Fonctionnement d’une chaudière

La chaudière est l’élément central d’une installation de chauffage qui sert également souvent à la production d’eau chaude sanitaire.

Les différents composants d’une chaudière

Les composants d’une chaudière, aussi appelés organes, sont généralement les mêmes d’un type d’appareil à l’autre. Chaque élément est indispensable et assure le bon fonctionnement de l’appareil. Sur toutes les chaudières, on trouve :

Le brûleur

Élément essentiel de la chaudière, le brûleur assure le mélange entre l’air et le combustible. Sur les chaudières au gaz, le brûleur est doté d’un injecteur de gaz qui régule la quantité de combustible envoyée vers le brûleur.

Le corps de chauffe

Autre élément majeur de la chaudière, le corps de chauffe est l’organe où se produit l’échange thermique. Il va élever la température de l’eau ou du fluide caloporteur qui va être envoyé dans le circuit hydraulique (réseau de radiateurs, plancher chauffant, etc.).

Selon le modèle de chaudière, il peut être en acier inoxydable, en fonte ou en acier et en fonte.

Qu’est-ce qu’un liquide caloporteur ?

Un fluide caloporteur ou caloriporteur est un liquide (souvent de l’eau) qui sert à transporter la chaleur générée par la chaudière vers les radiateurs, ou à travers les tuyaux reliant la robinetterie des sanitaires. Ce liquide chauffé par la chaudière cède sa chaleur au circuit de chauffage qu’il alimente.

La soupape de sureté

Cet organe permet d’utiliser la chaudière en toute sécurité. En effet, le rôle de la soupape de sureté, ou de sécurité, est de réguler la pression du système de chauffage. Lorsque la pression augmente anormalement, la soupape de sécurité s’ouvre pour libérer l’excédent d’eau dans le circuit.

Le disconnecteur

Le disconnecteur sert à relier le système de chauffage au circuit où circule l’eau chaude. Afin que l’eau ne circule que dans un sens, le disconnecteur est doté de clapets anti-retour qui contrôlent le sens de circulation du liquide caloporteur.

Le système d’évacuation des fumées

Lorsque la chaudière est en route, sa combustion génère des fumées qui doivent être évacuées. Il existe deux moyens d’évacuer ces fumées, grâce à une ventouse ou avec une cheminée. En parallèle à l’évacuation des fumées, ce dispositif sert aussi à approvisionner la chaudière en air comburant (air qui se mélange avec le combustible pour alimenter la flamme du brûleur).

Autres éléments d’une chaudière

Les composants précédemment cités se trouvent dans toutes les chaudières. Certaines peuvent en outre être équipées d’éléments supplémentaires, comme :

  • un thermostat d’ambiance, qui déclenche la mise en route de la chaudière dès que la température de la pièce est inférieure à celle demandée ;
  • une réserve de combustible, c’est le cas des chaudières à granulés, au fioul ou au gaz propane ;
  • un ballon d’eau chaude, lorsque la chaudière sert juste au chauffage.

Comment fonctionne la chaudière ?

La chaudière génère de la chaleur grâce à son combustible qui peut être :

  • du gaz ;
  • de l’électricité ;
  • du fioul ;
  • du bois ;
  • des granulés (aussi appelés pellets ou granules).

La chaleur produite permet de chauffer de l’eau, ou tout autre liquide caloporteur, entre 40 et 50 °C pour une chaudière basse température ou à condensation et à environ 90 °C pour les anciens modèles. Ce liquide chaud va ensuite être redistribué à travers toute l’installation afin d’alimenter :

  • les radiateurs à eau ;
  • le circuit d’eau d’un plancher chauffant ;
  • les robinets d’eau chaude (douche, lavabo, baignoire, évier de cuisine, lave-vaisselle, etc.), dans le cas où la chaudière est aussi utilisée pour la production d’eau chaude sanitaire.

La chaudière peut être utilisée seulement pour alimenter le système de chauffage central. Cependant, de nombreux modèles sont mixtes, c’est-à-dire qu’ils sont utilisés pour le chauffage et pour la production d’eau chaude sanitaire (ECS). Selon le type de chaudière, la production d’ECS peut être :

  • instantanée : l’eau est chauffée en même temps que la demande. Ce mode de production convient pour les logements de moins de 90 m² ;
  • à micro-accumulation : cette chaudière peut être munie d’un échangeur à plaques surdimensionné ou d’un réservoir de moins de 10 litres dans lequel est stockée l’eau chaude. Ce mode de production d’ECS convient pour un logement avec une seule salle de bain ;
  • à accumulation : dans ce cas, un ballon à accumulation qui peut faire entre 50 et 300 litres est ajouté à la chaudière. La taille du ballon d’eau chaude dépend du nombre de personnes dans le foyer.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Les différents types de chaudières

Les différentes chaudières sur le marché se distinguent grâce :

  • au combustible utilisé : gaz naturel, fioul, bois, électricité, granulés, etc. ;
  • à la technologie employée : basse température, classique ou à condensation ;
  • le type de pose : murale ou au sol ;
  • le système d’évacuation des fumées : cheminée ou ventouse.

Voyons cela en détail.

Les différents combustibles

Il existe différents types de chaudières. Elles se distinguent tout d’abord grâce au combustible utilisé pour fonctionner.

La chaudière au gaz

La chaudière à gaz figure parmi les appareils les plus utilisés, bien qu’elle soit peu à peu délaissée au profit des pompes à chaleur, par exemple. Selon l’Agence de la transition écologique (ADEME), 42 % des Français se chauffent au gaz.

Cette chaudière est alimentée au gaz qui peut être :

  • du gaz naturel provenant du réseau ;
  • du gaz propane, contenu dans une cuve extérieure (aérienne, enterrée ou semi-enterrée).

La chaudière au gaz peut être à basse température, classique ou à condensation (et à condensation pulsatoire). Seules les performances, et donc le rendement, changent d’une technologie à l’autre.

La chaudière électrique

Peu répandue, elle fonctionne à l’électricité. Ce modèle convient mieux aux petites surfaces, car la consommation d’électricité pourrait s’avérer trop importante pour chauffer de gros volumes d’habitation.

Ce modèle de chaudière produit de la chaleur de différentes manières :

  • soit grâce à une résistance électrique immergée dans l’eau ;
  • soit par bombardement ionique, un procédé proche de l’électrolyse (un champ électrique se crée entre les électrodes et chauffe l’eau) ;
  • soit par induction : un électroaimant chauffe et transmet la chaleur à un fluide caloporteur qui passe ensuite dans les circuits.

Son rendement est très élevé car l’électricité utilisée est intégralement transformée en chaleur, il n’y a pas de pertes.

La chaudière au fioul

Ces dernières années, la chaudière au fioul fait beaucoup parler d’elle. Jugée trop polluante, elle est peu à peu remplacée par des modèles plus écologiques et sera interdite d’ici 2022.

La chaudière au fioul fonctionne donc au fioul, un combustible dérivé du pétrole qui génère des gaz à effet de serre polluants. Ce type de chaudière peut être :

  • standard : le fioul est stocké dans un réservoir enterré à l’extérieur ou posé au sol dans une pièce aérée du logement. Le fioul sert de combustible pour chauffer l’eau distribuée dans le circuit de chauffage, les vapeurs s’échappe par un conduit d’évacuation vers l’extérieur ;
  • à condensation : elle fonctionne sur le même principe que le modèle standard, excepté que la vapeur générée par la combustion du fioul est réutilisée pour chauffer l’eau de retour dans le circuit. La chaudière fioul à condensation est plus économe que son homologue standard.

La chaudière au bois

La chaudière à bûches utilise un combustible renouvelable, le bois. Pour fonctionner, la chaudière au bois doit être rechargée avec :

  • des bûches de bois ;
  • des plaquettes de bois ;
  • des granules (ou pellets).

Le combustible, chargé dans le réservoir de la chaudière, chauffe le liquide caloporteur qui circule dans le circuit de chauffage. Les fumées de combustion sont évacuées à l’aide d’un conduit qui donne sur l’extérieur, tandis que les cendres de bois sont récupérées dans un bac. Les cendres peuvent ensuite être jetées. Elles sont d’ailleurs très appréciées pour enrichir le compost ou encore pour stimuler le développement des plantes d’ornement.

Certains modèles profitent d’une alimentation automatisée qui éviter de recharger la chaudière à bûches trop souvent.

La chaudière à granules

Utilisant un combustible renouvelable appelé pellet, granule ou granulé, cette chaudière permet d’alimenter le système de chauffage central. Elle peut être couplée à un ballon d’eau chaude pour chauffer l’eau des sanitaires.

Cette chaudière comporte un silo où sont stockées les granules. Il faut donc le remplir régulièrement pour que la chaudière soit alimentée en combustible. Des silos de grandes tailles ou encore des systèmes automatisés sont proposés pour rendre le chargement moins fréquent et plus simple.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

La chaudière mixte

La chaudière mixte, également appelée chaudière hybride ou bi-énergie, est un modèle alimenté grâce à deux sources d’énergie. Elle est munie de deux foyers séparés, ce qui permet d’alterner entre les deux types de combustibles. On trouve des chaudières :

  • monobloc dont les deux foyers sont réunis dans un seul appareil ;
  • bi-bloc, avec les deux systèmes séparés.

Avec une chaudière mixte, de nombreuses combinaisons de sources d’énergie sont possibles :

  • bois et gaz ;
  • granulés et gaz ;
  • bois et fioul ;
  • gaz et électricité ;
  • bois bûches et granulés, etc.

Son avantage premier et de ne pas être dépendante d’un seul combustible. Ceci permet de faire des économies d’énergie, notamment en privilégiant le combustible en fonction de son prix de vente (utiliser le bois quand le cours du gaz augmente, par exemple pour une chaudière bois-gaz).

La chaudière hybride solaire

Ce type d’appareil fait partie des équipements d’un système de chauffage solaire thermique. Ce modèle est généralement composé d’un chauffe-eau solaire, qui sert à la production d’ECS grâce aux capteurs photovoltaïques installés sur le toit ou à proximité de l’appareil.

La chaudière hybride solaire est couplée à un autre système qui peut être une chaudière à combustible (gaz ou bois, la plupart du temps) ou encore une pompe à chaleur. Cet équipement supplémentaire sert à produire du chauffage ou à prendre le relais pour la production d’eau chaude sanitaire lorsque les conditions météorologiques sont défavorables.

Les différentes technologies

Les chaudières que nous venons d’énumérer peuvent pour la plupart être classiques, à basse température ou à condensation. Explications.

La chaudière classique

La chaudière classique est aussi appelée chaudière à haute température. Il s’agit d’un modèle d’ancienne génération qui est peu à peu remplacé par des versions plus performantes, comme les chaudières à condensation. Ce modèle chauffe l’eau du circuit entre 60 et 90 °C. Elle est parfaitement adaptée aux installations de chauffage collectif.

Son efficacité énergétique saisonnière (Etas) est de l’ordre de 75 %, ce qui est faible par rapport aux autres modèles.

Qu’est-ce que l’Etas ?

L’efficacité énergétique saisonnière (Etas) sert à mesurer le rendement saisonnier d’un appareil de chauffage. Depuis 2015, la directive européenne ErP impose aux fabricants de chaudières (mais aussi de pompes à chaleur) de préciser l’efficacité énergétique saisonnière grâce à une étiquette énergétique jointe aux documents techniques de l’appareil.

L’Etas est exprimée en pourcentage (%) et donne une indication sur le rendement et sur l’efficacité énergétique de l’appareil. Son calcul est réalisé pendant un cycle complet de chauffage. Il prend en compte différents paramètres, comme les périodes d’inactivité de la chaudière, la variation des températures, etc.

La chaudière basse température

Cette chaudière chauffe l’eau entre 40 et 50 °C et rejette donc des fumées moins chaudes que le modèle classique. Grâce à une température abaissée, cet appareil permet de faire des économies de combustible par rapport à une chaudière classique. Son Etas se situe autour de 75 à 80 %.

La chaudière à condensation

La chaudière à condensation chauffe l’eau du circuit entre 45 et 55 °C. Contrairement aux chaudières classiques et à basse température qui rejettent les vapeurs par le conduit d’évacuation, la chaudière à condensation les réutilise. Ainsi, l’énergie thermique des vapeurs d’eau issues de la combustion est réemployée pour chauffer à nouveau l’eau.

La chaudière à condensation permet de faire jusqu’à 30 % d’économies d’énergie par rapport à une autre technologie. Par ailleurs, ce modèle est considéré comme une chaudière à très hautes performances énergétiques (THPE), en raison de son efficacité énergétique saisonnière qui est généralement supérieure à 92 %.

La chaudière micro-cogénération

La cogénération est une technologie qui permet de produire en même temps de la chaleur et de l’électricité. Elle est beaucoup utilisée dans les locaux industriels ou dans les immeubles collectifs. Dans les habitations, c’est la micro-cogénération qui est surtout utilisée.

Les chaudières à micro-cogénération sont alimentées avec un seul combustible (du gaz, le plus souvent, mais aussi du fioul ou du bois). Elles permettent de fournir à la fois du chauffage, de l’eau chaude sanitaire et de l’électricité dans un logement.

Offrant un très haut rendement, cet appareil a une Etas qui se situe entre 80 et 90 % pour la production de chaleur et entre 10 et 20 % pour l’électricité.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Les types de pose

Choisir une chaudière pour son logement, c’est aussi faire attention au type de pose. Chaudière murale ou au sol, tout dépend de la place disponible et de l’appareil choisi.

La chaudière murale

Peu encombrante, légère et compacte, la chaudière murale peut facilement s’installer dans un cellier, une cuisine ou un garage. Les chaudières murales sont généralement alimentées au gaz, à l’électricité ou au fioul.

La chaudière au sol

Excepté la chaudière électrique, toutes les autres chaudières peuvent exister en version à poser au sol. Il s’agit généralement des modèles les plus volumineux et lourds qui sont dotés de réservoirs pour le combustible (fioul, granulés, etc.).

Le système d’évacuation des fumées

La méthode d’évacuation des fumées doit, elle aussi, être prise en compte lorsque vous choisissez une chaudière à gaz ou autre. Deux dispositifs sont proposés.

La chaudière à cheminée

Ce type de chaudière est dit « ouvert » car un conduit de cheminée (généralement un tube en aluminium) permet l’évacuation les fumées de combustion vers l’extérieur. Le tirage des fumées se fait de manière naturelle, ce qui implique que la pièce où est installée la chaudière doit bénéficier d’une ventilation pour apporter l’air servant au tirage.

La chaudière à ventouse

Ce système est dit « étanche » car le conduit qui est relié à l’extérieur puise l’air comburant directement à l’extérieur. Ce type d’évacuation des fumées convient idéalement lorsque la pièce où est installée la chaudière n’a pas de conduit de cheminée ou ne dispose pas d’une ventilation.

Les avantages et inconvénients des différentes chaudières

Récapitulons les différents avantages et inconvénients des chaudières que nous venons de citer.

Type de chaudièreAvantagesInconvénients
Chaudière au gaz– Durée de vie d’environ 20 ans ;
– prix de l’installation abordable ;
– installation rapide ;
– appareil peu encombrant par rapport à d’autres modèles (à granules notamment) ;
– haut rendement si elle est à condensation ;
– utilisation simple ;
– remplacement facile en fin de vie.
– Entretien annuel obligatoire ;
– utilisation d’une énergie fossile ;
– si gaz propane : besoin d’installer une cuve de stockage en extérieur (incompatible avec les habitations sans espace extérieur) ;
– si gaz propane : nécessité de remplir souvent la cuve de stockage ;
– émet des gaz à effet de serre.
Chaudière électrique– Installation rapide et facile ;
– peu coûteuse à l’achat ;
– rendement thermique élevé ;
– pas besoin de conduit d’évacuation des fumées ;
– sécuritaire ;
– aucun combustible à stocker ;
– idéale pour les petits espaces.
– Consomme beaucoup d’électricité ;
– utilisation trop coûteuse pour les grands logements ;
– coût de la consommation dépendant du prix de l’électricité ;
– durée de vie faible, entre 10 et 12 ans.
Chaudière au fioul– Durée de vie entre 20 et 25 ans ;
– un meilleur rendement pour la chaudière fioul à condensation.
– Nécessité d’un espace dans le jardin ou dans une pièce aérée pour installer la cuve ;
– appareil encombrant car posé au sol ;
– prix de l’installation élevé ;
– remplissage de la cuve environ une fois par an ;
– dépendance du coût du fioul et de la fluctuation du prix ;
– entretien obligatoire chaque année ;
– combustible polluant.
Chaudière au bois– Le combustible est une ressource renouvelable (le bois) ;
– rendement élevé pour certains modèles ;
– simple à utiliser ;
– consomme peu ;
– facile à installer ;
– possibilité d’aides financières pour l’installation.
– Obligation de stocker du bois dans un espace abrité (garage, grange, etc.) ;
– le bois stocké prend beaucoup de place ;
– coût d’achat de la chaudière élevé ;
– nécessité de la faire entretenir régulièrement.
Chaudière à granules– Longue durée de vie ;
– combustible issu d’une ressource renouvelable ;
– faible coût du combustible ;
– possibilité de profiter d’aides financières pour l’installation ;
– les chaudières à chargement automatique permettent une recharge facile et espacée.
– Prix de l’installation élevé ;
– installation difficile ;
– encombrement ;
– stockage des granulés (souvent livré en grande quantité sur une palette) ;
– nécessité de la faire entretenir chaque année ;
– doit être combinée à un ballon d’accumulation pour avoir de l’eau chaude sanitaire.
Chaudière micro-génération– Profiter à la fois du chauffage, de l’ECS et de l’électricité ;
– très bon rendement ;
– une réduction de la facture d’électricité ;
– possibilité de revendre l’électricité produite qui n’est pas consommée ;
– compatible avec les aides financières de l’État.
– Coût d’installation élevé ;
– installation complexe ;
– besoin de se raccorder au compteur électrique et au réseau pour revendre l’électricité.
Chaudière mixte– Grand rendement ;
– possibilité de choisir une combinaison de combustibles renouvelables (granulés et bois-bûche, etc.) ;
– évite les pannes liées à la pénurie de combustible.
– Coût élevé ;
– structure encombrante ;
– besoin de faire du stock pour deux types de combustibles.
Chaudière hybride solaire– Une partie de l’énergie puisée est gratuite ;
– appareil écologique ;
– éligible à des dispositifs d’aides financières ;
– durée de vie entre 15 et 20 ans.
– Coût d’installation élevé ;
– variation de la rentabilité selon la région où elle est installée ;
– besoin d’un combustible secondaire.

Nous voyons que chaque modèle a des avantages comme des inconvénients.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Quelle chaudière choisir selon le logement ?

Que ce soit lors de travaux de rénovation ou dans le cas d’une construction neuve, certaines chaudières sont plus adaptées que d’autres. Voici comment choisir.

Choisir sa chaudière en fonction de la surface habitable

Nous l’avons vu pour la chaudière électrique, certains appareils ne sont pas adaptés aux grands logements.

Par exemple, pour une maison de plus de 90 m2, une chaudière gaz à condensation est souvent privilégiée et appréciée pour son rendement et pour les économies qu’elle permet de faire.

La nécessité de prendre en compte le nombre de personnes au foyer

Le choix d’une chaudière repose aussi sur le nombre d’habitants dans le logement. Il faut, en effet, que la chaudière puisse couvrir le besoin en eau chaude sanitaire de toutes les personnes qui vivent dans le foyer.

Ainsi, une chaudière au gaz ou une chaudière mixte avec un grand ballon d’eau conviendra parfaitement à une famille de plus de 4 personnes.

Quelle chaudière selon le confort recherché ?

Lorsqu’on évoque le confort recherché pour une chaudière, on pense surtout à son alimentation en combustible. Les chaudières au gaz ou à l’électricité offrent ce confort qui permet de ne pas penser à les recharger en combustible, comme c’est le cas d’un modèle au bois ou à granulés.

Les thermostats aussi contribuent à une utilisation confortable. Une fois réglés, ils gèrent l’allumage et la mise en pause de la chaudière, pour que vous profitiez d’une température idéale dans toutes vos pièces.

Par ailleurs, le niveau d’isolation du logement est à prendre en compte lorsque vous sélectionnez une chaudière. Les habitations mal ou peu isolées ont besoin d’une chaudière performante pour pallier aux pertes de chaleur et réussir à chauffer le volume habitable.

Cependant, pour faire des économies d’énergie, mais également pour votre confort thermique, il est important d’avoir un logement bien isolé. Cela passe aussi bien par les combles que par les murs ou les ouvertures vitrées.

Quelle chaudière pour maîtriser au mieux son système de chauffage ?

Chaudière et domotique permettent de contrôler en temps réel votre appareil. Il existe de nombreux boîtiers connectés que vous pouvez relier à la chaudière, avec l’aide d’un installateur qualifié.

Cela offre de nombreux avantages, comme :

  • contrôler le chauffage à distance, que ce soit pour l’allumer ou l’éteindre ;
  • réaliser des économies d’énergie en vérifiant la température lorsque vous n’êtes pas là ;
  • offrir un grand confort thermique, grâce notamment à un allumage juste avant votre retour à la maison.

Ces types de boîtiers peuvent être contrôlés à distance, via une application sur votre smartphone, notamment.

Quelle puissance de chaudière choisir ?

Pour qu’une chaudière offre un confort thermique optimal, il est nécessaire d’opter pour une puissance adaptée à votre logement. Certains critères déterminent les besoins en puissance :

  • l’utilisation du chauffage seul ou combinaison entre chauffage et eau chaude sanitaire ;
  • le nombre d’étages à chauffer ;
  • le nombre de pièces ;
  • la configuration des pièces, en particulier leur hauteur sous plafond (plus les plafonds sont hauts, plus les besoins en chauffage augmentent).

Pour profiter d’une température ambiante agréable, il est donc nécessaire que la chaudière soit assez puissante. Voici quelques indications utiles :

Puissance de la chaudière
Surface du logement (en m2)Chauffage seul (en kWh)Chauffage et production d’eau chaude sanitaire (en kWh)
Maison ou appartement de moins
de 100 m²
Entre 12 et 20 kWEntre 23 et 28 kW
Appartement de plus de 100 m²De 18 à 25 kWDe 25 à 35 kW
Maison de plus de 100 m²Plus de 20 kW

Ces données sont globales. Pour connaître les besoins de votre logement, vous devez faire appel à un professionnel agréé qui pourra déterminer quelle puissance choisir.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

Pourquoi choisir une chaudière mixte ?

La chaudière mixte classique, celle qui permet de produire du chauffage et de l’eau chaude sanitaire, se montre d’une grande praticité. Selon vos besoins, vous pouvez la coupler à un ballon d’accumulation de grande capacité.

Pour quel combustible opter ?

Le choix du combustible de la chaudière est primordial, car c’est lui qui va déterminer une grande partie du rendement de l’appareil.

Si vous souhaitez opter pour une chaudière au gaz, il est préférable que votre logement soit raccordé au réseau de gaz naturel ou que vous ayez la possibilité de demander un raccordement. En effet, sans gaz naturel, vous serez obligé de faire installer une citerne de gaz propane, ce qui est encombrant.

Si vous préférez une chaudière utilisant un combustible renouvelable, tournez-vous vers un modèle à granulés ou à bois. La chaudière hybride solaire peut aussi être un excellent choix.

Par ailleurs, certaines chaudières ont de faibles réserves de combustibles. Cela les rend contraignantes à utiliser. Pour votre confort, vous pouvez vous tourner vers les modèles dont le combustible ne demande pas de stockage (gaz, électricité) ou dont les réserves sont grandes (certaines chaudières à granules).

Enfin, les installations de chaudières au fioul devraient être prochainement interdites. Polluant et peu pratique, ce type d’appareil ne se prête pas aux dernières exigences écologiques.

Choisir un combustible économique

Le choix d’une chaudière doit également se faire en fonction du coût du combustible et de son rendement. Le gaz est prisé pour son coût moins élevé par rapport à l’électricité, tandis que les pellets sont peu chers à l’achat.

Pour vous aider à choisir votre chaudière, voyons concrètement combien coûte chaque combustible est lequel est le moins cher.

Type de chaudièreCombustibleTarif du combustible*
(en € par kWh utile)
Chaudière à boisBois bûches0,045 €
Chaudière à granulesGranules (sacs)0,78 €
Granules (vrac)0,70 €
Chaudière gazGaz réseau0,084 €
Gaz propane0,200 €
Chaudière au fioulFioul domestique0,090 €
Chaudière à l’électricitéÉlectricité0,171 €

Pour les chaudières mixtes et hybrides solaires, le coût dépend des ressources utilisées. Avec une chaudière hybride solaire, le montant annuel du chauffage peut vite être abaissé dès qu’elle est alimentée en énergie solaire.

*Tarifs en février 2021 fournis par l’association Ajena.org.

Comment faire des économies d’énergie ?

Alléger la facture de gaz et/ou d’électricité est une préoccupation de nombreux foyers. Pour réduire sa consommation d’énergie, rien de tel que choisir une chaudière économique. Pour aller plus loin, vous pouvez aussi utiliser notre comparateur d’offres d’énergie pour trouver le fournisseur qui propose les meilleurs tarifs. Le changement de fournisseur d’énergie est rapide et gratuit, n’hésitez pas à contacter l’un des conseillers Choisir.com pour vous aider dans vos démarches.

Coût et rendement d’une chaudière

Le prix et le rendement d’une chaudière sont aussi à prendre en compte lors de votre choix.

Quel rendement pour une chaudière ?

Le rendement d’une chaudière varie en fonction du modèle, mais aussi du combustible utilisé. Ainsi, le rendement d’une chaudière gaz à haute température (classique) sera moins bon qu’une chaudière gaz à condensation.

Le rendement représente le rapport entre la quantité de combustible consommée et la quantité d’énergie produite pour le chauffage et/ou l’eau chaude sanitaire. Plus le pourcentage d’Etas est élevé, plus le rendement de la chaudière est important. Nous l’avons vu précédemment, les chaudières présentant une Etas élevée sont les chaudières à condensation.

Le prix moyen d’une chaudière

Le coût d’une chaudière varie d’un modèle à l’autre et dépend aussi du fabricant.

Voici un ordre d’idée du prix d’une chaudière à condensation et de toutes celles actuellement disponibles sur le marché. Le coût comprend l’installation par un professionnel (dont la main-d’œuvre varie d’un artisan ou d’un installateur agréé à l’autre) :

Type de chaudièreFourchette de prix (en €)Rendement (en  %)Coût du combustible
Chaudière gaz basse températureEntre 3 000 et
5 000 €
Élevé
(environ 90 à 95 %)
Moyen
Chaudière gaz à condensationEntre 3 000 et
5 000 €
Élevé
(proche de 100 %)
Moyen
Chaudière à l’électricitéEntre 1 000 et
5 000 €
Élevé
(proche de 100 %)
Élevé
Chaudière à boisEntre 2 000 et
5 000 €
Moyen
(entre 80 et 90 %)
Bas
Chaudière au fioul à condensationEntre 7 000 et
10 000 €
Élevé
(entre 90 et 95 %)
Élevé
Chaudière fioul basse températureEntre 7 000 et
10  000 €
Très bon
(environ 90 %)
Élevé
Chaudière à granulesEntre 10  000 et
20  000 €
Très bon
(environ 90 %)
Bas
Chaudière micro-cogénération gazEntre 10 000 et
20 000 €
Élevé
(supérieur à 90 %)
Moyen
Chaudière mixteÀ partir de
6 000 €
Élevé
(environ 95 %)
Dépend du combustible choisi
Chaudière hybride solaireEntre 4 000 et
8 000 €
Très élevé
(supérieur à 100 % pour certaines installations)
Bas, selon le combustible utilisé en complément

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Qui contacter pour la pose d’une chaudière ?

Pour des raisons évidentes de sécurité, il est fortement conseillé de confier l’installation d’une chaudière à un professionnel qualifié. Vous ne pouvez donc pas effectuer la pose vous-même.

Ce sont généralement les plombiers chauffagistes qui réalisent cette tâche complexe. Pour une chaudière au gaz, vous pouvez facilement identifier un professionnel qualifié en vérifiant qu’il dispose d’une certification telle que :

Cela vous garantit que l’installateur bénéficie de toutes les connaissances nécessaires pour poser une chaudière au gaz.

Pour les autres types de chaudières, ce sont aussi les chauffagistes qui se chargent de l’installation. En vous tournant vers un professionnel RGE, vous êtes sûr de faire le bon choix. Par ailleurs, pour toutes les installations faisant l’objet d’une aide ou d’une prime de l’état, l’intervention d’un professionnel RGE est obligatoire.

Quelle garantie pour une chaudière ?

Toutes les chaudières achetées neuves sont couvertes par une garantie légale de 2 ans. Obligatoire et gratuite, cette garantie protège contre les vices de fabrication. Elle peut être utilisée en cas de pièces défectueuses dans un délai de 2 ans à compter de la date de livraison du produit. Il est donc primordial de conserver la facture durant toute la durée d’utilisation de la chaudière (la durée de vie pouvant aller jusqu’à 25 ans pour certains modèles).

Cette garantie légale peut être prolongée par les fabricants. Bien qu’ils n’y soient pas obligés, certains concepteurs de chaudières proposent une garantie plus longue que la garantie légale. Cette extension peut être offerte par le revendeur ou le fabricant de chaudières, mais elle peut aussi être payante.

Par ailleurs, chaque marque de chaudière précise dans son manuel quelle est la durée de disponibilité des pièces détachées.

Quand changer de chaudière ?

Certaines situations nécessitent un changement de chaudière.

Les raisons de changer d’appareil

Une chaudière peut être changée lors de différentes situations :

  • la chaudière est en fin de vie, elle tombe souvent en panne ou induit une surconsommation de combustible ;
  • vous prévoyez des travaux de rénovation énergétique, c’est l’occasion de remplacer une ancienne chaudière par un modèle de nouvelle génération, plus économique ;
  • vous êtes équipé d’une chaudière au fioul et souhaitez vous séparer de ce système qui peut être polluant et peu rentable ;
  • votre chaudière fonctionne encore très bien, mais vous souhaitez installer un modèle plus performant et plus écologique.

Opter pour un autre combustible

S’il est plus simple de changer une chaudière pour un appareil fonctionnant avec le même combustible, il est tout de même possible d’opter pour un modèle alimenté avec une autre source d’énergie, sans modifier toute l’installation.

En effet, pour une installation alimentée en gaz, vous avez par exemple la possibilité de conserver vos radiateurs qui fonctionneront grâce à une chaudière à granulés.

Bon à savoir

Pour encourager les économies d’énergie, l’État accorde des aides et/ou des crédits d’impôt qui peuvent vous aider à financer vos travaux. Gérée par l’ANAH, Agence Nationale de l’Habitat, MaPrimeRénov’ est l’une des aides pour la rénovation énergétique proposées par l’État.

L’entretien de la chaudière : un point à ne pas négliger

Pour assurer son bon fonctionnement, une chaudière doit être entretenue régulièrement, à raison d’une fois par an. L’entretien de la chaudière à gaz est obligatoire. Propriétaire occupant ou locataire sont obligés de faire entretenir la chaudière afin que chaque organe soit vérifié. Pour un locataire, le propriétaire bailleur peut exiger chaque année un certificat d’entretien. En ce qui concerne un propriétaire occupant (qui vit dans son propre logement), il n’y a aucun contrôle.

L’entretien de la chaudière est avant tout sécuritaire. Il permet de vérifier le bon état de marche de l’appareil. La procédure exécutée par un plombier ou un chauffagiste qualifié est également l’occasion de vérifier que l’installation ne présente pas de fuites de gaz qui pourraient mener à des intoxications ou, pire, à une explosion.

Par ailleurs, une chaudière entretenue est l’assurance de profiter des performances optimales de l’appareil, et ainsi faire des économies d’énergie.

Le coût de l’entretien est à ajouter à la facture énergétique globale. Certains professionnels proposent des forfaits pour l’entretien de la chaudière qui peuvent être particulièrement intéressants.

À qui revient l’entretien de la chaudière à gaz ?

L’entretien de la chaudière est à la charge de l’occupant du logement. Dans le cas d’un bien loué, c’est donc le locataire qui doit faire venir un plombier et régler la facture de l’entretien de la chaudière à gaz. Pour un logement inoccupé ou occupé par le propriétaire, c’est à ce dernier de prendre en charge le coût de l’entretien.

RE 2020 : la fin des chaudières à gaz

La réglementation environnementale 2020 (RE 2020) régit les nouvelles constructions. Afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant des habitations, la nouvelle règlementation thermique prévoir d’interdire les chaudières à gaz pour tous les logements neufs.

Pour autant, l’interdiction des chaudières à gaz n’encouragera pas les installations de chauffages fonctionnant à l’électricité. En effet, la fin de l’installation des chaudières à gaz devra laisser place aux systèmes de chauffage et d’eau chaude sanitaire alimentés grâce à une énergie renouvelable.

Cette mesure reste encore à entériner, il n’est pas exclu qu’elle soit reportée.

De la chaudière à gaz à celle à micro-cogénération, en passant par la chaudière à granulés ou au fioul, vous savez désormais tout sur cet appareil dédié au chauffage et souvent à la production d’eau chaude sanitaire. Le rendement d’une chaudière et son coût sont des critères essentiels pour bien la choisir, tout comme le type de combustible utilisé. Grâce à ces informations, vous pourrez sélectionner facilement la vôtre.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

vous préférez être rappelé ?

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h