Choisir.com - Comparez, économisez.
09 71 07 14 93

Isolation du logement : conseils, avis et aides

De plus en plus de consommateurs cherchent à diminuer leurs consommations d’énergie, que ce soit pour faire des économies ou en réponse aux enjeux climatiques actuels. Dans cette optique, nombreux sont ceux qui se tournent vers la rénovation énergétique de leur logement, et plus précisément vers l’amélioration de son isolation : il est bien connu que l’énergie la plus propre et la moins chère est celle qu’on ne consomme pas. Voici toutes les informations à connaître avant de se lancer dans des travaux d’isolation.

isolation logement

Que signifie l’isolation d’un logement ?

L’isolation d’un logement fait généralement référence à sa capacité à conserver la chaleur en hiver ; c’est ce que l’on appelle l’isolation thermique. Une maison bien isolée n’a besoin que de peu de chauffage pour atteindre et maintenir la température idéale d’un logement. Au contraire, une maison mal isolée est souvent « impossible à chauffer » : quelle que soit la puissance et la durée d’utilisation du chauffage, la maison reste froide. Ces habitations sont souvent appelées passoires thermiques, un terme imagé qui représente bien le problème de ces logements qui laissent s’échapper l’air chaud et entrer l’air froid.

Une maison bien isolée limite les échanges de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur et dispose donc d’une bonne isolation contre la chaleur : en plus d’être moins froide en hiver, elle apporte généralement un plus grand confort en été avec des températures moins élevées. Il est donc tout à fait approprié d’améliorer l’isolation en prévision de l’été.

Isolation acoustique

Lorsque l’on parle d’isoler un logement, cela inclut parfois la notion d’isolation phonique, c’est-à-dire la protection contre le bruit. Il peut s’agir de protéger l’intérieur du logement contre les sons extérieurs (autoroute, chemin de fer, bars et restaurants, entreprise bruyante, etc.) ou de limiter la propagation des sons d’une pièce à une autre (atelier de menuiserie, studio d’enregistrement, voisins bruyants, etc.).

Qu’est-ce que l’isolation thermique ?

Pour bien comprendre ce qu’est l’isolation, il est nécessaire de se pencher sur la manière dont la chaleur peut se déplacer. Trois principes physiques sont à souligner ici, ils correspondent aux trois modes de transfert thermique :

  1. la convection est le déplacement de l’énergie thermique par un fluide. Très simplement, l’air chaud d’une pièce monte alors que l’air froid descend. C’est également ce qu’il se passe dans une casserole sur le feu (l’eau chaude monte et l’eau plus froide descend) ;
  2. la conduction est un transfert thermique sans déplacement de global de matière, c’est-à-dire que chaque atome transfert une partie de sa chaleur à son voisin et ainsi de suite. Par exemple, si notre casserole sur le feu a un manche en métal (un très bon conducteur thermique), il sera rapidement impossible de l’attraper sans se brûler, la chaleur s’est propagée par conduction ;
  3. le rayonnement (ou radiation) est un transport de chaleur instantané via les ondes infrarouges (invisibles à l’œil nu) à travers le vide ou un gaz. C’est ainsi que la chaleur d’un feu de camp réchauffe toutes les personnes situées autour, mais dès qu’un écran est placé entre le feu et une personne, la sensation de chaleur cesse immédiatement.
propagation de la chaleur
Illustration de la propagation de la chaleur

Limiter la perte d’air chaud

Ces connaissances en physique s’appliquent directement à l’isolation du logement. Par exemple, pour lutter contre les effets de la convection (déplacement d’air chaud vers le haut), il est conseillé :

  • de s’assurer que les portes et fenêtres sont récentes et de bonne qualité. De vieux modèles en bois laissent souvent s’échapper une grande quantité d’air chaud en hiver ;
  • de mettre l’accent sur l’isolation pour toiture, soit en faisant isoler l’extérieur du toit soit en faisant isoler les combles ;
  • d’investir dans un déstratificateur d’air pour les pièces dont la hauteur sous plafond est importante. Ainsi, l’air chaud ne s’accumule plus sous le plafond mais réchauffe l’espace occupé par les habitants du logement.

Isolation et aération du logement

En hiver, il peut être tentant de calfeutrer son habitation pour s’assurer que l’intégralité de l’air chaud reste à l’intérieur. Pourtant, il est indispensable d’aérer sa maison régulièrement. Cela garantit un air sain pour les occupants du logement et diminue les problèmes d’humidité. Plusieurs solutions existent :

  • certaines maisons sont équipées de grilles d’aération naturelle dont la taille est calculée en fonction du volume habité. Il n’est alors pas nécessaire d’aérer manuellement les pièces, mais il est primordial de ne pas obstruer ces entrées d’air ;
  • les utilisateurs d’une ventilation mécanique (VMC, VMR, VMI, etc.) n’ont pas besoin d’ouvrir les fenêtres tant qu’elle est en fonctionnement ;
  • les personnes qui ne sont pas dans un des deux cas ci-dessus devront prendre le temps d’ouvrir en grand les fenêtres cinq à dix minutes par jour.

Lutter contre la conduction thermique

Pour diminuer la perte de chaleur par conduction, il faut regarder du côté de la conductivité thermique des matériaux utilisés pour isoler les différentes parties du logement. Cette grandeur désigne la capacité d’une matière à propager la chaleur : plus elle est basse, plus le matériau est isolant (et donc moins il conduit la chaleur). La conductivité est notée λ (lambda) et exprimée en Watt par mètre-Kelvin (W/m.K)

La conductivité thermique est une notion très utile pour comparer la qualité de différents matériaux à volume et température égaux. Dans la pratique, elle manque toutefois d’application directe. Par exemple, elle n’apporte pas de réponse simple à une personne qui se demande s’il vaut mieux acheter un rouleau de 5 cm d’épaisseur de matériau A ou une plaque de 8 cm de matériau B pour limiter les déperditions thermiques. Pour répondre à cette problématique et aider les consommateurs à savoir quelle épaisseur d’isolation choisir, les fabricants mettent généralement en avant la résistance thermique de leurs produits. Notée R (et exprimée en m².K/W ou mètre carré-Kelvin par Watt) , elle est le quotient de l’épaisseur de l’isolant (exprimée en mètre) par sa conductivité thermique : plus elle est élevée, plus le produit est isolant.

Quel isolant choisir ?

La résistance thermique est un excellent critère de choix d’un isolant, mais il n’est pas le seul. La méthode d’isolation utilisée (par l’intérieur, par l’extérieur, etc.) joue aussi un rôle de taille dans la maîtrise des ponts thermiques. Ceux-ci représentent des « trous » dans l’isolation du logement où la conductivité est importante et où une grande quantité de chaleur se perd, ruinant les efforts faits sur le reste des parois. Les ponts thermiques existent dans les murs et la toiture, mais aussi au niveau des ouvertures ; il est donc recommandé de se pencher sur l’isolation des fenêtres.

Connaître l’émissivité d’un bâtiment

Tous les objets émettent un rayonnement thermique, c’est ce que l’on appelle le principe d’émissivité. Il est intéressant de mesurer la quantité d’énergie que les matériaux émettent, car plus celle-ci est élevée, moins la substance en question est isolante. Pour comparer les isolants, on utilise le coefficient d’émissivité noté ε (epsilon) qui varie de 0,0 à 1,0. Plus ce coefficient est bas, plus le matériau considéré est isolant.

Par exemple, un matériau dont le coefficient d’émissivité est de 0,2 absorbe seulement 20 % du rayonnement thermique qui l’atteint et réfléchit 80 % de ce rayonnement. Autrement dit, cet isolant permet de conserver à l’intérieur 80 % de l’énergie thermique qui aurait pu s’échapper sous forme de rayonnement.

comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Pourquoi isoler un logement ?

Les travaux de rénovation énergétique apportent de nombreux avantages aux occupants d’une habitation, et parmi ces travaux, l’amélioration de l’isolation est le plus efficace. Voici pourquoi renforcer l’isolation d’un logement :

  • les économies qui peuvent être réalisées sont substantielles. D’après une étude de l’Agence de la transition écologique (ADEME) publiée en juin 2019, le chauffage compte pour 66 % des consommations énergétiques des ménages en France. Isoler un logement permet de chauffer moins et donc de diminuer le montant des factures sur le long terme ;
  • un bâtiment bien isolé nécessite moins d’entretien car il se dégrade moins vite ; il s’agit donc d’un investissement doublement rentabilisé sur le long terme ;
  • l’impact du chauffage sur l’environnement du chauffage est très important, particulièrement pour les maisons chauffées au gaz ou au fioul. Revoir l’isolation permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’un logement ;
  • l’amélioration de l’isolation est aussi un outil de lutte contre la précarité énergétique. Plus un logement est facile à chauffer, mois ses occupants auront besoin de ressources financières pour se maintenir à une température confortable ;
  • pour le propriétaire du logement, qu’il en soit l’occupant ou non, une bonne isolation apporte de la valeur au bien ;
  • une bonne isolation améliore fortement le confort des occupants du logement, et la température ressentie est alors bien plus proche de la température ambiante.
température ressentie dans le logement selon isolation
Source : Guide « Isoler sa maison » publié par l’ADEME en Novembre 2021

Le seul inconvénient de ces travaux est qu’ils constituent un investissement de taille. Pour les foyers les plus modestes, il semble souvent impossible de trouver l’argent nécessaire aux travaux de rénovation énergétique. Il faut cependant souligner que de nombreuses aides de l’État ont été mises en place pour accompagner les familles en difficulté financière : elles sont détaillées au bas de cet article.

Comment faire des économies sur le chauffage ?

Sur le long terme, la meilleure manière de faire baisser les factures d’électricité est d’améliorer les performances énergétiques de l’appartement ou la maison. Cependant, il existe des astuces pour diminuer la consommation d’énergie d’un ménage sans investissement. La plus efficace consiste à utiliser un comparateur de fournisseurs d’énergie pour trouver le contrat le moins cher.

Quand refaire l’isolation d’une maison ?

La durée de vie de l’isolation d’une maison est relativement longue, mais elle est forcément inférieure à celle du bâtiment qu’elle protège des variations de température. Les constructions les plus récentes sont normalement des maisons basse consommation, mais pour les personnes choisissant d’investir dans l’ancien, le moment vient toujours où il faut remplacer l’ancienne isolation. Le délai entre la pose d’un isolant et son remplacement dépend de plusieurs critères :

  • le matériau utilisé ;
  • la méthode de pose ;
  • la qualité de la pose ;
  • la présence éventuelle de rongeurs qui se nourrissent de certains isolants ;
  • l’hygrométrie dans l’habitation et le taux d’humidité dans le matériau, car la plupart ne résistent pas aux moisissures.

En général, il convient de commencer à se pencher sur la question de la rénovation de l’isolation environ 20 ans après les derniers travaux d’isolation. Plusieurs signes suggèrent que l’isolant en place est en fin de vie, notamment :

  • dans les espaces où l’isolant est accessible, vous constatez :
    • des traces de rongeurs ;
    • la présence de moisissures ;
    • le tassement de l’isolation (son épaisseur a diminué).
  • le logement est de plus en plus difficile à chauffer ;
  • le taux d’humidité de l’air intérieur est élevé (condensation sur les vitres, moisissure sur les murs et plafonds) ;
  • la répartition de la chaleur à l’intérieur n’est pas homogène (certaines zones restent plus froides que les autres) ;
  • la température intérieure varie rapidement lorsque la température extérieure change ;
  • les murs sont froids au toucher ;
  • les sons provenant de l’extérieur sont facilement audibles depuis l’intérieur.

Si une ou plusieurs de ces propositions s’appliquent à votre logement, il est probablement temps de revoir une partie au moins de l’isolation de l’habitat. Pour en avoir le cœur net, l’idéal est de demander conseil à un professionnel qui inspectera le logement, par exemple en faisant un bilan énergétique et/ou un diagnostic humidité et donnera ses recommandations.

Dans quel ordre isoler ma maison ?

Comme expliqué ci-dessus, la chaleur se déplace de plusieurs manières différentes, il peut donc être difficile de savoir par où commencer les travaux d’isolation. Pour aider les particuliers à y voir plus clair, L’ADEME (Agence de la transition écologique) publie régulièrement des guides pratiques sur la rénovation énergétique. Dans sa publication « Isoler sa maison » de novembre 2021, cet organisme classe les points faibles des logements anciens et non-isolés. Les pertes de chaleur se font dans l’ensemble ainsi :

  • 25 à 30 % par la toiture ;
  • 20 à 25 % par les fuites d’air ;
  • 20 à 25 % par les murs ;
  • 10 à 15 % par les fenêtres ;
  • 7 à 10 % par les planchers bas (dalle, cave, sous-sol, etc.) ;
  • 5 à 10 % par les ponts thermiques.
pertes de chaleur d'une maison non isolée d'avant 1974
Source : Guide « Isoler sa maison » publié par l’ADEME en Novembre 2021

Pour réaliser les travaux d’isolation les plus efficaces, il est donc conseillé de s’attaquer en priorité aux points que laissent s’échapper le plus de chaleur : le toit, l’étanchéité à l’air et les murs. Le problème est qu’il est souvent difficile de déterminer exactement ce qui a été fait par le passé ou non : toutes les maisons anciennes ne se trouvent pas précisément dans le cas décrit dans ce guide. Pour les propriétaires d’un logement soumis au Diagnostic de performance énergétique (DPE), c’est un document qu’il faut absolument consulter avant de prévoir de refaire l’isolation de la maison. En effet, il détaille la composition du bâtiment et inclut même des recommandations d’amélioration.

Quelle que soit la situation, il est aussi possible de faire appel à un professionnel pour demander un état des lieux de l’isolation de l’habitation et obtenir des conseils personnalisés. Attention, pour être éligible aux aides de l’État, les travaux devront forcément être réalisés par une entreprise bénéficiant de la certification « Reconnu garant de l’environnement » (RGE).

Isolation intérieure ou extérieure ?

C’est l’une des questions qui revient le plus souvent sur le thème de l’isolation : faut-il isoler par l’intérieur ou l’extérieur ? Lorsque cela est possible, il est intéressant de privilégier l’isolation par l’extérieur, car elle élimine efficacement les ponts thermiques et ne diminue en rien la surface habitable du logement. En revanche, l’isolation intérieure a l’avantage d’être moins chère et de ne nécessiter aucune autorisation d’urbanisme de la part de la mairie, et c’est pour cela notamment qu’elle reste encore aujourd’hui très populaire.

Isolation de la toiture

L’isolation du toit est indispensable pour maintenir l’air chaud à l’intérieur de la maison. Plusieurs techniques sont utilisées pour ce faire :

  • l’isolation des combles perdus consiste le plus souvent à projeter un isolant en vrac dans l’espace entre le plafond du dernier étage et la charpente. L’avantage ici est que l’espace alloué à l’isolant n’empiète pas sur la surface habitable ;
  • l’isolation des combles aménageables, parfois appelée isolation sous rampants de toiture consiste à plaquer un isolant contre les parois intérieures, puis à plaquer et habiller ces murs ;
  • l’isolation extérieure du toit est excellente solution pour aménager les combles : ils feront partie de la zone chauffée mais ne seront pas rétrécis par l’isolation ;
  • l’isolation quand il n’y a pas de comble (dans le cas d’un toit-terrasse notamment) se fait par l’extérieur pour éviter les ennuis de condensation ;
  • l’isolation pour plafond du dernier étage est une autre option pour éviter les pertes de chaleur par le haut, mais elle est moins pratique et souvent plus chère que l’isolation des combles perdus.

Isolation en appartement

Dans une copropriété, les travaux d’isolation extérieure (toiture et murs) doivent être votés en assemblée générale. Le montant à payer par chaque copropriétaire est alors calculé en fonction de la part de copropriété qu’il ou elle possède. Les travaux d’isolation des murs par l’intérieur peuvent être faits sans demander l’avis ou l’autorisation des autres copropriétaires.

Isolation des murs

Après le toit, les murs sont la principale source de perte de chaleur, il est donc primordial de les faire isoler correctement. Il est possible de choisir :

Isolation des fenêtres et volets

L’installation de fenêtres neuves et de qualité est la meilleure manière de limiter les pertes de chaleur à cet endroit-là ; cela apporte également la certitude que les flux d’air vers l’extérieur sont contrôlés pour assurer un renouvellement de l’air sans excès. Pour les habitations situées dans des zones particulièrement froides en hiver (et/ou chaudes en été), il est aussi possible d’investir dans des volets roulants isolants et de se pencher sur l’isolation pour porte d’entrée.

Isolation de plancher bas

Le plancher bas fait référence au niveau habitable le plus bas d’un bâtiment (rez-de-chaussée, rez-de-jardin, parfois sous-sol, etc.). Cet espace peut être construit directement sur une dalle de béton, ou il peut être sur un espace non aménagé (vide sanitaire, cave, débarras, etc.). Pour limiter les pertes de chaleur à cet endroit, plusieurs solutions peuvent être mises en place :

  • pour une isolation sans vide sanitaire, c’est-à-dire directement sur une dalle, le nécessaire est généralement fait au moment de la construction, avant de couler la dalle. Toutefois, si cela n’a pas été prévu, il est possible d’ajouter un isolant par-dessus lors de rénovations, mais cela est moins efficace ;
  • si la maison est construite sur un vide sanitaire (espace de moins d’un mètre de hauteur entre le sol et le rez-de-chaussée), l’isolation peut se faire soit sur le plafond de ce vide ou sur son sol ;
  • dans le cas où l’espace sous l’habitation n’a pas vocation à être aménagé et chauffé (cave, atelier, etc.), la solution la plus simple pour garder l’air chaud dans le logement est d’isoler le sous-sol au niveau du plafond ;
  • si le sous-sol est amené à être occupé (buanderie, salle de jeu ou de sport, home cinéma, etc.), l’isolation du sous-sol devient une priorité. C’est alors les murs et le plancher qu’il faut recouvrir d’isolant (et non le plafond).

Quelle isolation pour un garage ?

Dans le cas où le garage est mitoyen à l’habitation (et non en dessous de celle-ci), il est conseillé de bien penser son isolation. La question à se poser est : le garage doit-il être en « zone froide » ou en « zone chauffée » ? Dans le premier cas, il convient d’isoler le mur séparant le garage de la maison et d’investir dans une porte isolante. Dans le second cas, il faut isoler le garage dans son intégralité.

Éliminer les ponts thermiques

L’isolation par l’extérieur n’est pas la seule option pour limiter la perte de chaleur due aux ponts thermiques. Une isolation par l’intérieure bien pensée dans sa globalité peut avoir le même effet. L’utilisation de bandes résilientes partout où cela est nécessaire est notamment une méthode testée et approuvée.

Service gratuit

Réduisez votre facture d’électricité et gaz

Nos experts énergie vous aident à économiser jusqu’à 200 € sur votre facture gaz et électricité

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé

vous préférez être rappelé ?

Quelle isolation choisir ?

Une fois les zones à isoler identifiées, il faut encore décider quels matériaux seront utilisés. Les matériaux isolants peuvent être séparés en trois catégories :

  • les isolants minéraux ;
  • les isolants synthétiques ;
  • les isolants naturels.

Chaque solution apporte son lot d’avantages et d’inconvénients, et le choix final dépend des objectifs principaux des travaux.

Isolation minérale

Les isolants minéraux sont les plus utilisés en France (laine de verre ou laine de roche principalement, mais aussi vermiculite et perlite exfoliée). Cela s’explique car :

  • ils ont une bonne performance thermique et acoustique ;
  • c’est généralement une isolation qui ne brûle pas ;
  • ils ont une grande variété de formats (vrac, rouleaux, panneaux rigides ou semi-rigides) ;
  • il s’agit souvent de l’option d’isolation la moins chère.

Cependant, les laines minérales aussi quelques désavantages :

  • elles doivent le plus souvent être posées en couche relativement épaisse et en intérieur, ce qui peut diminuer fortement la surface habitable ;
  • la pose nécessite d’utiliser des équipements de protection car ces laines sont irritantes (pour une « isolation qui ne pique pas », on se tournera plutôt vers des matériaux écologiques) ;
  • ces produits ont également une densité faible, ce qui les rend moins efficaces comme isolation pour l’été et peu adaptés comme isolation pour toiture ;
  • l’isolant minéral craint le plus souvent l’humidité et les rongeurs, il n’est donc pas recommandé d’en utiliser comme isolation extérieure ;
  • l’empreinte écologique des isolants minéraux est plutôt mauvaise du fait de leur énergie grise.

Isolation, où mettre le pare vapeur ?

Certains isolants, dont font partie les laines minérales, peuvent développer des moisissures si elles sont exposées à l’humidité de manière prolongée ; cela est particulièrement problématique dans les logements anciens. Dans ce cas-là, l’idéal est de placer un pare-vapeur entre l’isolant et l’intérieur du logement pour garantir une performance optimale sur le long terme.

Isolation synthétique

Les isolants de synthèse sont issus de la pétrochimie et les plus connus sont le polystyrène et le polyuréthane (ce que l’on appelle souvent isolation avec mousse expansive). Parmi les avantages de ces matériaux, on compte :

  • des prix relativement bas ;
  • des très bonnes performances avec une épaisseur limitée ;
  • une isolation qui ne craint pas l’humidité et donc parfaitement adaptée à une pose extérieure ;
  • une résistance inégalée à la compression parfaite pour l’isolation sous une dalle de béton (dans le cas du polystyrène expansé).

Du côté des inconvénients, il est important de souligner que l’isolation au polystyrène ou polyuréthane :

  • n’est pas la plus adaptée à un usage intérieur. Ces matériaux dégagent en effet des fumées toxiques en cas d’incendie ;
  • ne répond pas aux besoins d’isolation phonique. Pour limiter les nuisances sonores provenant de l’extérieur, il faudra se tourner vers un autre matériau ;
  • étant fabriquée à partir de dérivés de pétrole, elle n’est pas écologique et ne peut être recyclée.

Isolation écologique

Les isolants naturels ont de plus en plus de succès avec l’avènement des maisons à énergie positive. Les consommateurs cherchent à diminuer leur empreinte carbone, et la construction est un domaine où cela est tout à fait possible avec quelques efforts. Les matériaux d’isolation naturelle les plus connus et utilisés sont :

  • la ouate de cellulose ;
  • la laine de bois ;
  • le textile recyclé ;
  • la laine de chanvre ;
  • la laine de mouton ;
  • le liège ;
  • la laine de lin ;
  • la laine de coco ;
  • la paille.

Les atouts de ces produits sont nombreux :

  • les performances de ces matériaux sont généralement bonnes ;
  • la très grande variété de matériaux et de formats (vrac, rouleaux et panneaux) permet de s’adapter à tous les espaces et besoins (isolation thermique et phonique, protection contre la chaleur, gestion de l’humidité, espace réduit, etc.) ;
  • le bilan environnemental de ces produits est excellent.

Du côté des désavantages, le principal est le prix de l’isolation écologique qui est souvent bien plus élevé qu’une isolation minérale ou synthétique.

Quel est le meilleur isolant ?

Il n’est malheureusement pas possible de déterminer quelle est l’isolation parfaite, car cela pourra changer en fonction des caractéristiques du logement et des besoins exprimés par ses occupants. Toutefois, il est possible de dresser un comparatif des isolants thermiques pour accompagner chaque lecteur dans sa décision.

Isolation, que veut dire R ?

La résistance thermique notée R est une indication fondamentale dans le choix d’une isolation. Pour rappel, plus R est élevé, plus le produit est isolant. Cependant, R dépend de l’épaisseur du matériau. Pour comparer des produits sans tenir compte du volume installé (comme dans le tableau ci-dessous) on utilisera plutôt la conductivité thermique est notée λ : plus λ est faible, plus le produit est isolant. Cela s’explique par le fait que R correspond à l’épaisseur divisée par λ.

Type d’isolationConductivité thermique λIsolation acoustiqueDurabilité dans le tempsEmpreinte écologiqueUtilisations conseillées
Isolants minéraux
Laine de verre0,03 – 0,04 W/m.KBonneMoyenneMauvaise• Plancher
• Mur
Laine de roche0,03 – 0,04 W/m.KBonneMoyenneMauvaise• Plancher
• Mur
Vermiculite0,06 – 0,08 W/m.KMoyenneTrès bonneMauvaise• Plancher
• Mur
Isolants synthétiques
Polystyrène expansé0,04 – 0,05 W/m.KMauvaiseMoyenneTrès mauvaise• Extérieur
• Mur
• Toiture
• Fondation
Polystyrène extrudé0,03 – 0,04 W/m.KMauvaiseMauvaiseTrès mauvaise• Extérieur
• Mur
• Toiture
Polyuréthane0,02 – 0,03 W/m.KMoyenneBonneTrès mauvaise• Extérieur
• Mur
• Toiture
Isolants naturels
Ouate de cellulose0,03 – 0,04 W/m.KTrès bonneTrès bonneTrès bonne• Plancher
• Mur
• Toiture
Liège0,04 – 0,05 W/m.KTrès bonneBonneBonne• Plancher
• Mur
• Toiture
Laine de chanvre0,04 – 0,05 W/m.KBonneTrès bonneTrès bonne• Plancher
• Mur
• Toiture
Lin0,04 – 0,05 W/m.KBonneBonneTrès bonne• Plancher
• Mur
• Toiture
Laine de bois0,04 – 0,05 W/m.KBonneTrès bonneTrès bonne• Plancher
• Mur
• Toiture
Fibre de coco0,03 – 0,04 W/m.KBonneTrès bonneBonne• Plancher
• Mur
• Toiture
Tableau comparatif des matériaux isolants

Notons que la majorité des Français choisissent aujourd’hui la ouate de cellulose ou laine de roche pour leurs travaux d’isolation de la maison. Ces matériaux ont un bon rapport performance/prix et sont disponibles dans une variété de formats ce qui facilite la pose.

Isolation, quoi acheter ?

Une fois le type d’isolation choisi, il faut encore s’assurer que le produit effectivement acheté est de bonne qualité et que son fabricant respecte les normes imposées au niveau national et international. Il faut savoir qu’en France, le marquage CE d’un isolant et obligatoire et garantit la conformité avec les exigences légales minimales. Pour une garantie de qualité supérieure, il faut se tourner vers des certifications optionnelles comme :

  • la certification ACERMI de l’Association pour la certification des matériaux isolants qui a pour but de garantir la qualité et les performances techniques des produits certifiés ;
  • la certification Keymark qui atteste de la conformité aux normes européennes et est reconnue dans les pays de l’Union européenne comme identique aux marquages de certification nationale (ACERMI pour la France) ;
  • les certifications CEKAL et ACOTHERM qui mesurent le pouvoir isolant des fenêtres et des menuiseries.
comparateur

Êtes-vous sûr de ne pas payer votre énergie trop cher ?

En 30 secondes simulez votre consommation pour trouver les meilleures offres et comparer avec votre fournisseur actuel.

faire une simulation

Prix de l’isolation

En général, on trouve sur internet le tarif de l’isolation au m². Voici une fourchette des prix selon l’isolant utilisé :

  • laine de verre, 5 à 10 €/m² ;
  • laine de roche, 10 à 20 €/m² ;
  • polystyrène expansé, 5 à 6 €/m² (en 50 mm) ;
  • polystyrène extrudé, 8 à 10 €/m² (en 50 mm) ;
  • polyuréthane, 16 à 20 €/m² (en 50 mm) ;
  • ouate de cellulose, 20 à 25 €/m² ;
  • laine de chanvre, 10 à 15 €/m² ;
  • laine de bois, 18 à 22 €/m².

La surface à calculer est bien celle à isoler, et non la surface de la pièce. Par exemple, une pièce de 16 m² et de 2 m de hauteur sous plafond qui doit être isolée sur ses quatre faces requiert 32 m² d’isolant.

Quel est l’isolant le moins cher ?

Au mètre carré, la laine de verre et le polystyrène expansé sont les isolants les plus économiques. Toutefois, il est important de se pencher sur le rapport performance/prix de chaque produit, même lorsque le budget travaux est serré. Une bonne isolation permet de faire des économies sur de nombreuses années.

Isolation et aides de l’État

Parmi toutes les aides à la rénovation énergétique en France, nombreuses sont celles qui s’appliquent à l’amélioration de l’isolation des logements, notamment : :

  • le dispositif des Certificats d’économies d’énergie (CEE) qui oblige les entreprises les plus polluantes à investir dans l’amélioration énergétique des bâtiments. Cette aide s’appelle la prime énergie et possède un volet spécifique à l’isolation des logements : le « Coup de pouce isolation »  ;
  • MaPrimeRénov’, le dispositif qui remplace et fusionne le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et le programme « Habiter Mieux » de l’Agence nationale de l’habitat (Anah). Cette aide porte sur l’isolation, le chauffage et la ventilation, mais elle peut aussi être attribuée à des personnes souhaitant améliorer leur système de production d’eau chaude ou faire établir un audit énergétique de l’habitation ;
  • le chèque énergie est généralement utilisé pour payer des factures d’électricité ou de gaz, mais il peut aussi servir à financer la réfection de l’isolation du logement ou d’autres améliorations des performances énergétiques :
  • il est possible d’obtenir un prêt pour l’isolation très intéressant grâce à l’Éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ). Lui aussi peut financer plusieurs types de travaux d’amélioration du logement ;
  • l’Anah dispose de programmes spécialisés pour les ménages en situation financière précaire. Il est vivement conseillé aux personnes en situation difficile de se rapprocher de cet organisme pour savoir ce qui peut être fait ;
  • l’association Action Logement peut aussi accorder des prêts ou subventions aux travailleurs ayant besoin de refaire l’isolation de leur habitation ;
  • certaines collectivités territoriales (communes, départements et régions) proposent leurs propres aides à la rénovation énergétique, en plus de celles mises en place par le gouvernement.

Accompagnement gratuit aux travaux d’isolation

Il n’est pas toujours aisé de savoir quels travaux entreprendre, ni quelles aides sont disponibles. Pour aider les particuliers à y voir plus clair, les pouvoirs publics ont créé le réseau FAIRE, le service public de la rénovation énergétique. Les conseillers FAIRE prodiguent des conseils personnalisés et désintéressés et connaissent toutes les aides financières qui peuvent être obtenues pour la rénovation énergétique des logements.

Au 1er janvier 2022, le réseau FAIRE devient France Rénov’.

Qu’est-ce que l’isolation à 1 euro ?

L’isolation à 1 euro a pris fin le 1er juillet 2021. Cette aide faisait partie intégrante du système des Certificats d’économies d’énergie sous le nom « Coup de pouce isolation des combles et planchers ».

L’offre d’isolation à 1 euro en 2022 est encore disponible, mais avec un barème moins avantageux qu’auparavant. De plus, seuls les chantiers qui débuteront avant le 30 juin 2022 seront concernés. Selon les travaux, il peut être plus intéressant de se tourner vers les autres aides détaillées ci-dessus. Pour y voir plus clair sur toutes ces aides, l’idéal est de contacter le réseau FAIRE.

Isolation, que dit la loi ?

La loi Climat et résilience prévoit la transformation des logements énergivores en habitations décentes d’ici 2030, date à laquelle il ne sera plus possible de proposer à la location des biens qui ne remplissent pas ces nouvelles conditions.

La majorité des logements sont aujourd’hui soumis au DPE (Diagnostic de performance énergétique) et se voient attribuer une classe GES pour logement, et les potentiels acheteurs et locataires y sont de plus en plus attentifs.

Du côté du secteur de la construction, la réglementation thermique 2012, ou RT 2012, prévoit un seuil limite de consommation énergétique pour tous les bâtiments neufs, dans le sillage du label BBC. La nouvelle réglementation environnementale de 2020 (souvent appelée RT 2020) n’est pas encore entrée en vigueur, mais s’annonce plus exigeante que jamais.

Isolation quand on est locataire

Les critères déterminant la décence d’un logement vont désormais comporter un axe dédié aux consommations énergétiques ; le locataire d’un logement mal isolé et impossible à chauffer pourra demander à son propriétaire la réalisation de travaux pour améliorer le DPE de l’habitation. De plus, ces améliorations sont dans l’intérêt du propriétaire : un bâtiment bien isolé se dégrade moins vite, et sa valeur immobilière augmente significativement.

Quels autres travaux de rénovation énergétique ?

Une bonne isolation est indispensable pour augmenter les performances énergétiques d’un logement énergivore, mais il ne s’agit pas du seul axe d’amélioration possible. Parmi les travaux les plus rentables en termes financiers et de confort se trouvent :

  • l’investissement dans un système de chauffage nouvelle génération ;
  • l’installation d’une ventilation mécanique pour contrôler le niveau d’humidité et assainir l’air ;
  • l’achat de panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité propre ;
  • la pose de panneaux thermiques pour la production d’eau chaude sanitaire ou même le chauffage du logement.

Enfin, une autre solution pour faire des économies sur les factures d’énergie consiste à changer de fournisseur d’électricité et/ou de gaz pour bénéficier d’un prix du kilowatt-heure plus avantageux. Les experts énergie Choisir.com sont disponibles par téléphone pour vous aider à trouver la meilleure offre partenaire (service gratuit et sans engagement, prix d’un appel local).

Service gratuit

Un conseiller spécialisé vous aide dans vos démarches

Déménagement, résiliation, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

De 8h à 20h du lundi au vendredi, le samedi de 9h à 17h

09 74 59 19 97 Appel non surtaxé

vous préférez être rappelé ?