gaz vert sur le réseau. Cette part est à ce jour bien faible, seulement 2 %, selon le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER).

Faire des économies d’électricité verte

Certains fournisseurs d’énergie verte en France proposent des tarifs intéressants, en particulier pour la fourniture d’électricité. Ceci permet de faire des économies sur le prix du kWh, et donc de réduire votre facture.

Il est toutefois utile de faire attention aux offres trop alléchantes et de comparer également le coût de l’abonnement annuel ou encore la provenance de l’énergie achetée par les fournisseurs.

Les services sont également à scruter de près, car certains peuvent être payants, comme le moyen de paiement, le rythme de facturation, etc.

Nous venons de le voir, souscrire une offre d’électricité verte ou de gaz vert permet de passer aux énergies renouvelables. Certains fournisseurs d’énergie verte proposent des tarifs intéressants et des services qui encouragent les actions écologiques (reforestation, développement des petits producteurs français, etc.). Pour être sûr de faire le bon choix dans votre offre énergétique verte, n’hésitez pas à contacter un conseiller Choisir.com qui est là pour vous éclairer !

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?