Choisir.com - Comparez, économisez.
rappel gratuit

L’Anah : agence nationale de l’habitat

Depuis près de 50 ans, l’Agence nationale de l’habitat œuvre pour l’amélioration du parc de logements privés en France. Au fil des décennies, son périmètre d’action s’est peu à peu étoffé. L’établissement public est aujourd’hui un acteur majeur de l’habitat avec une forte vocation sociale. Il accompagne les propriétaires dans leurs projets de rénovation et met son expertise à disposition des collectivités, pour la mise en œuvre de leur politique locale de l’habitat. Qu’est-ce que l’Anah ? Quelles sont ses missions ? Quelles aides financières propose-t-elle ? Choisir.com répond à toutes vos questions.

Anah

Présentation de l’Anah

L’Anah est un établissement public administratif placé sous la tutelle de trois ministères : le ministère de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, le ministère de l’Action et des comptes publics et le ministère de l’Économie et des finances.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?

50 ans d’histoire

L’Anah est créée en 1971 par la loi de finances n° 70-1283 du 31 décembre 1970, sous l’appellation « Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat ». Elle se substitue alors au Fonds national d’amélioration de l’habitat, mis en place en 1945 à la sortie de la guerre, pour répondre à l’inconfort et à la dégradation du parc existant.

À sa création, la vocation de l’Anah est de donner une nouvelle impulsion à la politique de l’habitat, en promouvant notamment la généralisation dans tous les logements de W.-C, de salles de bains et du chauffage central, perçus comme éléments de confort désormais essentiels.

En 2006, l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat devient l’Agence nationale de l’habitat, mais conserve l’acronyme Anah. Ce changement de nom illustre des modifications plus profondes : les compétences de l’établissement public sont élargies, pour répondre aux ambitions de la loi 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement national pour le logement. L’Anah a pour rôle de développer l’offre locative privée à loyers modérés, en établissant des conventions avec les bailleurs, qui s’engagent à louer leur bien à des prix inférieurs à ceux du marché aux publics les plus modestes.

Organisation

L’Agence nationale de l’habitat est composée de 115 collaborateurs regroupés en son siège, à Paris. Elle met en œuvre les décisions prises par le conseil d’administration, qui :

  • détermine ses orientations ;
  • décide des conditions d’attribution des aides financières ;
  • vote le budget de l’agence et le montant des enveloppes par région ;
  • approuve les comptes annuels.

Actuellement présidé par Thierry Repentin, le conseil d’administration est composé de représentants de l’État, d’élus et représentants locaux ainsi que de membres d’organisations qualifiées, telles que l’Anil ou Action logement.

L’action de l’Anah est relayée localement par les Directions départementales des territoires (DDT) ou directement par les collectivités territoriales ayant choisi d’être délégataires de compétences. En effet, depuis la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales, l’État est autorisé à déléguer aux EPCI (Établissements publics de coopération intercommunale) la gestion des « aides à la pierre », c’est-à-dire les subventions liées, notamment, à la rénovation de logements privés.

Anah carte délégataires de compétences

Carte des départements et collectivités territoriales ayant choisi d’être délégataires des compétences de l’Anah(Source : Anah)

Après signature d’une convention de délégation de compétence avec l’État pour une durée de 6 ans, les délégataires de compétences prennent en charge, pour le compte de l’Anah, la gestion :

  • des aides à l’amélioration de l’habitat privé ;
  • des aides à la pierre pour le logement social ;
  • des dispositifs de location-accession.

En parallèle, une seconde convention est signée entre le délégataire et l’Anah, déterminant le budget annuel des crédits dédiés au parc privé ainsi que le rôle de chacun. Deux types de conventions sont possibles :

  • convention de délégation de type 2 : instruction des dossiers d’aides financières par la délégation locale de l’Anah ;
  • convention de délégation de type 3 : instruction des dossiers d’aides financières par le délégataire lui-même.

De nombreux partenaires

Dans le cadre de ses missions, l’Agence nationale de l’habitat est amenée à collaborer avec de nombreuses entités partenaires : Action logement, l’ADEME (Agence de la transition écologique), l’Anil (Agence nationale d’information sur le logement), l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), la Caisse des dépôts, les fournisseurs d’énergie, la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), etc.

Budget

Le budget de l’Agence nationale de l’habitat s’élève à 2,7 milliards d’euros pour l’année 2021.

Une partie de son financement est issue de la vente aux enchères des quotas d’émissions de gaz à effet de serre (420 millions d’euros).

Les quotas d’émissions : de quoi s’agit-il ?

Depuis 2005, l’Union européenne a mis en place un système d’échange de quotas d’émissions de Gaz à effet de serre (GES), ou « quotas carbone », afin de contrôler et, in fine, de diminuer la quantité de CO2 émise. Concrètement, il s’agit d’une bourse du carbone dans laquelle, chaque année, les industries et producteurs d’électricité européens (responsables de 40 % des émissions de GES en Europe) se voient fixer individuellement un plafond d’émissions. Les entreprises les plus vertueuses peuvent ainsi vendre aux enchères leurs quotas carbone excédentaires (ou les conserver pour l’année suivante), tandis que celles ayant dépassé leur plafond sont contraintes d’acheter des quotas d’émissions pour compenser.Dans le cadre de ce dispositif, l’Anah récupère le produit de la vente des quotas mis sur le marché (à l’exception de ceux revendus directement par les industries), à hauteur de 420 millions d’euros pour 2021.

Les autres sources de financement du budget de l’Anah sont, notamment :

  • les recettes issues du Projet de loi de finances pour l’année 2021, spécifiquement destinées à financer le programme MaPrimeRénov’ (740 millions d’euros) ;
  • celles émanant du plan de relance mis en œuvre suite à l’épidémie de Covid-19 (426,8 millions d’euros) ;
  • celles provenant du programme « Urbanisme, territoires et amélioration de l’habitat » du Grand Plan d’Investissement (135 millions d’euros) ;
  • les recettes issues du dispositif des Certificats d’économies d’énergie (90,9 millions d’euros) ;
  • celles issues de la taxe sur les logements vacants (61 millions d’euros).

Le bilan 2020 en chiffres

En 2020, l’Anah a accordé 1,42 milliard d’euros d’aides, permettant la rénovation de plus de 247 000 logements, dont 141 000 dans le cadre du dispositif MaPrimeRénov’ et 68 000 dans le cadre du programme « Habiter Mieux ».

Quelles sont les missions de l’Anah ?

Les missions de l’Agence nationale de l’habitat ont une forte vocation sociale et solidaire. Elles s’orientent autour de deux axes majeurs :

  • la mise en place d’actions en faveur d’un habitat solidaire et durable ;
  • la mise en œuvre des politiques publiques décidées par l’État.

Agir en faveur d’un habitat solidaire et durable

Le rôle de l’Anah est d’améliorer le parc de logements privés en France, et ainsi de lutter contre les fractures sociales et territoriales ainsi que la précarité énergétique : les dimensions solidaires et durables sont donc fortement ancrées dans l’ADN de l’organisation.

Pour y parvenir, l’Anah doit, par ses actions, répondre à cinq objectifs :

1. Lutter contre les logements « indignes »

L’Anah fournit des aides pour financer les travaux de réhabilitation de logements susceptibles de générer des risques pour la santé ou la sécurité des locataires ou propriétaires-occupants, communément appelés « logements indignes ». Elle accompagne également les collectivités dans la mise en œuvre de dispositifs coercitifs pour améliorer les conditions de vie des foyers les plus modestes.

2. Réduire la précarité énergétique

Dans le cadre du programme « Habiter Mieux », l’agence soutient les travaux de rénovation visant à améliorer le confort énergétique des habitations et, par conséquent, à diminuer les dépenses en énergie.

3. Aider les copropriétés fragiles ou en difficulté

Depuis la loi ALUR (ou Accès au logement et urbanisme rénové), loi n° 2014-366 du 24 mars 2014, l’Anah participe au traitement des copropriétés en difficulté, en mettant notamment en place des dispositifs d’observation et de prévention.

4. Adapter l’habitat aux personnes en perte d’autonomie

L’Anah favorise l’accès des personnes âgées en perte de d’autonomie et des personnes handicapées à des logements adaptés, par le biais d’un accompagnement et d’aides financières pour la réalisation de travaux d’aménagement.

5. Favoriser l’accès au logement des ménages à faibles ressources

À travers la mise en place du programme « Louer Mieux », l’Agence nationale de l’habitat facilite l’accès au logement des publics les plus modestes. Dans le cadre de ce dispositif, les propriétaires-bailleurs s’engagent en effet à proposer un loyer inférieur à celui du marché, et bénéficient en contrepartie d’abattements fiscaux sur les revenus fonciers.

Service gratuit choisir.com

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop chère ?

faire une simulation

Mettre en œuvre les politiques publiques

La seconde grande mission de l’Agence nationale de l’habitat consiste à participer à la mise en œuvre des politiques publiques en matière de mal-logement, de transition énergétique et d’égalité entre les territoires. Actuellement, l’Anah intervient donc dans 6 d’entre elles :

Programme « Action Cœur de Ville »

Lancé en décembre 2017 pour une durée de 5 ans, le programme « Action Cœur de Ville », piloté conjointement par l’Anah et Action logement, a pour objectif d’accompagner 222 villes moyennes dans des opérations de revitalisation de leur centre-ville, en mettant l’accent sur l’amélioration de l’offre de logements. Au total, 2,7 milliards d’euros y sont consacrés, dont 1,2 milliard d’euros financés directement par l’Anah, qui intervient principalement dans le domaine de l’habitat privé.

Parmi les actions engagées : la transformation d’une ancienne clinique en 19 logements à Angoulême, la réhabilitation d’un monument historique Art déco à Fort-de-France ou encore la restructuration de 8 immeubles exigus en un nouvel ensemble mieux aménagé à Carpentras.

Dispositif « Initiative Copropriétés »

L’objectif premier du plan « Initiative Copropriétés » (2018-2028) est d’intervenir sur les copropriétés privées dégradées, en restaurant le bâti et en améliorant ainsi les conditions de vie de leurs habitants. Il s’agit donc de lutter contre le mal-logement, l’insalubrité et l’insécurité, en travaillant sur trois axes :

  • « recycler » les copropriétés très dégradées, en les démolissant ou en les transformant en profondeur ;
  • sauvegarder et redresser les copropriétés dégradées ;
  • prévenir et réhabiliter les copropriétés fragiles (passoires énergétiques, situation de précarité financière et sociale, etc.).

2,74 milliards d’euros sont consacrés à ce plan, dont 2 milliards d’euros sont financés par l’Anah, pilote du projet, pour un objectif de 58 000 logements rénovés d’ici 2028.

Programme « Logement d’Abord »

Le plan quinquennal pour le Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme (2018-2022) est une réponse à la saturation des dispositifs d’hébergement d’urgence pour les personnes sans-domicile. Il a pour ambition de favoriser l’accès direct des sans-abri à un logement permanent, en lieu et place d’une réponse d’urgence temporaire.

Dans ce programme piloté par la Dihal (Délégation interministérielle à l’hébergement et à l’accès au logement), l’Anah intervient notamment dans le cadre du dispositif « Louer Mieux », visant à inciter les propriétaires bailleurs à louer leur bien à loyer modéré, à des personnes à revenus modérés. L’Anah consacre chaque année 8 millions d’euros au programme « Logement d’Abord ».

Plan Climat et Plan rénovation énergétique des bâtiments

Au cœur du plan Climat et du plan de rénovation énergétique des bâtiments, tous deux en vigueur jusqu’en 2022 : la lutte contre les passoires énergétiques, dans laquelle l’Anah intervient à travers son programme « Habiter Mieux ». L’Agence nationale de l’habitat s’est fixée pour objectif la rénovation de 75 000 logements chaque année (plus d’informations sur ce dispositif dans la section consacrée aux aides de l’Anah, en fin d’article).

Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU)

Piloté par l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), le NPNRU (2014-2024) a pour objectif de transformer en profondeur 480 quartiers prioritaires. Dans ce cadre, l’Anah agit en faveur des copropriétés en difficulté et de la lutte contre les logements indignes.

À qui s’adresse l’Anah ?

Dans le cadre de son action, l’Agence nationale de l’habitat s’adresse à quatre publics différents.

Les collectivités territoriales

L’Anah accompagne les collectivités (élus et responsables des services Habitat) dans la définition et la mise en œuvre de leurs projets visant à améliorer le parc résidentiel privé sur leur territoire :

  • lutte contre l’habitat indigne ;
  • lutte contre la précarité énergétique ;
  • adaptation des logements à la perte d’autonomie ;
  • traitement des copropriétés en difficulté ;
  • développement d’un parc privé à vocation sociale.

Cet accompagnement peut se faire dans le cadre du PLH (Programme local de l’habitat) de l’intercommunalité.

L’Anah accompagne également les collectivités à travers la mise en place d’OPAH (Opérations programmées d’amélioration de l’habitat).

Qu’est-ce qu’une OPAH ?

Dispositif créé en 1977, une opération programmée d’amélioration de l’habitat est un outil mis à la disposition des collectivités territoriales pour permettre la réhabilitation du patrimoine bâti à vocation résidentielle, par le biais de subventions. Il se matérialise par la signature d’une convention entre la collectivité, l’État et l’Anah, d’une durée de 3 à 5 ans.Les OPAH répondent avant tout à une ambition d’amélioration de l’offre de logements portée par les territoires, qui en fixent les objectifs, en concertation avec l’Anah. Il en existe 4 types :
• l’OPAH de droit commun (ou OPAH classique) ;
• l’OPAH de Renouvellement urbain (RU), dont l’objectif est d’agir dans les zones urbaines et sociales les plus difficiles ;
• l’OPAH de Revitalisation rurale (RR) qui concerne les territoires ruraux dévitalisés ;
• l’OPAH de copropriété, visant à traiter les copropriétés dégradées.
En 2020, 164 opérations programmées ont fait l’objet d’une convention. Plus de 650 sont en cours de réalisation. Sur son site, l’Anah informe le public sur les projets en cours grâce à un moteur de recherche dédié aux OPAH.

Enfin, lorsqu’une EPCI ou un conseil département a opté pour la délégation de compétence concernant la gestion des aides à la pierre (et se substitue alors à l’Anah dans l’attribution des aides financières pour le logement social et l’amélioration des logements privés), l’Agence nationale de l’habitat joue alors un rôle primordial d’appui et de conseil.

Les propriétaires occupants

L’Anah accompagne les propriétaires occupant leur logement (maison ou appartement) dans la réalisation de différents travaux :

  • amélioration du confort énergétique (dispositifs « Habiter Mieux » et « MaPrimeRénov’ ») ;
  • rénovation du logement pour le rendre plus sain (« Habiter Sain ») ou pour le sécuriser (« Habiter Serein ») ;
  • adaptation du logement à un handicap ou à une diminution de l’autonomie (« Habiter Facile »).

Dans ce cadre, l’agence propose différents dispositifs d’aides, qui seront détaillés dans la section suivante.

Les propriétaires bailleurs

L’Anah s’adresse également aux propriétaires bailleurs, en leur proposant de bénéficier de déductions fiscales avantageuses, s’ils acceptent de louer leur bien immobilier à un loyer abordable, à des locataires à faibles ressources (programme « Louer Mieux »).

Les propriétaires bailleurs peuvent également engager des travaux de rénovation énergétique pour améliorer le confort de leurs locataires, grâce à MaPrimeRénov’.

Les syndicats de copropriétaires

Enfin, l’Anah s’adresse aux copropriétaires de résidence nécessitant des travaux de rénovation énergétique. Elle leur permet de bénéficier, sous conditions, d’aides financières pour la réalisation de leurs travaux, dans le cadre du programme « Habiter Mieux Copropriété ».

Quelles sont les différentes aides proposées par l’Anah ?

Au-delà de son rôle d’accompagnement et de conseil, l’Anah propose de nombreux dispositifs pour financer l’amélioration du parc de logements privés en France.

Mon Projet Anah, le site web dédié aux aides de l’Anah

L’Agence nationale de l’habitat a mis en place un site internet dédié, en partenariat avec le réseau FAIRE (Faciliter, accompagner et informer pour la rénovation énergétique) afin d’informer les différents publics sur l’ensemble des dispositifs existants. Les utilisateurs, qu’ils soient propriétaires occupants ou propriétaires bailleurs, peuvent effectuer leur demande d’aide directement en ligne. Par ailleurs, en indiquant leur numéro fiscal et le numéro de référence de leur avis d’imposition, les propriétaires occupants peuvent, en quelques clics, vérifier leur éligibilité en fonction de leurs ressources.

Voici un tableau récapitulatif afin de visualiser rapidement les différents dispositifs mis en œuvre par l’Anah :

Nom du dispositifPublic visé Domaine d’intervention
MaPrimeRénov’– Propriétaires occupants.
– Propriétaires bailleurs.
– Copropriétés. (Dispositif accessible à tous)
Rénovation globale du logement permettant un gain énergétique significatif
Habiter Mieux SérénitéPropriétaires occupants (Sous conditions de ressources)
Habiter Mieux CopropriétéSyndicat de copropriétairesRénovation globale de la copropriété permettant un gain énergétique significatif
Habiter FacilePropriétaires occupantsTravaux d’adaptation du logement au vieillissement ou au handicap
Habiter SereinTravaux d’assainissement ou de sécurisation du logement
Habiter SainTravaux d’amélioration du confort d’un logement insalubre ou dégradé
Louer MieuxPropriétaires bailleursDéveloppement de l’offre locative à loyer modéré
Sources : Anah et MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’

Mis en place en janvier 2020, le programme « MaPrimeRénov’ » est issu d’une fusion entre le programme « Habiter Mieux Agilité » de l’Anah et le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). Cette aide financière permet de financer des travaux de rénovation énergétique, tels que l’équipement de nouveaux appareils de chauffage ou l’isolation thermique de l’habitation.

Initialement soumise à conditions de ressources, MaPrimeRénov’ a évolué à compter du 1er octobre 2020 : elle est désormais accessible à tous les propriétaires et à toutes les copropriétés, quelles que soient les conditions de ressources du bénéficiaire. Le montant de l’aide est majoré pour les ménages à revenus modestes (4 paliers sont définis).

Attention

Ces nouvelles conditions concernent les demandes d’aides pour lesquelles le devis du professionnel réalisant les travaux a été signé à partir du 1er octobre 2020, et dont le dossier a été déposé après le 11 janvier 2021.

Pour plus de renseignements ou pour effectuer votre demande de subvention en ligne, consultez le site Web MaPrimeRénov’.

Habiter Mieux Sérénité

Le dispositif « Habiter Mieux Sérénité » est composé d’un accompagnement de l’Anah et d’une aide financière pour réaliser des travaux de rénovation globale du logement (chauffage, isolation, ventilation, menuiserie), permettant un gain énergétique d’au moins 25 %.

La subvention est attribuée sous conditions de ressources. Elle prend en charge jusqu’à 50 % du montant des travaux, dans la limite de 10 000 €, et peut être complétée dans certains cas par une prime de 2 000 €.

Habiter Mieux Copropriété

Le dispositif « Habiter Mieux Copropriété » est une déclinaison du programme « Habiter Mieux Sérénité », appliquée aux copropriétés dites « fragiles ». Pour être éligible au financement de travaux de rénovation globale, la copropriété doit être composée d’au moins 75 % de lots occupés à titre de résidence principale, et afficher une étiquette énergétique entre D et G. Elle doit également être en situation de « fragilité financière ».

Habiter Facile

Le programme « Habiter Facile » s’adresse aux populations seniors et aux personnes en situation de handicap, dont le logement nécessite des aménagements. L’objectif est de faciliter la vie au quotidien des bénéficiaires, et de permettre le maintien au domicile des personnes âgées.

Par le biais de cette aide financière, l’Anah peut prendre en charge jusqu’à 50 % du montant total des travaux hors taxe, pour les ménages aux ressources « très modestes », dans la limite de 10 000 € maximum. Les ménages aux revenus modestes peuvent faire financer jusqu’à 35 % du montant total des travaux (HT), dans la limite de 7 000 € maximum.

Parmi les travaux éligibles, citons :

  • l’installation d’une douche de plain-pied en remplacement d’une baignoire ;
  • l’élargissement des portes ;
  • l’installation d’une rampe d’accès au logement ;
  • l’installation d’un monte-escalier électrique.

Habiter Serein et Habiter Sain

Les dispositifs « Habiter Serein » et « Habiter Sain » permettent de financer partiellement des travaux autres qu’énergétiques : travaux permettant la mise en sécurité du logement (renforcement des fondations, rénovation des réseaux d’électricité ou de gaz, etc.) ou le rendant plus confortable ou plus sain (création d’une salle de bains, installation de W.-C, etc.).

Comme les autres dispositifs de l’Anah (excepté « MaPrimeRénov’ »), ils sont soumis à conditions de ressources. Jusqu’à 50 % du montant total des travaux (HT) peut être pris en charge, dans la limite de 10 000 € pour le programme « Habiter Sain » et 25 000 € pour le programme « Habiter Serein ».

Bon à savoir

Les aides « Habiter Facile », « Habiter Serein » et « Habiter Sain » peuvent être cumulées avec une prime « Habiter Mieux » de 2 000 €, lorsque les travaux financés permettent un gain énergétique d’au moins 25 %.

Louer Mieux

Le dispositif « Louer Mieux » se distingue des précédents : en effet, il s’adresse uniquement aux propriétaires bailleurs. Il ne s’agit pas d’une aide financière à proprement parler, mais de l’octroi d’une fiscalité avantageuse pour le bailleur, sous réserve que celui-ci respecte des conditions de location strictes. En contrepartie d’une déduction fiscale importante sur ses revenus fonciers bruts, il s’engage à louer son logement à des personnes à revenus modérés et à un loyer abordable (le montant de loyer maximal étant fixé par l’Anah). Le contrat « Louer Mieux » est signé pour une durée de 6 ou 9 ans.

Les autres dispositifs d’aides

En dehors des programmes mis en œuvre par l’Anah, d’autres dispositifs d’aide à la rénovation sont disponibles pour les propriétaires, tels que les offres « Coup de pouce chauffage » et « Coup de pouce isolation » des fournisseurs d’énergie (proposées dans le cadre des certificats d’économies d’énergie) ou encore l’éco-prêt à taux zéro.Certaines aides sont cumulables avec celles de l’Anah :
• l’éco-prêt à taux zéro ;
• les aides des collectivités locales ;
• les aides d’Action logement.

Les plafonds de l’Anah

Quelles sont les conditions de ressources pour pouvoir prétendre aux aides de l’Anah ? Pour répondre à cette question, il convient de distinguer deux types d’aides :

  • l’aide MaPrimeRénov’ ;
  • les aides spécifiques de l’Anah.

Les conditions de ressources pour bénéficier de MaPrimeRénov’

Rappelons tout d’abord que pour les devis signés depuis le 1er octobre 2020, le programme MaPrimeRénov’ est désormais accessible à tous les propriétaires et à toutes les copropriétés, quelles que soient les conditions de ressources du bénéficiaire.

Néanmoins, le Revenu fiscal de référence (RFR) du ménage demandeur va influer sur le montant de l’aide accordé. En effet, 4 profils de revenus (bleu, jaune, violet, rose) ont été définis, permettant aux bénéficiaires d’accéder à des primes plus ou moins élevées (un coup de pouce supplémentaire étant accordé aux foyers les plus modestes).

Composition du foyer fiscalLocalisation du bien à rénoverRevenu fiscal de référence
MaPrimeRénov’
Bleu
MaPrimeRénov’
Jaune
MaPrimeRénov’
Violet
MaPrimeRénov’
Rose
1 personneÎle-de-FranceJusqu’à 20 593 €Jusqu’à 25 068 €Jusqu’à 38 184 €Supérieur à 38 184 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 14 879 €Jusqu’à 19 074 €Jusqu’à 29 148 €Supérieur à 29 148 €
2 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 30 225 €Jusqu’à 36 792 €Jusqu’à 56 130 €Supérieur à 56 130 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 21 760 €Jusqu’à 27 896 €Jusqu’à 42 848 €Supérieur à 42 848 €
3 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 36 297 €Jusqu’à 44 188 €Jusqu’à 67 585 €Supérieur à 67 585 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 26 170 €Jusqu’à 33 547 €Jusqu’à 51 592 €Supérieur à 51 592 €
4 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 42 381 €Jusqu’à 51 597 €Jusqu’à 79 041 €Supérieur à 79 041 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 30 572 €Jusqu’à 39 192 €Jusqu’à 60 336 €Supérieur à 60 336 €
5 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 48 488 €Jusqu’à 59 026 €Jusqu’à 90 496 €Supérieur à 90 496 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 34 993 €Jusqu’à 44 860 €Jusqu’à 69 081 €Supérieur à 69 081 €
Par personne supplémentaireÎle-de-France+ 6 096 €+ 7 422 €+ 11 455 €
Hors Île-de-France+ 4 412 €+ 5 651 €+ 8 744 €
Plafonds de ressources MaPrimeRénov’ 2021
Source : Service Public – Rénovation énergétique : « MaPrimeRénov’ »

Les conditions de ressources pour bénéficier des autres aides de l’Anah

Contrairement à MaPrimeRénov’, les aides historiques de l’Anah sont accessibles uniquement aux foyers aux ressources les plus modérées. Le taux d’aide peut varier, selon que le ménage demandeur est considéré comme « modeste » ou « très modeste ».

Retrouvez dans le tableau ci-dessous les plafonds de ressources fixés pour les dossiers déposés en 2021 :

Composition du foyer fiscalLocalisation du bien à rénoverRevenu fiscal de référence
Ménages aux ressources
« modestes »
Ménages aux ressources
« très modestes »
1 personneÎle-de-FranceJusqu’à 25 068 €Jusqu’à 20 593 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 19 074 €Jusqu’à 14 879 €
2 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 36 792 €Jusqu’à 30 225 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 27 896 €Jusqu’à 21 760 €
3 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 44 188 €Jusqu’à 36 297 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 33 547 €Jusqu’à 26 170 €
4 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 51 597 €Jusqu’à 42 381 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 39 192 €Jusqu’à 30 572 €
5 personnesÎle-de-FranceJusqu’à 59 026 €Jusqu’à 48 488 €
Hors Île-de-FranceJusqu’à 44 860 €Jusqu’à 34 993 €
Par personne supplémentaireÎle-de-France+ 7 422 €+ 6 096 €
Hors Île-de-France+ 5 651 €+ 4 412 €
Plafonds de ressources de l’Anah 2021
Source : Anah

Qu’est-ce que le revenu fiscal de référence ?

Le Revenu fiscal de référence (RFR) est calculé par les services fiscaux à partir de votre déclaration de revenus. Il prend en compte l’ensemble des revenus du foyer et figure sur votre avis d’imposition, dans le cadre « Vos références ».

Pour les demandes d’aides de l’Anah effectuées en 2021, le revenu fiscal de référence pris en compte est celui de votre avis d’imposition 2020, calculé à partir de vos revenus de 2019.

Les autres conditions d’octroi des aides de l’Anah

Outre les revenus du foyer, d’autres critères sont à respecter pour bénéficier des différentes aides proposées par l’Anah.

Les conditions à respecter pour bénéficier de MaPrimeRénov’

Le bien concerné par les travaux :

  • est construit depuis au moins 2 ans ;
  • constitue la résidence principale du demandeur ;
  • est situé en France métropolitaine ou en Outre-mer.

Par ailleurs, les travaux prévus doivent figurer dans la liste des travaux éligibles à l’aide MaPrimeRénov’.

Les conditions à respecter pour bénéficier des aides « Habiter Mieux » de l’Anah

Le bien concerné par les travaux :

  • est construit depuis plus de 15 ans au moment où la demande d’aide est acceptée ;
  • constitue la résidence principale du demandeur, lequel s’engage également à habiter le logement au minimum 6 ans après la fin des travaux.

Autres conditions : le devis des travaux doit être de 1 500 € minimum. Le demandeur ne doit pas avoir bénéficié d’un prêt à taux zéro pour l’accession à la propriété dans les 5 années précédant sa demande.

Enfin, comme pour toutes les aides nationales à la rénovation énergétique, le dossier d’aide est impérativement déposé avant acceptation du devis et démarrage des travaux, lesquels doivent être réalisés par un artisan certifié RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Un simulateur en ligne pour vérifier votre éligibilité aux aides de l’Anah

Pour vérifier votre éligibilité aux aides en fonction des plafonds de l’Anah et des caractéristiques de votre logement à rénover, le simulateur « Simul’Aides » est à votre disposition sur le site du réseau FAIRE – Tout pour ma rénov’.

Celui-ci vous permettra, en quelques clics seulement, de connaître les aides financières de l’Anah auxquelles vous pouvez prétendre (MaPrimeRénov’ et aides « Habiter Mieux »), mais également celles des collectivités locales.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

calculez vos économies vous préférez être rappelé ?