Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93 rappel gratuit

Prix du kWh d’électricité

Unité de mesure de l’électricité, le kilowattheure (kWh) sert de référence pour déterminer la consommation électrique d’un foyer. Au sein de la facture d’énergie, le volume consommé et le coût unitaire du kilowattheure sont déterminants. Ce dernier est très variable selon le fournisseur, le type d’offre et les options tarifaires choisies, notamment. De quoi le prix du kWh est-il composé ? Comment est-il déterminé ? Quelles sont les variables qui impactent directement sa valeur ? Choisir.com fait le point avec vous.

prix du kwh d'électricité

Le kilowattheure en électricité, de quoi s’agit-il ?

Le kilowattheure (kWh) est l’unité traditionnelle de mesure de l’énergie électrique.

Un kWh correspond à la consommation d’un appareil électrique d’une puissance de 1 000 watts (W), c’est-à-dire 1 kilowatt (kW), pendant une heure, soit 1 000 wattheures (Wh).

À chaque fois qu’un appareil électrique est mis en marche, il génère une consommation d’électricité, qui est fonction :

  • de sa puissance en watts (W) ;
  • de sa durée d’utilisation.

Comment calculer la consommation électrique d’un appareil ?

Il suffit de multiplier la puissance (en W) de l’appareil électrique par sa durée d’utilisation (en heures). On obtient un résultat en wattheures (Wh), que l’on divise ensuite par 1 000, afin de le convertir en kilowattheures (kWh).

Ainsi, un radiateur électrique de 750 W allumé pendant 2 heures consomme 1 500 Wh (résultat que l’on obtient en multipliant 750 x 2), soit 1,5 kWh (résultat que l’on obtient en divisant 1 500 par 1 000).

Si ce même radiateur est allumé en moyenne 10 heures par jour, 170 jours par an, sa consommation électrique annuelle sera donc 1 275 kWh, d’après le calcul suivant :

  • puissance (en watts) x nombre d’heures d’utilisation par jour x nombre de jours d’utilisation par an : 750 x 10 x 170 = 1 275 000 Wh ;
  • consommation en Wh convertie en kWh : 1 275 000/1 000 = 1 275 kWh.

La consommation moyenne des appareils électriques

D’après l’Agence de la transition écologique (ADEME), dans son dernier rapport sur les consommations électrodomestiques françaises publié en mars 2021, près d’un tiers de la consommation d’électricité des ménages est consacré au chauffage (chauffage direct et auxiliaires de chauffage). Le second poste le plus énergivore est celui de l’eau chaude sanitaire (19,7 %), suivi des appareils électroménagers dédiés au froid (réfrigérateur et congélateur).

Dans le tableau ci-dessous, retrouvez la consommation annuelle moyenne par type d’appareil électrique et le coût annuel estimé, d’après le tarif réglementé de vente de l’électricité (« Tarif Bleu » d’EDF) en vigueur en février 2022.

UsageType d’appareil électriqueConsommation annuelle moyenne (en kWh)Coût annuel estimé (TTC) (*)
ChauffageRadiateurs électriques3 156549 €
Pompes à chaleur3 386589 €
Poêles à granulés ou pétrole8715 €
Eau chaude sanitaireChauffe-eau à effet joule1 676292 €
Chauffe-eau thermodynamiques752131 €
FroidRéfrigérateurs16629 €
Congélateurs28850 €
Combinés réfrigérateur + congélateur34660 €
AudiovisuelTéléviseurs18733 €
Box TV8715 €
Consoles de jeux10318 €
Chaînes HiFi275 €
Lavage – SéchageLave-linge10118 €
Sèche-linge30152 €
Lave-vaisselle16228 €
CuisineCuisinières électriques16429 €
Fours encastrables14625 €
Fours micro-ondes397 €
Plaques de cuisson13123 €
Multicuiseurs163 €
Hottes aspirantes17
Bouilloires499 €
Cafetières expresso à dosettes265 €
Cafetières à filtres366 €
Grille-pain31 €
BureautiqueBox internet9717 €
Ordinateurs fixes12321 €
Imprimantes122 €
ÉclairageEnsemble des éclairages du logement14726 €
AutresClimatiseurs fixes30453 €
Climatiseurs mobiles14024 €
Appareils de nettoyage des sols91 €
Appareils de repassage274 €
Consommation annuelle moyenne des appareils électriques du foyer

(*) Coût annuel calculé sur la base du prix du kilowattheure en vigueur en février 2022, pour un contrat au « Tarif Bleu » d’EDF en option tarifaire « base » et une puissance de 6 kVA, soit 0,1740 € TTC.

À noter : ces données varient fortement selon la performance des appareils électriques et les usages au sein du foyer (fréquence et durée d’utilisation), mais permettent néanmoins de comprendre quels sont les équipements les plus énergivores, donc les plus coûteux.

Service gratuit

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre électricité trop chère ?

Nos experts énergie calculent pour vous les économies que vous pourriez faire sur votre facture d’électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Comprendre le marché de gros et le marché de détail de l’électricité

La notion de « prix du kilowattheure » ou, plus globalement, celle du prix de l’électricité, peut être appréhendée dans deux dimensions différentes : le marché de gros et le marché de détail.

  • Le marché de gros est le marché où l’électricité produite est négociée (achetée et vendue), avant d’être délivrée via le réseau électrique aux clients finaux : particuliers, collectivités et entreprises (notons toutefois que lorsque le fournisseur est également producteur, l’électricité n’est pas négociée sur le marché de gros et est directement livrée aux clients). Ce marché assure l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité. On distingue deux types de produits :
    • les produits « spot » achetés au comptant sur l’Epex Spot (la « Bourse » de l’électricité) pour une livraison le jour même (échéance infrajournalière) ou le lendemain (échéance journalière). Les prix de ces produits sont très volatils, car directement impactés par les variables techniques ou météorologiques qui influent sur la quantité disponible ;
    • les produits « à terme », dont la livraison est fixée à une date ultérieure : pour ce type de produit, acheteurs et vendeurs signent un contrat pour une fourniture dans les jours, semaines, mois, voire années à venir, à un tarif négocié et fixe.
  • Le marché de détail concerne la fourniture d’électricité aux particuliers et professionnels ; il regroupe l’ensemble des fournisseurs d’énergie : l’opérateur historique EDF et tous les fournisseurs alternatifs commercialisant des offres d’électricité dites à « prix de marché ».

Ainsi, lorsqu’on évoque le prix de l’électricité, on fait référence :

  • dans le cadre du marché de gros : au cours de l’électricité sur les marchés spot et à terme. Les prix sont indiqués en mégawattheures (MWh) ;
  • dans le cadre du marché de détail : au prix du kilowattheure proposé par le fournisseur d’électricité dans son offre d’électricité et apparaissant sur la facture du consommateur.

Prix du kWh sur la facture d’électricité : de quoi est-il composé ?

La facture d’électricité des clients particuliers est composée :

  • d’une part fixe, correspondant au coût de l’abonnement d’électricité ;
  • d’une part variable, correspondant aux consommations (nombre de kWh consommés multipliés par le prix du kWh).

Le prix du kilowattheure d’électricité proposé par le fournisseur d’énergie doit permettre de couvrir l’ensemble des coûts suivants :

  • les coûts de fourniture : ils représentent 34 % de la facture d’énergie et incluent :
    • les coûts d’approvisionnement (l’achat de l’électricité sur les marchés de gros, à EDF ou à un autre producteur d’énergie) ;
    • les coûts commerciaux (les salaires des employés, les frais liés au site internet, le matériel de l’entreprise, etc.) ;
    • la marge du fournisseur.
  • les coûts d’acheminement sur le réseau électrique : ces coûts équivalent à 34 % de la facture d’électricité et servent à financer les activités du gestionnaire du réseau électrique Enedis (ex-ERDF). On parle également de TURPE (Tarif d’utilisation des réseaux public d’électricité) ;
  • les taxes et contributions : elles représentent 32 % du prix total de l’électricité. Il s’agit de :
    • la Contribution tarifaire d’acheminement (CTA), collectée au profit de la Caisse nationale des industries électriques et gazières (CNIEG) depuis 2004 afin de financer les droits relatifs à l’assurance vieillesse des personnels relevant du régime des industries électriques et gazières ;
    • la Contribution au service public de l’électricité (CSPE), collectée au profit de la Douane française et intégrée en tant que recette au budget de l’État. Son montant s’élève à 0,0225 € HT par kilowattheure consommé et n’a pas évolué depuis le 1er janvier 2016 ;
    • les Taxes sur la consommation finale d’électricité (TCFE), fixées par chaque commune (Taxe communale sur la consommation finale d’électricité, ou TCCFE) et chaque département (Taxe départementale sur la consommation finale d’électricité, ou TDCFE). Elles sont donc variables selon le lieu d’habitation ;
    • la TVA, qui s’applique à hauteur de 5,5 % sur l’abonnement et la CTA et à hauteur de 20 % sur les consommations, la CSPE et les TCFE.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé vous préférez être rappelé ?

Le tarif du kilowattheure d’électricité : de nombreuses variables

Le prix du kWh facturé aux particuliers n’est pas unique : il diffère selon l’offre souscrite, sa nature, l’option tarifaire choisie, etc. Précisions.

Les différentes offres d’électricité dédiées aux particuliers

Depuis 2007 et la libéralisation du marché de l’électricité pour les particuliers (entraînant la fin du statut monopolistique de l’opérateur historique EDF), un vaste choix s’ouvre aux consommateurs. Ainsi, il est désormais possible d’opter pour :

  • l’offre « Tarif Bleu » d’EDF, c’est-à-dire le tarif réglementé de vente de l’électricité (TRV), comme encore 21,9 millions de foyers français (selon la CRE, la Commission de régulation de l’énergie). Les tarifs de cette offre, que seul l’opérateur historique est autorisé à commercialiser, sont fixés par les pouvoirs publics sous l’impulsion de la CRE et révisés régulièrement. Ils servent de baromètre pour le marché de l’électricité domestique ;
  • une offre de marché, c’est-à-dire une offre dont les prix sont librement fixés par le fournisseur d’énergie. On distingue deux principales catégories d’offres de marché :
    • les offres à prix indexés sur ceux du TRV et qui suivent donc les évolutions des tarifs réglementés, à la hausse comme à la baisse ;
    • les offres à prix fixes (ou révisables uniquement à la baisse), qui garantissent un prix du kWh stable pendant toute la durée du contrat (1 à 4 ans, selon les offres).

Offres indexées ou à prix fixes

Dans le tableau ci-dessous, retrouvez une large sélection d’offres d’électricité proposées par EDF et les fournisseurs alternatifs, classées par typologie.

Typologie d’offreFournisseur d’électricitéNom de l’offrePrix du kWh (TTC) (1)
TRVEDFTarif Bleu0,17400 €
Offres de marché à prix indexésButagazOffre Électricité Butagaz par MegaPrix du kWh HT indexé à 50 % sur le TRV et à 50 % sur la cotation de référence Future Month EEX du marché français0,32870 €
DyneffMon Contrat ÉlectricitéPrix du kWh HT identique au TRV (2)0,15580 €
EniEvo EcoPrix du kWh HT indexé sur le TRV0,24163 €
TotalEnergiesOffre Classique-5 % sur le prix du kWh HT par rapport au TRV (3)0,16580 €
VattenfallOffre Eco + Green-10 % sur le prix du kWh HT par rapport au TRV (4)0,14410 €
Offres de marché à prix fixesEDFVert Électrique0,13110 €
EngieElec Référence 2 ans0,19587 €
Elec Energie Garantie 2 ans0,20468 €
Elec Ajust 2 ans0,20340 €
Happ-e by EngieOffre Electricité Happ-e 2 ans0,17734 €
SoweeOffre Électricité0,18670 €
TotalEnergiesOffre Verte Fixe0,32340 €
Offres d’électricité classées par typologie (en vigueur en février 2022 – liste non exhaustive)

(1) Prix du kilowattheure TTC en vigueur en février 2022, pour un contrat d’une puissance de 6 kVA en option tarifaire « base ».

(2) À l’heure où nous mettons à jour cet article (février 2022), Dyneff n’a pas fait évoluer ses tarifs depuis octobre 2021 : le tarif proposé est donc celui du TRV en vigueur à cette époque.

(3) L’offre « Classique » de TotalEnergies évolue prochainement : à compter du 2 mars 2022, le prix du kWh HT ne sera plus indexé sur le TRV. Le client bénéficiera d’une remise fixe sur le prix du kWh HT du TRV en vigueur, remise dont le montant ne variera plus au fil des évolutions du tarif réglementé de vente.

(4) À l’heure où nous mettons à jour cet article (février 2022), Vattenfall n’a pas fait évoluer ses tarifs depuis août 2021 : le tarif du kWh HT proposé est donc inférieur de 10 % à celui du TRV en vigueur à cette époque.

La crise de l’énergie rebat les cartes de l’offre d’électricité

À la lecture de ce tableau, on peut observer que les tarifs des offres d’électricité sont extrêmement variables d’un fournisseur à l’autre. Le kilowattheure chez Butagaz est deux fois plus cher que celui facturé par Dyneff ou Vattenfall !

Cela n’a toutefois pas toujours été le cas et s’explique par la crise que subit actuellement le marché de l’énergie. Avec l’envolée récente du prix de l’électricité sur les marchés de gros, de nombreux fournisseurs ont revu leurs tarifs à la hausse afin de se préserver. Eni, par exemple, propose désormais dans son offre « Evo Eco » un tarif toujours indexé sur le TRV, mais nettement supérieur à celui-ci. Il y a quelques mois encore, pour la même offre, le prix du kWh HT était facturé par le fournisseur italien 7 % moins cher que celui du tarif réglementé.

En revanche, grâce au bouclier tarifaire annoncé dès septembre 2021 par Jean Castex, le « Tarif Bleu » d’EDF a augmenté de 4 % seulement. Si certains fournisseurs alternatifs parviennent à maintenir des prix très compétitifs, ce n’est pas le cas de tous. Plus que jamais, la vigilance s’impose pour tous les consommateurs !

Offres d’électricité standard ou offres d’électricité verte

La nature de l’énergie a également un impact sur le prix du kilowattheure : l’électricité verte étant plus coûteuse à produire et disponible en moins grande quantité (elle représente aujourd’hui 25,4 % du mix énergétique français, selon le bilan électrique 2020 de RTE, le gestionnaire du Réseau de transport d’électricité), les offres d’électricité d’origine renouvelable sont généralement plus chères que celles d’électricité standard (c’est-à-dire d’origine fossile ou nucléaire).

Notons toutefois que ceci est vrai pour les offres proposées par un même fournisseur (TotalEnergies, par exemple, propose un prix du kilowattheure plus élevé dans son offre « Verte Fixe » que dans son offre « Classique), mais n’est en revanche pas toujours vrai d’un fournisseur à l’autre, notamment en cette période de crise énergétique, qui chamboule véritablement les politiques tarifaires.

Dans le tableau ci-dessous, retrouvez les principales offres d’électricité classées par type d’énergie.

Type d’électricitéFournisseurNom de l’offrePrix du kWh (TTC) (*)
Électricité standardDyneffMon Contrat Électricité0,15580 €
EDFTarif Bleu0,17400 €
EniEvo Eco0,24163 €
Happ-e by EngieOffre Electricité Happ-e 2 ans0,17734 €
SoweeOffre Électricité0,18670 €
TotalEnergiesOffre Classique0,16580 €
Électricité verteButagazOffre Électricité Butagaz par Mega0,32870 €
EDFVert Électrique0,13110 €
VattenfallOffre Eco + Green0,14410 €
EngieElec Référence 2 ans0,19587 €
Elec Energie Garantie 2 ans0,20468 €
Elec Ajust 2 ans0,20340 €
TotalEnergiesOffre Verte Fixe0,32340 €
Offres d’électricité classées par type d’énergie (en vigueur en février 2022 – liste non exhaustive)

(*) Prix du kilowattheure TTC en vigueur en février 2022, pour un contrat d’une puissance de 6 kVA en option tarifaire « base ».

L’option « base » ou l’option « heures pleines heures creuses »

Autre variable du prix du kilowattheure : l’option tarifaire choisie par le souscripteur. En effet, la quasi-totalité des offres d’électricité proposées par les fournisseurs sont disponibles en deux formules, au choix : l’option « base » et l’option « heures pleines heures creuses » (HP/HC).

  • En option tarifaire « base », le kWh est toujours facturé au même prix, quel que soit le moment où il est consommé.
  • En option tarifaire « heures pleines heures creuses », le prix du kWh diffère selon le moment où il est consommé :
    • pendant les heures pleines, c’est-à-dire les 16 heures de la journée où la demande en électricité est plus soutenue, il est facturé plus cher qu’en option « base » ;
    • en revanche, pendant les heures creuses, c’est-à-dire les 8 heures de la journée où la demande en électricité est moins forte, il est facturé moins cher qu’en option « base ».

À titre d’exemple, retrouvez ci-dessous les tarifs réglementés de vente en vigueur en février 2022 :

Option « Base »Option « Heures Pleines Heures Creuses »
Prix de l’abonnement annuelPrix du kWhPrix de l’abonnement annuelPrix du kWh
Heures Pleines
Évolution par rapport au tarif « Base »Prix du kWh
Heures Creuses
Évolution par rapport au tarif « Base »
136,08 €0,1740 €144,36 €0,1841 €+5,8 %0,1470 €-15,5 %
Offre « Tarif Bleu » d’EDF
Tarifs TTC en vigueur en février 2022 – Puissance 6 kVA

La différence de prix entre les deux options tarifaires n’est pas neutre (+5,8 % en heures pleines, -15,5 % en heures creuses par rapport à l’option de base), et peut réellement influer sur le montant de la facture, selon les habitudes de consommation du foyer.

L’option « Tempo » d’EDF

Il existe une autre option tarifaire disponible avec l’offre « Tarif Bleu » d’EDF : l’option « Tempo ». Celle-ci repose sur le même principe que l’option HP/HC, mais va encore plus loin, en proposant 6 tarifs distincts tout au long de l’année, en fonction du moment de la journée (heures pleines ou heures creuses) et du type de jour :

  • pendant les « jours bleus » (300 jours par an), le prix du kilowattheure est particulièrement avantageux ;
  • pendant les « jours blancs » (43 jours par an), le prix du kilowattheure est à peu près équivalent aux tarifs de l’option HP/HC (légèrement inférieur en heures pleines et légèrement supérieur en heures creuses) ;
  • en revanche, pendant les « jours rouges » (22 jours par an), le prix du kilowattheure est particulièrement élevé, notamment pendant les heures pleines (tarif TTC équivalent à environ 4 fois celui de l’option « base »).

Les offres d’électricité avec plages horaires ou usages spécifiques

Certains fournisseurs ont choisi de proposer des offres encore plus adaptées aux usages et besoins spécifiques de leurs clients : offres « week-end », offres dédiées aux propriétaires de véhicules électriques, etc.

En voici quelques exemples :

FournisseurNom de l’offreCaractéristiquesPrix du kWh (TTC) (*)
EDFMes Jours Zen• Prix du kWh HT pendant le week-end et les jours fériés inférieur de 30 % au prix du kWh HT facturé en semaine.
• Disponible également en option HP/HC : prix du kWh HT pendant les heures creuses, le week-end et les jours fériés inférieur de 30 % au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
Option Base :
• 0,12970 € (semaine)
• 0,09350 € (week-end et jours fériés)

Option HP/HC :
• 0,15600 € (heures pleines)
• 0,11190 € (heures creuses, week-end et jours fériés)
Mes Jours Zen Plus• Prix du kWh HT pendant le week-end, les jours fériés et un jour par semaine (le lundi, le mercredi ou le vendredi, au choix) inférieur de 30 % au prix du kWh HT facturé en semaine.
• Disponible également en option HP/HC : prix du kWh HT pendant les heures creuses, le week-end, les jours fériés et un jour par semaine inférieur de 30 % au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
Option Base :
• 0,13920 € (semaine)
• 0,10020 € (week-end, jours fériés et un jour par semaine)

Option HP/HC :
• 0,16110 € (heures pleines)
• 0,11550 € (heures creuses, week-end, jours fériés et un jour par semaine)
Vert Électrique Week-End• Prix du kWh HT pendant le week-end et les jours fériés inférieur au prix du kWh HT facturé en semaine.
• Disponible également en option HP/HC : prix du kWh HT pendant les heures creuses, le week-end et les jours fériés inférieur au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
• Électricité verte.
Option Base :
• 0,14340 € (semaine)
• 0,10800 € (week-end, jours fériés et un jour par semaine)

Option HP/HC :
• 0,17020 € (heures pleines)
• 0,11660 € (heures creuses, week-end, jours fériés et un jour par semaine)
Vert Électrique Auto• Offre exclusivement réservée aux propriétaires d’un véhicule électrique.
• Prix du kWh HT pendant les heures creuses inférieur de 50 % au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
• Disponible également en option « week-end » : prix du kWh HT pendant les heures creuses, le week-end et les jours fériés inférieur de 50 % au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
• Électricité verte.
• 0,16420 € (heures pleines)
• 0,08670 € (heures creuses)

Avec option « week-end » :
• 0,18460 € (heures pleines)
• 0,09690 € (heures creuses, week-end et jours fériés)
EngieElec Weekend 2 ans• Prix du kWh HT pendant les heures creuses et le week-end inférieur de 30 % au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
• Électricité verte.
• 0,20161 € (heures pleines)
• 0,14388 € (heures creuses et week-end)
Elec’Car 3 ans• Offre exclusivement réservée aux propriétaires d’un véhicule électrique.
• Prix du kWh HT pendant les heures creuses inférieur de 50 % au prix du kWh HT facturé en heures pleines.
• Électricité verte.
• 0,21684 € (heures pleines)
• 0,11299 € (heures creuses)
TotalEnergiesOffre Heures Super Creuses• Prix du kWh HT équivalent à celui du TRV pendant les heures pleines.
• Prix du kWh HT inférieur de 29 % à celui du TRV « Heures Pleines » pendant les heures creuses (4 h par jour).
• Prix du kWh HT inférieur de 50 % à celui du TRV « Heures Pleines » pendant les heures super creuses (4 h par jour).
• Électricité verte.
• 0,18410 € (heures pleines)
• 0,14700 € (heures creuses)
• 0,09660 € (heures super creuses)
Offres d’électricité avec plages horaires ou usages spécifiques (en vigueur en février 2022 – liste non exhaustive)

(*) Prix du kilowattheure TTC en vigueur en février 2022, pour un contrat d’une puissance de 6 kVA.

La puissance du compteur

Enfin, au sein d’une même offre d’électricité, la puissance souscrite (on parle aussi de puissance apparente) a également un impact sur la facture, notamment sur le prix de l’abonnement : plus la puissance est importante, plus celui-ci est élevé.

Qu’est-ce que la puissance souscrite ?

Au moment de la souscription à un contrat d’électricité, le client doit choisir la puissance de son compteur électrique, c’est-à-dire la quantité maximale d’électricité qu’il sera autorisé à utiliser en même temps. Celle-ci est exprimée en kilovoltampères (kVA).

La plupart des offres d’électricité dédiées aux particuliers proposent des puissances comprises entre 3 kVA (pour les foyers ayant de très faibles besoins en électricité) et 36 kVA. Dans la pratique, pour les ménages, la puissance souscrite est généralement comprise entre 3 et 12 kVA ; les puissances supérieures répondent plutôt aux besoins des entreprises. En cas d’évolution des usages et des besoins, il est tout à fait possible de modifier la puissance de son compteur en cours de contrat.

Dans la plupart des offres, la puissance apparente souscrite a également un impact sur le prix du kilowattheure. Notons toutefois que cette variation n’est pas systématique, et n’est en général effective qu’en option tarifaire « base ». C’est le cas, par exemple, pour EDF et son « Tarif Bleu », dans lequel le prix du kWh diffère selon la puissance en option « base » (le fournisseur propose un tarif pour 3 et 6 kVA et un tarif à partir de 9 kVA), mais reste identique en option HP/HC.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

faire une simulation

L’évolution du prix du kilowattheure en France

Les prix sur les marchés de gros de l’électricité ont subi, ces derniers mois, des hausses successives et importantes, à l’instar de ceux du gaz naturel. Ces fortes variations ont, bien évidemment, un impact direct sur les prix de l’énergie sur le marché de détail.

Le prix de l’électricité sur les marchés de gros : des prix records

Depuis l’été 2021, le marché de l’électricité connaît une envolée spectaculaire. En cause, notamment, la forte hausse des cours du gaz (qui permet d’assurer une partie importante de la production d’électricité à l’échelle européenne) et celle des permis d’émission de CO2, combinées à la baisse de la capacité de production du parc nucléaire français (les programmes de maintenance ayant été retardés en raison de la crise sanitaire).

Ainsi, sur le marché à terme, le prix du mégawattheure a atteint le record symbolique de 100 € début septembre 2021, soit plus du double du prix observé au 1er janvier 2021 (47 €/MWh). Seulement deux semaines plus tard, il atteignait 196 €/MWh ! Le précédent record, datant de 2008 (juste avant la crise financière) était de 93 €/MWh.

De même, sur le marché spot, on observe quotidiennement les prix au-delà de 100 €/MWh depuis septembre, avec des envolées régulières au-delà de 400 €/MWh.

Cette flambée des prix devrait, en toute logique, se poursuivre dans les mois qui viennent, d’autant qu’EDF a annoncé une faible disponibilité du parc nucléaire pour l’année 2022, en raison de la mise à l’arrêt de nombreux réacteurs. Conséquence : la production d’électricité nucléaire pour cette année devrait atteindre son plus bas niveau depuis 30 ans !

Le prix de l’électricité pour les clients particuliers

La crise de l’électricité a inévitablement un impact sur le budget énergétique des ménages.

Crise de l’énergie : quel impact sur les TRV et sur les offres à prix indexés des fournisseurs alternatifs ?

L’envolée des prix de l’électricité sur les marchés de gros aurait dû faire exploser la facture des abonnés au Tarif Bleu d’EDF : en effet, la Commission de régulation de l’énergie, dans sa délibération du 18 janvier 2022 portant proposition des tarifs réglementés de vente d’électricité, avait recommandé une évolution tarifaire moyenne du TRVE de +44,5 % HT applicable au 1er février 2022.

Cependant, conformément à ce qui avait été annoncé dès septembre 2021, le gouvernement a choisi de ne pas suivre cette recommandation et mis en place un « bouclier tarifaire » afin de limiter la hausse du prix du kilowattheure à +4 %.

Pour les consommateurs ayant souscrit une offre à prix de marché indexée sur les tarifs réglementés de vente, l’impact de la crise énergétique est très variable selon le fournisseur. Quelques exemples :

  • Butagaz proposait auparavant une offre d’électricité dont le prix du kWh HT était inférieur de 4 % à celui du TRV. Désormais, ses tarifs sont indexés à 50 % / 50 % sur le TRV et sur la cotation de référence Future Month EEX du marché français. Conséquence : le kWh est actuellement facturé par le fournisseur 0,3287 € TTC, contre 0,1740 € TTC pour le TRV (en février 2022). Précisons toutefois que l’électricité fournie est désormais verte, Butagaz s’étant associé avec Mega Energie ;
  • Eni a également revu sa politique tarifaire : tandis que son offre « Evo Eco » proposait autrefois un prix du kWh HT inférieur de 7 % au TRV, celui-ci est désormais nettement supérieur (environ +70 %) ;
  • en revanche, certains fournisseurs tels que Dyneff et TotalEnergies (avec son offre « Classique ») parviennent, pour le moment, à maintenir des tarifs inférieurs à ceux du TRV.

Quelles conséquences pour les offres d’électricité à prix fixes ?

Les fournisseurs ont d’ores et déjà répercuté la hausse des prix de l’électricité sur leurs offres à prix fixes dédiées aux particuliers. L’exemple de TotalEnergies et de son offre « Verte Fixe » est frappant : dès octobre 2021, il augmentait le prix du kilowattheure TTC de 51 % par rapport au mois précédent ! Affiché à 0,17800 € TTC en septembre, le kWh était facturé 0,26920 € TTC en octobre 2021 et 0,32340 € en février 2022 (option « base », puissance 6 kVA).

De nombreux fournisseurs ont également suspendu leurs offres d’électricité et n’acceptent temporairement plus de nouveaux clients, en raison de la crise de l’énergie : c’est le cas, par exemple, de Cdiscount Énergie et Vattenfall.

Enfin, certains opérateurs ont choisi de supprimer leurs offres à prix fixes, tels que Eni qui ne propose plus la formule « Webeo 1 an ».

Évolution des tarifs réglementés de vente

Les tarifs réglementés de vente sont fixés par les pouvoirs publics et révisés régulièrement. Observons désormais comment les prix du TRV ont évolué ces dernières années.

Bon à savoir

Les données « Historique des tarifs réglementés de vente d’électricité pour les consommateurs résidentiels » sont accessibles à tous sur le site data.gouv.fr (sur la période 2012 à ce jour).

évolution TRV 2022

On constate que le prix du kilowattheure des tarifs réglementés de vente a considérablement augmenté depuis 2012 : facturé 0,1263 € TTC en juillet 2012, il est affiché à 0,1740 € TTC en février 2022, soit une hausse de 38 %.

Les foyers français consommant en moyenne 4 535 kWh par an (données 2020), l’énergie est devenue un poste de dépense particulièrement important pour les ménages : elle représenterait désormais, selon l’ADEME, 8,5 % de leur budget.

Choisir une offre d’électricité moins chère pour réaliser des économies

La diversité des offres d’électricité commercialisées auprès des particuliers est à la fois une chance et un inconvénient pour les consommateurs : en effet, si les fournisseurs ont développé des formules variées pour mieux s’adapter aux usages et besoins d’aujourd’hui, il est devenu difficile de bien comparer les offres entre elles, pour un choix réellement éclairé.

Pourtant, nous avons pu le constater dans cet article : les tarifs proposés varient très fortement d’une offre à l’autre, et ceci est d’autant plus vrai en cette période particulière de crise mondiale de l’énergie. Il est donc primordial de choisir avec attention son contrat d’électricité, pour ne pas grever son budget d’un réel surcoût.

Vous souhaitez être accompagné(e) dans votre recherche d’une offre d’électricité réellement avantageuse ? Nos conseillers experts en énergie sont à votre écoute gratuitement du lundi au samedi par téléphone, au 09 74 59 19 97. N’hésitez pas également à comparer directement les offres de nombreux fournisseurs, grâce à notre comparateur d’électricité en ligne : c’est simple et sans engagement.

D’autres questions sur ce sujet ?

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation