Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

La maison passive

La maison passive est une conception d’habitat économe en énergie. À noter que les caractéristiques techniques et les objectifs de performance énergétique sont bien plus élevés que ceux de la maison basse consommation, avec qui elle est souvent confondue. Comment construire une maison passive ? Quels sont les avantages d’une maison passive en termes d’économies d’énergie ? Peut-on rénover son logement actuel et le transformer en habitat passif ? Focus détaillé de Choisir.com pour tout comprendre sur cette nouvelle forme de la construction de bâtiments résidentiels en France.

maison passive

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Voyons pour commencer ce qui définit une maison passive, et ce qui la différencie de la maison basse consommation, le modèle de construction de bâtiment de référence en France.

La maison passive et le concept de la Passivhaus

Profiter d’un intérieur à chaleur constante, que l’on soit en été ou en hiver, et gagner en confort de vie, tels sont les promesses de la maison passive. Concrètement, le concept de maison passive consiste en un bâtiment qui permet de se servir de la chaleur produite naturellement – à l’intérieur des pièces et à l’extérieur par l’ensoleillement – et de se passer en quasi-totalité de chauffage.

Profiter d’un intérieur à chaleur constante, que l’on soit en été ou en hiver, et gagner en confort de vie, tels sont les promesses de la maison passive. Concrètement, le concept de maison passive consiste en un bâtiment qui permet de se servir de la chaleur produite naturellement – à l’intérieur des pièces et à l’extérieur par l’ensoleillement – et de se passer en quasi-totalité de chauffage.

Le concept de la maison passive nous vient d’Allemagne où cette forme de bâtiment résidentiel a fait ses preuves en matière d’économies d’énergie depuis les années 1990. On parle ainsi de Passivhaus pour désigner la maison passive, le terme de « passive » étant judicieusement choisi pour désigner un habitat qui s’autorégule, c’est-à-dire qui se régule de manière autonome grâce à des déperditions de chaleur fortement réduites, voire inexistantes. Ainsi, la maison passive se caractérise par une très haute performance énergétique, fruit d’une construction alliant plusieurs critères-clés :

  • une conception bioclimatique ;
  • une isolation thermique renforcée ;
  • une étanchéité à l’air très importante.

Maison passive et maison Basse Consommation, histoire d’une réglementation thermique

Depuis l’émergence du concept dans les années 1990, la maison passive n’est encadrée par aucune législation ni réglementation par les pouvoirs publics. Ceci étant dit, le concept de la maison passive avec ses principales contraintes de construction s’inspire du label de PassivHaus. Ce label réglementé existe bel et bien en Allemagne pour encadrer la construction d’habitations à faible consommation d’énergie.

En France, il faut attendre le milieu des années 2000, et les initiatives amorcées par le Grenelle de l’Environnement pour voir émerger une forme de bâtiment réglementé dont la conception se rapproche de la maison passive, et qui répond à des objectifs de sobriété énergétique : la maison basse consommation. Souvent confondue avec elle, la maison passive s’en distingue toutefois, notamment par son absence d’obligation. En effet, la maison basse consommation, ou maison BBC, est inscrite dans la réglementation thermique de 2012 (ou RT 2012). Cela implique que toute nouvelle construction de bâtiment doit obligatoirement répondre à des objectifs de performance énergétique.

Faisons une comparaison des critères d’éligibilité pour obtenir le label BBC encadré par la RT 2012 et le label Passivhaus ou label de maison passive :

Maison basse consommationMaison passive
Consommation d’énergie primaire– RT 2012 : inférieure à 50 kWh/m².
– RT 2020 : inférieure à 12 kWh/m².
– Inférieure à 15 kWh/m² pour le chauffage.
– Inférieure à 120 kWh/m² en globalité (chauffage inclus).
Étanchéité à l’air0,6 mètre cube par mètre carré et par heure pour une maison individuelle
Température intérieure/Une température intérieure constante avec un seuil de 10 % de jours acceptés (sur 365 jours) ayant une température supérieure à 25 °C

Via l’encadrement législatif donné par la RT 2012, la maison basse consommation est devenue, depuis 2013, la norme en termes de construction de bâtiment en France. Toutefois, la démarcation entre maison passive et maison basse consommation tend à se réduire avec la RT 2020. Cette nouvelle réglementation thermique comporte en effet, des objectifs de performance énergétique multipliés par 4 par rapport à une maison traditionnelle : une consommation d’énergie annuelle consacrée au chauffage, inférieure à 12 kWh/m² et une consommation d’énergie primaire annuelle inférieure à 100 kWh/m². Des critères qui rappellent ceux de la maison passive.

Les principales caractéristiques de la maison passive intègrent ainsi la RT 2020 pour définir en partie l’avenir de l’habitat en France, sous la forme d’un bâtiment qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme : le Bâtiment à énergie positive (BEPOS).

Les avantages de la maison passive

Les atouts apportés par la construction d’une maison passive sont multiples dans notre vie quotidienne :

  • la maison passive aide à réduire sa facture d’énergie en limitant l’usage du chauffage dans les différentes pièces du logement ;
  • ce type d’habitat permet de réduire son empreinte écologique grâce à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (émission de CO2 en tête). Les gaz à effet de serre émis par nos activités de production et de consommation, sont les principaux responsables du réchauffement climatique actuel ;
  • la construction ou la rénovation d’une maison passive implique des travaux de performance énergétique éligibles à de nombreuses aides financières (éco-prêt à taux zéro, TVA à taux réduit, aides de l’Agence nationale de l’habitat, MaPrimeRenov’, aides de sa commune ou de région, etc.) ;
  • la maison passive apporte un confort de vie inestimable à ses occupants : température intérieure constante, préservation au froid et à l’humidité, limitation de la chaleur pendant les périodes de canicule, isolation phonique ;
  • cet habitat à très haute performance énergétique permet d’avoir une très bonne position sur le marché immobilier. Les propriétaires peuvent ainsi obtenir une substantielle plus-value en cas de revente de la maison passive.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

Les inconvénients de la maison passive

La maison passive présente quelques points de faiblesse, à prendre en compte si vous envisagez de construire ce type d’habitation :

  • le prix de la maison passive est plus élevé de 20 à 30 % par rapport au prix d’une maison classique ;
  • la construction de la maison passive nécessite des matériaux spécifiques aux multiples contraintes imposées (isolation renforcée, traitement des ponts thermiques, etc.) ;
  • le recours à des professionnels du bâtiment expérimentés aux méthodes de construction de la maison passive est une obligation ;
  • l’installation d’une maison passive ne peut se faire qu’en dehors de la ville, en campagne où la végétation est abondante. La présence de bâtiments et gratte-ciel peut réduire fortement la puissance de l’énergie solaire nécessaire pour chauffer la maison passive ;
  • l’isolation renforcée et l’inertie de la maison passive exposent l’habitation à des risques de surchauffe en période estivale. Il est indispensable de penser à des solutions pour garder une température intérieure optimale (stores, volets, etc.).

Comment construire une maison passive ?

La construction d’une maison passive doit se conformer à des seuils de performance énergétique précis qu’il est possible d’atteindre via des normes d’installation et d’aménagement spécifiques.

La conception bioclimatique de la maison passive

L’intégration de la maison passive dans son environnement est un élément important à prendre en compte, lorsque l’on songe à construire ce type d’habitation. On parle ainsi de conception bioclimatique de la maison passive, où l’emplacement et l’orientation du bâtiment, ainsi que les conditions climatiques du territoire, sont des critères-clés pour la réussite du projet de construction.

Le terrain où va être construite la maison passive doit faire l’objet d’une certaine attention. Par exemple, il doit être éloigné des cours d’eau pour préserver un taux d’humidité réduit.

L’habitat, lui, doit être orienté au sud afin de bénéficier d’un ensoleillement maximal. Celui-ci permet de chauffer naturellement les différentes pièces du logement et de réduire ses besoins pour se chauffer ou s’éclairer. À ce titre, pour maximiser le rendement, le bâtiment doit être compact et les pièces à vivre, orientées au sud, doivent être équipées de larges menuiseries isolantes (baies vitrées et fenêtres en triple vitrage) représentant 60 % de la surface vitrée totale. Les chambres regroupées à l’est sont moins exposées au soleil, tout en bénéficiant d’une température tempérée. Les pièces secondaires (WC, buanderie, cellier, etc.) sont exposées au nord.

Cette méthode de construction intelligente permet à la maison passive de devenir quasi autonome dans sa gestion de sa consommation d’énergie.

La conception bioclimatique de la maison passive intègre également l’environnement immédiat (présence de végétaux, voisinage) et les conditions climatiques de la région où se situe le bâtiment.

Les caractéristiques techniques de la maison passive avec la RT2020

Les autres critères à prendre en compte dans la construction d’une maison passive sont l’isolation thermique et la perméabilité à l’air. Sur ce point, la maison passive partage les mêmes caractéristiques que la maison basse consommation :

  • l’isolation thermique du bâtiment doit être de haute qualité. Pour exemple, les déperditions d’énergie dues à une mauvaise isolation de la toiture sont de l’ordre de 30 % ! L’isolation de la maison passive doit être soignée au niveau des murs, des combles, de la toiture, et du sol. Pour rappel, les objectifs d’étanchéité étant de 0,6 m3/m²/h, le choix de matériaux offrant une très bonne performance d’isolation et une résistance au temps est primordial. Ainsi pour éviter les déperditions d’énergie, les murs doivent être isolés par au moins 30 cm d’isolants, le toit de 40 cm et les sols de 20 cm ;
  • la traque des ponts thermique (rupture d’isolation à un point précis de la construction) doit être couplée avec les travaux d’isolation afin de limiter les pertes de chaleur vers l’extérieur ;
  • la ventilation de la maison passive doit faire l’objet d’un travail appliqué, car d’elle dépend une inertie optimale et une absence de pollution de l’air. Le choix d’une ventilation mécanique contrôlée, ou VMC double-flux, et l’installation de gaines de ventilation couvrant l’ensemble de l’habitat sont particulièrement indiqués dans une maison passive. Ces éléments permettent de réguler la température intérieure naturellement ;
  • l’utilisation d’équipements de chauffe à haute performance énergétique et utilisant une énergie renouvelable (chaudière à condensation, pompe à chaleur, poêle à bois ou chaudière à pellets de bois, chauffe-eau solaire, etc.). Bien évidemment, le choix, la taille et le nombre de ses équipements doivent prendre en compte les objectifs de consommation d’énergie (inférieure à 50 kWh/m² pour le chauffage) et le fait que la structure même d’une maison passive limite les besoins pour se chauffer. On surnomme souvent la maison passive « maison sans chauffage » ;
  • la mise en place d’ouvrants et de portes préservant du froid en hiver et de la chaleur en été, tels que des fenêtres et portes-fenêtres à triple vitrage, volets roulants, stores, etc. ;
  • le choix d’équipements électriques et d’électroménagers à faible consommation d’énergie. Sur ce point, vous pouvez vous référer à l’étiquetage énergétique obligatoire (étiquette énergie) sur de nombreux produits de consommation (ampoules basse consommation, LED, fours, réfrigérateurs, congélateurs, etc.).

Faites appel à un professionnel certifié RGE

Bien que non réglementée, comme peuvent l’être les maisons BBC avec la RT 2012, il est recommandé d’avoir recours à un professionnel certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement) dans la construction de sa maison passive. Ceci afin d’être rassuré sur les méthodes de construction employées, le respect des normes de sécurité et la garantie d’avoir un travail soigné et de qualité. Qui plus est, le recours à un artisan certifié RGE permet d’avoir accès aux multiples aides financières disponibles, notamment pour l’isolation thermique.

Comment rénover son logement pour le transformer en maison passive ?

Afin de réduire leur consommation d’énergie et leur facture de chauffage, les particuliers peuvent aussi entreprendre des travaux de rénovation dans leur logement actuel. Ils peuvent ainsi tenter de le transformer en maison passive.

Les objectifs à atteindre en rénovation énergétique

En parallèle du label Passivhaus, une autre labellisation a été créée pour répondre aux besoins de rénovation du parc immobilier existants en France. Tout comme son cousin dans la construction neuve, le label EnerPHit est une certification non encadrée par les pouvoirs publics. Néanmoins, les particuliers en quête d’une solution de rénovation énergétique efficace peuvent s’en inspirer, et transformer ainsi leur logement actuel en un modèle de performance énergétique.

Les objectifs à atteindre sont différents du label Passivhaus, principalement dus au fait que de nombreux bâtiments ne peuvent pas se soumettre aux multiples contraintes techniques. C’est pourquoi les caractéristiques du label EnerPHit comportent :

  • une consommation d’énergie annuelle liée au chauffage qui est inférieure à 25 kWh/m² ;
  • une consommation d’énergie primaire annuelle qui est inférieure à 120 kWh/m² ;
  • une étanchéité à l’air inférieure à 1 mètre cube par mètre carré et par heure pour une maison individuelle ;
  • une température intérieure constante avec un seuil de 10 % de jours acceptés (sur 365 jours) ayant une température supérieure à 25 °C.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Étude thermique et audit énergétique, les conditions d’avant-travaux

Avant de vous lancer dans des travaux de rénovation de la performance énergétique dans son logement, comment savoir si votre logement peut devenir une maison passive ? Et plus encore, si vous pouvez supporter le coût de travaux de rénovation ? Pour répondre à ces questions déterminantes, vous pouvez réaliser un audit énergétique de votre maison ou de votre appartement. Cet outil de mesure, réalisé par un professionnel du bâtiment, comprend une étude thermique du logement et permet dans un premier temps de répertorier toutes les faiblesses du logement ; puis d’établir une feuille de route précise et chiffrée des différents travaux à réaliser pour rénover votre logement.

Les travaux de performance énergétique à entreprendre

Une fois, l’audit énergétique effectué, vous êtes en possession de tous les éléments pour entreprendre des travaux de rénovation chez vous. Sachant que lesdits travaux sont quasiment similaires à ceux entrepris dans le label Passivhaus en maison neuve. À savoir : une isolation thermique poussée, le remplacement des portes et fenêtres par des modèles en triple vitrage, le remplacement de ses chauffages énergivores et chauffe-eau obsolescent, le choix d’une énergie renouvelable couplée avec des appareils électriques basse consommation, etc.

Vous devez également avoir recours à un professionnel certifié RGE pour prétendre aux aides financières disponibles pour ce type de travaux.

Les aides financières disponibles

Les travaux de rénovation de la performance énergétique de son logement s’inscrivent dans une démarche incitative de lutte contre le réchauffement climatique. Elle a été mise en place par les pouvoirs publics et ouvre droit à différentes aides financières. Ces aides sont disponibles sous conditions de ressources et se composent de la prime énergie,

Comment faire labelliser sa maison passive ?

Bien qu’il n’existe pas de label Maison passive officiel et reconnu par les pouvoirs publics, il est cependant possible de faire labelliser sa maison passive via une certification délivrée par certains organismes dont « La maison passive France ».

Ces labellisations Passivhaus (construction neuve) et EnerPHit (rénovation) vous offrent l’assurance de respecter tous les critères-clés nécessaires :

  • en construction neuve, une consommation de chauffage inférieure à 15 kWh/m2/an et une consommation d’énergie primaire totale inférieure à 120 kWh/m²/an, une étanchéité à l’air inférieure de 0,6 mètre cube par mètre carré et par heure, ainsi qu’une température supérieure à 25 °C ;
  • en rénovation de bâtiment, une consommation de chauffage inférieure à 25 kWh/m2/an et une consommation d’énergie primaire totale inférieure à 120 kWh/m²/an, une étanchéité à l’air inférieure de 1 mètre cube par mètre carré et par heure.

L’obtention de sa labellisation Passivhaus en construction neuve ou EnerPHit en rénovation se déroule en deux temps :

  1. à la fin de la phase de conception du projet, sur la base du dossier de conception complet et de l’étude thermique. Le certificateur réalise un rapport intermédiaire qui permet de revoir certains points de construction envisagés et de les optimiser au regard des performances énergétiques conseillées ;
  2. à la fin de la phase de construction de la maison passive, le certificateur appose une validation ou un avis négatif par rapport au dossier de conception validé à la phase 1.

Le prix du label Passivhaus en construction neuve ou EnerPHit en rénovation dépend du type de projet et fait l’objet d’un devis personnalisé.

Choisir entre 4 types de label PassivHaus en construction neuve

Vous avez la possibilité de choisir entre 4 types de label Passivhaus en fonction de votre projet de construction et de vos objectifs de performance énergétique :

  • le label bâtiment passif classique qui est le label de base et le plus populaire auprès des particuliers. Il reprend les 4 critères techniques de base évoqués ci-dessus ;
  • le label bâtiment passif plus qui inclue les 4 critères de base + une production d’énergie issue des énergies renouvelables au moins égale à 60 kWh/m2/an ;
  • le label bâtiment passif premium qui inclue les 4 critères de base + une production d’énergie issue des énergies renouvelables au moins égale à 120 kWh/m2/an ;
  • le label Base pour bâtiment sobre en énergie qui ne peut atteindre le label de la maison classique standard mais qui comporte quelques éléments de performance (dont une consommation d’énergie pour le chauffage inférieure à 30 kWh/m2/an).

Quel est le prix d’une maison passive ?

La conception d’une maison passive implique de multiples contraintes évoquées tout au long de cet article. À une isolation thermique très renforcée vont s’ajouter l’achat de matériaux et d’équipements reconnus pour leur performance énergétique, ainsi que le recours à des artisans du bâtiment expérimentés.

Tout ceci implique fatalement un coût assez élevé par rapport à une construction de maison traditionnelle (entre 1 500 € et 2 000 € du mètre carré). En moyenne, le surcoût est estimé entre 20 à 30 % par rapport à une maison classique. Cela étant dit, le prix d’une maison passive doit être vu comme un investissement sur le long terme. Les économies d’énergie réalisées sont autant d’euros de moins sur ses futures factures d’électricité et/ou de gaz.

Si vous souhaitez qu’elle soit labellisée, il faudra également intégrer le coût du label au montant final.

Comment faire davantage d’économies d’énergie ?

Habiter dans une maison passive est un pas efficace afin d’amorcer sa transition énergétique. Les bénéfices de ce type de logement sont multiples, et peuvent vraiment vous aider à contrôler votre consommation d’énergie.

En parallèle, l’adoption de gestes de consommation responsables (éco-gestes) est une solution complémentaire que vous pouvez mettre en œuvre dans votre vie quotidienne.

Savez-vous par exemple, que des éco-gestes, tels que débrancher les appareils en veille, ou diminuer de 1 °C la température du chauffage permettent de réduire le montant de sa facture d’électricité ?

Savez-vous également que le fait de changer de fournisseur d’énergie peut vous aider à baisser le montant de vos factures d’énergie ? Et qui plus est de choisir une énergie verte à des tarifs compétitifs ?

Pour cela, il suffit d’utiliser le comparateur de choisir.com pour trouver le fournisseur d’énergie qui vous convient et l’offre la plus adaptée à vos besoins.

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?